AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.56 /5 (sur 58 notes)

Nationalité : Chine
Né(e) à : Nankin , le 11/05/1955
Biographie :

Wang Fang, dite Fang Fang, est une romancière chinoise.

La Révolution culturelle interdisant les études, Fang Fang travaille comme ouvrière à Wuhan.

Ce n’est qu’en 1978, lorsque Deng Xiaoping réinstaure le gaokao, c’est-à-dire l’examen d’entrée à l’université, qu’elle réussit à reprendre ses études : elle est admise à l’université de Wuhan, pour y étudier la littérature chinoise. Elle obtient son diplôme en 1982 et entre alors comme rédactrice à la télévision du Hubei.

Sa première nouvelle est publiée en 1982, dans la revue « Les arts et lettres du Yangzi ». Elle s’intitule « Dans le convoi ». En 1983, elle publie un roman, Vers le lointain, succès de librairie.

Les œuvres ultérieures exploitent les mêmes thèmes, toujours à Wuhan : vie misérable du prolétariat urbain (Une vue splendide, 1987 ; Soleil du crépuscule, 1991), vie médiocre des intellectuels (Au fil de l'eau glissent les nuages, 1992).

Elle est aujourd’hui une personnalité influente du monde littéraire chinois, présidente depuis 2007 de l’Association des écrivains du Hubei.

En 2010, elle remporte le prix littéraire Lu Xun.
+ Voir plus
Source : larousse
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Fang Fang : Début fatal
Depuis le quartier des 36 corporations, à HANOI, Olivier BARROT présente le livre "Début fatal" de FANG FANG, édité par STOCK (collection Bibliothèque cosmopolite). Images des rues de HANOI.
Podcast (1)


Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
Vestia   22 février 2021
Wuhan, ville close de Fang Fang
Mon enfant, je veux encore ajouter que l’époque de mes seize ans était bien pire que la tienne. Je n’avais alors jamais entendu parler de cette idée de « penser par soi-même ». Je ne savais même pas qu’une personne avait besoin de penser par elle-même. Je faisais tout ce que mes professeurs me disaient de faire, je suivais tout ce que l’école m’inculquait, tout ce que le journal me dictait ou que la radio me demandait. J’avais onze ans quand la Révolution culturelle a éclaté, vingt et un lorsqu’elle a pris fin. J’ai grandi durant cette décennie. Je n’avais alors jamais pensé par moi-même, parce que je ne me considérais pas comme un être indépendant, je n’étais qu’une simple vis au cœur d’une machine. Je fonctionnais à son rythme, m’arrêtant quand elle s’arrêtait, démarrant quand elle démarrait.
Commenter  J’apprécie          30
le_Bison   22 mai 2013
Une vue splendide de Fang Fang
Septième Frère dit : si tu as réalisé que toutes les choses de la vie, et la vie elle-même, ne valent pas un sou, c'est que tu as compris que le seul fait d'avoir vécu jusqu'ici donne un peu de saveur à l'existence. Alors, tu peux aller et venir sur le chemin de l'existence humaine, léger comme un cheval céleste en cavale dans l'espace.
Commenter  J’apprécie          160
le_Bison   19 mai 2013
Une vue splendide de Fang Fang
Septième Frère part toujours le dimanche matin très tôt ; cette famille lui répugne. Il n'a pas envie de regarder Père picoler, engueuler son monde et lancer dans un râle un gros crachat vert au milieu de la pièce. Il a horreur de voir Mère, maigre comme une allumette, jouer à la jolie gazelle dès qu'elle voit un homme et raconter comment le beau-père de telle famille a séduit sa bru et comment la belle-mère de telle famille a séduit son gendre.
Commenter  J’apprécie          130
hcdahlem   04 mars 2019
Funérailles molles de Fang Fang
Ce qui t’est arrivé dans le passé, n’y pense plus; tes plus grands ennemis, j’ai bien peur que ce ne soient pas les autres, mais tous ces souvenirs dont tu as perdu la mémoire. Si on te pose des questions, réponds que tu ne sais pas, que tu ne te souviens de rien, c’est le mieux.
Commenter  J’apprécie          130
le_Bison   01 juin 2013
Une vue splendide de Fang Fang
Septième Frère dit : beaucoup de gens qu'on dit intègres ne vivent que pour eux-mêmes. Ils n'offensent personne mais n'apportent rien à la société, ni à l'humanité. On rencontre aussi des gens qu'on dénigre parce qu'ils s'enrichissent de façon malhonnête, mais à qui il peut arriver de donner une grosse somme d'argent pour la construction d'un hôpital ou d'une école. De ces deux personnages, peux-tu dire lequel est le meilleur et lequel est le moins bon ?
Commenter  J’apprécie          120
le_Bison   24 mai 2013
Une vue splendide de Fang Fang
Septième Frère a dit : qu'est-ce que je dois faire ? Le gars du Jiangsu a dit : change ta façon de vivre. Septième Frère a dit : Comment il faut vivre ? Le gars du Jiangsu a dit : agis pour changer ton destin, t'as pas à penser au pourquoi du comment. Septième Frère a dit : faut être déterminé et foncer, c'est ça ? Le gars du Jiangsu a dit : pense chaque soir aux souffrances que tu as connues, pense aux regards méprisants que lançaient les autres. Pense à tes enfants et petits-enfants qui suivront péniblement la même route que tu as suivie, en bas de l'échelle.
Commenter  J’apprécie          100
le_Bison   26 mai 2013
Une vue splendide de Fang Fang
Septième Frère dit : la vie, c'est comme les feuilles d'un arbre, un va-et-vient incessant. Le destin des bourgeons du printemps est de voltiger en automne. Tous les chemins conduisent à la même fin ;
Commenter  J’apprécie          80
Fuyating   12 septembre 2020
Wuhan, ville close de Fang Fang
Désormais, de part et d'autre, les politiciens se rejettent mutuellement la responsabilité du désastre, sans admettre qu'ils ont tous commis des erreurs au fil des événements. Dans un premier temps, c'est la Chine qui s'est rendue coupable de négligence, puis les pays occidentaux se sont montres arrogants, ils n'ont pas su faire confiance à l'expérience acquise par la Chine dans la lutte contre le virus : c'est tout cela qui a causé la mort d'innombrables personnes à travers le monde, brisé d'innombrables familles et infligé de lourds dégâts à la société.
Commenter  J’apprécie          40
Fuyating   29 octobre 2020
Wuhan, ville close de Fang Fang
Ce journal que j'écris, moi qui suis confinée dans une zone où sévit l'épidémie, simple victime consignant les réflexions que lui inspirent les infimes détails de sa vie quotidienne, n'était pas, pour l'essentiel, destiné à marquer durablement les esprits. Mais ces milliers d'attaques coordonnées contre moi devraient finalement lui assurer une longue prospérité.
Commenter  J’apprécie          40
aimeryjoessel   27 août 2018
Une vue splendide de Fang Fang
Quatrième Frère est sourd-muet. Il a eu une forte fièvre à l'âge de six mois. Ce jour-là, Père avait été blessé à son travail et Mère était allée auprès de lui sur le port. Quatrième Frère est sorti vivant de cette fièvre, mais il a perdu toute capacité d'entendre et de parler. Quatrième Frère pouvait tout de même boire et manger, et en fait il grandissait très heureux au sein de cette famille. Il n'a jamais subi les poings et les pieds de Père. Ce qui explique pourquoi Quatrième Frère éprouvait une affection hors du commun pour Père. Quand Père revenait du travail, Quatrième Frère était le seul à se faire une joie de l'accueillir et de l'interpeller dans son baragouin indistinct « Pa... Pa ». Quatrième Frère ne connaissait que ce mot. Il ne savait pas dire « M'man ». C'est pourquoi — son infirmité n'en était pas la cause — Mère ne le chérissait pas particulièrement.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-36263: vocabulaire - les mots du chinois en français

aïnou (n.m)

peuple et langue de ce peuple du nord du Japon
sorte d'antilope à longues cornes
type de végétation proche du lichen

14 questions
65 lecteurs ont répondu
Thèmes : chineCréer un quiz sur cet auteur

.. ..