AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.59 /5 (sur 44 notes)

Nationalité : Liban
Né(e) à : Zhgarta , 1949
Biographie :

Jabbour Douaihy est né en 1949, à Zhgarta (Liban Nord). Professeur de littérature française à l’Université libanaise de Tripoli, traducteur et critique à L’Orient littéraire, il compte parmi les grands acteurs culturels du pays. De 1995 à 1998, il participe aux côtés de Samie Kassir à l'aventure éditoriale de L'Orient-Express.
Equinoxe d'automne ('I'tidâl al-kharîf, 1995) a été traduit en français par Naoum Abi-Rached (AMAM-Presse du Mirail, Toulouse, 2000), ainsi qu'en anglais. L'auteur a publié chez Actes Sud Rose Fountain Motel (2009), Pluie de juin (2010), nominé en 2008 pour le Booker Prize arabe, Saint Georges regardait ailleurs (2013, prix du Roman arabe décerné par l'IMA et la Fondation Lagardère) et Le quartier américain (2015). .

Source : Actes Sud
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Podcasts (1)


Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   11 octobre 2017
Le manuscrit de Beyrouth de Jabbour Douaihy
Dans ses rêves, il voyait un océan aux eaux verdâtres dont les vagues s’entrechoquaient par un jour de tempête, coiffées non pas d’écume, mais d’un fourmillement de fautes de lan­­gue phosphorescentes. Une mer tachetée de hamza * au-dessus de l’ ali f ** ou en dessous, de verbes d’opinion, de verbes transitifs, de compléments d’objet, de noms assimilés à des verbes, de nombres composés aux subtiles déclinaisons, de particules d’interpellation, de réprimande, d’appel au secours… Au bout d’un certain temps, il fut gagné par la fièvre des fautes. Il en voyait sur les panneaux publicitaires, les affiches politiques, les enseignes des magasins. Chaque fois qu’il en apercevait une de loin, il manquait de reproduire de la main le geste qu’il faisait pour raturer au Bic rouge une hamza mal placée.



*Lettre de l’alphabet arabe ( ء ) se prononçant comme un coup de glotte. L’écriture de la hamza est assez complexe. Dans la plupart des cas, elle est accompagnée d’un support graphique qui diffère en fonction de son environnement vocalique et de sa place à l’intérieur du mot.

**Lettre hybride traditionnellement présentée comme la première de l’alphabet arabe, qui sert soit de voyelle longue (pour le son a , dit voyelle “ouverte”), soit, dans certaines situations, de support graphique à la hamza



( Il est un correcteur pour l'arabe dans une imprimerie)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Bookycooky   10 octobre 2017
Le manuscrit de Beyrouth de Jabbour Douaihy
Farid dit qu’il souhaitait faire publier son livre. La réponse lui vint par-derrière, d’un coin de la pièce, dans un arabe balbutiant :

"Il y a quoi dans ce livre ?”
Commenter  J’apprécie          310
fanfanouche24   23 octobre 2017
Le manuscrit de Beyrouth de Jabbour Douaihy
Elle occupait le vide de ses journées en lisant des romans policiers. La "Série noire". Elle avait hérité de la collection de son père, qui avait commencé très tôt à se procurer ces volumes au titre jaune et à la reliure sombre. Elle aimait ce qu'on pouvait lire sur le quatrième de couverture. " Des romans où l'on voit des policiers plus corrompus que les malfaiteurs qu'ils poursuivent. Le détective ne résout pas toujours le mystère. Parfois, il n'y a pas de mystère. Et quelquefois pas de détective..." (p. 29)
Commenter  J’apprécie          260
tamara29   09 janvier 2017
Le quartier américain de Jabbour Douaihy
Le lendemain, il se réveilla étourdi par le tumulte de ses sentiments. Une vague de nostalgie l’assaillit, comme la mer recouvre le sable d’une plage puis le laisse aussi luisant que fragile.
Commenter  J’apprécie          170
fanfanouche24   13 octobre 2017
Le manuscrit de Beyrouth de Jabbour Douaihy
Il tenait également à ce que son livre soit protégé par des pages fermées et repliées l'une sur l'autre, de sorte qu'un curieux se promenant par hasard devant les rayons d'une librairie ne pourrait y avoir accès-car il faudrait pour l'ouvrir un de ces élégants coupe-papiers au manche incrusté d'ivoire qui faisait voler d'infimes poussières sur vos vêtements et dans l'air alentour.

Il n'y aurait pas de résumé sur le quatrième de couverture. son écriture ne se laissait pas abréger: n'était-elle pas la concision même ? (...) En fin de compte, il décida qu'il ne serait redevable à personne. quelle que soit sa consécration, il pourrait dire qu'il s'était fait tout seul, un point c'est tout. La quatrième de couverture resterait parfaitement vierge; on n'y trouverait même pas le prix du livre. (p. 32-33)
Commenter  J’apprécie          150
Bookycooky   30 septembre 2015
Le quartier américain de Jabbour Douaihy
Le Pendu a trouvé ce téléviseur Philips 24 pouces au marché aux puces du vendredi. Il a demandé au vendeur de le lui ranger du mieux qu’il pouvait dans un grand carton kraft. L’homme y a jeté des billes de polystyrène blanches et la notice d’emploi –en chinois –d’une cuisinière à gaz.
Commenter  J’apprécie          160
Bookycooky   03 octobre 2015
Le quartier américain de Jabbour Douaihy
....les appels au combat lancés par les jeunes n’étaient pas à son goût. Un jour qu’il se tenait sur sa chaire, il déclara à brûle-pourpoint, en croisant les mains, que le plus grand djihad était celui que l’on menait contre soi-même : le “djihad de l’âme”, qui consistait à réformer son caractère. Un murmure s’éleva du côté des membres de l’association de la Guidance. L’un d’eux –on disait que ce n’était autre que Yassine al-Châmi –lança avec insolence, d’une voix bien sonore : —Et les ennemis de Dieu et de l’islam ? Le cheikh Abdel-Latif rétorqua qu’il n’y avait pas de plus dangereux ennemis pour l’islam que certains musulmans.
Commenter  J’apprécie          130
Shan_Ze   03 octobre 2018
Le quartier américain de Jabbour Douaihy
Ismaïl vécut de belles années chez sa grand-mère. De temps en temps, il allait rendre visite à sa mère dans l'autre maison. Elle l'asseyait dans son giron, le reniflait, le balançait un peu sur ses genoux. Quant à son père, il le croisait par hasard sur les escaliers du Quartier américain.
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24   25 avril 2019
Le manuscrit de Beyrouth de Jabbour Douaihy
De sa plus belle écriture, il noterait sur l'exemplaire de sa mère : " A celle qui a été toujours été mon phare dans le tumulte de la vie". Il ne dédicacerait son livre à personne d'autre. (p. 31)
Commenter  J’apprécie          100
art-bsurde   20 mai 2016
Pluie de juin de Jabbour Douaihy
Alors elle voyait se confondre les étoiles et les lumières de la ville. Comme elle vivait dans les étages les plus élevés, elle voyait les avions traverser le ciel, l'un après l'autre, avec leurs signaux lumineux à l'approche de l'aéroport, comme d'innombrables petits points. Elle aimait la fraîcheur de la nuit et guettait ces moments de grâce, ces brefs instants d'équilibre avant que le flot violent de la vie ne reprenne son cours, le matin venu, pour l'emporter à nouveau.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature anglaise

Parmi ces quatre oeuvres, laquelle William Shakespeare n’a PAS écrit ?

Le Paradis perdu
des sonnets
Hamlet
Le Marchand de Venise

10 questions
469 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature anglaiseCréer un quiz sur cet auteur

.. ..