AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.23 /5 (sur 54 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Rosebud, Dakota du sud , 1946
Biographie :

Joseph M. Marshall III historien, écrivain et professeur Lakota. C'est également un défenseur de la nature qui a soutenu le retour des loups à Yellowstone. Il fait également parfois des apparitions dans les documentaires et séries consacrées à l'Ouest ou aux Indiens.

Il est l'auteur d'une quinzaine d'essais et de romans, tous consacrés au peuple Sioux.


Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
History Book Review: The Journey of Crazy Horse: A Lakota History by Joseph M. Marshall
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
ClaireG   14 novembre 2016
L'hiver du fer sacré de Joseph Marshall
Tu dois comprendre que la dignité est plus importante que tous les honneurs que tu peux acquérir. Que la sagesse et la connaissance sont les meilleures armes que tu puisses emporter à la chasse, au combat, et tout au long de ton voyage sur cette terre.



p. 278
Commenter  J’apprécie          490
ClaireG   12 janvier 2018
Crazy Horse : Une vie de héros de Joseph Marshall
La vie est un cercle. La fin d’un voyage est le début d’un autre.



p. 303
Commenter  J’apprécie          370
ClaireG   10 janvier 2018
Crazy Horse : Une vie de héros de Joseph Marshall
La réputation considérable et le charisme discret de Crazy Horse n’avaient d’égal que l’habileté politique et le talent d’orateur de Sitting Bull. Bien qu’il y eût beaucoup d’autres chefs politiques et militaires illustres et respectés, aucun n’avait atteint le statut de Sitting Bull ou de Crazy Horse dans le cœur et l’esprit du peuple. Ensemble, ils ont porté un leadership visionnaire, un sentiment de cohésion et de force.



p. 306

Commenter  J’apprécie          350
ClaireG   16 mai 2017
Le Cercle de la vie de Joseph Marshall
La vérité est ce que nous en faisons ; elle sert nos fins. Les Lakotas ont considéré la migration de l’homme blanc vers l’Ouest comme une invasion. L'homme blanc, comme un droit. Le Lakota voit dans la terre un parent. L’homme blanc y voit une marchandise. Aucun des deux camps n’a tort car, en fin de compte, tout ce que nous pouvons faire, c’est vivre notre propre vérité.



p. 136
Commenter  J’apprécie          340
ClaireG   13 novembre 2016
L'hiver du fer sacré de Joseph Marshall
Dire que je suis un vrai chasseur signifie que j'ai conscience d'avoir à mériter la vie que je prends. Notre façon de chasser m'aide à en être digne. Mais si la chasse devient facile, alors peut-être, je commencerai à me croire en possession d'un pouvoir que je ne possède pas réellement. Voilà pourquoi mon père n'aime pas le fer sacré, et je le comprends.



p. 334
Commenter  J’apprécie          280
ClaireG   08 mai 2017
Le Cercle de la vie de Joseph Marshall
L’illusion, c’est que nous sommes un peuple conquis. La vérité, c’est que nous nous en sortons toujours ; nous avons enduré ce que nos

« conquérants » pouvaient nous faire subir de pire et nous sommes encore debout. L’illusion, c’est que nous appartenons au passé – quelque chose devant être étudié, analysé, mesuré, disséqué et finalement jugé. La vérité, c’est que notre culture est encore viable, forte de traditions, de coutumes et de valeurs ayant résisté aux plus dures épreuves.



p. 134
Commenter  J’apprécie          271
ClaireG   13 mai 2017
Le Cercle de la vie de Joseph Marshall
Le respect est un proche parent de la tolérance, et ces deux dispositions contribuent pour beaucoup à prévenir et à réduire les conflits entre les peuples et en leur sein. Le respect habitait chaque foyer lakota à l’époque où nous chassions librement le bison dans les Plaines du Nord.



p. 57

Commenter  J’apprécie          213
Oliv   13 février 2019
L'hiver du fer sacré de Joseph Marshall
L'homme se leva bruyamment et se dirigea vers le bas de la pente pour aller ramasser le cerf abattu.

Ses pas lourds éparpillèrent les feuilles mortes, emplissant la vallée étroite de leur bruit sourd. Dans toute la nature alentour – au fond d'un ravin, au creux d'un bosquet, au bord d'une prairie, à la surface des marais ou sur les branches des arbres – ceux qui se déplaçaient à quatre pattes ou volaient à travers les airs entendirent cet intrus tapageur. Et les brises transportèrent une odeur étrange et pesante, aussi importune que ses bruits. Tous ceux qui la flairèrent ou qui entendirent son pas rude s'enfuirent ou se précipitèrent au fond d'un terrier, coururent se faufiler dans un fourré, ou grimpèrent se mettre à l'abri entre ciel et terre.

La vallée venait d'assister à l'arrivée d'un nouveau bipède. Un homme qui ne respectait pas le cycle de la nature. Un homme qui ne comprenait pas – ou se moquait éperdument – qu'il y eût une harmonie dans la vie des choses de la terre. Un étranger qui ne voyait ni la beauté ni la vitalité de l'animal qu'il venait de tuer. Un homme qui se souciait seulement du fait qu'il avait à présent trouvé à se nourrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Oliv   10 février 2019
L'hiver du fer sacré de Joseph Marshall
Chaque créature possède un esprit : les arbres ; les oiseaux ; les bisons ; toutes choses... C'est ce qui fait de nous des semblables. Nous sommes tous semblables parce que nous sommes tous nés à cette vie. Certains d'entre nous proviennent d'une graine. D'autres sortent d'un œuf. D'autres encore se forment dans le ventre de leur mère. Peu importe la façon dont nous venons au monde. Tous, nous recevons la vie, nous vivons, et puis un jour, nous mourons. C'est pour cela que nous sommes tous semblables, parce qu'il en est ainsi pour chacun d'entre nous.
Commenter  J’apprécie          81
Woland   05 juin 2013
L'hiver du fer sacré de Joseph Marshall
[...] ... Walks High [= le fils de Whirlwind] baissa les yeux vers les flammes grandissantes.



- "Mon père, lui, [ne veut pas du fer sacré.]



- A mon avis, [dit De La Vérendrye, le Blanc recueilli et soigné par Whirlwind] le jour viendra bientôt où les hommes de ton peuple seront nombreux à posséder des fers sacrés. Ils les obtiendront aisément contre quelques fourrures. Alors, la chasse deviendra plus facile. Vous n'aurez plus autant d'efforts à faire pour vous approcher à portée de flèche d'un cerf ou d'un élan. Et vos ennemis se tiendront à distance s'ils savent que vous avez des guerriers armés de fers sacrés.



- C'est vrai. Mais en plus de son efficacité, le fer sacré a quelque chose de particulier. Il possède un autre type de pouvoir, un pouvoir qui vient de la peur qu'il inspire.



- C'est seulement une arme. Un objet usuel.



- Oui, bien sûr. Et quand je te regarde le manier et l'utiliser, je vois bien qu'il ne possède pas de vie propre. C'est seulement ... une chose. Mais j'ai aussi constaté un changement en toi depuis que tu le portes. Sans lui, tu étais différent. Sans défense. Impuissant. En ce qui me concerne, je suis un vrai chasseur, et je me suis toujours servi d'un arc pour abattre les animaux. Dire que je suis un vrai chasseur signifie que j'ai conscience d'avoir à mériter la vie que je prends. Notre façon de chasser m'aide à en être digne. Mais si la chasse devient facile, alors peut-être, je commencerai à me croire en possession d'un pouvoir que je ne possède pas réellement. Voilà pourquoi mon père n'aime pas le fer sacré, et je le comprends."



De La Vérendrye acquiesça d'un signe de tête. "Tu as raison," admit-il, un peu honteux. "Lorsque vous avez pris Bruneaux [Blanc en fuite qui a tué une vieille femme de la tribu et qui est responsable de la blessure de De La Vérendrye] au piège sur cette crête, je ne pouvais rien faire d'autre que vous observer. Je me sentais passif parce que je n'étais pas armé d'un fer sacré. A présent, c'est différent. Quand j'aperçois des cerfs, je les regarde d'un autre oeil." Il haussa les épaules. "Peut-être est-ce parce que je sais que je peux les tuer, si j'en ai envie."



Walks High hocha énergiquement la tête. "Je pense que mon père perçoit quelque chose au sujet du fer sacré que les autres ne voient pas. Et ne veulent pas voir.



- Je crois que ton père est dans le vrai," répondit De La Vérendrye. "J'ai vu des hommes doux et craintifs devenir bruyants et tapageurs quand ils avaient un fer sacré dans les mains. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

7 questions sur le film "Les 7 mercenaires" (1960)

Comme l'on sait, il s'agit d'une adaptation du célèbre film "Les 7 samouraïs", du réalisateur japonais Akira Kurosawa. Mais celui-ci n'aima pas du tout le western, qu'il qualifia de "trahison pure et simple".

Vrai
Faux

7 questions
18 lecteurs ont répondu
Thèmes : western , cinéma americain , cinéphilieCréer un quiz sur cet auteur