AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.7 /5 (sur 631 notes)

Nationalité : Irlande
Né(e) à : Dublin , le 20/09/1963
Biographie :

Joseph O'Connor est un écrivain irlandais, né le 20 Septembre 1963. Il considéré comme l'un des auteurs qui a redonné un second souffle à la littérature romanesque en Irlande.

Il a fait ses études à Dublin puis à Oxford, pour exercer ensuite en tant que journaliste pour les journaux The Esquire et l’Irish tribune. Il se met à l'écriture complétement en 1989.

Il vit aujourd'hui à Dalkey un quartier sud de Dublin.

Joseph O'Connor est le frère aîné de la chanteuse Sinnead O'Connor.


Source : wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Joseph O'Connor commente son roman, "Muse".

Citations et extraits (220) Voir plus Ajouter une citation
ODP31   14 février 2020
Le bal des ombres de Joseph O'Connor
Les hommes, quand ils ont été fabriqués avec soin, sont merveilleux dans toutes sortes de rôles que la vie peut leur offrir, ils font d'excellents amis, amants, mineurs de fond, dompteurs de lions, explorateurs de régions désertiques ou jamais cartographiées, papes, tireurs, compagnons de beuverie. Ils sont d'une simplicité admirable, si prévisibles que c'en est apaisant. Parlez avec un homme pendant un quart d'heure, et vous le connaissez définitivement, jamais plus il ne vous surprendra, il en serait bien incapable; le lui demander ne ferait que l'effrayer. Seulement, hélas, ils ne font pas de bons maris. N'importe quelle femme rencontrée par hasard, dans la queue pour les fruits et légumes par exemple, ou à côté de vous dans le train, ferait un meilleur mari que pratiquement tous les hommes jamais venus au monde.

(p.427)
Commenter  J’apprécie          230
ODP31   11 février 2020
Le bal des ombres de Joseph O'Connor
Chez certains hommes, il ne faut surtout pas prêter attention à ce qu'ils disent après dix heures du soir s'ils ont bu une bière. Harry appartenait à cette race de mammifères.

Ils ne veulent absolument pas faire les idiots. Seulement, cela revient à demander à un catholique de ne pas se sentir coupable. Autant dire au ruisseau de remonter la colline.

(page 104)
Commenter  J’apprécie          221
tamara29   05 avril 2014
Muse de Joseph O'Connor
Si seulement ils pouvaient prendre le temps de vivre leurs sentiments plutôt que de rechercher de nouvelles manières de les dire.
Commenter  J’apprécie          210
Nastie92   05 octobre 2014
Inishowen de Joseph O'Connor
- Je ne suis pas gros, Ranj. Il n'y a jamais eu de gros dans ma famille.

- Tu sais, c'est comme chez les Bates, il n'y avait jamais eu de psychopathes avant l'arrivée du petit Norman.
Commenter  J’apprécie          200
sabine59   25 avril 2016
Les Âmes égarées de Joseph O'Connor


Leur souvenir demeure dans l'air de cette ville d'immigrants; leur souvenir demeure dans un immeuble de la ville de New-York.Vide. Livré aux ombres.Bâtiment aux vieux couloirs fatigués.Par où couraient les enfants , où l'on faisait face à la vie, supportait ses pertes,où l'on nourrissait de folles espérances, tandis que dehors, dans la rue,le monde se pressait, sans jamais lever les yeux vers ces fenêtres.
Commenter  J’apprécie          180
MahaDee   21 mars 2017
Desperados de Joseph O'Connor
La troisième nuit, quand l'obscurité revint, Frank Little se remit à avoir peur.

Peur des voleurs, de ces saletés d'insectes, de la nourriture empoisonnée, des fantômes. Peur d'être incapable de parler avec les gens du pays. Peur de passer pour un rigolo aux yeux des gars armés qui se tenait au coin de la rue, à côté du Cine Dorado. Peur de la diarrhée, du rationnement d'eau et des Scorpions. Peur du plan de la ville et de ne rien comprendre. Peur d'avoir une crise cardiaque. Peur parce qu'il était seul et plus tout jeune. Et surtout il avait peur de dormir.

Si on pouvait appeler ça dormir. Quand la nuit dégoulinait sur Managua, l'obscurité semblait bourdonner, et la seule chose que Franck pouvait faire, c'était de s'allonger sur le lit étroit de sa pensión, accablé de chaleur, entièrement nu, tartiné de crème anti-moustiques. Il avait l'impression d'être une volaille au four, rôtissant dans son jus, il priait, avalait de grandes lampées de gin tiède, respirant l'odeur de sa sueur, et il attendait que la lumière finissent par revenir pour rendre aux choses un aspect presque compréhensible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Carosand   19 mars 2012
Muse de Joseph O'Connor
Chère MIss O'Neill,



Un petit mot pour vous dire combien j'ai apprécié votre compagnie au fil des années ainsi que notre amitié. Je ne suis pas au mieux en ce moment. J'ai un peu peur de temps à autre, et bien sûr j'éprouve des regrets. Les chemins j'amais explorés, etc.

Je ne suis pas du genre à faire des scènes ni à dire ce que je ressens. Ma défunte épouse, qu'elle soit en paix, me gourmandait toujours parce que je ne parlais pas. Mais les hommes sont comme ça, j'imagine. Toutefois, je tiens à vous dire quelque chose qui, j'espère, ne vous bouleversera par trop : de bien des façons, je vous ai aimée comme la soeur que je n'ai jamais eue et même, pour être tout à fait honnête, comme une amie très spéciale. Ce fut un honneur de connaître une dame aussi belle, aussi gentille et pleine de vie. Sans oublier votre esprit enjoué et votre gaîté face à la vie. Tout ce que vous disiez était toujours si plein de bon sens, mais aussi de charité, de compassion envers les autres, de compréhension. A tel point que je me suis dit bien des fois : "Si tout le monde ici-bas était comme ma chère MIss O'Neill, nous ne serions pas dans la panade où nous sommes".

J'aimais particulièrement les jours où vous me rendiez visite dans ma petite boutique, nos longues conversations, nos petites plaisanteries. Les livres sont merveilleux, n'est-ce pas, qui rassemblent les gens. Je pense qu'il représente la meilleure part de nous-mêmes, les livres et la musique. Et le courage.

Hélas, je ne crois pas qu'il y ait grand-chose qui nous attende "de l'autre côté", comme on dit, cependant si c'était le cas, après tout, qui sait ? - je me suis trompé tant de fois ! -, j'ai pris l'engagement spirituel de vous accompagner tous les jours de votre vie, si je le puis.



Au revoir, ma chère MIss O'Neill;

Votre ami aimant
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
carre   01 janvier 2012
Desperados de Joseph O'Connor
On ne demande pas à quelqu'un qui se noie s'il a envie d'être secouru : on se jette à l'eau.
Commenter  J’apprécie          180
Luniver   17 janvier 2013
L'Etoile des mers de Joseph O'Connor
— Pas aujourd'hui, mon chaton, nous pouvons seulement nous embrasser.

Son sourire fondit comme neige au soleil.

— Est-ce que tu te sens bien, Mary ?

— À merveille, vraiment.

— Je ne t'ai pas offensée au moins ? Je ne voulais pas prendre de privautés.

— Mais non, gros bêta, fit-elle en lui donnant de nouveau un baiser. J'ai mes affaires.

Il sourit d'un air confus.

— Qu'est-ce que tu veux dire ?

— Sais-tu ce qui arrive tous les mois aux femmes ?

— Non.

— Réfléchis.

Il haussa les épaules.

— De l'argent de poche ?
Commenter  J’apprécie          150
Nastie92   16 juillet 2014
Inishowen de Joseph O'Connor
"Dieu ne nous abandonne jamais, disait le prêtre. Il y a des gens dans cette assemblée qui oublient Dieu tous les quinze jours. Mais Dieu ne se détourne jamais de nous. Il est fidèle. Le temps ne compte pas pour lui. Il est un peu comme l'inspecteur des impôts. On peut tenter de lui échapper mais à la fin il vous rattrape..."
Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Quiz de la Saint-Patrick

Qui est Saint-Patrick?

Le saint patron de l’Irlande
Le saint-patron des brasseurs

8 questions
149 lecteurs ont répondu
Thèmes : fêtes , irlandais , irlande , bière , barCréer un quiz sur cet auteur