AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.69 /5 (sur 2247 notes)

Nationalité : Suisse
Né(e) à : Ankara , le 02/02/1945
Biographie :

Né à Ankara, Metin Arditi grandit en Suisse au bord du lac Léman, à Paudex, commune vaudoise où ses parents le placent en internat à l'âge de 7 ans et où il passe son bac. Il vit actuellement à Genève.

Ingénieur en génie atomique, il a enseigné à l’École polytechnique fédérale de Lausanne où il a créé la fondation Arditi (qui attribue une quinzaine de prix annuels).

Il a également crée la Fondation "Les Instruments de la Paix-Genève", qui favorise l’éducation musicale à des enfants de Palestine et d'Israël.

Chez Actes Sud, il est l’auteur de "Dernière lettre à Théo" (2005), "La Pension Marguerite" (2006 et Babel n° 823), "L’Imprévisible" (2006 et Babel n° 910), "Victoria-Hall" (Babel n° 726) et "La Fille des Louganis" (2007 et Babel n° 967). Dans la plupart de ses œuvres il traite de la difficulté de la filiation, de la solitude et de l’exil.

Il tient chaque lundi la chronique de la dernière page du journal La Croix.
+ Voir plus
Source : wikipedia, Éditions Grasset
Ajouter des informations
Bibliographie de Metin Arditi   (18)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Rentrée Littéraire 2020 en non-direct de la Médiathèque de l'Orangerie

Podcasts (8) Voir tous


Citations et extraits (426) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   29 août 2013
La confrérie des moines volants de Metin Arditi
- Vous connaissez la blague que chacun racontait à l'époque ( sous Brejnev ), sur la définition du communisme ? On demandait : est-ce un art ou une science ? C'était un art, bien sûr, car s'il s'était agi d'une science, le régime l'aurait d'abord testé sur des chiens.
Commenter  J’apprécie          377
FredMartineau   26 novembre 2017
L'enfant qui mesurait le monde de Metin Arditi
A cet instant, l'une aperçut Yannis qui prenait sa leçon de natation. Elle s'arrêta. Piquée par la curiosité, l'autre s'arrêta aussi, tourna la tête en direction de la crique, et les voilà toutes deux en train d'observer Yannis. Il nage jusqu'à sa mère, s'agrippe à son dos, tout essoufflé, Maraki le serre contre sa poitrine, l'embrasse avec fureur, le caresse...les deux femmes n'arrivent plus à détacher leur yeux de la scène, jusqu'à ce qu'elles se tournent l'une vers l'autre, se regardent en silence durant quelques instants et tombent dans les bras l'une de l'autre. Cet enfant porte en lui toute la douleur des hommes, se dit Kosmas. L'immense solitude et l'impossibilité désespérante de s'ouvrir à l'autre.
Commenter  J’apprécie          300
petitsoleil   12 septembre 2016
L'enfant qui mesurait le monde de Metin Arditi
Ces jours-ci, une question me revient sans cesse : qu'est-ce que la vie peut nous offrir de plus beau ?

Deux choses, je crois, totalement opposées.

D'abord, une énorme lucidité. D'un coup, ce que tu regardes est comme éclairé de mille projecteurs, tu comprends tout.

Et puis le contraire absolu. La capacité de rêver. D'imaginer ce à quoi on n'oserait pas même penser.
Commenter  J’apprécie          300
santorin   08 novembre 2019
Le Turquetto de Metin Arditi
Rachel s'approcha du miroir suspendu près de la porte, se mit de trois quarts et s'observa avec attention. Elle n'était pas seulement jolie. Elle avait de la distinction……

Son nez était mince. Busqué, mais avec distinction ! D'ailleurs il n'y avait pas que les juives à avoir le nez busqué ! Beaucoup de chrétiennes avaient le nez busqué ! Et tous n'étaient pas aussi fins que le sien !

Si ce n'est que les chrétiennes à nez busqué n'avaient pas à s'affubler d'un béret jaune.

Elle avait fait l'expérience cent fois, au coin d'une rue ou au détour d'un canal, à un moment où personne ne la voyait. Elle ôtait son béret, très vite, le cachait dans une poche, reprenait son chemin avec nonchalance, et soudain les gens la regardaient autrement.

Porter le béret jaune, c'était marcher en pleine rue avec un crachat au milieu d'un visage. Un gros crachat, qu'on n'avait pas le droit d'essuyer. Il n'échappait à personne, ce crachat. Après quoi, il regardait ailleurs, très vite. Comme si poser les yeux sur le crachat, c'était déjà se salir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
Harioutz   28 août 2019
Dictionnaire amoureux de l'esprit français de Metin Arditi
Canard enchaîné, Le



Au fond, ce n'est que justice. Longtemps le volatile (comme l'appelait le général de Gaulle) a subi les tirs des chasseurs sans possibilité de se défendre autrement qu'en déguerpissant à tire-d'aile.

oui, l'expression "canarder", très ancienne, a pour origine la chasse au canard. Désormais, chaque mercredi, c'est ne Canard enchaîné qui canarde, rétablissant ainsi une sorte de justice.

Car pour canarder, il canarde. Dur et sec. Ses titres de première page sont un mélange de Grosse Bertha et de strychnine :

- Contre les fainéants : Macron saisi par la phobie des glandeurs

- Week-end noir pour les vacanciers : La SNCF en plein black-août

- Le message de l'ex-banquier Macron : Moi aussi, j'ai grandi dans la City

- Nouveau gouvernement, nouvelle Assemblée : Macron : j'ai plus d'une corde à monarque



Le Canard canarde car le Canard est très puissant ... Il a pour lui une réputation doublement établie : sérieux dans ses enquêtes et diablement efficace.

C'est dire que, s'il y a une injustice à dénoncer, un scandale à dévoiler, il pourra compter sur le soutien d'institutions, de hauts fonctionnaires ou de lecteurs.



Le journal est aussi une forteresse inexpugnable par les forces du capital : tiré à près de 400 000 exemplaires (1 million au moment de l'affaire Papon), il n'accepte aucune publicité, engrange des bénéfices année après année, et gère son patrimoine avec grande sagesse.

Sa fortune est estimée à près de 100 millions d'euros. De quoi voir venir ... De quoi, aussi, bien payer ses journalistes et les retenir : ni piges ni décorations.



Quoi d'étonnant, dès lors, à ce que, chaque mardi après-midi, des envoyés de différents ministères fassent le pied de grue au café qui a pour nom "A Jean Nicot", au 173 rue Saint-Honoré, là où se trouve le siège du Canard, en attendant l'édition du mercredi, histoire de découvrir qui sera au menu et à quelle sauce il sera dégusté.



On doit au Canard d'avoir dévoilé des affaires qui ont secoué le pays. Celle de Papon, bien sûr, mais aussi celle des impôts de Chaban-Delmas (qui a permis aux citoyens d'apprendre ce qu'est un "avoir fiscal"), et plus récemment l'affaire Fillon, des révélations qui ont modifié l'histoire du pays.

Sans elles, l’élection du président de la République, en 2017, aurait eu une autre issue (Le Canard s'était interrogé sur les motifs de tant de hargne à l'égard de Mme Fillon : "Elle n'a rien fait" ...).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
mcd30   10 octobre 2018
La confrérie des moines volants de Metin Arditi
Presque toute la surface de la toile est sombre. Mais cette lumière qui illumine le corps de la femme au milieu de l'obscurité, c'est l'histoire de la Russie. Nous cherchons le drame à tout prix, pour le plaisir de la consolation.
Commenter  J’apprécie          270
gouelan   30 avril 2016
La confrérie des moines volants de Metin Arditi
« Pour développer une photo, le produit qu’on utilise s’appelle un révélateur. Photographier, ce n’est rien d’autre. On cherche la vérité. »
Commenter  J’apprécie          270
santorin   08 novembre 2019
Le Turquetto de Metin Arditi
La vérité d'un homme, c'est d'abord ce qu'il cache.



ANDRE MALRAUX

Antimémoires.
Commenter  J’apprécie          264
Piatka   28 août 2013
La confrérie des moines volants de Metin Arditi
- En arménien, il y a une expression pour dire la consolation. Zavt tanem. Mot à mot, cela veut dire : je prends ta douleur.

Il le regarda avec intensité :

- C'est ça qu'il attend, le bonhomme que tu photographies. Un partage. S'il sent que tu es avec lui, il te confie son fardeau. Et là, tu fais une vraie photo. Tu as cherché la douleur du gars, tu l'as prise sur toi, et du coup tu l'as transformé, ton gars.
Commenter  J’apprécie          250
Piatka   30 août 2013
La confrérie des moines volants de Metin Arditi
Lorsque les choses sont douloureuses, on les enfouit... Votre histoire me met face à ma propre réalité. Passons... Un jour de mai 1938, mon père nous raconte l'arrivée rue Daru d'une petite Russe lumineuse, combative, un bijou de fille. Je me souviens du mot utilisé par mon père. Zviozdotchka. Une étoile. La fille annonce qu'elle possède un document dont elle dit à Eulage et à mon père qu'elle souhaite le leur confier. Eulage ne voulut pas même savoir ce que contenait ce document. Les envoyés de la NKVD étaient partout où se trouvaient nos émigrés. Donc, la jeune femme repart avec son cahier... Pour tout vous dire, je pensais que ce cahier avait disparu. Qu'elle l'avait détruit, pour se protéger. Je l'aurais comprise. Car le document que vous m'avez apporté est pour l'histoire de notre Russie d'une portée inestimable.

Commenter  J’apprécie          242

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..