AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.91 /5 (sur 75 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Jacques Bastian est scénariste de bande dessinée.

Source : Bédéthèque
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
LeFarandoleur   13 novembre 2016
Histoire de France en BD, tome 07 : La chevalerie - Philippe le Bel de Jacques Bastian
Pour soutenir l'effort de guerre, Philippe IV voulut frapper d'impôt l'Eglise de France mais les clercs firent grise mine aux décimes (taxes perçues spécialement sur le clergé) !

Boniface VIII réagit aussitôt par la bulle -clericis laicos- (1296). Il interdit de verser l'impôt sans l'autorisation du Saint-Siège !

Le clergé s'obstina. Philippe dut prendre les mesures les plus diverses pour redresser les finances. Il demanda à ses fidèles sujets de verser au trésor leur vaisselle d'or et d'argent.

On leva des -aides-(impôts exceptionnels), le plus souvent mal accueillies. Les collecteurs, tout aussi mal reçus payèrent parfois de leur vie ces exigences ! ...Philippe Le Bel fit plus, il suspendit le droit des barons de -battre monnaie- eux mêmes ! Mais ses finances restaient en difficulté. Il dévalua alors sa propre monnaie, ce qui provoqua quelques émeutes... Le roi n'échappa à la colère des parisiens qu'en se réfugiant au temple. Puis la foule se retourna contre le directeur de la monnaie, dont la demeure fut mise à sac. Philippe Le Bel se montra implacable : les meneurs de l'émeute furent retrouvés et suppliciés !

Boniface venait d'organiser à Rome un jubilé triomphal, le premier (1300). Le Pape, qui prétendait régenter l'univers parvint à nommer son ami Bernard Saisset à l'évêché de Pamiers. Impulsif, excité, cet homme trop bavard soutenait dans le midi les idées du pontife... Il fut mis sous la garde de l'évêque de Senlis, puis le Roi demanda au Pape la destitution de cet homme -traître à son roi- !

Boniface répliqua en multipliant les bulles contre le souverain : Dieu ne l'avait-il pas établi pour régir les lois et les royaumes ?

Philippe et ses légistes bondirent sous l'outrage. Ils interdirent aux prélats de se rendre à Rome !

Pour la première fois réunis, les trois ordres : noblesse, bourgeoisie, clergé, jurèrent fidélité... -Au temporel, le Roi ne se reconnaît aucun suzerain, hors Dieu !-

C'était comme si on assistait à un assemblée des Etats Généraux. Pus tard, l'historien Michelet verra dans cet évènement l'acte de naissance de la France.

C'est alors, en pleine guerre de Flandre, quand la victoire boudait Philippe IV que Boniface VIII excommunia le Roi ! C'en était trop ! Au Louvre le 13 juin 1303, au cours d'une grande assemblée, les légistes, pour qui le souverain était la seule autorité en France, contre-attaquèrent... Il fut décidé d'organiser un concile pour juger le Pape. On fit approuver cette décision par les clercs et le peuple. Guillaume de Nogaret se mit en route pour l'Italie avec une petite troupe. En septembre 1303, les envoyés atteignirent la cité forte d'Anagni, où résidait le Pape. Sciarra Colonna, romain d'une illustre famille ennemie du Pape, se joignit à Nogaret. Le ville n'offrit qu'une faible résistance. Pris de panique, l'entourage du Pape s'enfuit. Le palais tomba rapidement. Boniface était aux mains des assaillants. Sciarra Colonna l'aurait souffleté, dit-on, de son gantelet de fer !

On parla d'exécuter Boniface, mais Guillaume Nogaret s'opposa fermement à ce projet. La population d'Anagni et les paysans des environs se portèrent enfin au secours du Pape. Nogaret et sa petite troupe durent battre en retraite en abandonnant l'illustre captif. Mais le cœur de ce vieillard avait mal supporté le choc d'Anagni. Boniface mourut un mois plus tard. Benoît XI lui succéda, puis Clément V, qui s'installa en Avignon et annula bientôt tous les actes qui dénonçaient la politique de Philippe Le Bel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LeFarandoleur   12 novembre 2016
Histoire de France en BD, tome 07 : La chevalerie - Philippe le Bel de Jacques Bastian
Trois jours avant la Pentecôte, en l'an de grâce 1247, Pierre, sire de Civray, son fils Bertrand et le -bachelier-(aspirant à la chevalerie) Jean de La Salle arrivent devant Pontiers... une vive animation règne dans la cité ! Les gens de qualité sont venus de très loin.

- Voyez, mes jouvenceaux, la belle et forte ville ! Notre suzerain, le comte Alphonse, frère de Louis IX, a tenu à vous faire chevaliers, toi, Bertrand et toi, Jean, avec vingt écuyers de lignage poitevin. C'est ici, en l'église Saint-Jean, qu'aura lieu l'adoubement.

Jean de La Salle ouvre grands les yeux. Poitiers l'émerveille. Que ce monde est différent du morne château de Civray, où son père le plaça à l'âge de douze ans pour faire son apprentissage de jeune noble !

Jean fut page, attaché à la Dame de Civray, qui lui enseigna les bonnes manières, et reçut du chapelain, en même temps que Bertrand, des leçons de lecture et d'écriture.

Plus tard, jeune Damoiseau, il s'entraina chaque jour à l'escrime du bâton et de l'épée. Rude école !

A cheval, Jean franchissait clôtures et fossés à se rompre les os.

A dix-huit ans, c'était un écuyer accompli. Aux combats et aux jeux de lance, il montrait maîtrise parfaite.

Il apprit les règles de la chasse, la façon de trancher les viandes, l'art de servir à table et chaque jour, il fortifiait son rêve, accéder à la chevalerie...

Et voilà Jean de La Salle au bout de l'éprouvante route. Il a vingt ans. Le jour de la pentecôte, Alphonse, comte de Poitiers, le fera chevalier, honneur insigne !

Dans la plus grande salle du château, le jeune comte Alphonse tient table ouverte. Il accueille ses hôtes avec chaleur.

- Soyez les bienvenus ! La route fut longue depuis Civray. Ils ont belle allure, ces bacheliers. Il me plaît d'être leur parrain ! Vous les avez nourris de la science des armes, Pierre de Civray. Moi, leur suzerain, je patronne leur entrée dans la chevalerie, pour le service du roi.

La cérémonie de l'adoubement commence le samedi. Vigile de la pentecôte, Jean, comme ses compagnons, prend le bain rituel, symbole de pureté. A la nuit, il gagne avec les autres l'église Saint-Jean, où a lieu la veillée d'armes. Dure est la veillée, debout ou à genoux.

Ah ! que vienne l'aube du grand jour ! Et son rêve l'entraîne au galop d'un roncin. Il portera le haubert à doubles mailles, le heaume aux reflets bleus, la lourde épée, le grand écu.

Après huit heures de veille et de prière, Jean et ses compagnons entendent une messe, puis regagnent le château dans la fraîcheur du jour. Ils ont faim et la journée sera rude.

La cour du château sert de théâtre à la cérémonie d'adoubement. Le comte Alphonse préside. Les dames ont revêtu leurs plus beaux atours.

Pierre de Civray fixe les éperons.

Le comte de Poitiers s'avance, portant l'épée. Selon le vieux rite de la chevalerie, de la main le comte Alphonse frappe à la nuque le nouveau chevalier : c'est la paumée.

Les vingt adoubés se retrouvent ensuite dans la prairie du Clain (rivière de Poitiers). Voici venu le moment de prouver leur savoir-faire. Un valet présente à Jean de La Salle un solide cheval...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LeFarandoleur   14 novembre 2016
Histoire de France en BD, tome 07 : La chevalerie - Philippe le Bel de Jacques Bastian
L'ordre des templiers fondé sous les croisades, s'illustra fort en protégeant les pèlerins et les lieux saints.

Dons et legs affluèrent de partout. Il devint bientôt le plus puissant de tous les ordres de chevalerie. On dit qu'il possédait plus de 9000 commanderies dans toute la chrétienté !

Les templiers ne dépendaient que du pape : ils n'avaient qu'une seule règle, celle de leur ordre.

Le temple, dont le chef lieu était un fort et un enclos dans Paris, servait de banque aux grands de ce monde, tels les rois de France et d'Angleterre.

Leurs immenses richesses, leurs trésors, réels ou supposés, suscitaient les convoitises ! On leur chercha querelle...

Le mystère dont s'entouraient les chevaliers rendait plausible ces rumeurs. Beaucoup, assurait-on, s'étaient compromis avec les infidèles au temps des croisades... Les français avaient eu à se plaindre d'eux en Terre sainte.

Mille bruits circulaient sur leurs rites secrets. On les accusa d'avoir perdu la foi, de renier le Christ, d'adorer une idole nommée -Baphomet-(sans doute, déformation de -Mahomet-)

C'est alors que Philippe Le Bel prépara leur procès ! Sur son ordre, le 5 octobre 1307, de par toute la France et dans toutes les commanderies du royaume, tous les templiers furent arrêtés au petit matin pour sacrilège et idolâtrie. On demanda au pape qu'ils soient jugés.

La plupart protestèrent de leur innocence, mais d'autres, sous la torture, reconnurent les accusations portées contre le temple.

Condamnés par le tribunal de l'archevêque de Sens, le 12 mai 1310 cinquante-quatre templiers furent livrés, l'un après l'autre, au bûcher.

Le pape Clément V, poussé par le roi, abolit l'ordre. Tous ses biens devaient être attribués à celui des Hospitaliers.

Après ce sanglant procès, le grand maître des templiers, Jacques de Molay, et Geoffroi de Charney furent brûlés sur cette île de Seine, le 18 mars 1314... Ils moururent en clamant leur innocence et l'innocence du temple ! On leur prête ces dernières paroles :

- Nous assignons nos bourreaux, Clément V et Philippe IV, à comparaître, cette année même, devant le tribunal de Dieu ! Or le pape mourut en avril et Philippe en novembre !

Mais les templiers étaient-ils coupables ou innocents ? Le saurons-nous jamais ? Certains avouèrent sans être torturés, d'autres clamèrent leur innocence jusque dans la mort ! Existait-il, à l'intérieur même de l'ordre, une secte secrète et coupable, agissant à l'insu des templiers innocents ? Qui le dira ? Pourquoi tant de rigueur ? Philippe Le Bel convoitait-il les biens des templiers ? Crut-il a l'hérésie ? S'alarma t-il de la puissance de l'ordre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LeFarandoleur   17 novembre 2016
Histoire de France en BD, tome 08 : La Guerre de Cent ans - Bertrand du Guesclin de Jacques Bastian
Las de sa captivité, Jean le Bon avait signé un traité qui cédait aux anglais la moitié du territoire. Les états généraux le refusèrent ! Edouard III débarqua une fois encore sur le continent...

Parfois, les paysans ne quittaient point leurs villages, mais se mesuraient à l'envahisseur. Tel le Grand Ferré, des environs de Compiègne, qui fut vainqueur.

La grande chevauchée d'Edouard III à travers Champagne et Bourgogne se heurta à des villes closes et hostiles...

Au bord du désastre, Edouard III dut consentir à la trêve de Brétigny, le 8 mai 1360. A Chartres, ensuite, il se réconcilia avec Charles. Il renonçait à la couronne de France, mais gardait l'Aquitaine, Calais et le Ponthieu. Ces accords furent confirmés à Calais le 24 octobre.

En avril 1360, comme Edouard se dirigeait vers la Bretagne, un orage furieux s'abattit sur l'armée. Il tomba des grêlons d'une telle grosseur qu'ils tuaient hommes et chevaux.

Au bord du désastre, Edouard III dut consentir à la trêve de Brétigny, le mai 1360. A Chartres ensuite, il se réconcilia avec Charles. Il renonçait à la couronne de France, mais gardait l'Aquitaine, Calais et le Ponthieu. Ces accords furent confirmés à Calais le 24 octobre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LeFarandoleur   04 novembre 2016
Histoire de France en BD, tome 05 : Les Croisades de Jacques Bastian
Charlemagne, autrefois avait créé des rapports d'amitié avec Haroun-Al-Raschid, le sultan. Depuis, les chrétiens d'occident tournaient leurs pas sans inquiétude vers la Palestine... Moyennant le paiement d'une redevance, les Fatimides laissaient aux pèlerins toute liberté de visiter les lieux saints.

Mais de nouveaux maîtres régnaient sur le califat de Bagdad et Jérusalem. C'étaient les Turcs Seldjoukides, islamisés (convertis à l'islam, religion fondée par Mahomet au VIIe siècle). Depuis peu, en 1078, ils avaient pris la ville sainte. Tout changea.

A la différence des arabes tolérants, ils étaient animés d'un fanatisme religieux impitoyable. Ils contestèrent aux pèlerins le droit de venir prier au coeur de l'islam... ils les rançonnèrent et les humilièrent de mille façons !
Commenter  J’apprécie          50
LeFarandoleur   06 novembre 2016
Histoire de France en BD, tome 05 : Les Croisades de Jacques Bastian
Décidé à purger la terre entière des -ennemis de Dieu-, les chrétiens, Saladin les écrasa le 4 juillet 1187 à Hattin. Désastre sans précédent qui sonna le glas du Royaume de Jérusalem. Une à une tombèrent les places franques. A la cour de Philippe Auguste, des messages rapportèrent avec force gémissements les méfaits de Saladin. La ville sainte avait cédé.

Et une troisième croisade s'ébranla. Le Roi de France Philippe Auguste y prit part, et Richard coeur de Lion, souverain d'Angleterre, et l'empereur d'Allemagne, Frédéric Barberousse.

Pendant la traversée de la Syrie, la chaleur fut si accablante que Barberousse ne put résister à la fraîcheur d'une rivière... mal lui en prit car, entraîné par le poids de son armure, il se noya, privant les croisés de son secours.

A Saint-Jean D'Acre, la présence des Rois de France et d'Angleterre stimula les combattants, qui perdaient courage. Le siège durait depuis deux ans !

Le vendredi 12 juillet 1191, la citadelle d'Acre tombait enfin aux mains des chrétiens, les musulmans s'inclinèrent devant la bravoure de Richard Coeur de Lion... pour la vaillance, ils s'estimèrent de la race des Francs, prétendant que nul, à part ces guerriers et eux-mêmes, n'avaient le droit de se dire chevaliers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LeFarandoleur   17 novembre 2016
Histoire de France en BD, tome 08 : La Guerre de Cent ans - Bertrand du Guesclin de Jacques Bastian
Pour Philippe tout allait de mal en pis. Le trésor était vide et les communes rechignaient à verser des subsides. L'anglais tenait Calais, avait repris la Guyenne, occupait la Bretagne et intriguait en Normandie.

Sur l'intervention du pape une trêve fut conclue alors qu'une affreuse calamité s'abattait sur l'occident : la peste noire ! L'épidémie avait fait son apparition en 1347 dans une colonie génoise installée en mer noire. Des mongols frappés par la maladie l'assiégeaient, projetant contre elle à coup de pierriers (machines de guerre lançant des pierres) les cadavres de leurs pestiférés. Les navires marchands des génois rapportèrent la maladie en occident. Près d'un tiers de la population anglaise et française périt. La cour de France fut décimée. Philippe VI mourut le 22 août 1350. Jean II lui succéda.
Commenter  J’apprécie          20
LeFarandoleur   06 novembre 2016
Histoire de France en BD, tome 05 : Les Croisades de Jacques Bastian
Hommes, femmes, moines, citadins, paysans se mirent à coudre fébrilement des croix d'étoffe sur leurs habits se déclarant ainsi -croisés- et prêts à partir pour la terre sainte...

Le Pape rallia même les hésitants. Parcourant la Provence et l'Aquitaine en compagnie de l'évêque du Puy, Adhémar de Monteil, il vit bientôt venir à lui les grands du royaume... d'abord Raymond de Saint-Gilles, Comte de Toulouse, et Hugues, Comte de Vermandois, frère du trop libertin Roi de France Philippe Ier, qu'il venait d'excommunier... puis Robert Courteneuve, Duc de Normandie, et Godefroy de Bouillon, Duc de Basse-Loraine, avec son frère, Gaudoin de Boulogne... et Bohémonde de Tarente, fils de Robert Guiscard -l'avisé- qui avait conquis la Sicile.

Oui, ils étaient tous là, les nobles chevaliers qui rêvaient de gagner la terre promise.

Les pauvres, enflammés d'un zèle Saint et las de famines ou des épidémies, vendaient leurs modestes biens pour subvenir aux frais de l'expédition. Reviendrait-on jamais de ce pays lointain ?

Tous, ils étaient tous là ! Serfs rêvant d'indépendance, chevaliers sans fortune, moines abattus par la vie triste des couvents, et tous bâtissaient en esprit un avenir séduisant.

En avril 1096, sans plus attendre l'armée régulière, des bandes immenses s'ébranlèrent de tous les côtés à la fois. L'Europe entière se ruait vers l'Orient en longeant le Danube.

Vingt-cinq mille personnes composaient ces troupes disparates, aux quelles s'était joint un brave chevalier, Gauthier sans avoir, le bien nommé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LeFarandoleur   17 novembre 2016
Histoire de France en BD, tome 08 : La Guerre de Cent ans - Bertrand du Guesclin de Jacques Bastian
Edouard III avait repris les hostilités. Son fils, Edouard dit de Woodstock (surnommé plus tard -le Prince Noir-), ravageait le Languedoc.

En 1356, le prince Edouard, partant de Bordeaux à la tête d'une armée de 8 000 hommes, anglais et gascons, se hasarde vers Tours, pillant le pays. C'est une provocation.

Le 18 septembre de la même année, Jean II trouve l'armée anglaise, commandée par le prince et Sir John Chandos, retranchée sur une colline à Maupertuis, près de Poitiers. Les hommes du prince sont solidement installés. Le courage est dans les deux camps. Tandis que les parlotes diplomatiques traînaient en longueur les anglais avaient fortifié leurs positions. Le 19, la chevalerie française attaque... les traits tombent comme grêle. Le roi fait partir à pied les corps de la bataille. Une rude épreuve pour les chevaliers lourdement harnachés. La contre-attaque tournante du Captal de Buch achève de semer la confusion dans les rangs. Les français se débandent. Jean, exemple de courage, refusant d'abandonner le champ de bataille, sauve du moins l'honneur. Harcelé, le roi dut bientôt se rendre à un chevalier. Il fut conduit à Londres, où il fit une entrée de souverain.

Le dauphin Charles avait regagné Paris en hâte. Son père prisonnier, il devenait lieutenant du roi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LeFarandoleur   06 novembre 2016
Histoire de France en BD, tome 05 : Les Croisades de Jacques Bastian
Pour défendre la Terre Sainte contre les agressions des musulmans, Baudouin II créa des milices composées de moines-soldats... ainsi naquit l'ordre des chevaliers Hospitaliers de Jérusalem... celui des Chevaliers du Temple... et celui des Chevaliers Teutoniques recrutés parmi les Allemands.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-49992

Où se déroula la journée des Barricades, le 12 mai 1588?

à Londres
à Paris

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thèmes : révolutionCréer un quiz sur cet auteur