AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.74 /5 (sur 200 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 09/02/1927
Mort(e) à : Saint-Malo , le 29/03/2006
Biographie :

Jean Mabire est un écrivain, journaliste et critique littéraire français.

Ayant signé de son nom la plupart de ses textes, il a aussi écrit sous les pseudonymes de Didier Brument, Éric Dubecquet et Henri Landemer.

Il fait ses études secondaires au Collège Stanislas, où il obtient un baccalauréat philosophie-lettres, puis entre à l'École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d'art, tout en militant à l'Union nationale des étudiants de France.

Il débute sa carrière en 1949, en créant la revue régionaliste "Viking", qu'il dirige jusqu'en 1955 (les revues "Heimdal" et "Haro" lui feront suite). Il effectue ensuite son service militaire, d'octobre 1950 à octobre 1951, à l'École des troupes aéroportées de Pau, où il obtient son brevet de parachutiste. Aspirant au 1er Bataillon parachutiste de choc à Montauban, il en sort sous-lieutenant de réserve.

Rappelé en octobre 1958 pour un an en Algérie, il est affecté au 12e Bataillon de chasseurs alpins, à la tête d'un commando de chasse composé aux deux tiers de musulmans. Le soldat est démobilisé en octobre 1959 comme capitaine de réserve. Pour ses états de service, il est décoré de la Croix de la Valeur militaire, de la Croix du combattant et de la Médaille commémorative des opérations de maintien de l'ordre en Algérie.

C'est en tant que journaliste que Jean Mabire contribue à de nombreuses publications. En 1956, il débute comme reporter à "La Presse de la Manche", puis collabore à Historia, mais aussi, entre autres revues, à Défense de l'Occident , à L'Esprit public , à Europe-Action puis, par la suite, à Éléments.

Il tient jusqu'à sa mort une chronique littéraire dans l'hebdomadaire National-Hebdo.

Auteur d'une centaine d'ouvrages, Jean Mabire débute dans l'écriture avec "Drieu parmi nous", hommage à Pierre Drieu La Rochelle paru à La Table Ronde en 1963. L'écrivain a consacré sa vie à la Normandie, pour laquelle il a rédigé, seul ou en collaboration, bon nombre d'écrits grand public et de vulgarisation.

Jean Mabire a consacré de nombreux ouvrages à l'histoire militaire, à la Waffen-SS notamment, "Les Waffen SS" (1972), sous le pseudonyme d'Henri Landemer, mais aussi à des événements ou unités de toutes les origines.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Un homme, un destin: Jean Mabire.


Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
gill   30 janvier 2017
Les Dieux Maudits : Récits de mythologie nordique de Jean Mabire
Sur cette Islande - que l'on peut sans démesure nommer l'île sacrée du Nord - va surgir, comme floraison à la fonte des neiges, une prodigieuse littérature héroïque et mystique, dont la puissance, l'originalité et la grandeur séduisent tous ceux qui la découvrent ...
Commenter  J’apprécie          260
gill   30 octobre 2015
Histoire secrète de la Normandie de Jean Mabire
Bibliographie : Contes, légendes, superstitions, vie traditionnelle en Normandie :

Bertaux Jean-Jacques, conservateur-adjoint du musée de Normandie à Caen : - "Ethnographie" dans "Normandie", Christine Bonneton Editeur, 1978.

Birette, Charles : - "Dialectes et légendes du Val de Saire", 1938.

Blouin, Léonor : - "Moeurs et coutumes de Basse-Normandie", Saint-Lô, 1901.

Borgé, Jacques et Viasnoff, Nicolas : - "Archives de Normandie", préface d'André Balland, Balland, 1980.

Boussel, Patrice : - "Histoires et légendes de la Normandie mystérieuse", T'chou, 1970 (l'édition ordinaire est aussi publiée sous le titre : "veillées du pays normand").

- "Lieux et histoires secrètes de la Normandie", Editions de la Porte Verte, 1978.

Bosquet, Amélie : - "La Normandie romanesque et merveilleuse, traditions, légendes et superstitions populaires de cette province", édition originale Techener à Rouen, 1844.

Canel, Alfred : - "Blason populaire de Normandie comprenant les proverbes, sobriquets et dictons relatifs à cette ancienne province et à ses habitants", Rouen, 1859 (reprint Le Portulan, Brionne, 1971).

Chauvet, Dr Stephen : - "La Normandie ancestrale", Paris, Boivin, 1921 (réédité en 2 volumes, Colas, Bayeux, 1951).

Cherville, marquis de : - "Récits du terroir", Firmin-Didot, 1890.

Cochet, abbé : - "La Normandie souterraine", (reprint Le Portulan, Brionne, 1970 ....

(petit extrait de l'impressionnante bibliographie citée en fin de "Histoire secrète de la Normandie" et classée par thèmes : généralités, ouvrages collectifs sur la Normandie, histoire générale de la Normandie, contes, légendes, superstitions, vie traditionnelle en Normandie, les vikings, époques et personnages particuliers, quelques revues).







+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
gill   25 octobre 2015
Les Ducs De Normandie de Jean Mabire
De par la conquête de la Grande Île, Guillaume ne fut pas seulement duc de Normandie mais roi d'Angleterre.

Avec lui commençait une dynastie outre-Manche et après lui - dans un certain sens - déclinait le domaine continental édifié par ses pères.

Aussi celui qui fut le plus grand personnage de l'histoire de la Normandie, et un des hommes les plus marquants de l'occident médiéval, devint peut-être, par les conséquences de sa conquête, le grand destructeur de cet état normand si magistralement cimenté et défendu par les "Rollonides" ...
Commenter  J’apprécie          110
gill   29 octobre 2015
Histoire secrète de la Normandie de Jean Mabire
Parler donc aujourd'hui de la Normandie comme d'une réalité amène sur beaucoup de lèvres un méprisant sourire.

Nier l'existence même de la Normandie est une sorte de réflexe conditionné dans beaucoup de milieux dits cultivés.

Le fait que la langue populaire soit un idiome de langue d'Oïl conforte d'ailleurs tous ceux qui ont tendance à réduire l'originalité au seul domaine linguistique.

La Bretagne existe puisque l'on parle encore breton.

Il suffirait d'un seul îlot de norrois en Normandie pour bénéficier de cette étiquette tellement ambiguë de "minorité".

C'est d'ailleurs un mot que les normands n'aimeraient pas.

Ils sont eux-mêmes, sans se soucier de ce qu'on peut penser d'eux et souvent même sans se rendre compte de leurs traits particuliers.

Le seul auquel ils fassent référence, quand l'occasion s'en présente, étant cette origine nordique qui est d'ailleurs souvent plus un trait folklorique qu'une réalité ethnique.

C'est pourtant l'Histoire qui reste leur grand lien, à travers quelques grands personnages comme Guillaume le Conquérant, dont la haute figure domine tout le paysage intellectuel normand ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          103
gill   09 janvier 2015
Pêcheurs du Cotentin de Jean Mabire
Sous sa prononciation francisée, "Barfleur" demeure encore trop proche de son "Barbeflot" ou "Barmeflot" nordique pour que nous n'entendions pas racler dans ce nom la quille de quelque longue "esnèque".

Cette snekkja chère aux anciens vikings....
Commenter  J’apprécie          100
kielosa   03 juin 2017
Ungern le Baron fou de Jean Mabire
Si je ne me retenais pas, j'irais avec mes troupes jusqu'à Lisbonne."



Réponse du baron Ungern-Sternberg à un journaiste qui l'interrogeait sur ses projets militaires. Le 'baron fou', comme on le surnommait, se trouvait à ce moment en Mongolie Extérieure, tout près de la frontière chinoise et l'armée rouge de Trotsky s'approchait.
Commenter  J’apprécie          91
gill   02 février 2017
Les Dieux Maudits : Récits de mythologie nordique de Jean Mabire
Ce qu'enseigne la sagesse de Mimir, c'est que la vie ne vaut que par la mémoire du passé et l'espérance du futur ...
Commenter  J’apprécie          100
gill   24 janvier 2017
Les Dieux Maudits : Récits de mythologie nordique de Jean Mabire
Pourquoi ne pas l'avouer ?

Je me suis résolu à écrire ce livre parce que j'avais grande envie de le lire ...
Commenter  J’apprécie          92
enkidu_   01 novembre 2014
Légendes de la mythologie nordique de Jean Mabire
Dieu de la guerre, Odin reste aussi – et surtout – un dieu de la magie.



Il va inventer l’écriture, imaginant les caractères sacrés qui permettent de fixer la pensée, de la réaliser, de la transmettre.



Mais tous ne doivent pas comprendre les signes inventés par le dieu borgne et que ses fidèles vont graver, en traits anguleux, sur l’os, la pierre ou le bois. Aussi ces lettres portent-elles le nom de « rune », c’est-à-dire de Secret.



L’écriture doit rester mystère. Les étrangers, les infidèles, et les impies n’ont pas le droit de connaître le message du dieu aux corbeaux. Ils ignorent au prix de quelle souffrance le père des dieux a créé ces caractères, qui vont désormais permettre aux croyants de se reconnaître et de s’accorder.



Pour inventer les runes, Odin a résolu de se sacrifier. Il s’est suspendu dans l’arbre sacré, l’if Ygdrasil, dont les racines plongent dans les trois mondes de Niflheim, de Jotunheim et de Asaheim.



L’arbre se dresse sur un rocher, exposé à tous les vents. Et sur l’arbre, comme crucifié – non pas pour le salut de tous les hommes, mais pour la garde de ses seuls fidèles – souffre le dieu Odin. Il s’est percé le flanc de sa propre lance. S’offrant en sacrifice au Père-de-Tout.



Je me suis offert à Odin,

Moi-même à moi-même.



Il n’y a pas d’autre dieu que lui, pour recevoir et comprendre ce sacrifice. Et de même chaque homme n’a, pour le connaître et le justifier, pas d’autre homme que lui-même. Le dieu est seul comme l’homme est seul. Mais sa grandeur vient de sa solitude. Que serait le sacrifice s’il était offert à un autre dieu ? Que serait la fidélité si elle était donnée à un autre homme ? Chacun ne doit répondre que devant lui-même.



Et le coup de lance d’Odin est d’autant plus cruel et plus juste que c’est à Odin qu’il est offert. (pp. 96-97)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Villoteau   29 décembre 2012
Thulé : Le Soleil retrouvé des hyperboréens de Jean Mabire
Il ne faudrait pas laisser passer cet événement sans faire justice du torrent d’inepties et d’obscénités insultantes déversé sur cette femme, qui a eu le grand malheur de ne plaire ni aux nazis ni à leurs adversaires. Mathilde Ludendorff n’était pas seulement une belle femme, au corps encore attrayant, mais aussi une femme intelligente et une véritable mystique. Elle a fondé une sorte de religion de la Nature, dont le panthéisme fait largement appel au vieux paganisme nordique. Ce mouvement de « connaissance de Dieu », n’est pas une Église et lutte contre toutes les formes « inférieures », de la foi, représentées pour elle par les confessions chrétiennes et les sectes occultistes. Mathilde Ludendorff recherche, avant tout, l’harmonie du corps et de l’âme et s’intéresse beaucoup à la pédagogie et à la psychologie. Sa recherche d’une foi enracinée l’amène à lutter contre toutes les internationales spirituelles. Elle hait le christianisme et surtout l’ordre noir des Jésuites. Ce n’était quand même pas une raison pour en faire une Messaline! Ses innombrables brochures et ses gros livres, parfois un peu touffus, restent intéressants et ses disciples ont fort bien surnagé après la catastrophe du nazisme. Son influence sur son vieux général de mari fut sans doute plus bénéfique qu’on ne le croit et elle a toujours veillé à ce que la mystique se transformât le moins possible en politique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-49813

est un dessert composé de sorbet citron arrosé de vodka?

Brigadier
Capitaine
Caporal
Colonel
Lieutenant
Major
Soldat

7 questions
19 lecteurs ont répondu
Thèmes : armée française , grades , associations d'idéesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..