AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.82/5 (sur 52 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

Harriet Chessman a enseigné la littérature et l'écriture créative à Bread Loaf School of English et à l'Université de Yale.

Elle a déménagé en 2002, du Connecticut à Bay Area avec son mari Bryan Wolf, un historien de l'art américain à l'Université de Stanford, et leurs trois enfants.

Source : /www.harrietchessman.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Harriet Scott Chessman   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
Encore petite fille [Mary Cassatt ], elle avait prouvé qu'elle pouvait discuter pied à pied avec n'importe qui, y compris Père, qui n'était pas homme à se priver de dire ce qu'il pensait. Il avait tenté de l'empêcher de faire un tas de choses: de suivre des cours d'art à Philadelphie, de faire des études et des séjours en Europe, de vivre à Paris. Il ne parvenait pas à comprendre pourquoi elle se refusait à rester tout bonnement à Philadelphie, et à s'y marier. ( p. 75 / Quai Voltaire , 2002 ]
Commenter  J’apprécie          150
Des séances de pose procède toujours une surprise : vous ne savez pas d'avance l'image qu'elles donneront de vous. (p. 91)
Commenter  J’apprécie          140
May qui me connaît bien sait qu'au sein de la Nation Cassatt, mon petit domaine personnel est riche de livres semés partout : au creux des troncs d'arbres, sous les buissons couverts de baies, sur les bancs au bord des ruisseaux. Ma maisonnette est constituée de livres : romans anglais et français, et recueils de poèmes à tranche dorée. Moi qui suis tellement sage, qui me dévoue entièrement à la vie familiale, je n'ai plus aucun de sens de la mesure sitôt que je me retrouve dans mon domaine. Je lis des heures durant, souhaitant de tout mon coeur que la muraille qui m'entoure me protège sans faille, qu'aucune main n'en pousse la porte d'entrée, que le loquet de celle-ci soit rongé par la rouille. (p.21)
Commenter  J’apprécie          123
Je me rends compte à présent que la peinture de May engendre quelque chose qui ressemble à un souvenir. Que ses spectateurs m'aient connue ou pas, elle aura laissé un souvenir de moi à la face du monde. (p. 214 / Quai Voltaire, 2002)
Commenter  J’apprécie          130
Il est quelquefois possible d'entrevoir un bref instant l'avenir et, pour redoutable qu'il puisse paraître, il peut aussi comporter une part de réconfort.
Commenter  J’apprécie          130
«  Je me lève pour regarder par la fenêtre.
Par - dessus les toits des immeubles d’en face, je vois les maisons blanc et crème qui montent à l’assaut de la butte Montmartre, au milieu des arbres et des jardins,
Dirigeant mon regard vers l’avenue Tradaine, j’aperçois une fille en manteau bleu roi et chapeau rouge qui parcourt l’artère à toute allure, accompagnée d’un chien.
Je suis profondément séduite par tout cela , par cette vie brillante et exotique . »
Commenter  J’apprécie          100
[*Mary Cassatt parlant de Degas ]
- Il m'obsède.
- Tu as l'intention de l'épouser ?
Elle se met à rire, et je crois d'abord qu'elle se moque de moi, mais la voilà qui me répond d'un ton féroce:
-Je ne peux évidemment pas l'épouser, Lyddy. Toi, au moins, tu devrais le savoir. Comment le pourrais-je ? Il anéantirait ma peinture, il m'anéantirait moi-même. Je n'aurais pas le moyen de m'en tirer. (p. 145 / Quai Voltaire,
2002 ]
Commenter  J’apprécie          90
Quand vous êtes malade, vous disposez de beaucoup de temps pour réfléchir. De trop de temps. Votre existence se porte à votre chevet, bienvenue ou importune. (p. 90)
Commenter  J’apprécie          90
Je me rends compte tout d'un coup qu'elle [Mary Cassatt ] doit se demander, comme je me le demande moi-même, combien de temps il me reste à vivre. Et je me rends compte simultanément que j'en viendrais à regretter chaque journée où je refuserais de poser pour elle. (Quai Voltaire, 2002 / p. 160)
Commenter  J’apprécie          80
Empreinte d'une tranquille assurance la main de la mère s'attarde dans l'eau de la bassine, et elle se penche au-dessus de son bébé, et le bébé ne la quitte pas des yeux. A l'extérieur de la pièce, la vie poursuit son cours, avec ses bateaux et ses trains, ses républiques, ses lointaines colonies, son industrie, son injustice, ses guerres, sa terreur. Le monde n'est plus qu'une vue de l'esprit quand il s'agit d'autre chose que de cette tranquillité, cet espace clos, cet amour attentif. (p104)
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Harriet Scott Chessman (75)Voir plus

Quiz Voir plus

Nouvelle Vague

« Le Mépris » est un film de Jean-Luc Godard, avec Piccoli et Bardot, adapté du roman éponyme… de quel auteur ?

Albert Camus
André Gide
Raymond Chandler
William Faulkner
Alberto Moravia

9 questions
19 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinemaCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..