AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.58 /5 (sur 548 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Keresley , le 22/10/1954
Mort(e) le : 09/09/2014
Biographie :

Graham Joyce (né le 22 octobre 1954 à Keresley) est un écrivain britannique, auteur de fantastique.

Élevé dans un village minier près de Coventry, Graham Joyce obtient un diplôme d'enseignant à Derby, puis une maîtrise de lettres modernes et de littérature américaine à l'université de Leicester où il rencontre sa future femme, Suzanne.

Il avait déjà commencé à écrire, mais c'est en Grèce où ils étaient partis vivre (sur l'île de Lesbos et en Crète) qu'il écrit son premier roman publié, Dreamside. Un voyage à Jérusalem lui inspire le roman Requiem.

Son fantastique inspiré et subtil en fait l'un des auteurs anglais les plus appréciés du genre. Trois de ses romans ont été lauréats du Prix British Fantasy. The Facts of Life a reçu le World Fantasy Award, et « Les Nuits de Leningrad », a remporté le Grand Prix de l'Imaginaire 2003, catégorie "Nouvelle étrangère". La plupart de ses romans sont traduits en plusieurs langues.

Tout en poursuivant son travail d'écrivain, il enseigne l'écriture à l'université de Nottingham Trent.

Il a co-écrit les textes de cinq chansons de "The Big Machine, quatrième album studio de la chanteuse française Émilie Simon: "Fools Like Us", Rainbow", "The Way I See You", "Nothing To Do With You" et "This Is Your World".

Sous le pseudonyme de William Heaney, Joyce a publié en 2008 le roman Memoirs of a Master Forger, sorti en France en 2009 sous le titre Mémoires d'un Maître Faussaire. La véritable identité de l'auteur étant maintenant dévoilée, le roman sera republié fin 2009 sous la signature de Joyce et sous le titre How to Make Friends with Demons.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Présentation et bilan de mes lectures du mois de décembre 2015 !
Citations et extraits (179) Voir plus Ajouter une citation
Eric76   13 mai 2018
Au coeur du silence de Graham Joyce
Le silence était complet. L'obscurité absolue.

Zoe tenta de bouger mais en fut incapable. Elle se sentit étouffer, car sa bouche et ses narines étaient obstruées par la neige. Elle réussit en toussant à en évacuer une partie. Elle sentit la neige s'écouler, glacée, à l'arrière de ses fosses nasales. Elle toussa de nouveau et parvint à avaler une goulée d'air.

Si elle s'était attendue à revenir à elle au cœur d'une blancheur neigeuse, au contraire tout était noir. Elle pouvait respirer, mais à peine bouger. Elle fit jouer les muscles de ses doigts à l'intérieur de ses gants de ski en cuir. Le mouvement était presque inexistant. Elle sentait que ses mains étaient emprisonnées à vingt ou trente centimètres environ de son visage. Ses doigts étaient largement écartés dans leurs gants. Elle tenta de les agiter, mais fut incapable de produire tout autre mouvement que ce minuscule frisson de ses doigts sous le cuir. Elle tira la langue et sentit de l'air froid.

Elle tenta de soulever son corps, sans succès ; et elle fut instantanément envahie par une panique qui la fit entrer en hyperventilation. Elle pouvait sentir son cœur marteler sa poitrine. Puis elle songea que sa survie ne tenait peut-être qu'à une petite poche d'air piégée sous la neige, aussi ralentit-elle aussitôt sa respiration.

" Tu es dans une tombe de neige, reste calme", s'ordonna-t-elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
Eric76   21 mai 2018
Au coeur du silence de Graham Joyce
Il y a des chansons, des livres et des films qui sont comme des sommets dans la mémoire. Comme s'ils étaient plus importants encore que ce qu'on a vécu. Ils ne s'effacent jamais.
Commenter  J’apprécie          601
Eric76   19 mai 2018
Au coeur du silence de Graham Joyce
Le télésiège situé du côté sud de la vallée fonctionnait toujours, comme lorsqu'ils l'avaient quitté. Le moteur produisait un bourdonnement sourd, et la ferraille s'entrechoquait tandis que les sièges vides décrivaient une boucle au bas de la pente avant de reprendre leur vaine ascension. De l'autre côté, ils redescendaient à un rythme régulier donnant la vague impression d'avoir traversé un feu, ou une guerre, ou d'avoir vécu quelque chose de terrible qui les aurait laissés, cependant stoïques et indifférents. Bien qu'il ne s'agisse que de sièges vides, on pouvait trouver une inanité glaçante à leur existence morne et linéaire, le long des câbles suspendus. Comme s'ils avaient eu la possibilité d'apprendre quelque chose, mais avaient échoué à le faire.
Commenter  J’apprécie          370
Yggdrasila   18 octobre 2014
L'enfer du rêve de Graham Joyce
Nos vanités sont comme une tour de Babel, nées de notre arrogance, de notre désir de nous élever, de devenir les égaux de Dieu.
Commenter  J’apprécie          240
iris29   25 avril 2020
Comme un conte de Graham Joyce
Personnellement, je crois que toutes les personnes qui croient en Dieu délirent. Mais je ne pense pas pour autant que ce soit une mauvaise chose. Disons qu'ils construisent leur délire de manière positive et utile, d'une manière qui les aide dans l'existence.
Commenter  J’apprécie          212
iris29   11 mars 2020
Comme un conte de Graham Joyce
Il avait presque quarante ans, et pourtant, il lui arrivait encore de s'adresser à lui comme s'il en avait quatorze. Il se demanda s'il était possible, pour un parent, de considérer un jour son enfant comme un adulte indépendant.
Commenter  J’apprécie          160
iris29   11 mars 2020
Comme un conte de Graham Joyce
Une seconde. Une seconde durant laquelle tu étudierais la possibilité que le monde n'est pas exactement comme tu l'imagines ; que tout ce qui est inhabituel ne peut pas forcément être expliqué.

Non.

Juste une seconde. Le temps qu'il faut pour prononcer ton nom. Parce que si j'obtiens ça de toi, alors j'aurai lézardé le mur, et je pourrai élargir cette lézarde en fissure, puis gratter jusqu'à faire un trou, où le vent s'engouffrera, et le mur commencera alors à disparaître.

Tu prends quoi , du crack, de la coke ?
Commenter  J’apprécie          150
Yggdrasila   18 octobre 2014
L'enfer du rêve de Graham Joyce
Qui perd ses rêves risque de perdre la tête.



Mick Jagger
Commenter  J’apprécie          170
iris29   10 mars 2020
Comme un conte de Graham Joyce
Le thé était la drogue préférée de la famille Martin. Dell en prépara davantage , épais, brun et sucré. Après tout, ils avaient reçu un choc ; et en état de choc, de chagrin ou de trouble quelconque, aussi loin que remonte leur mémoire, leur réflexe avait toujours été de noyer l'événement sous le thé. D'ailleurs, ils noyaient tout sous le thé , même lorsqu'ils n'avaient subi aucun choc, et ce, six ou sept fois par jour.
Commenter  J’apprécie          150
fertiti65   05 janvier 2020
Comme un conte de Graham Joyce
- Une seconde. Une seconde durant laquelle tu étudierais la possibilité que le monde n'est pas exactement comme tu l'imagines ; que tout ce qui est inhabituel ne peut pas forcément être expliqué.

- Non

- Juste une seconde. Le temps qu'il faut pour prononcer ton nom. Parce que si j'obtiens ça de toi, alors j'aurai lézardé le mur, et je pourrai élargir cette lézarde en fissure, puis gratter jusqu'à faire un trou, où le vent s'engouffrera, et le mur commencera alors à disparaître.
Commenter  J’apprécie          140
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature anglaise : XVIIIème ou XIXème siècle ?

Orgueil et préjugés - Jane Austen

18ème siècle
19ème siècle

20 questions
9 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature anglaise , 19ème siècle , 18ème siecleCréer un quiz sur cet auteur
.. ..