AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.48 /5 (sur 1095 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Londres , le 4/05/1949
Biographie :

Né à Londres en 1949, Graham Swift a été, dès ses premiers romans, Le Marchand de douceurs (1980) et L'Affaire de Shuttlecock (1981), considéré comme l'un des auteurs les plus prometteurs de sa génération.

Il est l'auteur de plusieurs romans et recueils de nouvelles, dont "Le pays des eaux" (1983), qui remporta le Guardian Fiction Prize, et qui a fait l'objet d'une adaptation cinématographique avec Jeremy Irons.

En 1993, Swift reçoit le Prix du meilleur livre étranger pour "A tout jamais", puis, en 1996, le prestigieux Booker Prize et le James Tait Black Memorial Prize pour "La Dernière tournée".

Héritier à la fois de Dickens et de Faulkner, il donne dans ses romans une vision assez sombre de l'histoire, soulignant les grandes fractures liées au révolutions politique, industrielle et culturelle, qui ont contribué, dans la littérature notamment, à brouiller les frontières entre histoire individuelle et grande Histoire.

+ Voir plus
Source : http://livres.fluctuat.net
Ajouter des informations
Bibliographie de Graham Swift   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Bande annonce VO du film "Mothering sunday" adaptation du roman de Graham Swift, paru en francais sous le titre "Le dimanche des meres"

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (212) Voir plus Ajouter une citation
marina53   05 avril 2017
Le dimanche des mères de Graham Swift
Nous sommes tous du combustible. Sitôt nés nous nous consumons, et certains d'entre nous plus vite que d'autres.
Commenter  J’apprécie          360
ssstella   29 janvier 2018
Le dimanche des mères de Graham Swift
Normalement, on ne devait entrer dans les bibliothèques, oui, surtout dans les bibliothèques, qu'après avoir discrètement frappé à la porte, même si, à en juger par celle de Beechwood, il n'y avait personne la plupart du temps. Cependant, même sans personne à l'intérieur, elles pouvaient vous donner l'impression, plutôt désobligeante que vous n'aviez rien à y faire. Une bonne se devait toutefois d'épousseter -et Dieu sait ce que les livres pouvaient accumuler de poussière ! Entrer dans la bibliothèque de Beechwood revenait presque à pénétrer dans les chambres des garçons, au premier étage. L'utilité des bibliothèques, se disait-elle parfois, tenait moins au fait qu'elles contenaient des livres, qu'à celui qu'elles préservaient cette atmosphère sacrée de "prière de ne pas déranger" d'un sanctuaire masculin.
Commenter  J’apprécie          320
ssstella   30 janvier 2018
Le dimanche des mères de Graham Swift
C'était le première fois qu'elle voyait un homme s'habiller, bien qu'elle fût en charge de s'occuper spécifiquement de vêtements d'homme et qu'au cours de cet été à la grande maison elle eût tôt fait de se familiariser avec l'étonnante variété de la garde-robe masculine, sa complexité et ses subtilités. Même si elle avait souvent eu, et dans les endroits les plus inattendus (écurie, serre, remise ou bosquet), l'occasion de trifouiller dans les vêtements de Paul Sheringham, alors qu'il les avait sur le dos, à condition -ou fort de l'assentiment tacite-, toutefois, qu'il puisse farfouiller dans les siens.
Commenter  J’apprécie          310
Piatka   15 mai 2017
Le dimanche des mères de Graham Swift
Elle pédala dur au début, puis se mit en roue libre et acquit de la vitesse. Elle entendait ronronner son vélo, elle sentait l'air gonfler ses cheveux, ses vêtements et, semblait-il, ses veines. Le sang chantait dans ses veines et elle en aurait fait autant si la force irrésistible de l'air ne l'avait pas empêchée d'ouvrir la bouche. Jamais elle ne saurait expliquer cette totale liberté, cette folle impression que tout était possible. Dans tout le pays, des bonnes, des cuisinières et des nounous avaient été "libérées" pour la journée, mais y en avait-il une qui fût aussi libre qu'elle ?
Commenter  J’apprécie          312
marina53   04 avril 2017
Le dimanche des mères de Graham Swift
On n'entendait que le gazouillis des oiseaux au-dehors, le silence de la maison vide, un silence étrangement audible, comme si elle retenait son souffle, et les frissons de l'air sur leurs corps venus leur rappeler, même s'ils contemplaient le plafond, qu'ils étaient entièrement nus. (...) Elle ne voulait ni dire ni demander quoi que ce soit susceptible de mettre en péril la possibilité de rester ainsi pour toujours.
Commenter  J’apprécie          310
Piatka   16 mai 2017
Le dimanche des mères de Graham Swift
Et en quoi cela consistait-il, de dire la vérité ? (..)

Cela revenait à être fidèle à l'essence même de la vie. Cela revenait à capter, si impossible que ce fût, la sensation d'être en vie. Cela revenait à trouver un langage. Il en découlait que dans la vie beaucoup de choses - oh ! bien davantage que nous ne l'imaginons ! - ne sauraient, en aucune façon, s'expliquer.
Commenter  J’apprécie          300
berni_29   09 août 2021
Le dimanche des mères de Graham Swift
À l'époque, elle avait compris que les livres étaient une nécessité, le rocher sur lequel était fondée sa vie.
Commenter  J’apprécie          300
palamede   14 mai 2019
Le dimanche des mères de Graham Swift
... elle était obsédée par le caractère changeant des mots. Un mot n'était pas une chose, loin de là. Une chose n’était pas un mot.
Commenter  J’apprécie          260
diablotin0   19 octobre 2017
Le dimanche des mères de Graham Swift
Nous sommes tous du combustible. Sitôt nés, nous nous consumons, et certains d'entre nous plus vite que d'autres. Il existe différentes sortes de combustion. Mais ne jamais brûler, ne jamais s'enflammer, ne serait-ce pas triste ?
Commenter  J’apprécie          242
ordinary_reader   15 mars 2019
Le dimanche des mères de Graham Swift
"Un diaphragme, Jay. Un bonnet hollandais. Pour m'assurer que ma semence ne t'atteigne pas, du moins pas plus que nécessaire"

Qu'est-ce que ce truc pouvait avoir de hollandais ? se demanda-t-elle. Son uniforme de bonne comprenait un petit bonnet blanc. Certains jours, elle en portait donc deux...
Commenter  J’apprécie          232

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Histoires de famille

Dans ce roman de Philippe Besson ils s'appellent Thomas et Lucas. L'un va mourir, l'autre va l'accompagner.

Son frère
Son cousin
Son neveu

10 questions
167 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur