AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.17 /5 (sur 62 notes)

Nationalité : Israël
Né(e) : 1949
Biographie :

Israël Finkelstein est un archéologue israélien, directeur de l'Institut d'Archéologie de l'Université de Tel-Aviv et co-responsable des fouilles de Megiddo (25 strates archéologiques, 7000 ans d'histoire).

On lui doit une contribution aux récentes données archéologiques sur les premiers Israélites en terre de Palestine (fouilles de 1990). C'est une méthode statistique (exploration de surface à grande échelle avec relevé de toutes les traces de vie, puis datation et cartographie par dates) qui a permis la découverte de la sédentarisation des premiers Israélites sur les hautes terres de Cisjordanie.

Selon lui, les habitats de forme ovale mis au jour évoqueraient les campements bédouins. La théorie de l'ethnogenèse des Israélites par sédentarisation de pasteurs nomades a été cependant contestée, par William G. Dever par exemple.

Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman (directeur historique au Ename Center for Public Archeology and Heritage Presentation, en Belgique), sont les auteurs du best-seller "La Bible dévoilée. Les nouvelles révélations de l'archéologie" (adapté à la télévision sous la forme de quatre documentaires), et d'un ouvrage sur les règnes de David et de Salomon, "Les rois sacrés de la Bible. À la recherche de David et Salomon".
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Entretien avec Israël Filkenstein, auteur d'"Un archéologue au pays de la Bible" (Bayard), au Salon du livre 2008.
Podcast (1)

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Luniver   02 juillet 2013
La Bible dévoilée de Israel Finkelstein
Avant que ne prît fin le XXe siècle, l'archéologie avait amplement démontré que les concordances entre, d'un côté, les découvertes réalisées en terre d'Israël et dans l'ensemble du Proche-Orient, et, de l'autre, le monde décrit par la Bible étaient bien trop nombreuses pour laisser croire que cette œuvre n'était qu'une fable littéraire et religieuse de composition tardive, écrite sans le moindre fondement historique. Mais, par ailleurs, les contradictions évidentes entre les découvertes archéologiques et la version biblique des événements demeuraient, elles aussi, bien trop abondantes pour affirmer que la Bible nous offre une description fiable de la manière dont ces mêmes événements se sont véritablement déroulés.
Commenter  J’apprécie          140
Luniver   07 juillet 2013
La Bible dévoilée de Israel Finkelstein
[À] travers le déroulement de l'histoire du royaume du Nord, l'historien deutéronomiste transmet au lecteur un double message, plutôt contradictoire. D'un côté, il dépeint Juda et Israël comme des États jumeaux ; de l'autre, il les décrit comme férocement antagonistes. Josias ambitionne de s'étendre au Nord et de s'approprier les territoires des hautes terres qui appartenaient jadis au royaume nordiste. La Bible, à l'appui de son ambition, répète donc à satiété que le royaume du Nord était établi sur les territoires de la mythique monarchie unifiée, gouvernée à partir de Jérusalem ; qu'il était un État jumeau ; que sa population était composée d'Israélites qui auraient dû accomplir leurs dévotions à Jérusalem ; que les Israélites qui y vivaient encore devaient se tourner vers Jérusalem ; et enfin, que Josias, l'héritier du trône davidique et de la promesse éternelle faite par YHWH à David, était également le seul héritier légitime des territoires de l'Israël vaincu. Les auteurs de la Bible se devaient d'ôter toute légitimité aux cultes nordistes – principalement celui du sanctuaire de Béthel – et de montrer que les traditions religieuses du royaume du Nord étaient impies, qu'elles devaient être éradiquées et remplacées par un culte centralisé au Temple de Jérusalem.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Luniver   05 juillet 2013
La Bible dévoilée de Israel Finkelstein
La situation est claire, à présent. Les sites mentionnés dans le récit de l'Exode ont bel et bien existé. Certains étaient connus et furent apparemment occupés, mais bien avant, ou bien après le temps présumé de l'Exode – en fait, après l'émergence du royaume de Juda, quand le texte du récit biblique fut composé pour la première fois. Malheureusement pour ceux qui sont attachés à l'idée d'un Exode historique, ces sites étaient inhabités au moment précis où ils auraient, paraît-il, joué un rôle dans les événements qui ont ponctués la marche dans le désert des enfants d'Israël.
Commenter  J’apprécie          100
Oliv   29 août 2018
Les rois sacrés de la Bible : A la recherche de David et Salomon de Israel Finkelstein
Les découvertes archéologiques des dernières décennies révèlent à quel point le monde véritable de David et Salomon différait de la fresque prestigieuse qu'on en a dressée. Pour autant, leur légende ne se réduit pas à une fiction romanesque tissée autour de personnages et d'événements purement imaginaires. Autour d'un noyau central de souvenirs authentiques, s'est forgée, au cours des siècles, une création littéraire d'une richesse immémoriale. Abondant en scènes d'une flamboyance épique – le duel contre Goliath, l'ascension fulgurante de David du statut de hors-la-loi à celui de souverain, la munificence de la cour de Salomon –, la geste de David et Salomon exprime un idéal universel d'indépendance nationale et de valeurs spirituelles dont la transcendance a fini par être adoptée par le monde entier.
Commenter  J’apprécie          80
Oliv   01 septembre 2018
Les rois sacrés de la Bible : A la recherche de David et Salomon de Israel Finkelstein
En tant qu'illustration des vertus d'un souverain et d'un comportement aristocratique, le récit biblique de la vie de Salomon a fourni, pendant des siècles, aux artistes, poètes et théologiens d'impérissables images de gouvernance royale. Mais en tant que chronique authentique de la situation au Xe siècle av. J.-C. – dépeignant la vie et les œuvres du véritable Salomon –, le récit est dénué de la moindre valeur historique. Les descriptions grandiloquentes de la fortune et du pouvoir illimités de Salomon contrastent violemment avec la réalité historique de son minuscule royaume excentré, peuplé en majorité d'analphabètes, ne possédant ni service public ni administration centralisée, et ne présentant aucun signe extérieur de prospérité économique.
Commenter  J’apprécie          81
Oliv   31 août 2018
Les rois sacrés de la Bible : A la recherche de David et Salomon de Israel Finkelstein
Certains sites de Jérusalem ont été connectés à David par la tradition folklorique, sans le moindre fondement historique. Le Tombeau de David, sur le mont Sion, est une structure médiévale. La célèbre tour de David, proche de la porte de Jaffa – qui joua longtemps le rôle d'icône des aspirations juives pour un retour dans la ville sainte –, est en réalité un minaret bâti par Soliman le Magnifique, pour la garnison ottomane qui gardait la cité. Riche de vestiges d'une haute antiquité, enfouis ou dissimulés par des édifices modernes, Jérusalem a toujours attiré les explorateurs déterminés à découvrir des indices authentiques mais cachés des règnes glorieux de David et Salomon.
Commenter  J’apprécie          40
enkidu_   21 juin 2016
La Bible dévoilée de Israel Finkelstein
En termes purement historiques, nous savons maintenant que l'épopée de la Bible a émergé dans un premier temps en réponse aux pressions, aux difficultés, aux défis et aux espoirs vécus par le peuple du minuscule royaume de Juda. pendant les décennies qui ont précédé son démantèlement, ainsi que par la communauté encore plus réduite du Second Temple de Jérusalem, pendant la période postexilique. La plus grande contribution offerte par l'archéologie à une meilleure compréhension de la Bible est peut-être celle-ci : que des sociétés aussi réduites et isolées, relativement pauvres, comme l'étaient le royaume de Juda de la monarchie tardive et le Yehoud postexilique. ont été capables de produire les grandes lignes de cette épopée éternelle en un laps de temps aussi court. Une telle compréhension est fondamentale. En effet, ce n'est qu'à partir du moment où nous percevons quand et pourquoi les idées, les images et les événements décrits dans la Bible en vinrent à être tissés ensemble avec une telle dextérité que nous pouvons enfin apprécier le véritable génie et le pouvoir constamment renouvelé de cette création littéraire et spirituelle unique, dont l'influence fut tellement considérable dans l'histoire de l'humanité. (pp. 358-359)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
enkidu_   21 juin 2016
La Bible dévoilée de Israel Finkelstein
Aujourd'hui, comme dans le passé, les peuples disposent de toutes sortes de moyens pour affirmer leur ethnicité. La langue, la religion, les coutumes vestimentaires, les rites funéraires, les tabous alimentaires complexes y participent. La culture matérielle élémentaire des bergers et des fermiers qui peuplaient les hautes terres – et qui devinrent les premiers Israélites – n'offre aucun indice révélateur sur leurs dialectes, leurs rites religieux, leur façon de se vêtir ou d'inhumer leurs morts. En revanche, on a découvert un détail fort intéressant concernant leurs habitudes alimentaires. Les tas d'ossements exhumés lors des fouilles des hameaux israélites dans ces régions diffèrent radicalement des ossements découverts ailleurs, sur un point très particulier : les os de porc n'y figurent pas. Les tas d'ossements des habitats antérieurs contenaient des os de porc, ainsi que ceux des habitats postérieurs à l'âge du Fer. Mais pendant toute la durée de l'âge du Fer – qui correspond à l'époque des monarchies israélites –, dans les hautes terres, le porc n'était ni cuit, ni consommé, ni élevé. En comparaison, les données en provenance des sites d'habitat du littoral philistin à la même époque – celle du Fer I – révèlent une présence importante d'os de porc parmi les ossements collectés. Tandis que les premiers Israélites ne mangeaient pas de porc, les Philistins, en revanche, en consommaient ; il en était de même des Ammonites et des Moabites établis à l'est du Jourdain, si l'on en croit les données rudimentaires dont nous disposons.



L'absence de consommation de porc ne s'explique pas seulement par des raisons environnementales ou économiques. Elle reste en fait le seul indice que nous possédions d'une identité précise, partagée par l'ensemble des villageois établis dans les hautes terres situées à l'ouest du Jourdain. Peut-être les proto-Israélites ont-ils cessé de manger du porc uniquement parce que les peuplades qui les environnaient – leurs adversaires – en consommaient, et qu'ils commençaient à se vouloir différents d'eux. Des pratiques culinaires ou des coutumes diététiques spécifiques sont deux des moyens qui permettent de dresser des frontières ethniques. Le monothéisme, ainsi que les traditions sur l'Exode et sur l'alliance n'ont fait leur apparition, semble-t-il. que bien plus tard. Donc, un demi-millénaire avant la composition des textes bibliques, qui présentent les détails des règlements diététiques, les Israélites avaient décidé – pour des raisons qui demeurent obscures – de ne plus manger de porc. Lorsque les juifs contemporains observent cette interdiction, ils ne font que perpétuer la plus ancienne pratique culturelle du peuple d'Israël attestée par l'archéologie. (pp. 144-145)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
de   24 avril 2019
Aux origines de la Torah de Israel Finkelstein
Il est donc temps que l’archéologie moderne et les sciences bibliques critiques se parlent à nouveau, les sciences bibliques cessant de considérer l’archéologie comme une « science auxiliaire » et les archéologues renonçant à imaginer l’archéologie comme étant la « cour suprême », qui pourrait définitivement trancher des questions et datations débattues par les exégètes
Commenter  J’apprécie          10
de   24 avril 2019
Aux origines de la Torah de Israel Finkelstein
La tradition de l’Exode et de l’Errance au désert est par conséquent le résultat final de nombreux siècles d’accumulation et de développements, oraux et écrits, et d’une histoire rédactionnelle complexe éclairée par les diverses transformations des réalités géopolitiques et historiques
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Monarchies

C’est un Béarnais qui ouvre le bal, monarque du trône de Suède, l’actuel Charles XVI Gustav en est le descendant ! Cocorico . . . Napoléon en serait vexé et furieux !

Aramis
Athos
Bernadotte
François Bayrou

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , rois , reinesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..