AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.97 /5 (sur 117 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Argentine
Biographie :

Hernán Diaz est un écrivain américain.

Il est aujourd'hui directeur adjoint de l'Institut hispanique de l'Université Columbia.

En 2012, il a publié un essai, "Borges, between History and Eternity".

"Au loin" (In the distance, 2017), son premier roman, a été finaliste du prix Pulitzer et du Pen/Faulkner Award.

Après avoir vécu en Suède et à Londres, il vit depuis vingt ans à New York.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Hernan Diaz - Au loin

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
JIEMDE   02 novembre 2018
Au loin de Hernán Diaz
Le prophète a dit : Il existe trois sortes de pauvres - le pauvre du Seigneur, le pauvre du diable, et les pauvres diables.
Commenter  J’apprécie          150
nadiouchka   06 août 2019
Au loin de Hernán Diaz
Avait-il réussi à se perdre, en dépit de sa boussole qu’il consultait régulièrement ? Ses pas l’avaient-ils ramené dans un lieu qu’il avait déjà traversé ? Combien pouvait-il y avoir de déserts dans un seul pays ?

P.201
Commenter  J’apprécie          140
Allantvers   25 septembre 2018
Au loin de Hernán Diaz
La boule dans sa gorge se remit à grossir. La douleur se réveilla. Il toussa et eut la sensation que ses poumons allaient jaillir de l'entaille dans son bras. Mais la souffrance libéra les larmes.

- Laisse-moi te redresser, dit Asa en lui soutenant les reins pour glisser une couverture pliée derrière son dos.

- je suis fatigué, gémit Hakan à mi-voix, les traits déformés par les larmes.

Asa le maintint avec plus de fermeté.

- Je suis fatigué.

Hakan appuya la tête sur l'épaule d'Asa, et se mit à sangloter.

- Si fatigué.

Asa referma son autre bras autour du torse de Hakan.

- Si fatigué.

C'était la première fois que quelqu'un le prenait dans ses bras.
Commenter  J’apprécie          120
Allantvers   26 septembre 2018
Au loin de Hernán Diaz
Il avait beau ne plus penser à rien, ce néant réclamait encore toute son attention. Il découvrait que le vide exigeait qu'elle soit sans partage - la fraction d'un atome (ou la lueur vacillante d'une pensée) suffit à abolir un néant universel.
Commenter  J’apprécie          130
Allantvers   27 septembre 2018
Au loin de Hernán Diaz
Hakan avait l'impression de distinguer leur odeur. Celle de la puanteur humaine. A quelles brutalités allait-il être soumis? Car ces hommes étaient de l'engeance des sauvages et des cruels - il le voyait à leur cicatrices, il l'entendait à leurs ricanements, et surtout il le pressentait à leur calme - le calme de ceux qui savent pouvoir compter sur la violence absolue.
Commenter  J’apprécie          90
Wendat69   06 octobre 2019
Au loin de Hernán Diaz
Oui! Nous le conduisons en Illinois, où il lui sera fait un procès équitable avant d'être pendu.
Commenter  J’apprécie          90
nadiouchka   20 novembre 2019
Au loin de Hernán Diaz
Au sortir d'une forêt d'arbres gigantesques (le premier paysage donne à offrir quelques ressemblances avec les extravagantes vignettes américaines de Linus), ils croisèrent un trappeur hirsute et peu loquace, sanglé dans son manteau huilé. Quelques jours plus tard apparurent le long de la route les premiers campements miniers.

P.29
Commenter  J’apprécie          70
MARINENKA   18 avril 2020
Au loin de Hernán Diaz
Jamais, jusque-là, au cours de ses années de pérégrinations Hakan n’avait vu de constructions en brique.

(p.216)
Commenter  J’apprécie          80
fannyvincent   11 septembre 2019
Au loin de Hernán Diaz
Un passager avait fait remarquer qu'un bateau à glace prisonnier des glaces, c'était tout de même pas banal.
Commenter  J’apprécie          70
GabySensei   26 août 2018
Au loin de Hernán Diaz
Simplement, il n'avait plus ni objectifs ni destinations. Il n'avait plus même le désir de mourir, comme cela avait été le cas après les tragédies les plus dévastatrices de sa vie. Il était juste une chose qui continuait d'exister. Non parce qu'elle le voulait, mais parce qu'elle avait été ainsi conçue. Continuer d'exister avec le strict minimum était la ligne de moindre résistance. C'était naturel et par conséquent involontaire. N'importe quoi d'autre aurait requis une décision. Et la dernière décision qu'il avait prise avait été de creuser son abri. Et il continuait à creuser parce que, tout bêtement, décider d'arrêter était au-dessus de ses forces.



(P274)
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Bibliographie de Hernán Diaz(1)Voir plus


Quiz Voir plus

Delirium (Tome 1) - Lauren Oliver

Comment s'appelle l'héroïne ?

Magdalena Ella Haloway
Madeleine Lila Holaway
Lena Nella Haloway
Melina Nala Holaway

13 questions
186 lecteurs ont répondu
Thème : Delirium, Tome 1 de Lauren OliverCréer un quiz sur cet auteur