AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.62 /5 (sur 155 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Toulon , le 21/06/1922
Mort(e) à : Nice , le 15/03/2019
Biographie :

Jacques Tournier, né le 21 juin 1922 à Toulon et mort le 15 mars 2019 à Nice est un écrivain et traducteur français plus connu sous son pseudonyme de Dominique Saint-Alban.

Auteur du feuilleton radiophonique et télévisé Noële aux quatre vents, Jacques Tournier est un passionné de littérature américaine. Il a écrit la biographie de Carson McCullers, traduit la correspondance de Truman Capote. Ses livres, Des persiennes vert perroquet (1998), Le Dernier des Mozart (2000) (à propos de Franz Xaver Wolfgang Mozart) , À l'intérieur du chien (2002), Des amants singuliers (2007), Zelda (2008), ont un réel succès dans le monde des lettres. Jacques Tournier a également traduit en français les deux romans de F. Scott Fitzgerald.
Tournier et le cinéma

Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
MPAGE-20130403-1825_0.mp4 Payot - Marque Page - Jacques Tournier - le marché d'Aligre.
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
peneloppe277   07 avril 2010
La maison déserte de Jacques Tournier
- Il est temps, dit-elle. Elle se lève, touche le mur de sa maison avec un peu d'appréhension, essayant de lui faire entendre qu'elles sont seules désormais, attachées l'une à l'autre, et qu'il faudra se supporter. Pour être tout à fait aveugle, elle se bande les yeux avec un foulard. Elle s'attaque d'abord aux poignées, celles des portes et celles des fenêtres, leur emplacement, leur hauteur. Elle passe ensuite aux commutateurs, plus sournois à localiser. En tâtonnant le long des murs, elle sent de petits renflements suspects, qui s'effritent lorsqu'elle les touche, et c'est un plaisir sous ses doigts. Après les pièces du rez-de-chaussée, elle s'engage dans l'escalier. Elle lève très haut les genoux en comptant les marches une à une. Lorsqu'elle arrive sur le palier, elle cherche sa chambre, s'arrête brusquement, dénoue le foulard. - À quoi joues-tu ? dit-elle avec un petit rire forcé.
Commenter  J’apprécie          100
Musardise   23 juillet 2015
Zelda de Jacques Tournier
Egorova la conduit à la barre, lui saisit la jambe, la tire vers elle en tordant la cuisse et Zelda pleure. Mais de soulagement. Elle touche enfin la frontière de son royaume. D'une leçon à l'autre, la douleur devient plus intense. Elle a des bleus aux genoux, là où les muscles ont été torturés. Chaque soir, elle se frictionne longuement les jambes avec un onguent. Pendant les premières semaines, elle s'attache les pieds aux barreaux de son lit et dort, les orteils tournés vers l'extérieur. Détestant sa difficulté à faire bouger son corps, elle s'oblige à le dompter dans un effort désespéré, et se lance frénétiquement dans des kilomètres de pas de bourrée. C'est ce qu'elle peint de toile en toile, à travers ces corps disloqués, aux mains difformes, aux pieds tordus, aux mains démesurées.
Commenter  J’apprécie          90
Musardise   27 juillet 2015
Zelda de Jacques Tournier
Elle ouvre donc sans angoisse le magazine de février, et soudain tout bascule. Après le sang d'un double meurtre, elle entend Nicole hurler à travers la porte d'une salle de bains : "Je ne te demande pas de m'aimer !", et elle se retrouve à Prangins, lit sans y croire les lettres de Nicole, transcrites presque mot à mot de celles qu'elle écrivait à Scott, et finit par se découvrir elle-même, dans la pénombre d'une chambre, défigurée par l'eczéma. C'est au-delà de ce qu'elle peut supporter.



[à propos de Tendre est la nuit]
Commenter  J’apprécie          90
brigittelascombe   26 mai 2012
Francesca de Rimini de Jacques Tournier
Je n'ai pas d'âge quand j'écris. J'écoute ce que l'Amour commande et je n'exprime que les mots que j'entends prononcer en moi.
Commenter  J’apprécie          80
brigittelascombe   26 mai 2012
Francesca de Rimini de Jacques Tournier
-Est-elle entière? demande-t-elle en l'entendant crier.

-Toute entière, répond la sage-femme en riant, avec ce qu'il faut de bras et de jambes.Je vois même de petits ongles et de jolis orteils.

Mais elle veut s'en assurer elle-même,comprenant enfin d'où venait cette terreur qui la réveillait chaque nuit-que cette semence d'infirme n'engendre qu'une infirmité.
Commenter  J’apprécie          60
asphodele85   22 janvier 2012
Zelda de Jacques Tournier
Chéri, le livre est grand, l'émotion de plus en plus forte, (…) on a les larmes aux yeux en découvrant comment le monde en mutation réduit à néant leur faculté de décision personnelle. C'est le but que doit se fixer un grand livre et toi, tu l'as atteint. C'est subtil, délicat, d'une telle beauté d'écriture qu'on ne peut que s'incliner devant elle, une contribution majeure à ce que les écrivains vont être obligés de créer dans les années futures.
Commenter  J’apprécie          50
asphodele85   22 janvier 2012
Zelda de Jacques Tournier
Il faut que vous lisiez leurs lettres. Elles prouvent à quel point ils se sont aimés, avec quel courage, quelle constance, quelle compréhension mutuelle, d'un amour souvent déchiré mais intense
Commenter  J’apprécie          50
rasibus   02 mai 2020
Barbara de Jacques Tournier
Au printemps, tu verras, je serai de retour

Le printemps, c'est joli pour se parler d'amour

Nous irons voir ensemble les jardins refleuris

Et déambulerons dans les rues de Paris
Commenter  J’apprécie          51
brigittelascombe   24 juillet 2011
La maison de thé de Jacques Tournier
Celà me permet, écrit-elle, de rêver à des faits, des idées, des écrits du passé et même d'à présent, qui font aussi partie de l'invisible choeur refusant de venir, à la moindre sonnerie, occupper le devant du théâtre.
Commenter  J’apprécie          40
natalieH   19 juin 2011
A la recherche de Carson McCullers de Jacques Tournier
Brooklyn Heights, son odeur de jardin, ses trottoirs plantés d'arbres, où la saison se lit à la couleur des feuilles. J'y ai marché longtemps, dans l'éternité du XIXe siècle, entre des façades à balcon de fer, écoutant la sirène voilée des navires sur l'East River et sur la mer. C'est un quartier du bord de l'eau, traversé par le vol des mouettes. J'ai cherché Middagh Street. C'est une rue très courte, qui n'avait que quelques immeubles lorsque Carlson y habitait. Elle est plus courte encore aujourd'hui, tranchée à vif par une voie express ouverte en contrebas, qui a effacé la maison.
Commenter  J’apprécie          30
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Triangles amoureux: on recherche le troisième point.

Carmen, Don José, ...

Almaviva
Catherine
Christian
Escamillo
Forcheville
Lancelot
Mathilde de La Mole
Santos Iturria

16 questions
63 lecteurs ont répondu
Thèmes : triangle amoureux , littérature , théâtre , opéra , cinemaCréer un quiz sur cet auteur
.. ..