AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.04 /5 (sur 50 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1954
Biographie :

Auteur de romans policiers historiques, Irène Chauvy, passionnée de littérature et d’histoire, a commencé à écrire en 2008, sur un coup de tête, et n’a plus arrêté depuis. Le choix de la période qu’elle choisit comme cadre de ses romans, le Second Empire, s’est fait tout naturellement après la lecture d’auteurs tels que Théodore Zeldin, Alain Corbin, Pierre Miquel, Éric Anceau et Marc Renneville… Car, plus que les événements, c’est l’histoire des mentalités qui l’intéresse et la fascine. Cette époque fut foisonnante tant sur le plan des réalisations techniques et industrielles que sur celui des idées et cela ne pouvait pas échapper au flair et à l’imagination d’Irène Chauvy.

En 2011, elle présente un manuscrit au concours « ça m’intéresse – Histoire » présidé par Jean-François Parot, La Vengeance volée, dont le héros, Hadrien Allonfleur est un officier qui deviendra l’enquêteur officieux de Napoléon III. Son ouvrage gagne le Grand Prix ouvert aux auteurs de romans policiers historiques, et sera édité dans la collection Grands Détectives 10/18.

Son écriture précise, fluide et agréable, plonge avec facilité le lecteur dans un contexte historique dont la qualité des références et les informations oubliées ne peuvent que séduire les amateurs d’Histoire. Irène Chauvy sait mener ses enquêtes et ses lecteurs de main de maître, et nous fait voyager dans le temps. Les descriptions, les détails et le caractère des personnages sont si réalistes que le simple fait de fermer les yeux nous fait marcher à leur côté en plein suspense.

Plus qu’un univers, c’est un tourbillon aux parfums d’antan et empreint d’une réalité parfois sinistre qui vous entraîne à chaque ligne. Des crinolines aux dentelles aiguisées, des hauts-de-forme remplis de secrets et des jardins et forêts aux odeurs de crimes forment le quotidien des personnages d’Irène Chauvy qui vous ouvrent généreusement leurs portes et vous invitent à venir redécouvrir le passé et mener leurs investigations à leurs côtés.

En plus de la série des Enquêtes d’Hadrien Allonfleur (capitaine des cent-gardes) éditée aux Éditions Gaelis, Irène Chauvy poursuit l’écriture de ses romans policiers historiques avec Les Enquêtes de Jane Cardel sous la Troisième République ; puis avec Quand les Masques tomberont et Enfin, l’Aube viendra, des romances policières qui se déroulent entre 1875 et 1882.

Une nouvelle enquête du Capitaine Hadrien Allonfleur, À l’Ombre des sucrières, sera disponible en décembre, ainsi que l’int
+ Voir plus
Source : Editeur
Ajouter des informations
Bibliographie de Irène Chauvy   (25)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
Fanvin54   19 décembre 2016
Les Enquêtes d'Hadrien Allonfleur, Tome 2 : La vengeance volée de Irène Chauvy
Etaient-ce ses anciens métiers - cuisinière, racolage et plus si affinités, près des fortifs - qui l'amenaient à être aussi soupçonneuse de son prochain, ou sa vertu refaite à neuf qui la rendait intransigeante ?
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaoui   16 mars 2017
Quand les masques tomberont : Ismérie & Associés de Irène Chauvy
Quoi de plus discret que de correspondre avec sa maîtresse par poste restante ?
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaoui   16 mars 2017
Quand les masques tomberont : Ismérie & Associés de Irène Chauvy
Il lui fit l’amour avec tendresse. Elle réclama plus et il ne se déroba pas. Il y avait chez la jeune femme une énergie joyeuse qui le surprit. Il fut émerveillé devant tant de simplicité et d’impétuosité ; ce qu’il n’avait pas l’habitude de trouver auprès de ses conquêtes. Elle était si généreuse dans ses transports qu’il eut envie de lui rendre la pareille.

Durant le temps qu’il la caressa, elle garda les yeux clos. Mais alors qu’il la pénétrait, elle les ouvrit, et quand il vit son regard chavirer, il eut une pointe de fierté à être le premier et son plaisir en fut décuplé.
Commenter  J’apprécie          20
wentworth23   15 août 2018
Les Enquêtes d'Hadrien Allonfleur, tome 0 : L'Enquête italienne de Irène Chauvy
XTRAIT



Paris 1864



J’étais en train de traîner la malle-cabine du palier jusque dans ma chambre quand les ferrures jouèrent et un livre glissa sur le tapis. La couverture en cuir souple, tannée par des années de manipulations, contenait les « Pensées » de l’Empereur romain Marc-Aurèle.

Mon père me l’avait offert la veille de mon entrée à Saint Cyr. Je l’avais emporté et l’avais encore avec moi lorsque je suis parti pour la guerre en Italie. Je l’ai feuilleté pour la première fois un soir au bivouac et ne l’ai plus jamais refermé complètement. Mon père mort, j’avais perdu toute occasion de lui dire combien il avait eu raison de glisser ce viatique dans mon havresac. Un opuscule fatigué, désormais taché de sang que je coinçais entre ma chemise et ma veste d’uniforme avec le même soin que je mettais à seller mon cheval.

J’en connaissais des passages par cœur. Oh ! Que toutes choses sont vite englouties : les corps par la terre, leur mémoire par le temps, murmurai-je en caressant avec mes doigts la reliure.

Et je me retrouvai quatre ans plus tôt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ismerie   01 février 2016
Les Enquêtes d'Hadrien Allonfleur, Tome 4 : La mouche du coche de Irène Chauvy
''L’humour était la seule défense que j’avais trouvée pour ne pas prendre de plein fouet les mauvaises surprises de la vie.'' Capitaine Hadrien Allonfleur
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   08 décembre 2019
Enfin, l'aube viendra de Irène Chauvy
Ne vous fiez pas à ce visage d’ange. Croyez-moi ! Cette femme est dangereuse. Elle se prétend l’égale de l’homme. Elle a non seulement désuni à jamais deux êtres qui s’aimaient, mais elle représente également un risque pour la pérennité de notre société ainsi que pour la tranquillité d’esprit de vos épouses et de vos filles !
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   08 décembre 2019
Enfin, l'aube viendra de Irène Chauvy
Anaïs frissonna de plaisir. L’amour physique lui avait manqué. Était-ce mal ? Mais déjà Adrian l’étendait sur les draps. Elle se releva pour l’aider à se déshabiller à son tour et le tira vers elle. Elle sentit son corps vibrer et répondre à ses caresses. Elle n’eut qu’une furtive pensée pour Charles puis s’abima dans une jouissance qu’elle n’avait jamais connue. Le passé et le futur furent abolis, elle était uniquement présente à elle même, à la douleur exquise du plaisir que lui donnait cet homme qu’elle connaissait à peine, mais en qui pourtant elle savait pouvoir confier sa vie sans trembler. Il était doux, craignant de lui faire mal, elle l’encercla alors de ses jambes pour lui montrer qu’elle n’avait peur de rien. Et ils fusionnèrent dans un même cri.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   08 décembre 2019
Enfin, l'aube viendra de Irène Chauvy
Si j’ai fait ce métier de fille de salle, c’est parce que j’en avais besoin pour vivre, mais je voulais aussi que ceux qui m’ont jugé et le font encore me croient brisée, anéantie, une coupable humiliée en quête d’une rédemption impossible. Et parmi eux, il y a l’assassin de Charles. J’en suis convaincue. Je veux le trouver, le confondre, me confronter à lui. Je n’ai qu’une idée en tête, un leitmotiv qui berce mes rares heures de sommeil, je veux me venger de celui qui a tué Charles, de ceux qui m’ont trahi, m’ont condamné, ont saccagé ma vie et brûlé mon avenir. J’ai de la haine en moi, Adrian, une haine qui me ronge le cœur. Il faut que je l’alimente sinon elle me tuera. Je ne pense à rien d’autre. Tout est tourné vers ce seul but.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   08 décembre 2019
Enfin, l'aube viendra de Irène Chauvy
Quand l’avocat général l’avait interrogée sur ses liens avec Charles, elle s’était sentie salie par les mots qu’il avait employés, par sa manière de les prononcer avec une lenteur malsaine et en se gargarisant de leur sonorité. Dans sa bouche : liaison, aventure galante, passion criminelle, étaient synonymes de dépravation et sonnaient comme une injure. Cette salissure, la jeune femme la sentait désormais collée à sa chemise et n’eut qu’une envie : se racler la peau pour effacer la crasse physique et morale qui grignotaient son corps ; car, elle était à nouveau bien vivante, et ce depuis sa conversation avec Émie. Comme une horloge dont on aurait enfin huilé le mécanisme, et dont les poids se mettraient en mouvement, lourdement.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   08 décembre 2019
Enfin, l'aube viendra de Irène Chauvy
Le mutisme des prisonnières ne s’arrêtait pas à l’entrée de l’atelier ou du dortoir, il était continu du lever au coucher. La parole était interdite, le silence omnipotent. Cette impossible communication renvoyait chacune à son propre isolement intérieur, et la rendait esclave de ses pensées scandées par le bruit des sabots sur le parquet luisant ou les pavés du préau. Pourtant, il arrivait que dans ces lieux où le gris tenait lieu de couleur, l’air bourdonnât de murmures ininterrompus. Ces femmes avaient appris à parler sans ouvrir la bouche, détournant l’interdiction, se l’appropriant, refusant de se laisser dépouiller de la parole, ultime châtiment après l’enfermement.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Un secret de Philippe Grimbert

Comment s'appelle le narrateur ?

On ne sait pas
Maxime
Simon
Joseph

17 questions
667 lecteurs ont répondu
Thème : Un secret de Philippe GrimbertCréer un quiz sur cet auteur

.. ..