AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.46 /5 (sur 1861 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Leicester , le 19/01/1946
Biographie :

Julian Barnes est un auteur anglais, publiant également sous le pseudonyme de Dan Kavanagh.

Après des études de langues et de littérature à l'Université d'Oxford, il travaille comme linguiste pour l'Oxford English Dictionary.

Il entreprend une carrière de journaliste pour le Times Literary Supplement et pour la New Review à partir de 1977.

Parallèlement, il publie un premier roman, Metroland (Prix Somerset-Maugham 1980), et un premier roman policier, Duffy, sous le pseudonyme de Dan Kavanagh. Il en publiera six au total.

Il se consacre ensuite entièrement à la création littéraire et publie des romans qui seront traduits en plus de vingt langues dont :

- Le Perroquet de Flaubert (Prix Médicis essai 1986)
- Love, etc. (Prix Femina étranger 1992) - ce roman a été adapté à l'écran par Marion Vernoux dans un film interprété par Charles Berling, Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg.
- Dix ans après - dans lequel Julian Barnes remet en scène les mêmes personnages de Love, etc. avec quelques rides et cheveux blancs en plus.

Julian Barnes est aussi à l’occasion traducteur d’Alphonse Daudet.

Il vit à Londres avec sa femme, l'agent littéraire Pat Kavanagh.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Julian Barnes - L'Homme en rouge

Podcasts (1)


Citations et extraits (454) Voir plus Ajouter une citation
carre   19 mars 2013
Une fille, qui danse de Julian Barnes
L'histoire qui se déroule sous notre nez devrait être la plus nette, et pourtant c'est la plus trouble.
Commenter  J’apprécie          370
Bookycooky   01 août 2020
L'homme en rouge de Julian Barnes
It’s strange that the term ‘gold digger’ is reserved exclusively for women who attach themselves to men for upward financial mobility. The biggest gold diggers of the Belle Epoque were English and French male aristocrats who married American heiresses to renew their bloodline, revive their sense of entitlement, and bolster their bank balance.



C’est étrange que l’expression « chercheur d’or » soit exclusivement réservée aux femmes qui s’accrochent aux hommes riches. Les plus grands «  chercheurs d’or » de La Belle Époque,étaient des hommes aristocrates anglais et français qui se marièrent avec des riches héritières américaines pour rafraîchir leur lignée, redorer leur blason et renforcer leur compte en banque.
Commenter  J’apprécie          350
Bookycooky   13 mars 2017
Le fracas du temps de Julian Barnes
Perhaps courage was like beauty. A beautiful woman grows old: she sees only what has gone; others see only what remains.

( Peut-être le courage était comme la beauté.Un belle femme vieillit : elle ne voit que ce qui est parti; les autres voient ce qui reste )
Commenter  J’apprécie          360
Bookycooky   30 juillet 2020
L'homme en rouge de Julian Barnes
The Count* had fresh and idiosyncratic theories of home decoration: he displayed a sledge on a polar bearskin, items of church furniture, an array of silk socks in a glass case, and a live, gilded tortoise.

Le comte avait des théories neuves et idiosyncratiques concernant la décoration d’intérieur: il exposait une luge sur une peau d’ours, des articles de mobilier d'église, un tableau de chaussettes en soie dans une vitrine, et une tortue vivante, la carapace recouverte d’une fine couche d’or.



*Comte de Montesquiou.
Commenter  J’apprécie          346
spleen   23 juin 2013
Une fille, qui danse de Julian Barnes
Combien de fois racontons-nous notre propre histoire?

Combien de fois ajustons-nous, embellissons -nous, coupons-nous en douce ici ou là? Et plus on avance en âge, plus rares sont ceux qui peuvent contester notre version, nous rappeler que cette vie n'est pas notre vie, mais l'histoire que nous avons racontée au sujet de notre vie.Racontée aux autres, mais --- surtout --- à nous même.
Commenter  J’apprécie          340
Sachenka   16 août 2015
Quand tout est déjà arrivé de Julian Barnes
Vous réunissez deux choses qui n'ont encore jamais été mises ensemble ; et parfois cela marche, parfois non.
Commenter  J’apprécie          350
Bookycooky   12 mars 2017
Le fracas du temps de Julian Barnes
Art belongs to everybody and nobody. Art belongs to all time and no time. Art belongs to those who create it and those who savour it......Art is the whisper of history, heard above the noise of time.

( L'art appartient à tout le monde et à personne.L'art appartient à tous les temps mais est aussi intemporel.L'art appartient à ceux qui le créaient et à ceux qui le dégustent....L'art est le chuchotement de l'histoire qu'on entend au-dessus du fracas du temps )
Commenter  J’apprécie          332
Piatka   09 juillet 2018
Une fille, qui danse de Julian Barnes
Nous vivons dans le temps - il nous tient et nous façonne -, mais je n’ai jamais eu l’impression de bien le comprendre. Et je ne parle pas de théories selon lesquelles il pourrait se replier en boucle, ou exister ailleurs dans des versions parallèles. Non, je pense au temps ordinaire, quotidien, celui dont les horloges et les montres nous assurent qu’il s’écoule d’une façon régulière : tic-tac, tic-tac. Quoi de plus logique qu’une aiguille des secondes ? Et pourtant, il suffit du moindre plaisir ou de la moindre peine pour nous faire prendre conscience de la malléabilité du temps. Certaines émotions l’accélèrent, d’autres le ralentissent ; parfois, il semble disparaître - jusqu’à l’instant fatal où il disparaît vraiment, pour ne jamais revenir.
Commenter  J’apprécie          321
Bookycooky   28 juillet 2020
L'homme en rouge de Julian Barnes
Proust used to say that the Prince was like ‘a disused dungeon converted into a library’.

Proust disait que le Prince* était comme "un donjon désaffecté converti en bibliothèque ".



* Le Prince de Polignac
Commenter  J’apprécie          332
fanfanouche24   31 mars 2015
Par la fenêtre de Julian Barnes
-Une vie avec les livres-

j'ai vécu dans les livres, pour les livres, par et avec les livres; depuis un certain nombre d'années, j'ai la bonne fortune de pouvoir vivre grâce aux livres. Et ce fut à travers les livres que je pris pour la première fois conscience qu'il y avait d'autres mondes au-delà du mien, que je tentai d'imaginer comment ce serait d'être quelqu'un d'autre, que je découvris ce lien profondément intime qui s'établit quand la voix d'un écrivain entre dans la tête d'un lecteur.( p.13)

Commenter  J’apprécie          323

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox