AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.78 /5 (sur 9 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Né à Hyères en 1964, François-Xavier de Villemagne est ingénieur. Après sa formation à l’École nationale des ponts et chaussées et son expatriation d’un an à la BNP en Norvège, il travaille dix ans à la banque Paribas, en informatique et contrôle de gestion. Il effectue alors des déplacements professionnels fréquents en Asie (Émirats arabes unis, Hong-Kong, Singapour, Tokyo, T’ai-pei et Séoul), aux États-Unis et en Europe. De 2002 à 2005, il est responsable de la stratégie informatique du département « Gestion privée » de la Société générale.
En l’an 2000, François-Xavier de Villemagne a pris un congé sabbatique pour marcher 6 400 kilomètres de Paris à Jérusalem, en huit mois.

Ajouter des informations
Bibliographie de François-Xavier de Villemagne   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (10) Ajouter une citation
LeFarandoleur   29 mai 2016
Pèlerin d'Orient : À pied jusqu'à Jérusalem de François-Xavier de Villemagne
Antioche : je la nomme ainsi car je ne suis pas venu voir l'Antakya moderne des Turcs, mais plutôt la ville des premiers chrétiens, celle où saint Pierre et saint Paul ont parlé du Christ aux païens qui s'éveillaient à la foi. Dans une immense caverne au pied des montagnes qui surplombent l'Oronte, la tradition situe la première église du monde. Pierre, Paul et Barnabé y ont prêché. J'ai ajouté 150 kilomètres à mon périple pour venir ici. Dans mon parcours à remonter les siècles, Antioche représente, après Nicée, ma véritable porte d'entrée en Terre sainte, celle des premiers apôtres. La Palestine est toute proche. La terre du Christ.
Commenter  J’apprécie          60
LeFarandoleur   29 mai 2016
Pèlerin d'Orient : À pied jusqu'à Jérusalem de François-Xavier de Villemagne
- Tu as peur de ne pas exister suffisamment, n'est-ce pas ? Peur de n'être que le jouet de Dieu ? Tu voudrais ne plus sentir les ficelles du marionnettiste te diriger du Ciel ?
Commenter  J’apprécie          70
Cielvariable   03 mars 2019
Pèlerin d'Occident. À pied jusqu'à Rome de François-Xavier de Villemagne
— Pour vous, ce sera ?



— Juste un verre d’eau…



— C’est tout ?



— …et je vous raconterai une histoire.



J’ai craint que le cafetier moustachu et ventripotent ne bougonne, mais non : il pose aimablement un verre sur le zinc pendant que je me déleste de mon sac à dos.



— Sale temps, hein ? Pour la mi-juin ! Vous venez de loin ?



— Paris. Je suis parti il y a trois jours.



Dehors, sous le ciel gris, le vent malmène les tables en plastique de la terrasse et les parasols aux marques de bière. J’ai remis une chaise sur ses pieds avant d’entrer.



— Vous venez quand même pas de là-bas à pied ? Pour venir jusqu’ici, à Donnemarie, ça doit faire…



— Environ 100 kilomètres. Si, à pied. Puis-je avoir un café ?



— T’entends ça, Jeannine ? Et vous allez jusqu’où, comme ça ?



— Rome.



— Ben dites donc ! C’est ça votre histoire ?



Non. Mon histoire c’est… J’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : “Il était une fois…”, il y a sept ans, un marcheur qui venait à pied de Paris. Après trois journées harassantes, il s’est arrêté à Donnemarie. En ce mois de mai, la chaleur était accablante et, comme il avait fort soif, il est entré dans un café pour demander de l’eau. Il n’y avait personne, hormis une jeune femme oisive derrière le comptoir. Elle a refusé tout net : “J’suis pas faite pour remplir les bouteilles d’eau. Y’a des fontaines pour ça !” Tu te rends compte, Princesse ? Refuser de l’eau à un passant !



— J’ai souvent pensé à la serveuse revêche durant ces sept années. Je me disais que ce n’était pas possible de la laisser avec son regard mauvais, murée dans une rancœur stupide. C’était injuste de ne garder d’elle que ce souvenir. J’avais envie, non, j’avais besoin de savoir qu’elle pouvait offrir, elle aussi, une chose simple, avec le sourire. Ce bar, c’était le vôtre. Voilà pourquoi j’ai été si heureux, tout à l’heure, quand vous m’avez offert le verre d’eau !



Un bon génie qui revient sept ans plus tard pour donner une occasion de se racheter.



— Vous alliez où, l’autre fois ?



J’hésite à répondre, et puis, comme j’ai commencé…



— Jérusalem.



J’explique très vite : huit mois de voyage, l’Europe de l’Est, la Turquie, le Proche-Orient, 6 400 kilomètres à pied. Je n’aurais peut-être pas dû en parler car l’aventure de Jérusalem écrase aux yeux des autres celle dans laquelle je m’engage aujourd’hui. En un sens, elle la dévalorise : “Rome, à présent ? Pfff… Facile ! Pour vous, ce n’est rien.” Eh bien, pas du tout : “J’aimerais vous y voir !” Ça, c’est la réponse du marcheur excédé à la fin d’une journée de pluie, de froid, de solitude, d’incertitude sur le logement du soir, de kilomètres inutiles parce qu’il s’est perdu. “Vous savez, ce n’est pas toujours simple…” Ça, c’est la réponse policée dans une conversation de salon lorsque tout est fini. D’habitude, les sédentaires ne comprennent pas la première : ils vous trouvent vraiment un sale caractère. Dans les yeux de certains, quand ce n’est pas sur leurs lèvres, on lit : “Après tout, vous l’avez bien voulu.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Danieljean   23 février 2016
Pèlerin d'Orient : À pied jusqu'à Jérusalem de François-Xavier de Villemagne
Au petit matin, après une nuit pénible dans l’arrière-salle enfumée du café, je trouve toutes les portes closes. Impossible de m’attarder jusqu’au réveil de mes hôtes car une dure et longue étape m’attend. Après avoir déposé un mot de remerciement sur le comptoir pour Quasimodo, j’ouvre la fenêtre, l’enjambe et m’éloigne rapidement, comme un voleur.



Cette journée restera l’une des plus éprouvantes de mon périple. Je suis malade depuis trois jours et l’âcreté de l’atmosphère enfumée du café a achevé de me prendre à la gorge. Chaque goulée d’eau pourtant tellement indispensable devient si douloureuse que je préfère souffrir de la soif. En trois jours, j’ai parcouru 140 km et j’en ai prévu 45 de plus pour aujourd’hui, y compris le passage du col de Gezbeli à près de 2 000 mètres. La raison aurait dû m’arrêter, mais où ? À Develi, j’aurais pu coucher une nuit supplémentaire à l’hôtel, mais j’ai voulu profiter de la fenêtre météo favorable. À Bakirdagi, je n’aurais pas pu abuser plus longtemps de l’hospitalité de Quasimodo. Si l’on m’accueille parfois à bras ouverts, mon passage doit rester bref. La meilleure volonté s’épuise rapidement devant un étranger qui s’incruste.



Avancer. Avancer toujours. Je n’ai pas d’autre choix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Danieljean   23 février 2016
Pèlerin d'Orient : À pied jusqu'à Jérusalem de François-Xavier de Villemagne
La route de terre battue zigzague en pente douce au-delà du col, épousant le flanc des montagnes qui, après la nudité absolue des versants anatoliens, commencent à se piqueter de pins noirâtres. Ce devrait être du gâteau, la cerise sur le gâteau d’un franchissement réussi, mais, en ce jour éreintant, même la descente est éprouvante.



Je suis exténué.



Je m’arrête de plus en plus souvent, doublé par quelques véhicules traînant derrière eux un nuage de poussière. Malgré mon accablement, je n’ai aucune envie de monter à bord, mais comme la route est dure ! À l’épuisement des derniers jours s’ajoute le contrecoup d’avoir mis derrière moi ce fichu Taurus qui m’effrayait tant. Ce passage ouvre béantes les vannes de la fatigue indéniablement accumulée depuis Istanbul. Je craignais tellement ce col que j’en ai rêvé toute la nuit : comme si ce n’était pas suffisant de le passer une fois !
Commenter  J’apprécie          20
LeFarandoleur   30 mai 2016
Pèlerin d'Orient : À pied jusqu'à Jérusalem de François-Xavier de Villemagne
Peu avant l'entrée dans Baalbek, une mésaventure vient soudainement justifier mes appréhensions : une Mercedes déglinguée freine brusquement et pile devant moi après une queue-de-poisson. De l'intérieur, deux barbus m'apostrophent en arabe. Ils paraissent avoir une trentaine d'années, et leur tête ne m'annonce rien qui vaille. Ils semblent vouloir me prendre en voiture. Je repousse leur offre avec de larges sourires et maintes protestations de gratitudes :

- Je préfère la marche à pied, dis-je avec une naïveté feinte.

Les barbus ne l'entendent pas de cette oreille. Le ton s'élève d'un cran et ils se montrent de plus en plus agressifs. Un des deux hommes ouvre alors violemment la portière arrière de la voiture et m'ordonne de monter. Il n'est plus temps de chicaner.

A ce moment, un 4x4 s'arrête à ma hauteur et son conducteur s'enquiert en anglais :

- Est-ce qu'il y a un problème ?

- Ces gens veulent m'embarquer dans leur voiture, et moi je refuse. Je veux continuer à pied jusqu'à la ville.

Le nouveau venu entame alors une discussion animée avec les barbus. Au bout de longues minutes d'échanges assez vifs, la Mercedes repart en brinquebalant d'un air rageur. Mon bon Samaritain patiente à mes côtés jusqu'à ce qu'elle disparaisse à l'horizon et s'assure que je n'ai besoin de rien avant de redémarrer. Je respire de soulagement et remercie la Providence d'un soutien si opportun. J'ai hâte d'arriver à l'étape et presse le pas, comme si cela devait réduire le risque de rencontre similaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LeFarandoleur   30 mai 2016
Pèlerin d'Orient : À pied jusqu'à Jérusalem de François-Xavier de Villemagne
Au couvent Saint-Serge de Maaloula, un des deux moines syriens qui l'habitent, le père Georges, m'accueille avec bienveillance. Le jeune religieux de 35 ans à la barbe soigneusement taillée et aussi noire que sa soutane me vante fièrement les lieux dont il a la charge : le monastère gréco-catholique remonte au IVe siècle et revendique le titre de plus ancienne église du monde encore dédiée au culte. Mon guide prétend aussi que certains villageois pratiquent toujours l'araméen.
Commenter  J’apprécie          00
LeFarandoleur   30 mai 2016
Pèlerin d'Orient : À pied jusqu'à Jérusalem de François-Xavier de Villemagne
Le foulard camoufle tout le bas de son visage et ne laisse apparaître que son regard. A quinze pas de moi, il s'arrête. D'un mouvement agile qui dénote une inquiétante routine, il enlève sa kalachnikov dissimulée jusque-là derrière son épaule puis l'arme ostensiblement. Clac ! Clac !

La soudaineté de la menace me prend de court. Par réflexe, je lève les mains en l'air. Cela va bientôt devenir une habitude.
Commenter  J’apprécie          00
LeFarandoleur   29 mai 2016
Pèlerin d'Orient : À pied jusqu'à Jérusalem de François-Xavier de Villemagne
Un cycliste m'avait dit :

- Combien de kilomètres par jour ? Trente ? Comme les armées des grands empereurs en campagne : de César à Napoléon, les centuries ou les régiments n'ont su avancer qu'à ce rythme des hommes en marche.
Commenter  J’apprécie          00
LeFarandoleur   29 mai 2016
Pèlerin d'Orient : À pied jusqu'à Jérusalem de François-Xavier de Villemagne
A vouloir tout prévoir et calculer méticuleusement tous les risques, on ne part jamais.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de François-Xavier de Villemagne (16)Voir plus


Quiz Voir plus

La vie de Château ( romans )

1924. Pierre Benoît me disait que j'étais jaloux de la " Châtelaine du ..... "

Gévaudan
Liban
Grésivaudan
Kazakhstan

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur