AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.03 /5 (sur 168 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Turin , le 30/04/1959
Biographie :

Alessandro Barbero est spécialiste d'histoire militaire et enseigne l'histoire médiévale à l'université du Piémont-Oriental de Vercelli.

Historien et romancier, il est notamment l'auteur d'un livre sur la bataille de Waterloo, d'une biographie de Charlemagne et de deux romans, tous traduits en français.

Il est lauréat du prix Strega en 1996 pour son roman Bella vita e guerre altrui di Mr Pyle, gentiluomo (La belle vie ou les aventures de Mr Pyle, gentilhomme).

Source : amazon.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Alessandro Barbero   (17)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Avec Alessandro Barbero & Diego Marani Rencontre animée par Fabio Gambaro Italissimo ce sera début juillet et – toute l'équipe du festival croise les doigts – en présence du fidèle public de la manifestation. Dans cette attente, le festival adresse un signe à ses spectateurs : une journée de rencontres et de lectures construites autour Dante et Goliarda Sapienza, deux piliers de la culture italienne, que réunit un pont de cinq siècles. De Dante Alighieri, le « père de la langue italienne », cette année marque le 700e anniversaire de la mort. Sa Divine Comédie, chef d'oeuvre parmi les chefs d'oeuvre, célèbre en trois chants, de l'Enfer au Paradis, en passant par le Purgatoire, la représentation du monde catholique au Moyen-Âge. le texte est devenu une référence incontournable de la culture occidentale, son influence est incommensurable. L'historien médiéviste et romancier Alessandro Barbero publie une biographie trépidante du héraut des lettres italiennes. Un portrait vivant qui révèle l'homme de son temps, loin de la sacralisation du Poète à laquelle se livrent bien des commentateurs ! « Je ne cherche pas à expliquer pourquoi, sept cents ans après la mort de Dante, il vaut encore la peine de lire La Divine Comédie : je raconte la vie d'un homme du Moyen Âge, qui eut des parents, des oncles, des tantes et des grands-parents, qui alla à l'école, tomba amoureux, se maria et eut des enfants, s'engagea dans la politique et fit la guerre, connut des succès et des malheurs, la richesse et la pauvreté. Sauf que cet homme est l'un des plus grands poètes qui aient jamais foulé la terre. » Avec le soutien de l'Ambassade d'Italie en France et du Consulat italien À lire – Alessandro Barbero, Dante, trad. de l'italien par Sophie Royère, Flammarion, 2021.

+ Lire la suite

Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
Walktapus   04 janvier 2015
Histoires de croisades de Alessandro Barbero
Il était haï par son peuple [Richard Coeur de Lion], et d'abord parce qu'il était français, quoi qu'en ait dit Walter Scott dans son roman Ivanhoé : à l'époque, les rois d'Angleterre, pour des raisons dynastiques, étaient des princes français, parlaient français, et possédaient en France des terres dont la surface équivalait à toute l'Angleterre, si bien qu'ils y passaient le plus clair de leur temps. Il était en outre haï par son peuple parce qu'il prélevait de très lourds impôts. Car contrairement à la légende, ce n'est pas le roi Jean, mais le roi Richard, qui augmentait les impôts pour financer ses guerres. Il était connu pour être un souverain cruel, féroce et tyrannique, mais c'était un grand guerrier et cela plaisait aux gens, surtout s'ils n'avaient pas le malheur d'être ses sujets. Plus d'un dut être soulagé lorsqu'il quitta l'Europe pour s'en aller combattre les infidèles.
Commenter  J’apprécie          240
finitysend   08 novembre 2013
Le Jour des barbares - Andrinople, 9 août 378 de Alessandro Barbero
Il voyaient l'immensité des murs qui qui défendaient Constantinople , et derrière ces murs tous ces édifices à plusieurs étages qui paraissaient s'étendre à perte de vue ; et plus ils prenaient conscience des dimensions de la cité, plus ils étaient démoralisés .Ils finirent par renoncer à l'assiéger et s'en allèrent :
Commenter  J’apprécie          230
Walktapus   05 janvier 2015
Histoires de croisades de Alessandro Barbero
Malgré leur volonté farouche de ne pas se comprendre et de se massacrer mutuellement, les élites turques et croisées finissent donc pas trouver, inévitablement, un terrain d'entente, et tant pis s'il repose sur des équivoques. Il ne fait aucun doute qu'ils s'admirent.
Commenter  J’apprécie          170
BazaR   09 juillet 2014
Le Jour des barbares - Andrinople, 9 août 378 de Alessandro Barbero
il devient même possible de prendre conscience d'une chose que les Romains, auparavant, n'avaient jamais voulu voir: le fait que, très souvent, ces bandes de pauvres hères qui s'introduisent clandestinement dans l'empire, puis vivent d'expédients jusqu'à ce qu'ils soient pris dans une rafle, sont seulement des gens qui fuient la faim, la misère, la violence des tribus ennemies. Des gens qui ne connaissent pas d'autre langage que la force, mais qui en réalité pourraient fort bien être accueillis et mis au travail, puisque du travail, dans l'empire, il y en a tant et plus.
Commenter  J’apprécie          160
BazaR   19 juillet 2014
Le Jour des barbares - Andrinople, 9 août 378 de Alessandro Barbero
[Théodose, nommé empereur d'Orient après la bataille d'Andrinople]



Le nouvel empereur allait mettre fin, une bonne fois pour toutes, aux controverses religieuses qui semaient la discorde chez ses sujets et qui, à l'époque de Valens, avait affaibli l'autorité impériale; il ne tolérerait plus que ces disputes théologiques pour intellectuels grecs menacent la stabilité de l'empire d'Orient. Un an après avoir pris le pouvoir, Théodose publia un édit de trois lignes, décrétant que les sujets de l'empire était désormais tenus d'observer la seule vraie religion, à savoir la religion catholique; toutes les autres sectes chrétiennes étaient dissoutes d'office, ne pouvaient plus posséder d'édifice religieux ni pratiquer leur culte, et si quelqu'un n'était pas d'accord, il serait puni non seulement par Dieu dans l'autre vie, mais aussi par les autorités dans celle-ci.
Commenter  J’apprécie          142
Walktapus   05 janvier 2015
Histoires de croisades de Alessandro Barbero
Les deux camps opposés, au fond, raisonnaient de la même façon, adoraient le même Dieu avec des modalités différentes, avaient des aptitudes mentales analogues, et peut-être est-ce pour cela que leur opposition fut si féroce.
Commenter  J’apprécie          120
raynald66   30 avril 2015
Histoires de croisades de Alessandro Barbero
Saladin fait couper la tête de ceux qui, dans le passé, lui ont manqué de respect et de ceux qu'il n'aime pas, notamment les Templiers, qu'il considère comme

des fanatiques
Commenter  J’apprécie          120
BazaR   16 juillet 2014
Le Jour des barbares - Andrinople, 9 août 378 de Alessandro Barbero
Selon cette légende, dans un lointain passé un chef goth, Filimer, avait découvert au milieu de son peuple des sorcières appelées en langues gothique Haliurunnae. Chassées de la tribu et contraintes d'errer dans les steppes, les sorcières s'étaient unies à des esprits maléfiques qui habitaient ces lieux déserts; et de cet accouplement monstrueux était née une race non moins monstrueuse, qui n'était qu'à demi humaine: les Huns.
Commenter  J’apprécie          100
Jcequejelis   20 octobre 2013
Le Jour des barbares - Andrinople, 9 août 378 de Alessandro Barbero
Les Romains, pour se stimuler et démoraliser l'ennemi, poussèrent tous ensemble leur cri de guerre, qu'ils appelaient du nom barbare de « barritus » (« barrissement ») ; et c'était vraiment un cri plus animal qu'humain., un mugissement débutant sur une note basse, puis montant de plus en plus jusqu'à devenir assourdissant. Les soldats romains - qui pour partie, rappelons-le, étaient des immigrés - l'avaient appris auprès des tribus germaniques.



1213 - [Champs Histoire n° 974, p. 116]
Commenter  J’apprécie          80
Walktapus   12 juillet 2012
Le Jour des barbares - Andrinople, 9 août 378 de Alessandro Barbero
Car si nous donnons trop d'importance à l'aspect physique et à la langue, nous risquons de faire fausse route. Les peuples des steppes ne constituaient pas des ethnies compactes mais se répartissaient en une multitude de tribus qui se regroupaient en fonction des circonstances, quand apparaissait en leur sein un chef charismatique, victorieux dans la guerre. Lorsque nous parlons, par exemple, des Huns - pour mentionner un autre peuple qui jouera un rôle primordial dans notre histoire - , il doit être bien clair que seul leur noyau originaire était composé d'éleveurs de bétail aux traits mongoliques, petits avec des yeux bridés, parlant une langue turque. Au comble de leur puissance, quelques générations après Andrinople, ils avaient rassemblé des hommes de toute la steppe, et même une partie des Goths étaient devenus des Huns : les deux peuples s'étaient mélangés à un point tel que les chefs huns parlaient couramment la langue des Goths, et d'ailleurs Attila est un nom gothique.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Alessandro Barbero (217)Voir plus


Quiz Voir plus

Jean de Florette et Manon des Sources

Comment s'appelle le parrain d' Ugolin ?

César
Pique-Boufigue
Siméon
Philoxène

11 questions
27 lecteurs ont répondu
Thème : Jean de Florette suivi de Manon des Sources de Marcel PagnolCréer un quiz sur cet auteur

.. ..