AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.74 /5 (sur 104 notes)

Nationalité : Autriche
Né(e) à : Vienne , le 01/02/1874
Mort(e) à : Rodaun , le 15/07/1929
Biographie :

Hugo von Hofmannsthal est un écrivain autrichien.

Issu d'une famille de la haute bourgeoisie d'affaires, d'ascendance juive italienne par son père et austro-allemande par sa mère, il publie à seize ans un premier recueil de poèmes qui d'emblée lui vaut la célébrité.

Il fait des études de droit à Vienne, qu'il enchaîne avec des études de philologie romane. Il se consacre ensuite entièrement à une carrière d'écrivain et s'oriente vers le théâtre et la critique littéraire (thèse sur Victor Hugo).

Sa rencontre avec Richard Strauss est l'occasion d'une collaboration fructueuse. Hofmannsthal écrit le livret de "Le Chevalier à la rose" en 1910 qui remporte un immense succès.

Sa vie se partage alors entre une vie familiale dans une demeure proche de Vienne et des voyages, principalement en Italie.

Auteur de "La Lettre de Lord Chandos", il crée le festival de Salzbourg en 1920.

En 1929, son fils aîné se suicide sous ses yeux. Il meurt d'une attaque lors de son enterrement.

+ Voir plus
Source : http://www.ombres-blanches.fr/pub/repere/auteur/niv5.php?
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Hugo von HOFMANNSTHAL – Une Vie, une Œuvre : 1874-1929 (France Culture, 1991) L’émission "Une Vie, une Œuvre", par Michel Bydlowski, diffusée le 7 février 1991 sur France Culture. Invités : Erika Tunner, Lionel Richard, Jean-Yves Masson, Francis Claudon, Gérald Stieg et Roger Munier.
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
Hugo Von Hofmannsthal
milamirage   29 juin 2014
Hugo Von Hofmannsthal
Seuls les artistes et les enfants voient la vie telle qu'elle est.
Commenter  J’apprécie          350
Elisanne   16 mars 2013
Chemins et rencontres de Hugo Von Hofmannsthal
Il est certain que nous ne sommes pas simplement poussés en avant des méandres de notre

chemin par nos simples actions mais que nous sommes attirés par quelque chose qui semble

toujours nous attendre quelque part et reste toujours caché.

Il y a , dans notre marche en avant, quelque chose du désir amoureux, de la curiosité de l’amour,

même quand nous recherchons la solitude de la forêt ou le calme des sommets ou une plage vide

sur laquelle vient s’échouer la frange argentée d’une mer bruissante.

Il y a quelque chose de très doux dans toute rencontre solitaire, même s'il ne s'agit que de

la rencontre avec un grand arbre isolé ou un animal de la forêt, qui sans bruit s'arrête et nous

fixe dans l'obscurité.

Je crois que la vraie pantomime érotique,dans ce qu'elle a de décisif, ce n'est pas l'étreinte

mais la rencontre. À aucun autre moment le sensuel n'est aussi chargé d'âme et la part d'âme aussi

sensuelle que dans la rencontre. Tout est alors possible, tout est en mouvement, tout est dissous.

Il y a là une attirance réciproque, vierge encore de convoitise,mélange naïf de confiance et de crainte.

Il y a là quelque chose de la biche, de l'oiseau, sombre animalité, pureté angélique, présence du divin…

…Ce quelque part, cet incertain pourtant animé par la force du désir…

…La rencontre promet davantage que ne peut tenir l’étreinte.

On dirait, si je peux m’exprimer ainsi, qu’elle ressortit à un ordre supérieur des choses,

cet ordre qui fait se mouvoir les étoiles et féconde les pensées...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
chapochapi   22 avril 2010
L'homme difficile de Hugo Von Hofmannsthal
si un fait dans le monde doit nous faire horreur, c'est bien qu'il y ait une chose comme la conversation : des paroles qui aplatissent tout ce qui est réel et qui l'engourdissent par le bavardage
Commenter  J’apprécie          170
chapochapi   22 avril 2010
L'homme difficile de Hugo Von Hofmannsthal
J'ai parfois la pensée qu'il n'arrive jamais rien de nouveau dans le monde. (…) Que tout se trouve depuis longtemps déjà tout entier quelque part, pour devenir visible seulement d'un coup."
Commenter  J’apprécie          160
ay_guadalquivir   03 mai 2011
Lettres du retour de Hugo Von Hofmannsthal
"Et je n'ai pas envie de mourir dans cette Allemagne-là. Je sais que je ne suis ni vieux ni malade - mais il ne convient pas de vivre là où l'on ne voudrait pas mourir."
Commenter  J’apprécie          160
steka   09 mai 2016
Jedermann de Hugo Von Hofmannsthal
Cela ne veut rien dire d'être exceptionnel par ce qui nous distingue de l'humanité, car le seul critère de la grandeur réside dans la manière et la puissance de ce que l'on partage avec l'humanité entière. (postface de Hofmannsthal)
Commenter  J’apprécie          120
Macabea   03 janvier 2018
Chemins et rencontres de Hugo Von Hofmannsthal
Il y a , dans notre marche en avant, quelque chose du désir amoureux, de la curiosité de l’amour,

même quand nous recherchons la solitude de la forêt ou le calme des sommets ou une plage vide

sur laquelle vient s’échouer la frange argentée d’une mer bruissante.

Il y a quelque chose de très doux dans toute rencontre solitaire, même s'il ne s'agit que de

la rencontre avec un grand arbre isolé ou un animal de la forêt, qui sans bruit s'arrête et nous

fixe dans l'obscurité.

Je crois que la vraie pantomime érotique,dans ce qu'elle a de décisif, ce n'est pas l'étreinte

mais la rencontre.
Commenter  J’apprécie          100
steka   16 mai 2016
Lettres du retour de Hugo Von Hofmannsthal
Devrais-je alors te parler des couleurs ? Il y a un bleu incroyable et très dense, il revient tout le temps, un vert comme de l'émeraude fondue, un jaune qui tire vers l'orangé. Mais que sont les couleurs si la vie la plus intime des objets n'en jaillit pas !
Commenter  J’apprécie          80
steka   21 février 2014
Andréas et autres récits de Hugo Von Hofmannsthal
Car quoiqu'il n'y passât pas entièrement sous silence les désagréments et les humiliations qu'il avait réellement subis, il les transfigurait perpétuellement, tantôt en en approfondissant l'aspect douloureux en même temps qu'il en estompait la bassesse, tantôt en réinventant complètement le comportement qu'il avait eu en telle circonstance, les réponses qu'il avait faites, la manière dont il avait réagi, avec une imagination qui jaillissait en lui à son insu ...
Commenter  J’apprécie          70
Hugo Von Hofmannsthal
SandrIn38   10 mars 2019
Hugo Von Hofmannsthal
Il allait par la campagne au milieu des champs, quand il leva son regard vers le ciel et vit un cortège de hérons blancs traverser le ciel à une grande altitude : et rien d’autre, rien que la blancheur des créatures vivantes et ramant sur le ciel bleu, rien que ces deux couleurs l’une contre l’autre ; cet ineffable sentiment d’éternité pénétra à l’instant dans son âme et détacha ce qui était lié, lia ce qui était détaché, au point qu’il tomba comme mort.
Commenter  J’apprécie          70
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature allemande... ou pas?

...

Elias Canetti
Katarina Mazetti

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , littérature germanique , germanophoneCréer un quiz sur cet auteur