AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.43 /5 (sur 69 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Melun , le 06/11/1962
Biographie :

Francis Mizio est un écrivain français, « spécialisé » dans l'humour noir burlesque ou caustique, la satire, le pamphlet, quel que soit le genre littéraire, quoique il soit classé souvent en polar, roman noir ou en SF. Il est également critique, nouvelliste, scénariste (BD), anthologiste, etc.

Avant d'entamer sa carrière d'auteur, il exerca nombre de métiers alimentaires. Il fut par la suite journaliste d'entreprise pour une grande banque, maquettiste PAO à Télérama, pigiste au Nouvel Observateur, puis à Libération à la rubrique Multimédia, au début de l'ère Internet en France. De même, il participa activement à la célèbre Univers Interactif dirigé par Ariel Wizman.

C'est en 1998 qu'il décide de se consacrer à l'écriture, gagnant sa vie grâce à des activités littéraires (romans, nouvelles) ou paralittéraires (ateliers d'écritures en centres sociaux, prisons, établissements scolaires ; concepts de dessins animés ; chroniques ; humeurs ; billets ; BD pour enfants ; théâtre burlesque, dialogues, scénarios de cinéma...). Il déclare renoncer définitivement à l'écriture en 2002, et s'en exprime outre dans son récit d'autofiction "Buffet à Volonté (Ed. Par Hasard 2003) ainsi que dans divers entretiens dans la presse et sur le Web.

Après un passage dans une administration ministérielle (de 2003 à 2008), épisode caricaturé dans son roman "D'un point de vue administratif" (Baleine/La Martinière 2008), il a toutefois repris ses activités d'auteur pour se consacrer entre autres à des livres humoristiques "concepts", du scénario audiovisuel, du théâtre...

Francis Mizio tient actuellement un blog satirique sur le site d'informations Rue89, intitulé "Le Système gesticulatoire" et une chronique hebdomadaire humoristique "Vis Comica" sur le site littéraire du Nouvel Observateur, le Bibliobs.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
La rencontre du samedi 25 juin 2016 à la libraire Decitre Chambéry avec deux auteurs de la collection Helios noir des Indés de l'Imaginaire : Francis Mizio (La Santé par les plantes) et Robert Darvel (Harry Dickson)

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
koalas   14 juin 2019
Pizza sur la touffe de Francis Mizio
Je ne comprends pas pourquoi vous ne saisissez pas que nos amis les légumes sont des êtres comme tout le monde ! Connaissez-vous les affres du cornichon, la morosité de la carotte, la timidité de la tomate, l'ennui du fenouil, les complexes de l'endive ?
Commenter  J’apprécie          132
koalas   13 juin 2019
Pizza sur la touffe de Francis Mizio
Bernard Ozimi, vous avez soixante et onze ans et nombres de films derrière vous. On vous connaît notamment pour Les chattes n'aiment pas le mou et Ceci n'est pas une pipe de ma grotte qui furent remarqués dans les années soixante-dix. Le premier étant une tentative de déconstruction du récit à travers le regard d'une employée de la SPA allergique aux poils de chat et le second une vision onirique des orgies dans une pinacothèque.
Commenter  J’apprécie          110
selena_974   12 février 2016
La santé par les plantes de Francis Mizio
L'intelligence humaine a cela de fascinant qu'elle n'est qu'une compilation de différentes sortes de stupidités et que chacun d'entre nous, étant plus stupide dans un domaine que dans un autre, arrive toujours à passer pour un malin s'il est plongé dans un milieu d'idiots non spécialisés.
Commenter  J’apprécie          60
Francis Mizio
FrancisMizio   03 avril 2010
Francis Mizio
Un extrait de Francis Mizio, mis ici en ligne par moi-même, pour les lecteurs de Babelio. Il s'agit d'un texte paru dans Libération il y a quelques années. Have fun (du moins j'espère).



S’EN SORTIR EN 2010 : FACILE

J’ai pris le statut de travailleur par actions il y a deux ans grâce aux dispositions que la triple cohabitation socialo-libéralo-républicaine a adopté en 2007.

Si les démarches pour se faire inscrire à la bourse des ressources individuelles -le Tiers Marché- ont été fastidieuses au départ, depuis je ne regrette pas d’avoir endossé ce statut qui me permet de me réaliser multi-professionnellement.

Actuellement, je représente un capital de 100 actions cérébrales, de 450 actions musculaires, de 20 actions auditives et de 40 vocales. Au départ, j’avais un peu présumé de mes forces et n’avais émis que 100 actions cérébrales, mais le marché étant ce qu’il est, j’ai dû ouvrir mon capital avec une offre publique de vente de musculaire, d’auditif et de vocal au fil de mes besoins en liquidités. Avec cette argent, j’ai pu me loger et rester propre le temps de décrocher mes différents emplois.

En gros, mes actionnaires sont composés à 90% de baby-boomers ; des anciens cadres-sup, des gens de la pub et des médias, des professions libérales. J’ai même mon dentiste qui m’a pris un peu de cérébral et du vocal. Mes actionnaires, qui représentent une cinquantaine de personnes, sont des gens de la génération qui a inventé ce système ingénieux du Tiers Marché avant de créer par leur départ à la retraite l’appel d’air actuel qu’on connaît sur les emplois. En fait, on leur doit vraiment tout ; ils ont tout inventé.

Grâce aux possibilités dues au tri-32 heures -la possibilité de travailler trois fois 32 heures par semaine maximum, je suis créatif 27 heures pour un studio de dessin de motifs de papiers peints (mes cérébrales) en continu, je décharge du marbre pour les Pompes Funèbres (mes musculaires) durant une trentaine d’heures par missions de quatre camions de nuit (le marché est en plein essor, c’est le Papy-Boom) et enfin je suis technicien conseil sur la ligne d’assistance d’un distributeur de purées de brocolis surgelées (mes auditives et vocales) pendant 32 heures par rotation 6/12/24.

En fait l’échelle des différentes rémunérations allant du plus bas au plus haut, je n’ai pu servir encore cette année que des dividendes sur mes musculaires. C’est toujours la part la plus importante de mes ressources. Lors de la dernière réunion avec mes actionnaires, j’ai avancé qu’il me faudrait un peu de repos, mais le vote à main levée me l’a refusé au prétexte que cela risquerait d’avoir des conséquences sur mes dividendes, vu que c’est la deuxième année que je n’ai rien servi sur les cérébrales ni les auditives et vocales. En fait, j’ai regretté d’avoir soulevé ce détail, car j’ai failli me prendre un audit médico-financier visant à analyser mon état de fatigue et celui de ma gestion. J’avais déjà eu du mal à justifier en 2008 l’achat d’un lit à deux places, alors que je suis célibataire. L’expert aurait pu remarquer que je venais de m’acheter une deuxième chaise, au lieu d’investir dans des gants pour décharger le marbre ; lesquels sont très chers à cause de la demande. J’ai pu botter en touche en assurant qu’en cas de troisième année sans dividende je m’engageais si nécessaire à vendre du sang ou un organe ; une idée qui a acquis leur confiance. Ensuite, j’ai évoqué la possibilité de convertir mes cérébrales en musculaires -et si on fait un business-plan sur cinq ans, mon truc tient bien la route. Bien sûr, il faut jongler avec les attentes légitimes des actionnaires, mais hormis les instants délicats que représentent les assemblées annuelles, on est vraiment libres et peinards pour mener sa barque.

Bref, si je fais le bilan, le solde est positif. J’ai su saisir les opportunités qu’offraient les facilités fiscales inhérentes à ma mise sur le marché et je considère que du coup l’investissement de mon stock-créativité et de mes ressources énergétiques est en bonne voie d’amortissement. Par ailleurs, les musculaires sont à la hausse d’une manière générale. J’estime donc que je gére bien ma vie. A l’actif, j’affiche bien sûr un léger déficit sentimental et sexuel à cause des périodes de suractivité, mais dans la colonne passif j’aligne quand même au bout de deux ans le fait que j’ai toujours mes deux reins et que je vis dans un trois-pièces entièrement domotisé ; ce qui est indispensable car je n’ai guère de temps à consacrer à des tâches quotidiennes. Bien sûr, l’équipement est onéreux, mais je suis prêt à travailler davantage pour me l’offrir petit à petit s’il le faut. Faut savoir ce qu’on veut. Si je continue comme ça encore quelques années, je parviendrai peut-être à racheter quelques-unes de mes actions au tarif préférentiel auquel j’ai droit.

Voilà ce dont je voulais témoigner et dire aux autres : s’en sortir c’est possible. Le monde du travail n’est pas si terrible pour qui sait en appréhender les flux et s’adapter aux contraintes naturelles du marché. Du boulot il y en a. Il suffirait seulement que les gens se remuent un peu, la preuve.

FM
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
pictura   24 février 2014
Privés de futur : 24 récits de polar-SF de Francis Mizio
Elle s’est jetée sur moi comme une diablesse, a fait sauter les boutons de ma chemise (50 florins chez Rotmann & Carson, tout de même) avant de s’inviter tranquillement dans ma bouche à coup de langue avides. Je vous passe les détails.
Commenter  J’apprécie          60
Le_Comptoir_de_l_Ecureuil   26 février 2017
Tout ce qui tombe du ciel de Francis Mizio
"Lorsque tu as fait ce que tu sais - car nous savons tous ici que tu sais très bien ce que tu as fait. D'ailleurs tu devais savoir ce que tu faisais, hein ? Et ça aussi tu le sais bien. Mieux : tu savais que nous le saurions en le faisant. ça aussi je le sais, et pourtant tu l'as fait... Et t'es content de savoir ça ?"
Commenter  J’apprécie          30
manee92   29 mars 2012
L'encyclopédie des rebelles insoumis et autres révolutionnaires de Francis Mizio
A propos de Marie Curie:

Je suis la première femme à avoir été enterrée au Panthéon et mon cercueil est bien plus lourd que celui des "grands hommes" qui sont mes voisins. Parce qu'il est plombé: simple mesure de protection contre mon corps irradié et radioactif ... Et j'en connais un rayon ...
Commenter  J’apprécie          30
Le_Comptoir_de_l_Ecureuil   27 février 2017
Tout ce qui tombe du ciel de Francis Mizio
Le reporter-stagiaire regarda longuement le vieillard, bouche bée. Ils étaient décidément tous tarés dans ce village. Ils avaient pris des éclats du caillou en pleine poire, ou quoi ? Ou peut-être cette région était-elle comme dans certains coins trop coupés du reste du monde : à force de se livrer à des unions consanguines, les habitants n'ont parfois plus rien de commun avec le reste de l'humanité. Ils raisonnent différemment, ont des traditions étranges avec des masques ou des bouts d'animaux, les dents en avant et des touffes de cheveux éparses sur le crâne pelé. C'était d'ailleurs ce que cet autochtone devait essayer de cacher sous sa casquette crasseuse.
Commenter  J’apprécie          20
doublepage   25 juin 2019
Tout ce qui tombe du ciel de Francis Mizio
Ne vous inquiétez pas, je travaille certes pour le service public, mais je n'en suis pas moins un professionnel compètent.
Commenter  J’apprécie          30
Le_Comptoir_de_l_Ecureuil   08 mars 2017
Tout ce qui tombe du ciel de Francis Mizio
Les pages du Limousin Déchaîné faisaient le point tous azimuts sur ce qui s'était passé à Câteau-Carrois, "Babylone du Limousin, lieu de sectes et de filous, dont la population semble être fascinée par sa propre décadence", depuis la chute de la météorite : meurtres, explosions, sabotage, disparitions, rumeurs diverses et spéculations tous azimuts.
Commenter  J’apprécie          10

Auteur membre de Babelio voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Ennio Morricone

Pour une poignée de dollars, Le Bon, la Brute et le Truand, il était une fois la Révolution... Comment se nomme le réalisateur de ces films, complice d'Ennio Morricone?

Francis Ford Coppola
Sergio Leone
Martin Scorcese

8 questions
64 lecteurs ont répondu
Thèmes : films , filmographie , cinema , compositeur , bande originale , adapté au cinéma , littérature , polar noir , romans policiers et polars , Musique de filmCréer un quiz sur cet auteur