AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.18 /5 (sur 17153 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Moscou , le 11/11/1821
Mort(e) à : Saint-Pétersbourg , le 09/02/1881
Biographie :

Fédor (Fiodor) Mikhaïlovitch Dostoïevski (en russe : Фёдор Михайлович Достоевский) est un écrivain russe, généralement considéré comme l'un des plus grands romanciers russes.

Après une enfance difficile auprès d'un père alcoolique et violent, il fréquente une école d'officiers et se lie avec les mouvements progressistes russes. Arrêté pour cette raison en 1849, il est déporté dans un bagne de Sibérie.

En 1854, Dostoïevski quitte le bagne et est incorporé comme simple soldat dans un régiment sibérien, à Semipalatinsk. Un an après, il est promu officier, et sa vie devient supportable ; on lui permet d'écrire, de recevoir des lettres et de reprendre ses activités littéraires.

Il faut attendre 1860 pour que Dostoïevski obtienne la permission de s'établir à Saint-Pétersbourg et la liberté complète d'écrire.

Il se remet à écrire avec passion et publie dans la revue le Temps, puis dans l'Époque, qu'il dirige avec son frère Mikhaïl, "Humiliés et offensés" (1861), les "Souvenirs de la maison des morts" (1861-1862) et un grand nombre d'articles, d'inspiration slavophile, imprégnés d'une sorte de populisme mystique : les "Notes d'hiver sur des impressions d'été" (1863), en condamnant la civilisation occidentale, jugée bourgeoise, matérialiste et impie, veulent rappeler au peuple russe le sens de sa mission.

Et puis vient le temps des chefs-d'œuvre : "Notes d'un souterrain" (1864), "Crime et Châtiment" (1866), "Le Joueur" (1866), "L'Idiot" (publié dans le Messager russe en 1868-1869), "L'Éternel Mari" (publié dans l'Aurore en 1870), "Les Démons" (publiés dans le Messager russe en 1871-1872), "Journal d'un écrivain", "L'Adolescent "(publié dans les Annales patriotiques en 1875), "Les Frères Karamazov" (1879-1880)

Mais dans quels tourments, dans quelle détresse matérielle et morale ces romans sont-ils conçus ! Épileptique, joueur couvert de dettes et d'un caractère sombre, Dostoïevski mena d'abord une vie d'errance en Europe, au cours de laquelle il devient un fervent libéral pour son pays et surtout un patriote convaincu.

Vieilli, le teint terreux, il rentre à Saint-Pétersbourg.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Fiodor Dostoïevski   (127)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (56) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Découvrez l'entretien de Sébastien Raizer, qui raconte le processus créatif qui l'a poussé à écrire “Mécanique Mort”, son dernier roman, paru à la Série Noire. C'est depuis son pays d'adoption, le Japon, que l'auteur nous donne les grands noms qui l'ont inspiré pour inventer cette histoire singulière et glaçante. « Il y a deux grands phares qui ont guidé l'écriture de "Mécanique mort", deux sources d'énergie absolue, c'est Dostoïevski et Joy Division. Et le coeur du roman, c'est ces personnages qui sont à la recherche vitale d'une humanité authentique. » *** Résumé : Après trois ans passés en Asie, Dimitri Gallois revient à Thionville, afin de se recueillir sur les tombes de son père et de son frère pour apaiser son âme tourmentée. Mais ce retour réveille de vieilles haines et provoque un regain de violence entre des clans ennemis qui avaient conclu une paix toute relative. Vengeance, trafic de drogue, opium de synthèse, banquier corrompu, mafia albanaise et ‘Ndrangheta, Dimitri va-t-il réussir à échapper à cette terrifiante mécanique de mort ? *** Extraits « “Mécanique mort”, c'est une société entière en crise profonde, avec une zone grise grandissante entre légalité et illégalité, société criminelle et organisation officielle. Et pour moi, vu du Japon, “Mécanique mort” c'est la pleine vibration de ce qu'on appelle le temps présent. Ce présent à perpétuité qui produit de façon frénétique et qui ne pense absolument pas, qui est toxique et nihiliste. » . « L'histoire de Dimitri Gallois est son besoin absolu de faire la paix avec lui-même et avec son passé. » *** Découvrez le livre https://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Serie-Noire/Mecanique-mort

+ Lire la suite
Podcasts (38) Voir tous


Citations et extraits (2928) Voir plus Ajouter une citation
moklos   18 juin 2008
Les Frères Karamazov de Fiodor Dostoïevski
A présent chacun aspire à séparer sa personnalité des autres, chacun veut goûter lui-même la plénitude de la vie ; cependant, loin d’atteindre le but, tous les efforts humains n’aboutissent qu’à un suicide total, car, au lieu d’affirmer pleinement leur personnalité, ils tombent dans une solitude complète. En effet, en ce siècle, tous sont fractionnés en unités. Chacun s’isole dans son trou, s’écarte des autres, se cache, lui et son bien, s’éloigne de ses semblables et les éloigne de lui. Il amasse de la richesse tout seul, se félicite de sa puissance, de son opulence ; il ignore, l’insensé, que plus il amasse plus il s’enlise dans une impuissance fatale.
Commenter  J’apprécie          2080
Fiodor Dostoïevski
isajulia   27 août 2013
Fiodor Dostoïevski
Je crois que la meilleure définition de l'homme serait : créature à deux pieds et ingrate.
Commenter  J’apprécie          1811
chartel   12 juillet 2010
Les Frères Karamazov de Fiodor Dostoïevski
- De quel isolement parlez-vous ?

- De l’isolement dans lequel vivent les hommes, en notre siècle tout particulièrement, et qui se manifeste dans tous les domaines. Ce règne-là n’a pas encore pris fin et il n’a même pas atteint son apogée. A l’heure actuelle, chacun s’efforce de goûter la plénitude de la vie en s’éloignant de ses semblables et en recherchant son bonheur individuel. Mais ces efforts, loin d’aboutir à une plénitude de vie, ne mènent qu’à l’anéantissement total de l’âme, à une sorte de suicide moral par un isolement étouffant. A notre époque, la société s’est décomposée en individus, qui vivent chacun dans leur tanière comme des bêtes, se fuient les uns les autres et ne songent qu’à se cacher mutuellement leurs richesses. Ils en viennent ainsi à se détester et à se rendre détestables eux-mêmes. L’homme amasse des biens dans la solitude et se réjouit de la puissance des biens qu’il croit acquérir, se disant que ses jours sont désormais assurés. Il ne voit pas, l’insensé, que plus il en amasse et plus il s’enlise dans une impuissance mortelle. Il s’habitue en effet à ne compter que sur lui-même, ne croit plus à l’entraide, oublie, dans sa solitude, les vraies lois de l’humanité, et en vient finalement à trembler chaque jour pour son argent, dont la perte le priverait de tout. Les hommes ont tout à fait perdu de vue, de nos jours, que la vraie sécurité de la vie ne s’obtient pas dans la solitude, mais dans l’union des efforts et dans la coordination des actions individuelles.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1722
Fiodor Dostoïevski
gouelan   04 novembre 2015
Fiodor Dostoïevski
C'est par paresse humaine que les gens se jugent au premier abord et n'arrivent pas à se connaître...



L'idiot.
Commenter  J’apprécie          1513
litolff   26 mai 2010
Crime et Châtiment de Fiodor Dostoïevski
Les petites choses ont leur importance ; c'est toujours par elles qu'on se perd.
Commenter  J’apprécie          1490
papillon_livres30   28 mars 2010
Les Carnets du sous-sol (Notes d'un sous-terrain) de Fiodor Dostoïevski
Laissez-nous seuls, sans les livres, et nous serons perdus, abandonnés, nous ne saurons pas à quoi nous accrocher, à quoi nous retenir; quoi aimer, quoi haïr, quoi respecter, quoi mépriser?
Commenter  J’apprécie          1480
Fiodor Dostoïevski
fredho   04 juillet 2013
Fiodor Dostoïevski
Vivre sans espoir, c’est cesser de vivre.
Commenter  J’apprécie          1481
Fiodor Dostoïevski
Nastasia-B   02 juillet 2014
Fiodor Dostoïevski
Pour agir intelligemment, l'intelligence seule ne suffit pas.



CRIME ET CHÂTIMENT, Troisième partie, Chapitre III.
Commenter  J’apprécie          1461
Nastasia-B   17 juin 2014
Crime et Châtiment de Fiodor Dostoïevski
Je voulais seulement savoir qui vous êtes, parce que, voyez-vous, dans ces derniers temps, il y a tant d'habiles gens de toutes sortes qui se sont accrochés à l'intérêt commun et qui ont tant déformé tout ce qu'ils ont touché pour servir leur propre intérêt, que tout en a été absolument sali.



Deuxième partie, Chapitre V.
Commenter  J’apprécie          1272
Fiodor Dostoïevski
Gwen21   15 mars 2013
Fiodor Dostoïevski
Vivre n'importe comment, mais vivre !



{in "Crime et châtiment"}
Commenter  J’apprécie          1124

CONVERSATIONS et QUESTIONS sur Fiodor Dostoïevski Voir plus
Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Crime et Châtiment

Qui est le meurtrier ?

Raskolnikov
Raspoutine
Raton-Laveur
Razoumikhine

9 questions
160 lecteurs ont répondu
Thème : Crime et Châtiment de Fiodor DostoïevskiCréer un quiz sur cet auteur