AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.48 /5 (sur 233 notes)

Nationalité : Nouvelle-Zélande
Né(e) à : Canada , 1985
Biographie :

Eleanor Catton est née en 1985 au Canada et a grandi à Canterbury, en Nouvelle-Zélande. Elle n'a pas encore vingt-trois ans quand elle écrit La Répétition, qui lui permet d'obtenir un master d'écriture créative. Ce premier roman est immédiatement acclamé part le public et la critique. Il remporte le prix Betty Trask et est nommé Meilleur premier roman à l'occasion des Montana New Zealand Book Awards 2009. Dès sa sortie au Canada, en mai 2011, le roman reçoit le First Novel Award du site Amazon. Avec Eleanor Catton, une nouvelle voix de la littérature anglo-saxonne est née. Son deuxième roman, "Les Luminaires", a été salué par le Prix Booker en 2013. Elle est la plus jeune auteur à avoir remporté ce prix. Elle vit à Auckland et enseigne l'écriture créative au Manukau Institute of technology.
+ Voir plus
Source : Editeur ; wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Eleanor Catton - Les Luminaires .
Eleanor Catton vous présente son ouvrage "Les Luminaires" aux éditions Buchet Chastel. Traduit de l'anglais (Nouvelle-Zélande) par Erika Abrams. Rentrée littéraire janvier 2015. http://www.mollat.com/livres/catton-eleanor-les-luminaires-9782283026489.html Notes de Musique : ?Budding? (by Broke For Free). Free Music Archives.
Podcasts (1)

Citations et extraits (67) Voir plus Ajouter une citation
Titania   06 décembre 2014
Les Luminaires de Eleanor Catton
"Si on n'a plus de foyer là d'où on vient, ne reste qu'à en fonder un là où on va"
Commenter  J’apprécie          250
Zebra   29 novembre 2014
Les Luminaires de Eleanor Catton
page 506 [...] Mme George vint ouvrir. Faisant bien piteuse mine, elle introduisit Nilssen dans la salle à manger et prit la fuite, sans lui laisser le temps de prononcer un seul mot de politesse, rabattant si résolument la porte derrière elle qu'une vague déferla de haut en bas de la cloison de calicot et Nilssen eut fugitivement l'impression d'être retourné en mer.

Le geôlier était installé au haut bout de la table, occupé à enfourner une collation composée de viandes en gelée, de tranches de diverses sortes de bouillie froide de consistance homogène, et d'un pain dense, brunâtre, qui faisait de grosses miettes. Il se tenait très droit en chargeant sa fourchette et n'invita pas Nilssen à s'asseoir.

- Alors, commença -t-il, lorsque la porte fut refermée et qu'il eut avalé sa bouchée. Vous avez parlé à quelqu'un de notre accord ; vous avez manqué à votre parole. A qui avez-vous parlé ?

- Comment ? se récria Nilssen.

Shepard réitéra la question. Nilssen resta d'abord pantois, puis redit sa perplexité, d'une voix qui dérapait vers l'aigu.

- Ne mentez pas, monsieur Nilssen, avertit froidement Shepard. Alistair Lauderback aura demain matin une lettre dans le Times, où il tire sur moi à boulets rouges. Il affirme qu'un pourcentage du magot trouvé chez feu Crosbie Wells a été utilisé pour financer la construction de la prison de Hokitika. J'ignore comment il a obtenu cette information, et je veux le savoir. Tout de suite.

Nilssen hésita. Comment Alistair Lauderback pouvait-il être au courant du sort de sa commission ? L'un des conjurés de la Couronne avait donc violé son serment ! Balfour, peut-être ? Balfour et Lauderback se connaissaient bien, alors que Nilssen n'avait jamais vu aucun des autres en compagnie du politicien. Mais pourquoi Balfour l'aurait-il trahi ? Il n'y avait jamais eu d'animosité entre eux. Ou bien serait-ce Löwenthal ? Peut-être ... puisqu'il allait publier la lettre dans son journal. Pourtant, Nilssen ne pouvait croire Löwenthal capable de manquer à sa parole, pas plus que Balfour. Il regarda Shepard. [...]

- A qui avez-vous parlé ? insista Shepard. Je vous prie de noter que ma patience est à bout ; je ne répèterai plus la question. [...] Nilssen ne savait que répondre. La vérité, bien sûr, c'était qu'il en avait parlé à une bonne douzaine d'hommes : Walter Moody et les onze autres, invités à se réunir au fumoir de la Couronne. Il pouvait difficilement reconnaitre avoir mis douze hommes dans le secret de Shepard ! [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
VALENTYNE   30 mai 2020
Les Luminaires de Eleanor Catton
La question se posait (Moody la posa en effet) de savoir comment Löwenthal pouvait être aussi certain des détails exacts de l’incident, attendu qu’il venait seulement de s’en souvenir, près de huit mois après les faits, et qu’il n’avait eu l’occasion de rien vérifier. Comment pouvait-il jurer, premièrement, que l’homme qui avait fait insérer l’annonce était bien marqué d’une balafre à la joue, deuxièmement, qu’il s’était présenté en juin de l’année précédente, et, troisièmement, que le nom figurant dans son extrait de baptême était, sans l’ombre d’un doute, Crosbie Francis Wells ?

La réponse de Löwenthal fut courtoise, mais assez verbeuse. Il expliqua à Moody que le West Coast Times avait été fondé en mai 1865, un mois environ après que lui-même avait pour la première fois débarqué sur le sol néo-zélandais. Le premier numéro du journal avait été tiré à vingt exemplaires, un pour chacune des dix-huit hôtelleries qui avaient alors pignon sur rue à Hokitika, un pour le juge de paix fraîchement nommé, et un pour ses propres archives. (En l’espace d’un mois, et grâce à l’acquisition d’une presse à cylindre, le tirage allait atteindre deux cents; à présent, en janvier 1866, chaque livraison était tirée à près de mille exemplaires, et Löwenthal avait engagé deux auxiliaires.) Pour la réclame, afin de ne laisser ignorer à aucun abonné potentiel que le Times avait été le premier quotidien à paraître à Hokitika, Löwenthal avait fait encadrer sous verre le numéro initial, et chacun pouvait le voir au mur de son bureau. Il se souvenait donc de la date exacte de la création du journal (le 29 mai 1865), parce qu’il avait tous les matins ce numéro encadré sous les yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
palamede   04 décembre 2014
Les Luminaires de Eleanor Catton
L'argent est un fardeau. (...) Un fardeau sous lequel les pauvres sont les premiers à ployer.
Commenter  J’apprécie          180
Zebra   20 novembre 2014
Les Luminaires de Eleanor Catton
[...] A Hokitika, les pluies n'avaient pas cessé depuis quinze jours. Moody entrevit pour la première fois la ville nouvelle sous la forme d'une trainée fuyante qui avançait et reculait au gré des allers et venues du vent et des brumes. Il n'y avait qu'un mince couloir de plaines entre la côte et les montagnes abruptes, une terre battue par le ressac sans fin qui s'évanouissait en fumée sur la grève ; terre qui paraissait d'autant plus rare et close sur soi du fait du nuage qui coupait les montagnes très bas sur la pente et formait un plafond gris au-dessus de la grappe compacte des toits de l'agglomération. Le port se trouvait au sud, niché dans la bouche tordue d'une rivière, riche en or, qui moussait en rencontrant le bord salé de l'océan. Là, sur la côte, elle coulait morne et boueuse, mais en amont les eaux étaient fraiches et claires, étincelantes même, à ce qu'on racontait. L'embouchure proprement dite était calme, un petit lac hérissé de mâts et des grosses cheminées des vapeurs dans l'attente du beau temps ; ils en savaient trop pour risquer la barre cachée sous la surface de l'eau et qui se déplaçait à chaque marée. Les débris de l'armada de vaisseaux échoués sur ces sables mouvants étaient là, épars, triste mémento du péril en bas. On comptait une bonne trentaine d'épaves en tout, dont certaines récentes. Les carcasses fracassées formaient comme une digue, dont la masse désolée semblait étrangement défendre la ville contre la haute mer. [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Eric75   01 décembre 2014
Les Luminaires de Eleanor Catton
Là, le commissionnaire était loin du compte. Les spéculations de Nilssen étaient toujours de la sorte qui renferme elle-même sa propre confirmation : il montrait une prédilection pour les preuves allant le plus dans le sens des principes auxquels ils se flattait d'être fidèle, mais aussi pour les principes qui se prêtaient le mieux à recevoir des preuves. Parlant souvent de la vertu, il passait pour être d'un caractère optimiste et encourageant, mais sa foi en la vertu était engagée à un maître moins polyvalent que l'optimisme. Le bénéfice du doute, comme on dit, est un don accordé au petit bonheur, et Nilssen était trop fier de son intellect pour renoncer à sa liberté de conjecture. Dans son esprit, les formes cristallines de la haute abstraction étaient revêtues d'un vernis protecteur : il aimait à les contempler et à s'émerveiller devant leur éclat, mais il n'avait jamais eu l'idée de les prendre, pour ainsi dire, sur le manteau de la cheminée, de les descendre de leur piédestal en chêne sculpté pour les sentir répondre en souplesse à la pression de ses doigts. Il avait conclu que Pritchard était amoureux simplement parce qu'il trouvait plaisant d'agiter la question, d'analyser le cas de figure, pour en revenir finalement aux convictions qu'il nourrissait depuis le début : que Pritchard était un drôle d'oiseau ; qu'il n'y avait plus de salut pour Anna ; et qu'on était toujours malavisé de donner son amour à une fille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
Titania   01 décembre 2014
Les Luminaires de Eleanor Catton
"les hommes à qui elle se vendait étaient rarement curieux de la connaître. S'ils lui parlaient, c'était pour évoquer d'autres femmes....Les bien-aimées qu'ils avaient perdues, les épouses qu'ils avaient abandonnées, leurs mères, leurs soeurs, leurs filles, leurs pupilles. Ils cherchaient ces femmes-là en regardant Anna, mais en partie seulement, car chacun se cherchait aussi lui-même : elle était une ténèbre réfléchie, en même temps et au même titre qu'une clarté d'emprunt. Son malheur était très rassurant, et elle le savait."
Commenter  J’apprécie          150
palamede   06 décembre 2014
Les Luminaires de Eleanor Catton
Un secret a toujours pour effet de renforcer les amitiés naissantes, et il en va de même de la tendance commune de s'en prendre à une personne étrangère (...).
Commenter  J’apprécie          140
paroles   03 septembre 2014
La répétition de Eleanor Catton
Qui, parmi toutes les filles de notre année, qui donc a le plus de chances de virer lesbienne ?

Cette dernière question déclenche toujours des cris et des claques et des hoquets hilares. Elles soupèsent en esprit celles qui ont le moins de noms à leur tableau de chasse, celles qui sont momentanément en disgrâce ou un petit peu moins bien de leur personne. L'impopularité, le mutisme, l'introversion studieuse, la moindre réticence à marcher sur les pas du plus grand nombre - ce sont là autant de symptômes, de l'avis unanime des filles qui s'agglutinent pour poser leur diagnostic. Elles lancent des noms tout haut et se tordent de rire comme un sabbat de sorcières écervelées pour jeter un mauvais sort.
Commenter  J’apprécie          120
Tricia12   02 décembre 2014
Les Luminaires de Eleanor Catton
Lydia Wells semblait prendre toujours des poses luxurieuses exprès pour pouvoir accueillir en riant l'importun qui viendrait l'en déranger. Au salon du Voyageur, Gascoigne la découvrit étendue sur le canapé, une pantoufle balançant sur le bout d'un orteil, un bras grand ouvert, la tête renversée sur un coussin; elle serrait dans l'autre main un roman en format de poche, comme si le le livre venait d'être la cause d'une syncope. Ses joues rougies et sa mine émoustillée avaient été fabriqués ad hoc dans les instants qui précédèrent l'entrée du visiteur qui, lui, était loin de s'en douter. Il en concluait plutôt, selon l'intention de la belle, que la lecture dans laquelle elle était plongée était des plus licencieuses.
Commenter  J’apprécie          110
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

QUIZ FINAL - Défi Babelio ADO 2019-2020

Beyond the clouds T1 : Quel type de nœud réalisent les fées afin que Thé n'atteigne pas la cabane du sage de la forêt ?

un noeud plat
un noeud de chaise
un noeud de vache
un noeud de bonnette

35 questions
9 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
.. ..