AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782030346648
Éditeur : Larousse (01/01/1985)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 2001 notes)
Résumé :
Sganarelle, le faiseur de fagots, est dans de beaux draps : voici que par une ruse vengeresse, sa femme le fait passer pour médecin. Le vieux Géronte, qui l'a fait mander pour guérir sa fille, semble perplexe face aux explications de ce docteur peu orthodoxe :
"Géronte - On ne peut pas mieux raisonner, sans doute. Il n'y a qu'une seule chose qui m'a choqué : c'est l'endroit du foie et du cœur. Il me semble que vous les placez autrement qu'ils ne sont; que le ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (92) Voir plus Ajouter une critique
jeunejane
  13 février 2018
La pièce commence par une scène de ménage entre Sganarelle et Martine. Celle-ci reçoit de coups de bâton.
Sganarelle parti, elle décide de se venger à sa façon et cela ne tardera pas.
Arrivent Lucas et Valère, les valets de Géronte qui rencontrent Martine et lui confient qu'ils cherchent désespérément un médecin pour guérir la fille de leur maître. Celle-ci est devenue muette et de nombreux médecins ne sont pas parvenus à la guérir.
Martine leur renseigne le lieu où se tient Sganarelle et leur fait croire qu'il est grand médecin mais ne veut pas exercer.
N'hésitez pas à le frapper pour le faire avouer et vous suivre dit-elle.
Et c'est ainsi que notre Sganarelle, habillé en médecin par Valère et Lucas, va se rendre au chevet de Léandre .
Il usera d'un charabia soi-disant médical et découvrira quand même la source de la maladie de la pauvre fille grâce à son amoureux Léandre refusé par le père.
Touts est bien qui finit bien : le couple Sganarelle et Martine se réconcilient.
Les amoureux peuvent s'aimer.
Molière met l'accent sur le côté charlatan des médecins de l'époque.
La scène la plus révélatrice de ce que pense Molière à ce sujet se passe entre Léandre qui entre dans la maison de Géronte déguisé en apothicaire et Sganarelle qui lui avoue tout.
Un vrai régal que cette pièce revue cet après-midi sur you tube avec le livre en accompagnement. Tous les souvenirs liés à la pièce revenaient.
Un miracle que ma recette du mardi-gras n'ait pas brûlé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          630
Gwen21
  28 février 2019
Cela faisait un petit moment que je n'avais pas lu une pièce de Molière et même si nous sommes tous d'accord pour dire qu'il vaut mieux voir que lire le théâtre, cela n'est pas toujours possible.
Avec "Le médecin malgré lui", on plonge dans la farce chère au célèbre dramaturge du XVIIème siècle. Les humeurs matrimoniales de Sganarelle et Martine servent de terreau à une comédie burlesque dans laquelle les médecins et la médecine sont épinglés sans merci - et sans doute avec beaucoup de lucidité. Par ricochet, la pièce dénonce aussi la bêtise et la crédulité sans bornes des gens aveuglés par les distinctions et l'érudition (ou pseudo érudition).
La pièce en trois actes est courte et légère. Comme souvent avec Molière on rit et on se moque, c'est vraiment le but recherché et il est toujours intéressant d'essayer de se projeter derrière le regard des contemporains pour goûter tout le suc de l'oeuvre.
Un moment de rire est toujours un moment agréable.

Challenge MULTI-DÉFIS 2019
Challenge SOLIDAIRE 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          546
lyoko
  16 décembre 2015
Comme beaucoup j'ai joué au collège cette pièce de théatre.. heureusement que vu notre qualité de comédien on jouait juste pour la prof (qui était un super metteur en scène).
Mais surtout on a aussi étudié la vie de Molière et du coup des moeurs de l'époque grâce à un super film (dont je ne me rappelle plus le titre exact).
Revenon à nos moutons : cette pièce est tout simplement un régal par son humour et la satire de la société.. Molière était quand même extrêmement doué..
Cette pièce prete a sourir bien souvent et elle a en plus l'avantge de m'avoir replongé da,s la nostalgie ou j'ai revu certaines têtes de mes camarades de classe qui jouaient Scganarelle a la perfection
Commenter  J’apprécie          471
Musardise
  30 septembre 2019
J'avais lu cette pièce (ma première pièce de théâtre) dans le cadre du collège... en 1982. Autant dire que je ne m'en souvenais guère, et que j'en avais gardé un souvenir non seulement flou, mais tiède, alors que Les fourberies de Scapin et L'avare m'avaient bien plus marquée, quelques années plus tard.
Ayant trouvé une vieille édition dans une boîte à livres, je me suis dit "Pourquoi pas ?", et puis j'ai laissé traîner. Jusqu'à ce que, aujourd'hui, un bonus du challenge Théâtre me décide au tout dernier moment à la relire. Et j'ai rudement bien fait !
Créée en 1666, le médecin malgré lui n'est donc pas l'oeuvre d'un débutant. Molière a déjà donné plusieurs fois dans la satire de la médecine, et reprendra une toute dernière fois le thème dans le malade imaginaire. le médecin malgré lui trouve une de ses sources, entre beaucoup d'autres, dans l'histoire du Vilain Mire, mais depuis longtemps déjà les satires médicales étaient en vogue et très appréciées. Ici, malgré la mention "comédie" ajoutée au titre, la dimension farcesque est plus que sensible. Mais c'est une farce repensée par l'auteur, et quasiment portée à son apogée.
L'argument premier en est très simple : Martine, mariée à Sganarelle, décide de se venger de lui et des récents coups de bâton qu'elle a reçus, en le faisant passer pour un médecin, avec dans l'idée de lui faire rendre les fameux coups (ce en quoi elle réussira tout à fait, ma foi). Mais les premières scènes ne sont qu'un prétexte, car les retournements de situation s'enchaînent. Sganarelle se retrouve, contre toute attente, effectivement propulsé médecin, et l'on peut dire qu'il se coule plutôt de bonne grâce (après quelques coups de bâton, c'est entendu) dans le moule. Interviennent là-dessus une querelle entre père et fille et un amour contrarié.
Le tout, malgré quelques rares scènes qui ne sont pas des plus captivantes (mais c'est souvent le cas dans ce genre de comédie) est très efficace. Situations drolatiques, personnage formidable de Sganarelle s'adaptant à toutes les circonstances - et mis en valeur par les personnages secondaires, plus typiques de la farce que lui -, dialogues rythmés, réparties endiablées, sans oublier la grivoiserie dont sait jouer Molière à merveille. On n'a d'ailleurs aucun mal à se représenter à la lecture mimiques et jeu de scène, incluant Lucas frappant le torse de Géronte, les inévitables coups de bâton qui tombent sur un certain nombre de personnages (ça marche à tous les coups) et, bien évidemment, Sganarelle tripotant à l'envi les seins de Jacqueline, la nourrice.
J'ai passé un très bon moment, avec un auteur dont j'ai seulement repris la lecture depuis deux ou trois ans, mais qui excellait décidément, je m'en rends compte aujourd'hui, dans la maîtrise de son art. Il est dommage, pourtant, que l'Éducation nationale nous gave de Molière pendant nos années de collège, au point d'en dégoûter un certain nombre d'élèves, et d'en donner une image assez figée, qui ne lui fait pas forcément honneur. À relire adulte, donc, pour se débarrasser des souvenirs poussiéreux qui nous encombrent l'esprit.
Un dernier regret : ne pas avoir emprunté les oeuvres de Molière en Pléiade, avec la présentation et les notes de Georges Forestier, plutôt que d'avoir relu le médecin malgré lui dans une vieille édition scolaire.

Challenge Théâtre 2018-2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          368
sabine59
  05 mars 2018
Histoire et critique pressées à la manière de Bernard Friot...
Aïe! dit Martine. Tu m'as battue...vengeance! Et voilà Sganarelle fait médecin contre son gré . Que croyez-vous qu'il arriva ? Le faux médecin fit semblant de soigner la fausse malade, devant un père assez naïf ,et l'amour de Lucinde et Léandre triompha, en partie grâce à Sganarelle. Résultat: un mariage et un retour au foyer pour notre bûcheron ivrogne et paresseux, peut-être un peu assagi...
J'ajouterai juste que cette farce enlevée et qui exploite avec bonheur toutes les formes de comiques plait beaucoup aux élèves de 6ème. C'est un régal pour moi de l'étudier avec eux! Deux éléments les attirent spécialement: ils adorent interpréter la dispute entre Martine et Sganarelle dans la scène d'exposition et les questions crues du faux médecin, du style: " La malade fait-elle copieusement?" , en parlant d'urine, les font bien rire.
Lisons, relisons Molière, nous ne le regretterons jamais!
Commenter  J’apprécie          411

Citations et extraits (125) Voir plus Ajouter une citation
Aurel82Aurel82   28 avril 2017
SCÈNE PREMIÈRE.
SGANARELLE, MARTINE, paraissant sur le théâtre en se querellant.

SGANARELLE. Non, je te dis que je n'en veux rien faire, et que c'est à moi de parler et d'être le maître.
MARTINE. Et je te dis, moi, que je veux que tu vives à ma fantaisie et que je ne me suis point mariée avec toi pour souffrir tes fredaines
SGANARELLE. Oh ! la grande fatigue que d'avoir une femme ! et qu'Aristote a bien raison, quand il dit qu'une femme est pire qu'un démon !
MARTINE. Voyez un peu l'habile homme, avec son benêt d'Aristote.
SGANARELLE. Oui, habile homme. Trouve-moi un faiseur de fagots qui sache, comme moi, raisonner des choses, qui ait servi six ans un fameux médecin, et qui ait su dans son jeune âge son rudiment par cœur.
MARTINE. Peste du fou fieffé
SGANARELLE. Peste de la carogne !
MARTINE. Que maudit soit l'heure et le jour où je m'avisai d'aller dire oui
SGANARELLE. Que maudit soit le bec cornu de notaire qui me fit signer ma ruine !
MARTINE. C'est bien à toi, vraiment, à te plaindre de cette affaire ! Devrais-tu être un seul moment sans rendre grâce au ciel de m'avoir pour ta femme ? et méritais-tu d'épouser une femme comme moi ?
SGANARELLE. Il est vrai que tu me fis trop d'honneur, et que j'eus lieu de me louer la première nuit de nos noces ! Eh ! morbleu ! ne me fais point parler là-dessus : je dirais de certaines choses...
MARTINE. Quoi ! que dirais-tu ?
SGANARELLE. Baste laissons là ce chapitre. Il suffit que nous savons ce que nous savons, et que tu fus bien heureuse de me trouver.
MARTINE. Qu'appelles-tu bien heureuse de te trouver ? Un homme qui me réduit à l'hôpital, un débauché, un traître, qui me mange tout ce que j'ai ?...
SGANARELLE. Tu as menti ; j'en bois une partie.
MARTINE. Qui me vend, pièce à pièce, tout ce qui est dans le logis.
SGANARELLE. C'est vivre de ménage.
MARTINE. Qui m'a ôté jusqu'au lit que j'avais !...
SGANARELLE. Tu t'en lèveras plus matin.
MARTINE. Enfin qui ne laisse aucun meuble dans toute la maison.
SGANARELLE. On en déménage plus aisément.
MARTINE. Et qui, du matin jusqu'au soir, ne fait que jouer et que boire !
SGANARELLE. C'est pour ne me point ennuyer.
MARTINE. Et que veux-tu, pendant ce temps, que je fasse avec ma famille ?
SGANARELLE. Tout ce qui te plaira.
MARTINE. J'ai quatre pauvres petits enfants sur les bras...
SGANARELLE. Mets-les à terre.
MARTINE. Qui me demandent à toute heure du pain.
SGANARELLE. Donne-leur le fouet. Quand j'ai bien bu et bien mangé, je veux que tout le monde soit saoul dans ma maison.
MARTINE. Et tu prétends, ivrogne, que les choses aillent toujours de même ?
SGANARELLE. Ma femme, allons tout doucement, s'il vous plaît.
MARTINE. Que j'endure éternellement tes insolences et tes débauches ?
SGANARELLE. Ne nous emportons point, ma femme.
MARTINE. Et que je ne sache pas trouver le moyen de te ranger à ton devoir ?
SGANARELLE. Ma femme, vous savez que je n'ai pas l'âme endurante, et que j'ai le bras assez bon
MARTINE. Je me moque de tes menaces !
SGANARELLE. Ma petite femme, ma mie votre peau vous démange, à votre ordinaire.
MARTINE. Je te montrerai bien que je ne te crains nullement.
SGANARELLE. Ma chère moitié, vous avez envie de me dérober quelque chose
MARTINE. Crois-tu que je m'épouvante de tes paroles ?
SGANARELLE. Doux objet de mes vœux je vous frotterai les oreilles.
MARTINE. Ivrogne que tu es !
SGANARELLE. Je vous battrai.
MARTINE. Sac à vin !
SGANARELLE. Je vous rosserai.
MARTINE. Infâme !
SGANARELLE. Je vous étrillerai.
MARTINE. Traître, insolent, trompeur, lâche, coquin, pendard, gueux, bélître, fripon, maraud, voleur
SGANARELLE. (Il prend un bâton, et lui en donne.) Ah ! vous en voulez donc ?
MARTINE, criant. Ah ! ah ! ah ! ah !
SGANARELLE. Voilà le vrai moyen de vous apaiser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
araucariaaraucaria   12 octobre 2017
LEANDRE - Tout ce que je souhaiterais serait de savoir cinq ou six grands mots de médecine, pour parer mon discours et me donner l'air d'habile homme.
SGANARELLE - Allez, allez, tout cela n'est pas nécessaire : il suffit de l'habit, et je n'en sais pas plus que vous.
LEANDRE - Comment?
SGANARELLE - Diable emporte si j'entends rien en médecine! Vous êtes honnête homme, et je veux bien me confier à vous, comme vous vous confiez à moi.
LEANDRE - Quoi! vous n'êtes pas effectivement...
SGANARELLE - Non, vous dis-je; ils m'ont fait médecin malgré mes dents. Je ne m'étais jamais mêlé d'être si savant que cela; et toutes mes études n'ont été que jusqu'en sixième. Je ne sais point sur quoi cette imagination leur est venue; mais quand j'ai vu qu'à toute force ils voulaient que je fusse médecin, je me suis résolu de l'être, aux dépens de qui il appartiendra. Cependant, vous ne sauriez croire comment l'erreur s'est répandue, et de quelle façon chacun est endiablé à me croire habile homme. On me vient chercher de tous côtés; et si les choses vont toujours de même, je suis d'avis de m'en tenir, toute ma vie, à la médecine. Je trouve que c'est le métier le meilleur de tous; car, soit qu'on fasse bien ou soit qu'on fasse mal, on est toujours payé de même sorte. La méchante besogne ne tombe jamais sur notre dos et nous taillons comme il nous plaît, sur l'étoffe où nous travaillons. Un cordonnier, en faisant des souliers, ne saurait gâter un morceau de cuir qu'il n'en paye les pots cassés; mais ici l'on peut gâter un homme sans qu'il en coûte rien. Les bévues ne sont point pour nous; et c'est toujours la faute de celui qui meurt. Enfin, le bon de cette profession est qu'il y a parmi les morts une honnêteté, une discrétion, la plus grande du monde; jamais on n'en voit se plaindre du médecin qui l'a tué.
LEANDRE - Il est vrai que les morts sont forts honnêtes gens sur cette matière.
Acte 3, scène 2
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
araucariaaraucaria   08 octobre 2017
SGANARELLE - Messieurs, en un mot autant qu'en deux mille, je vous dis que je ne suis point médecin.
VALERE - Vous n'êtes point médecin?
SGANARELLE - Non.
LUCAS - V'n'êtes pas médecin?
SGANARELLE - Non, vous dis-je.
VALERE - Puisque vous le voulez, il faut donc s'y résoudre. (Ils prennent un bâton et le frappent.)
SGANARELLE - Ah! ah! ah! Messieurs, je suis tout ce qui vous plaira.
VALERE - Pourquoi, Monsieur, nous obligez-vous à cette violence?
LUCAS - A quoi bon nous bailler la peine de vous battre?
VALERE - Je vous assure que j'en ai tous les regrets du monde.
LUCAS - Par ma figué! j'en sis fâché, franchement.
SGANARELLE - Que diable est-ce ci, Messieurs? De grâce, est-ce pour rire, ou si tous deux vous extravaguez, de vouloir que je sois médecin?
VALERE - Quoi! vous ne vous rendez pas encore, et vous vous défendez d'être médecin?
SGANARELLE - Diable emporte si je le suis!
LUCAS - Il n'est pas vrai qu'vous sayez médecin?
SGANARELLE - Non, la peste m'étouffe! (Là, ils recommencent de le battre.) Ah!ah! Hé bien! Messieurs, oui, puisque vous le voulez, je suis médecin; apothicaire encore, si vous le trouvez bon. J'aime mieux consentir à tout que de me faire assommer.
Acte premier - scène 5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
SZRAMOWOSZRAMOWO   10 janvier 2015
SGANARELLE: Non, je te dis que je n'en veux rien faire, et que c'est à moi de parler et d'être le maître.

MARTINE: Et je te dis, moi, que je veux que tu vives à ma fantaisie, et que je ne suis point mariée avec toi pour souffrir tes fredaines.

SGANARELLE: O la grande fatigue que doit d'avoir une femme! et qu'Aristote a bien raison, quand il dit qu'une femme est pire qu'un démon!

MARTINE: Voyez un peu l'habile homme, avec son benêt d'Aristote!

SGANARELLE: Oui, habile homme: trouve-moi un faiseur de fagots qui sache, comme moi, raisonner des choses, qui ait servi six ans un fameux médecin, et qui ait su, dans son jeune âge, son rudiment par cœur.

MARTINE: Peste du fou fieffé!

SGANARELLE: Peste de la carogne!

MARTINE: Que maudit soit l'heure et le jour où j'aviserai d'aller dire oui!

SGANARELLE: Que maudit soit le bec cornu de notaire qui me fit signer ma ruine!

MARTINE: C'est bien à toi, vraiment, à te plaindre de cette affaire. Devrois-tu être un seul moment sans rendre grâce au Ciel de m'avoir pour ta femme? et méritois-tu d'épouser une personne comme moi?

SGANARELLE: Il est vrai que tu me fis trop d'honneur, et que j'eus lieu de me louer la première nuit de nos noces! Hé! morbleu! ne me fais point parler là-dessus: je dirois de certaines choses...

MARTINE: Quoi? que dirois-tu?

SGANARELLE: Baste, laissons là ce chapitre. Il suffit que nous savons ce que nous savons, et que tu fus bien heureuse de me trouver.

MARTINE: Qu'appelles-tu bien heureuse de te trouver? Un homme qui me réduit à l'hôpital, un débauché, un traître, qui me mange tout ce que j'ai?

SGANARELLE: Tu as menti: j'en bois une partie.

MARTINE: Qui me vend, pièce à pièce, tout ce qui est dans ce logis.

SGANARELLE: C'est vivre de ménage.

MARTINE: Qui m'a ôté jusqu'au lit que j'avois.

SGANARELLE: Tu t'en lèveras plus matin.

MARTINE: Enfin qui me laisse aucun meuble dans toute la maison.

SGANARELLE: On en déménage plus aisément.

MARTINE: Et qui du matin jusqu'au soir, ne fait que jouer et que boire.

SGANARELLE: C'est pour ne me point ennuyer.

MARTINE: Et que veux-tu, pendant ce temps, que je fasse avec ma famille?

SGANARELLE: Tout ce qu'il te plaira.

MARTINE: J'ai quatre pauvres petits enfants sur les bras.

SGANARELLE: Mets-les à terre.

MARTINE: Qui me demandent à toute heure du pain.

SGANARELLE: Donne-leur le fouet: quand j'ai bien bu et bien mangé, je veux que tout le monde soit saoul dans ma maison.

MARTINE: Et tu prétends, ivrogne, que les choses aillent toujours de même?

SGANARELLE: Ma femme, allons tout doucement, s'il vous plaît.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
genougenou   13 février 2016
MARTINE : Ivrogne que tu es !
SGANARELLE : Je vous battrai.
MARTINE : Sac à vin !
SGANARELLE : Je vous rosserai.
MARTINE : Infâme !
SGANARELLE : Je vous étrillerai
MARTINE : Traître, insolent, trompeur, lâche, coquin, pendard, gueux, belître, fripon, maraud, voleur... !
SGANARELLE : il prend un bâton et lui en donne Ah ! vous en voulez donc ?
MARTINE : Ah ! ah, ah, ah !
SGANARELLE : Voilà le vrai moyen de vous apaiser
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280

Videos de Molière (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Molière
Le Tartuffe de Molière : Lectures à une voix (1954 / France Culture). Émission “Lectures à une voix”, proposée par Michel Polac. Réalisation : Guy Maxence. Lecture du “Tartuffe” de Molière par le comédien Fernand Ledoux. Diffusion sur Paris IV Radio-Sorbonne le 25 avril 1954. Portrait de Molière peint par Charles Antoine Coypel vers 1730. Résumé de la pièce : Orgon a recueilli chez lui Tartuffe, un « gueux » faisant profession d'une austère piété. La famille d'Orgon se divise au sujet de cet hôte encombrant. Orgon prétend pourtant donner en mariage à Tartuffe sa fille Mariane. Pour empêcher cette union, Elmire a un entretien avec Tartuffe, mais c'est à elle que le faux dévot se met à faire la cour. Elmire, par une ruse audacieuse, démontre à son mari l'hypocrisie de Tartuffe, qu'Orgon chasse de chez lui. Mais Tartuffe tente d'expulser Orgon et sa famille pour s'emparer de la maison. Il est finalement arrêté sur l'ordre du roi.
Les personnages : Tartuffe, faux dévot. Orgon, riche bourgeois. Elmire, sa seconde femme. Mme Pernelle, sa vieille mère. Damis et Mariane, ses enfants d'un premier lit. Valère, amoureux de Mariane. Cléante, frère d'Elmire. Dorine, servante.
Le contexte historique : Au pouvoir depuis 1661, Louis XIV concentre entre ses mains toute la puissance politique mais doit compter avec l'autorité de la religion. Il n'y a pas vraiment en France de rivalité entre la puissance royale et l'autorité ecclésiale, mais des divergences peuvent se faire sentir avec une partie de l'opinion chrétienne, qui expliquent les avatars du Tartuffe. En effet, le jeune roi entraîne la « jeune Cour » dans un tourbillon de jeux et de fêtes dont Molière est le principal organisateur. Simultanément, la « vieille Cour », qui rallie les dévots hostiles à Molière, tente, sous l'égide de la reine mère Anne d'Autriche, de ramener le prince aux exigences de la morale chrétienne.
Réception de la pièce : Réduite aux trois premiers actes (Molière n'avait pas eu le temps de terminer la pièce), “Tartuffe” fut présentée à Versailles le 12 mai 1664. Le roi et la cour accueillirent favorablement la pièce, à l'inverse des dévots. Interdite, réécrite une première fois sous le titre de “Panulphe”, puis une deuxième dans sa forme définitive, la pièce a mené sa carrière dès 1669 avec éclat. “Le Tartuffe” l'emporte sur toutes les autres pièces du répertoire de la Comédie-Française : à ce jour, elle a été représentée plus de trois mille fois.
Sources : France Culture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

le medecin malgré lui

qui sont les personnages principaux?

geronte et lucas
martine et jacqueline
martine et sganarelle

10 questions
188 lecteurs ont répondu
Thème : Le médecin malgré lui de MolièreCréer un quiz sur ce livre

.. ..