AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.47 /5 (sur 19 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Laval , 1953 ?
Biographie :

Jean-Louis Viot est né à Laval.
Il a débuté sa carrière à la Sûreté à l'Hôtel de Police d'Alençon (61) et il a également travaillé à l'Hôtel de Police du Mans.
En 1981, il devient Capitaine de Police à l'Unité de Recherches et d'Investigations de l'Hôtel de Police de Dieppe.
Parallélement à son métier, Jean-Louis Viot est écrivain. Son huitième roman :"Une belle garce" a obtenu le prix du Quai des ofèvres qui est attribué chaque année, au meilleur policier anonyme.
Actuellement, il est conseiller technique pour une société de production qui prépare une série télévisée pour France 2.
Il collabore également à la revue : "Je bouquine".

Installé dans la ville d’Eu depuis trois ans, l’ancien commissaire de Police de Dieppe, est devenu détective privé. (2011)
+ Voir plus
Source : http://www.linformateur-leclaireur.fr www.lisons.info
Ajouter des informations
Bibliographie de Jean-Louis Viot   (5)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolar   17 janvier 2020
Une belle garce de Jean-Louis Viot
30 avril. 9 heures. Richard Mallet entre dans le poste en traînant la semelle sur le carrelage délavé. Il adresse une mimique d'excuse à la femme de ménage et poursuit sur la pointe des pieds.

– Pas l'air réveillé ! observe le brigadier en riant sous cape.

Pas l'air ? Et pour cause ! Mallet, le noctambule, vient de passer ces heures que d'autres consacrent au sommeil à une planque. Une de plus. Et pour rien, naturellement. La veille, un gars est venu l'affranchir qu'un magasin de cuirs allait être cassé dans le courant de la nuit. Difficile de faire la sourde oreille, évidemment. D'autant que le quidam a donné les trois types, leur manière d'opérer, etc. ; que les indices ne courent plus les rues et que les tuyaux de ce genre deviennent rarissimes. Rarissimes lorsqu'ils ne sont pas percés, bien entendu, car, les renseignements bidons, eux, ne manquent pas.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   17 janvier 2020
Une belle garce de Jean-Louis Viot
L'inspecteur reprend, sans enthousiasme, un rapport laissé en plan. Le téléphone compromet ses vélléités. Un mineur en fugue ramené au poste. Mallet sursoit à la rédaction de sa synthèse. Dans le couloir, il se heurte à Vincent Hermel, second permanent et permanent en second.

– J'arrive de constates4 avec Quinet, explique-t-il. Un gros casse5 chez Gaubert, le buraliste du quartier Saint-Jacques. Les condoléances habituelles.

– Pas au courant.

Un fracas de battants de porte, Gérard Quinet surgit en bringuebalant ses deux mallettes. Le sous-baloche6 détaché à l'I.J.7 râle, comme d'habitude. Pendant qu'il fait du cinéma avec sa poudre de perlimpinpin, ses photos croupissent dans leur bain.

– Hé ! se moque Hermel, le technicien de la scène du crime, c'est bien toi !

Mallet les abandonne à leurs états d'âme. Le mineur en fugue l'attend.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   17 janvier 2020
Une belle garce de Jean-Louis Viot
Au début, elle s'est montrée compréhensive, reconnaissante, payant de sa personne ce gîte providentiel. Puis, ce que Coussinel a pris pour de l'affection s'est estompé. Ephémère illusion. Au seuil de la quarantaine, la brune Véro, il le sait, a tous les attraits pour briguer d'autres perspectives. Abandonnant son marmot au vieux, elle a repris le sentier des bars et la chasse aux pigeons. Une chasse aléatoire puisqu'elle rentre parfois comme un chat de gouttière affamé. Affamé d'argent, forcément. Alors elle minaude. Elle embrasse son bon Julien, l'effleure d'une main impudique. Elle a la manière. La preuve : il se pique au jeu. Mais, lorsqu'à son tour il veut la caresser, elle se dérobe. Elle revient à la charge, le décolleté ravageur, lui échappe, l'aguiche derechef, se soustrait encore jusqu'à ce qu'il sorte son portefeuille.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   17 janvier 2020
Une belle garce de Jean-Louis Viot
Un coup d'œil sur la « main courante3 » et l'inspecteur quitte la cage vitrée du poste pour en retrouver une autre, celle en tube vert pomme qui accompagne l'escalier gironné jusqu'au premier étage. Sur le large palier distribuant les deux ailes de la Sûreté, trois de ses collègues interrompent leur conversation.

– Alors ? Qu'est-ce qu'on avait dit ? triomphe l'un d'eux. Du pipeau !

Mallet lève les bras puis les laisse retomber, évitant ainsi une polémique qu'il n'a pas le courage d'engager. Le teint frais et la vitalité de ses homologues lui inspirent de la rancœur. La quarantaine bientôt et vingt ans de police. Un cap à franchir, peut-être. La lassitude, l'irrationalité du service, l'indolence professionnelle de certains, la force d'inertie...
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   17 janvier 2020
Une belle garce de Jean-Louis Viot
A deux pas de là, Véronique Chambrier attaque son troisième kir royal. La brune aux cheveux courts lève haut les jambes sur son tabouret de comptoir. Sa minijupe découvre le galbe de sescuisses et laisse deviner la naissance de ses Dim-up. A cette heure, le Quibus est bondé. Au fond, un inconnu rubicond reluque l'échassière d'occasion, donne du coude à son coéquipier. Véro a surpris le geste.

– Parfaitement que je suis une pute ! lance-t-elle de sa voix cassée par l'abus de cigarettes. Et après ?

Elle se retrousse davantage, dégage le haut de sa cuisse.

– Regarde, mon canard ! Si t'as les moyens !

L'autre pique son fard, devient cramoisi. Véro allume une Marlboro. Elle renverse la tête, rejette la fumée vers le plafond.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   17 janvier 2020
Une belle garce de Jean-Louis Viot
Géraldine Roussel se sent bien dans cette ambiance de bistrot où les hommes s'intéressent encore à elle. Le regard lointain, elle s'offusque mollement des sous-entendus égrillards ou des mains libertines. La gent masculine, elle connaît. Elle l'a pratiquée, exploitée, même. Depuis son divorce, elle a su tirer de ses rencontres les avantages que lui offre aujourd'hui son remariage avec un conducteur de travaux rabougri, toujours aux antipodes. De la Côte-d'Ivoire ou du Pacifique, le brave, qui n'a guère besoin d'argent, lui envoie tout ce qu'il gagne. Elle en dépense une bonnepartie et thésaurise le reste sur un compte secret. Sécurité, liberté. Liberté qu'elle met naturellement à profit pour assouvir ailleurs sa libido.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   17 janvier 2020
Une belle garce de Jean-Louis Viot
Trois bureaux plus loin, une sonnerie flûtée s'impatiente. Mallet cavale, décroche. Le combiné lui échappe. Il le rattrape au vol, identifie la voix du chef de poste. La personne ne répondant plus aux appels : affaire sans suite. Une vieille dame qui avait gardé ses boules Quies.

Il n'a pas raccroché qu'on frappe à sa porte pourtant grande ouverte. L'épais gardien préposé au courrier s'y encadre. Il fouille sa sacoche, dépose deux enveloppes, repart en sifflotant.

Sur son sous-main en plastique vert wagon dont l'a généreusement doté l'administration, Mallet examine la première. Au cachet rectangulaire sur le coin gauche, il devine la réponse à l'une de ses réquisitions bancaires.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   17 janvier 2020
Une belle garce de Jean-Louis Viot
Le grasseyement de Muriel Baron la ramène sur terre. Petite, épaisse, vulgaire, la brune tarabuste Hubert Rochette, un pilier du Quibus. Elle négocie un verre que l'autre n'a pas envie d'offrir. Abruti par la tisane, Rochette n'a plus d'âge. Tout à l'heure, pourtant, son œil glauque a contourné les formes de Géraldine Roussel. La jupe vaporeuse de la femme a ranimé en lui de fugaces appétences.

– Laisse donc ce pauvre Hubert... ! ânonne justement l'intéressée.

Son sac la gêne. Elle le pose sur le bar tandis que le patron sert une tournée commandée du geste par Julien Coussinel.

Muriel Baron a levé son kir à la santé de celui qui paie.

– A la vôtre ! tremblote Coussinel.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   17 janvier 2020
Une belle garce de Jean-Louis Viot
– Remets un petit coup ! ordonne-t-elle à Bonardin.

Le tenancier s'exécute au moment où Muriel Baron pousse la porte vitrée. Les deux femmes s'embrassent. Muriel Baron considère le kir royal de Véro et siffle.

– Tu ne te refuses rien !

– Prends la même chose, c'est de bon cœur. Alors, ton cinoche ?

Muriel Baron est caissière occasionnelle au cinéma Étoile.

– Tu parles ! Avec mes pourboires, je ne paierais même pas ma place !

Elles rient en levant leur verre.

– Il faut que je remonte chez le vieux, déclare soudainement Véro. Il va encore m'exaspérer, je le sens.



Elle reboutonne son trois-quarts de fourrure grisâtre, sort d'un air désabusé.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   17 janvier 2020
Une belle garce de Jean-Louis Viot
D'ailleurs Mallet a tout lieu de croire que ceux qui lui ont valu ces longues heures de surveillance appartiennent à la seconde catégorie. Sans douteaurait-il dû écouter ses collègues de la Sûreté. Il voit encore leur mine narquoise lorsqu'il leur a fait part de l'information. « T'as pas l'impression d'un coup de pipeau ? » avaient-ils conclu en retournant à leur ordinaire.

Pipeau ou pas, Mallet n'avait pu laisser tomber. Faute d'inspecteurs, il avait attendu l'arrivée de la B.S.N.1 pour monter la planque à proximité du magasin de vêtements. Au petit jour, Mallet était rentré amer, blessé dans son instinct de chasseur.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Douche écossaise en titres ... 🥶 🥵

💧 Pour réussir ce quiz, il vous faut jouer "De sang froid"

truman capote
clive barker

12 questions
52 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , contrastes , émotions fortes , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..