AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.5 /5 (sur 21 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Francis Joannès est professeur émérite d'Histoire, civilisation, archéologie et art des mondes anciens et médiévaux à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.


Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Bertrand Lafont & Francis Joannès - La Mésopotamie : de Gilgamesh à Artaban : 3300-120 av. J.-C.


Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
BazaR   29 décembre 2019
La Mésopotamie : De Gilgamesh à Artaban 3300 - 120 av. J.-C. de Francis Joannès
Les excédents agricoles qu'Uruk a été capable de dégager à un moment donné et qui ont permis son soudain "décollage" ont été la conséquence directe de la mise en place de nouvelles techniques d'irrigation, telles qu'on les repère déjà dans les plus anciens textes cunéiformes.

Ces techniques semblent avoir reposé sur l'instauration progressive, dans la plaine, de réseaux de canaux raccordés aux fleuves, le long desquels ont été mises en culture des séries de champs de forme allongée. C'est ce procédé que l'on rencontre encore parfois aujourd'hui dans le sud de l'Irak où l'on voit de grands blocs de champs allongés disposés en arête de poisson de part et d'autre d'un canal d'irrigation.

("Uruk et la révolution urbaine")
Commenter  J’apprécie          170
BazaR   03 septembre 2020
La Mésopotamie : De Gilgamesh à Artaban 3300 - 120 av. J.-C. de Francis Joannès
Le plus vraisemblable, en définitive, est que la façon dont les chroniqueurs postérieurs ont accablé Naram-Sîn révèle le besoin d'expliquer ce qu'ils considéraient comme une catastrophe absolue et inconcevable : la chute de l'empire akkadien, intervenue par la suite. Il n'est pas impossible que celle-ci ait laissé dans les esprits une lourde trace, "quelque chose de sans doute comparable à la fin de l'empire romain dans la mémoire européenne" (Seege Cleuziou)

("Akkad, l'empire charismatique")
Commenter  J’apprécie          162
BazaR   27 décembre 2019
La Mésopotamie : De Gilgamesh à Artaban 3300 - 120 av. J.-C. de Francis Joannès
La géographie physique et les conditions environnementales conduisent à diviser cet ensemble en deux grands secteurs, la césure se situant grosso modo au niveau de la zone où les deux fleuves (le Tigre et l'Euphrate) se rapprochent le plus l'un de l'autre, à peu près à la hauteur de l'actuelle Bagdad : au nord, s'étend une région de bas plateaux, souvent arides, que les fleuves entaillent ; c'est là que se développera l'Assyrie, ouverte sur le monde de la Méditerranée et de l'Anatolie. Au sud, se déploie une plaine alluviale large et plate, où le cours des fleuves divague et se divise en différents bras : elle circonscrit le domainie de la future Babylonie, davantage tournée vers l'Iran méridional et les régions du golfe arabo-persique.

("L'aube de l'Histoire")
Commenter  J’apprécie          153
BazaR   18 janvier 2020
La Mésopotamie : De Gilgamesh à Artaban 3300 - 120 av. J.-C. de Francis Joannès
Entreprise en 1926 par l'archéologue anglais L. Woolley, la fouille de centaines de tombes du cimetière de la ville d'Ur, datant de l'époque des dynasties archaïques (vers 2600-2500 av. J.-C.), a produit des résultats qui ont fait sensation. Seize puits funéraires se sont révélés d'une incroyable richesse (d'où leur qualificatif de "royales")...



Deux raisons au moins expliquent le grand retentissement qu'ont pu avoir ces découvertes spectaculaires : elles ont révélé d'une part la pratique d'un rituel funéraire étonnant et macabre, où serviteurs, musiciens et proches du défunt devaient apparemment accompagner celui-ci dans la mort, mais sans que l'on puisse déterminer leur éventuelle part de volontarisme ou de soumission... Elles ont livré d'autre part un matériel archéologique d'une richesse inouïe, constitué de splendides objets en or, lapis-lazuli, bronze, etc...



L'absence de tout texte accompagnant ces trouvailles les laisse en grande partie nimbée de mystère.

("Les cités-états archaïques")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          114
Henri-l-oiseleur   24 octobre 2017
La Mésopotamie : De Gilgamesh à Artaban 3300 - 120 av. J.-C. de Francis Joannès
(Les bibliothèques mésopotamiennes). On ne peut parler des bibliothèques sans aborder leur période d'apparition. En effet, si des archives sont bien identifiées dès le III° millénaire, il n'en va pas de même des fonds de tablettes littéraires et savantes. La particularité de cette documentation érudite est qu'elle ne semble avoir été organisée en bibliothèques que dans la deuxième moitié du II° millénaire, à une période où, en Babylonie, on fixa les grands domaines du savoir en ce que l'on appelle en akkadien "ishkaru" et que l'on traduit par "séries canoniques". Avant cela, les textes érudits n'étaient pas réunis, classés et conservés entre eux mais mêlés aux textes d'archives. Pratiquement toutes les grandes disciplines ont été fixées durant la deuxième moitié du II° millénaire dans un format spécifique et dans un texte qu'il fallut, par la suite, respecter à la lettre. Auparavant, le savoir était buissonnant, c'est-à-dire que chaque discipline avait ses traditions locales, parfois différentes d'une ville à l'autre. Ce fut donc un énorme travail que de compiler tous les savoirs puis de les organiser et enfin de les structurer en "ishkaru". Peut-être est-ce ce mouvement qui fut à l'origine de l'apparition des premières collections de tablettes uniquement composées de textes érudits, les bibliothèques. Cependant, nous pouvons constater ce phénomène mais pas encore en détailler le processus concret.



p. 985, "L'atelier de l'historien, archives et bibliothèques : la tablette cunéiforme en contexte".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Henri-l-oiseleur   08 octobre 2017
La Mésopotamie : De Gilgamesh à Artaban 3300 - 120 av. J.-C. de Francis Joannès
(fin de la dynastie d'Ur III, 2000 av. J.C.)

Avec la chute de l'empire d'Ur III, les Sumériens ont disparu définitivement de la scène historique. La "mort" du sumérien en tant que langue vivante demeure une question débattue, mais on peut considérer que le constat en fut dressé à ce moment-là, même si le sumérien allait dès lors, et pour de nombreux siècles, continuer à jouer le rôle de langue de culture, un peu à l'image du latin en Europe occidentale à partir du Moyen-Age.



p. 248
Commenter  J’apprécie          50
Henri-l-oiseleur   15 octobre 2017
La Mésopotamie : De Gilgamesh à Artaban 3300 - 120 av. J.-C. de Francis Joannès
(Epoque cassite, XVI°-XV° siècles). On constate par ailleurs, qu'à l'exception de la prise en main du sud babylonien, les rois cassites ne furent pas des conquérants : peut-être parce que l'état du Proche-Orient de l'époque mettait en présence des royaumes de puissance assez comparable, bien que cela n'ait pas empêché, par exemple, l'empire hittite d'éliminer le Mittanni, au XV°s, avec l'aide de l'Assyrie. Peut-être aussi, et surtout, parce qu'on entre alors dans ce que l'on pourrait qualifier de "phase de territorialisation", dans laquelle les Etats mésopotamiens cessent de se définir par l'extension personnelle du pouvoir d'un souverain ou d'une ville-centre, pour devenir de véritables états territoriaux, correspondant à notre grille de lecture géopolitique contemporaine, tels que l'Assyrie, la Babylonie (Karduniash), ou l'Elam en Iran. Une fois établies les frontières de ces Etats, souvent déterminées par des limites naturelles, chacun était censé être maître chez soi.



pp. 493-496
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Henri-l-oiseleur   29 septembre 2017
La Mésopotamie : De Gilgamesh à Artaban 3300 - 120 av. J.-C. de Francis Joannès
Malgré le grand nombre de cités mésopotamiennes dont les noms nous sont connus par les textes cunéiformes, les vestiges de ces villes, construites en briques crues, ont disparu depuis de nombreux siècles, ne laissant au mieux émerger au regard des voyageurs que des tells, ces collines artificielles résultant de l'accumulation des vestiges érodés ... On connaît donc bien davantage l'histoire de ces cités par les tablettes d'argile qui nous parlent d'elles, que par les autres traces qu'elles ont laissées, qu'essayent patiemment de redécouvrir les archéologues. Là réside sans doute une grande différence avec la civilisation - quasi contemporaine - de l'Egypte, dont de nombreux monuments et constructions de pierre, aux dimensions parfois colossales, ont traversé les siècles, mais qui n'a livré, en comparaison, qu'assez peu de textes.



Légende p. 117 de la photo de Tell Brak, en Mésopotamie du Nord.
Commenter  J’apprécie          40
Henri-l-oiseleur   30 septembre 2017
La Mésopotamie : De Gilgamesh à Artaban 3300 - 120 av. J.-C. de Francis Joannès
Fragmentation politique et homogénéité culturelle : il est possible que, sur la longue durée, ce régime de cités-Etats ait finalement été le mode privilégié d'organisation politique du Sud mésopotamien. Car toutes les périodes de tentatives d'unification au sein de grands royaumes (Akkad, Ur III, plus tard Babylone I) n'ont finalement guère pu s'étendre au-delà de deux ou trois générations, avant d'échouer invariablement. Pour la longue tranche d'histoire couvrant tout le III° et la première moitié du II° millénaire, ces épisodes centralisateurs pourraient par conséquent être analysés comme des périodes "inhabituelles" ou exceptionnelles, à l'inverse de ce que l'on pense souvent tant elles sont survalorisées dans l'historiographie ...



p. 263, chapitre VI, La première dynastie d'Isin (2000-1800).
Commenter  J’apprécie          40
Henri-l-oiseleur   13 octobre 2017
La Mésopotamie : De Gilgamesh à Artaban 3300 - 120 av. J.-C. de Francis Joannès
(Fin définitive de Sumer, avec la dernière révolte , sous le roi babylonien Samsu-Iluna, 1749-1712 av.J.C.) Samsu-Iluna parvint cependant à bout de tous ces adversaires, notamment de Rim-Sîn II après trois ou quatre ans d'une lutte acharnée, mais au prix d'un coup d'arrêt donné au développement du Sud (sumérien). En effet ... toutes les vénérables cités de Mésopotamie méridionale, Uruk, Ur, Larsa, etc, furent peu à peu entraînées dans un irrésistible mouvement de démantèlement de leur infrastructure, pourtant si caractéristique de cette région depuis plus d'un millénaire. (...) Le résultat fut en tous cas l'exil massif des populations de l'ancien pays de Sumer vers le nord de la Babylonie.



Le délaissement des villes du sud sous Samsu-Iluna a réellement marqué la fin de la survie locale de la vieille culture sumérienne qui avait pu être préservée jusqu'alors. Cet événement a eu de grandes conséquences sur la transmission jusqu'à nous de la tradition écrite de cette culture, que continuaient à se léguer les lettrés, de génération en génération, depuis des siècles. Beaucoup de copies de textes sumériens retrouvées à Larsa, Nippur ou Ur datent de cette époque qui a juste précédé l'arrêt de l'activité des scribes et l'abandon de leurs villes. Ceux-ci ont en outre souvent emporté avec eux, en exil, leurs manuscrits, permettant ainsi de sauver des pans entiers du corpus de la littérature sumérienne, retrouvés dès lors dans certaines villes du nord.



A partir de 1738, débuta une seconde phase du règne, mais sans que cesse une situation de crise socio-économique latente, augmentée sans doute par l'afflux de réfugiés, amenant la poursuite des révoltes ici ou là, ainsi que la nécessité de nouvelles mesures d'abolition des dettes : une troisième "misharum" (remise intégrale des dettes) fut proclamée en 1733, une autre encore en 1722 ! Crise des réfugiés et crise de la dette ... : osera-t-on insister ici sur l'impact historique de tels périls ?



p. 350
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-49992

Où se déroula la journée des Barricades, le 12 mai 1588?

à Londres
à Paris

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thèmes : révolutionCréer un quiz sur cet auteur

.. ..