AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.08/5 (sur 1136 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Uccle, Belgique , le 28/04/1970
Biographie :

Alexandre Poussin est un écrivain-voyageur et réalisateur de documentaires français.

Après un DEA de sciences politiques, il fait le tour du monde à bicyclette en 1994, avec Sylvain Tesson (avec qui il était à Passy Buzenval et en hypokhâgne au lycée Claude-Debussy à Saint-Germain-en-Laye), parcourant plus de 25 000 kilomètres et traversant 35 pays. Ils relatent cette expérience fondatrice dans un livre : "On a roulé sur la Terre" (1996), un beau succès de librairie.

En 1997, toujours avec le même compagnon de route, il entame la traversée de l'Himalaya. Poussin et Tesson relatent cette aventure dans un livre intitulé "La marche dans le ciel" (1998), ainsi que dans leur film "Ils ont marché dans le ciel" co-réalisé par Pierre Barnérias.

Après son deuxième voyage, il épouse Sonia Poussin (1971), qui était venue rejoindre les deux aventuriers plusieurs semaines autour du monde et dans l'Himalaya. C'est avec elle qu'il fait son troisième grand voyage, l'Africa Trek, trois ans de marche en Afrique de l'Est (2001-2004). De retour en France, ils vivent en vallée de Chevreuse avec leurs deux enfants, nés en 2004 et 2007.

Ce voyage est raconté dans les livres "Africa Trek" en deux volumes (2004, 2005). Les deux tomes Africa Trek I et II ont dépassé les 400 000 exemplaires toutes éditions confondues.

Le premier tome d'"Africa Trek" est sorti en Afrique du Sud en octobre 2009, ce qui a donné lieu à une tournée de conférences dans ce pays. Le deuxième tome d'Africa Trek sort en juin 2010. Alexandre et Sonia y retournent pour une série de conférences et d'interviews radio et télévisés. C'est un beau succès de librairie dans ce pays. Le long métrage "Africa Trek" a également été présenté plus de cent fois dans le cadre des conférences Connaissance du Monde.

En 2014, après avoir restauré sa maison en vallée de Chevreuse et écrit son essai biographique "Marche avant" (2010), il repart pour un long voyage avec toute sa famille à Madagascar en charrette à zébus pour récolter des fonds en faveur des missions des ONG. Le 19 août 2018, ils terminent le parcours après 4983 km en atteignant la capitale Antananarivo, où ils sont reçus par le ministre du tourisme.

En octobre 2018, Alexandre Poussin intègre la réserve citoyenne de l'Armée de l'Air dans le réseau Ader au grade de colonel.

+ Voir plus
Source : amazon.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Alexandre Poussin   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"Écrire pour éclaircir son esprit en noircissant du papier". Un aphorisme de l'écrivain-voyageur Sylvain Tesson, qui est l'invité de notre podcast. Depuis 1996, il est l'auteur de nombreux récits de voyage, essais, nouvelles, journaux et aphorismes, à travers lesquels se révèlent notamment son goût pour la géographie, son amour de la poésie, son érudition et la précision de sa langue. C'est à l'occasion de la parution de son récit Avec les fées, né d'un voyage amphibie le long de la côte atlantique que nous avons eu la joie de l'accueillir à Dialogues en ce début d'année et d'enregistrer ce podcast. Au fil d'un entretien entrecoupé de lectures, de conseils de nos libraires et d'extraits de la rencontre qui a eu lieu à la librairie, nous vous proposons une plongée en deux épisodes dans le parcours et l'oeuvre de Sylvain Tesson. Voici les livres évoqués dans ce premier épisode : Aphorismes dans les herbes et autres propos de la nuit, de Sylvain Tesson (éd. Pocket) : https://www.librairiedialogues.fr/livre/7276951-aphorismes-dans-les-herbes-et-autres-propos-de--sylvain-tesson-pocket ; Avec les fées, de Sylvain Tesson (éd. des Équateurs) : https://www.librairiedialogues.fr/livre/23127390-avec-les-fees-sylvain-tesson-equateurs ; On a roulé sur la Terre, de Sylvain Tesson et Alexandre Poussin (éd. Pocket) : https://www.librairiedialogues.fr/livre/764456-on-a-roule-sur-la-terre-alexandre-poussin-sylvain-tesson-pocket ; Dans les forêts de Sibérie, de Sylvain Tesson (éd. Folio) : https://www.librairiedialogues.fr/livre/14774065-dans-les-forets-de-siberie-sylvain-tesson-folio ; Blanc, de Sylvain Tesson (éd. Gallimard) : https://www.librairiedialogues.fr/livre/21310016-blanc-une-traversee-des-alpes-a-ski-sylvain-tesson-gallimard ; L'Axe du loup, de la Sibérie à l'Inde sur les pas des évadés du Goulag, de Sylvain Tesson (éd. Pocket) : https://www.librairiedialogues.fr/livre/575135-l-axe-du-loup-de-la-siberie-a-l-inde-sur-les--sylvain-tesson-pocket ; La Panthère des neiges, de Sylvain Tesson (éd. Gallimard) : https://www.librairiedialogues.fr/livre/19193424-la-panthere-des-neiges-edition-illustree-sylvain-tesson-gallimard-loisirs. Invité : Sylvain Tesson Conseil de lecture de : Pauline Bodiger, libraire à la librairie Dialogues, à Brest Enregistrement, interview et montage : Laurence Bellon -- Les Éclaireurs de Dialogues, c'est le podcast de la librairie Dialogues, à Brest. Chaque mois, nous vous proposons deux nouveaux épisodes : une plongée dans le parcours d'un auteur ou d'une autrice au fil d'un entretien, de lectures et de plusieurs conseils de livres, et la présentation des derniers coups de coeur de nos libraires, dans tous les rayons : romans, polar, science-fiction, fantasy, BD, livres pour enfants et adolescents, essais de sciences humaines, récits de voyage…

+ Lire la suite

Citations et extraits (143) Voir plus Ajouter une citation
Alexandre Poussin
On ne peut trouver du sens qu’en osant. Oser, c’est se projeter en avant. Il faut oser ou se résigner à tout. La résignation, le renoncement, la soumission sont les grands ennemis de la quête de sens. Ils sont les grands ennemis de la liberté. Oser, c’est user de la liberté, c’est la faire entrer dans sa vie. Oser vivre ses rêves au lieu de rêver sa vie. Oser c’est devenir soi-même plutôt que de jouer un rôle dicté par nos entourages familiaux, affectifs et professionnels. Oser s’engager, oser la parole, oser la rupture, oser la différence, oser le regard des autres, oser la foi, oser être vrai, oser un projet, oser le changement d’orientation, le changement de rythme, oser la solitude. Afin de saisir sa vie à bras le corps.
Commenter  J’apprécie          270
Tous les hommes du monde veulent la paix. Pas les militaires ni les politiques, malheureusement.
Commenter  J’apprécie          250
Les autres ont une coiffure extraordinaire, comme un serre-tête constitué de leurs propres cheveux, dont les deux extrémités, près des oreilles, rebiquent en petite corne de buffle. Des martiens. Ils nous regardent comme des martiens. Nous sommes tous les martiens de quelqu'un.
Commenter  J’apprécie          210
La soif, c'est une envie de mourir pour un verre d'eau. C'est aussi la promesse de ne plus jamais passer devant un robinet sans le saluer avec respect.
Commenter  J’apprécie          170
C’est la peur qui nous paralyse, nous pétrifie, nous donne des cœurs de pierre : la peur de souffrir, la peur de perdre, la peur de manquer, la peur de ne pas être aimé, la peur de l’autre, la peur de mourir, la peur de disparaître.
Commenter  J’apprécie          160
Alexandre Poussin
Avoir trouvé du sens à sa vie, c’est avoir trouvé une raison d’être c’est-à-dire un rôle à jouer. Cela peut commencer par la vie associative pour se poursuivre par l’engagement professionnel, matrimonial, politique, religieux, social. S’engager, c’est inscrire le verbe oser dans la durée. Si oser c’est donner la forme, s’engager c’est donner la vie : animer.
Commenter  J’apprécie          150
Page 36 : « Quand tu arrives au sommet, continue à monter ».

Page 40 : « Marcher, c'est attendre et cultiver sa patience ».

Page 91 : « Chacun de nos actes a des conséquences éternelles. Prendre à droite ou à gauche ? Frapper à cette porte ou à celle-ci ? Et savoir que le sort de notre voyage est en jeu. C'est aller au-devant de la vie. Collectionner les coïncidences. Jouer avec les anges. Nous marchons aussi pour cette excitation ».

Page 101 : « Nous rentrons au crépuscule, recrus de fatigue et songeant à l'importance de l'art dans la vie. L'art ou la signature d'un peuple, l'art ou le pied de nez infligé au temps ».

Page 127 : « Le Sesotho (langue du Lesotho) a cent dix mots concernant l'état du lait ! »

Page 135 : « Il y en a qui font que les choses arrivent, d'autres qui regardent les choses arriver, d'autres qui se demandent si les choses sont arrivées ».

Page 142 : « Le travail sépare ceux qui s'aiment ».

Page 168 : « Reproduire c'est mourir, évoluer c'est avancer ».

Page 179 : « Teilhard de Chardin : « On est toujours au centre du paysage qu'on traverse ! On croit le voir ? On ne fait qu'en déplacer le centre, et le paysage ne cesse de changer... » : la synthèse est impossible. L'humain échappe sans cesse aux tentatives normatives. Reste l'expérience... par définition subjective... »

Page 234 : « Plus nous allons de l'avant dans notre voyage, plus nous nous rendons compte qu'il faut marcher pour mériter les rencontres. Si on ne marche pas, il ne se passe rien. Comme s'il y avait un rapport direct entre le litre de sueur et la récompense à l'arrivée, une sorte de loi imminente, irrationnelle, secrète. Chacun de nos pas nous ouvre une porte fabuleuse, nous apporte un enseignement, une leçon peu pathétique. Notre n'a jamais été aussi riche que nous sommes de pauvres marcheurs. Marcher, c'est provoquer. C'est aller au-denvant des choses, moissonner en liberté le long d'un sillon romanesque, vivre dans un émerveillement perpétuellement r
Commenter  J’apprécie          130
Quand il marche, le pied sherpa vit, il ne se pose pas bêtement comme le nôtre dans un "ploc" poussiéreux, il s'épanouit, adhère, épouse. Légèrement rentré en dedans, il pousse de tous ses orteils que l'on voit griffer le terrain. En fin de pas, il se recroqueville comme les pattes d'une mygale prête à bondir ; en l'air, il pointe vers le ciel pour ne pas se meurtrir sur les pierres affleurantes et se repose après le gracieux déroulé de la plante sur le sol.
Commenter  J’apprécie          140
dès que nous marchons , nous reprenons nos réflexions. A bâtons rompus, en faisant feu de tout bois.L'adrénaline et les endorphines doivent y être pour quelque chose. C'est comme une mécanique, la marche a besoin d'un carburant, d'une réflexion, d'un grain à moudre. Et la réflexion a besoin de la marche pour être activée. Peut être faut-il marcher pour se rendre compte que la pauvreté se multiplie plus vite que la richesse. Et qu'il est plus difficile de s'en rendre compte depuis un bureau de l'unesco ou de la banque mondiale, où l'on attend patiemment la relance, le décollage, la croissance, comme on attend Godot.
Commenter  J’apprécie          130
La mousson raccourcit les montagnes pendant que les forces tectoniques s'acharnent à les soulever.
Commenter  J’apprécie          130

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Alexandre Poussin (1226)Voir plus

Quiz Voir plus

Quiz sur tous les Astérix

Astérix le gaulois : comment s'appelle le romain envoyer comme espion dans le village d'Astérix ?

Caligula Minus
Caius Bonus
Tullius Octopus
Circus Solus

32 questions
67 lecteurs ont répondu
Thème : René GoscinnyCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..