AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.15 /5 (sur 198 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Paris, France , le 08/04/1962
Biographie :

Alberto Angela est paléontologue, vulgarisateur scientifique, écrivain et journaliste.

Dès son plus jeune âge, il accompagne son père Piero Angela (1928), journaliste à la télévision italienne, dans ses voyages au cours desquels il acquiert la maîtrise de nombreuses langues européennes et une culture cosmopolite.

Après avoir étudié au lycée français de Rome, il s'inscrit en sciences naturelles à l'Université de Rome "La Sapienza", d'où il sort diplômé avec un prix pour sa thèse. Il a également étudié dans plusieurs universités américaines notamment à Harvard, Columbia et à l'UCLA avant de se spécialiser en paléontologie et paléoanthropologie.

Ses études universitaires achevées, il travaille dans la recherche et participe à des fouilles paléoanthropologiques sur différents sites dans le monde.

En 1988, il publie un premier essai sur les nouvelles techniques de l'interactivité dans les musées. Avec son père, il écrit plusieurs livres traitant de sujets scientifiques. En tant que journaliste, il collabore à divers quotidiens et périodiques, parmi lesquels La Stampa, Airone, Epoca.

À la télévision, il est l'un des auteurs d'une série de programmes télévisuels : "Superquark", "Quark Speciale", et "Viaggio nel cosmo" pour Rai Uno. Avec son père, Angela est l'hôte du programme "Ulisse", à partir de 2001 sur Rai Tre, pour lequel il remporte le Prix Flaiano pour la télévision.

page Facebook : https://www.facebook.com/albertoangelalaculturaeluomo/

+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Alberto Angela   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Une journée dans la Rome antique : sur les pas d'un Romain, dans la capitale du plus puissant des empiresAlberto AngelaCatherine Pierre-Bon, Mario Pasa Éditions Payot Collection Histoire Mai 2020 9782228924870 Une journée dans la Rome antique sous le règne de Trajan, quart d'heure par quart d'heure, par l'auteur d'Empire et des Trois Jours de Pompéi ; après ces deux succès et avec un même talent de conteur, Alberto Angela immerge si bien ses lecteurs dans l'Antiquité romaine qu'il fait presque d'eux des Romains afin qu'ils la comprennent mieux. Un livre qui s'est vendu à plus de 500 000 ex. en Italie. ©Payot 2020 https://www.laprocure.com/journee-rome-antique-romain-capitale-plus-puissant-alberto-angela/9782228924870.html
+ Lire la suite

Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
oran   19 juin 2020
Une journée dans la Rome antique de Alberto Angela
Certains pays d'aujourd'hui nous donnent une idée de l'atmosphère qui régnait dans la Rome antique. L'Inde est de ceux-là. [...]

Dans la Rome impériale comme en Inde, on passe en quelques mètres d'un extrême à l'autre, du parfum capiteux de certaines passantes à l'odeur âcre d'une ruelle, sans parler des relents de graillon qui s'échappent des cuisines. Le contraste est tout aussi frappant entre les riches costumes et l'extrême pauvreté.
Commenter  J’apprécie          230
Ichirin-No-Hana   01 avril 2018
Empire : Un fabuleux voyage chez les Romains avec un sesterce en poche de Alberto Angela
"Ris bien de qui te traite de giron, Sextilius, et fais-lui donc un doigt d'honneur."

L'autre obtempère, se tourne vers son adversaire et, après lui avoir craché dessus, lui montre son majeur tendu en l'invectivant à son tour. Une bagarre s'ensuit, une de ses bagarres auxquelles on assiste quotidiennement dans les ruelles de Londinium. Les décurions s'éloignent, ils ne tiennent pas à s'en mêler. Cette scène n'est pourtant pas dénuée d'intérêt. Elle nous a permis de découvrir que l'un des gestes les plus insultants de notre époque, à savoir le doigt d'honneur, n'est pas le fruit de notre vulgarité moderne mais remonte à des temps ancestraux, puisque les romains y recouraient déjà.
Commenter  J’apprécie          120
Mimimelie   28 novembre 2019
Le regard de la Joconde de Alberto Angela
Presque toutes les populations primitives considéraient le portrait comme une image plus ou moins ressemblante substituée à une personne disparue ; ils l’utilisaient pour dépasser la mort, éloigner les esprits malveillants, protéger les descendants du défunt, transmettre sa mémoire, célébrer ses hauts faits et ses vertus. Car le plus important, à l’origine, n’était pas tant de reproduire ses traits que de souligner le rôle social, politique ou religieux qu’il avait joué durant sa vie. Ce mode de représentation passait par une forme solennelle ou abstraite et par des images symboliques évoquant le pouvoir qu’il avait exercé.



Et en effet, durant une grande partie de leur histoire, les Grecs n’eurent pas pour préoccupation de définir l’aspect réel de ceux qu’ils figuraient, qu’il s’agisse de leurs divinités (qui avaient de toute façon apparence humaine) ou de leurs personnages historiques : ils avaient tendance à les représenter de façon très idéalisée, selon les canons de l’art alors en vigueur. On peut dire la même chose des Égyptiens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
beauscoop   16 avril 2020
Le regard de la Joconde de Alberto Angela
Quand on y réfléchit, la quantité d’artistes qu’on pouvait croiser à l’époque [vers 1510] dans les rues de Rome et de Florence est absolument incroyable : Léonard de Vinci, Michel-Ange, Botticelli, Pinturicchio, Ghirlandaio, le Pérugin ... et bien sûr Raphaël.
Commenter  J’apprécie          70
deidamie   15 avril 2018
Les trois jours de Pompéi de Alberto Angela
Le volcan envoyait donc des messages très clairs depuis des lustres, mais nul ne les a compris.
Commenter  J’apprécie          80
deidamie   15 avril 2018
Les trois jours de Pompéi de Alberto Angela
Chez nous, les murs sont plutôt nus tandis que les pièces regorgent de meubles. Un Romain de l’Antiquité se croirait dans un entrepôt et aurait du mal à évoluer sans se cogner.
Commenter  J’apprécie          70
beauscoop   15 mars 2020
Empire : Un fabuleux voyage chez les Romains avec un sesterce en poche de Alberto Angela
Quand on s’interroge sur ce que les Romains ont construit de plus grand, ce sont le Colisée, le Circus Maximus ou encore les thermes de Caracalla qui viennent spontanément à l’esprit. En réalité, il s’agit des routes. Elles sont surtout l’ouvrage le plus durable qu’ils nous aient laissé et couvraient jadis plus de 80 000 kilomètres.
Commenter  J’apprécie          60
Marie2406   16 mars 2019
Empire : Un fabuleux voyage chez les Romains avec un sesterce en poche de Alberto Angela
Mais ces articles nous révèlent autre chose : la tunique a été tissée à Rome avec du lin cultivé en Egypte. L'ambre vient de la Baltique, les saphirs de l'actuel Sri Lanka, la soie de Chine... Cette enfant est l'incarnation d'un phénomène que nous connaissons bien et que les Romains ont inventé : la mondialisation. Toutes les régions de l'Empire partagent la même monnaie, les mêmes lois, la même façon de vivre et la même architecture. On a déjà dit qu'elles connaissaient une même langue officielle, le latin, et que selon les régions s'y ajoutait le grec. Vous pouvez commander le même vin à Alexandrie et à Londinium, les gens y suivent la même mode vestimentaire, s'y lavent de la même façon. Et comme vous avez pu le constater sur le quais du port d'Ostie avec la céramique sigillée, des produits de la péninsule italienne sont copiés ailleurs puis revendus à Rome.
Commenter  J’apprécie          50
Lenocherdeslivres   16 juillet 2018
Empire : Un fabuleux voyage chez les Romains avec un sesterce en poche de Alberto Angela
La femme romaine sous l'Empire est financièrement indépendante et jouit dans le mariage des mêmes droits que l'homme. Pour divorcer, il suffit que l'un des époux fasse une déclaration devant témoins : l'union est aussitôt dissoute - procédure autrement plus rapide qu'aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          60
okka   08 septembre 2020
Empire : Un fabuleux voyage chez les Romains avec un sesterce en poche de Alberto Angela
p.401.

Mais l’endroit le plus visité est bien sûr la ville de Rome. Ceux de ces habitants qui la quittent pour jouer eux-mêmes les touristes s’attirent les railleries de Pline le Jeune. Il leur reproche d’entreprendre de longs voyages en Orient pour admirer des œuvres lointaines, alors qu’ils ignorent celles qu’ils ont chez eux : « Des curiosités qui nous font mettre en route, passer la mer, nous laissent indifférents si elles se trouvent à la portée de nos yeux. [...] Nous recherchons ce qui est éloigné, peu soucieux de ce qui est proche de nous. » En somme, rien n’a changé depuis deux mille ans...
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le Tour du Monde en 80 jours

Comment s'écrit le nom du héros du roman ?

Filéas Fog
Phileas Fog
Phileas Fogg
Phyleas Fogg

11 questions
94 lecteurs ont répondu
Thème : Le tour du monde en quatre-vingts jours de Jules VerneCréer un quiz sur cet auteur

.. ..