AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.83 /5 (sur 238 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Périgueux , le 01-07-1920
Mort(e) à : Mesnil-Mauger , le 20-08-2007
Biographie :

Henri Amouroux, né le 1er juillet 1920 à Périgueux et mort le 5 août 2007 au Mesnil-Mauger, dans l'ancienne commune de Sainte-Marie-aux-Anglais (Calvados), était un journaliste et historien français, membre de l'Institut de France et président du Prix Albert Londres pendant 21 ans.
Après ses études à l’École supérieure de journalisme de Paris, Henri Amouroux entre en 1938 à l’agence de presse Opera Mundi à Paris, puis devient rédacteur à La Petite Gironde, interdite de reparution à la Libération. Il participe au groupe de résistance Jade Amicol.
A la Libération, il appartient à l’équipe de "Sud Ouest", qui succède à "La Petite Gironde". Il occupe les postes successifs de secrétaire de rédaction, secrétaire général adjoint de la rédaction, secrétaire général de la rédaction, rédacteur en chef adjoint, rédacteur en chef (1966), avant de venir directeur général adjoint, puis directeur général entre 1968 et 1974. Il quitte alors le journal pour prendre la direction du quotidien national "France-Soir" jusqu'en 1975. De 1977 à 1982, il est co-directeur et éditorialiste du quotidien régional "Rhône-Alpes".
Président du jury du prix Albert Londres de 1984 à 2006, il avait souhaité démissionner et avait été alors élu président honoraire à l'unanimité des membres de l'association. Il était membre de l'Académie des sciences morales et politiques depuis 1978.
Il réalise également de grands reportages de politique étrangère, sur le Viêtnam, l'Union soviétique et Israël et réalise des émissions de radio pour France-Inter : « Les Rendez-vous de l'histoire » et de télévision ( pour TF1).
Parallèlement à son métier de journaliste, Henri Amouroux a mené une carrière littéraire qui, d'abord discrète, lui a conféré une notoriété certaine, et a provoqué une polémique avec certains historiens lorsqu'il a entrepris de raconter la «Grande histoire des Français sous l'Occupation.» Les premiers volumes de cette fresque, « Le Peuple du désastre » (1976), «Quarante millions de pétainistes» (1977), sont des succès de librairie. Les neuf premiers tomes ont été vendus à plus de deux millions d'exemplaires, lorsque paraît le dernier en 1993, « La Page n'est pas encore tournée ».Il a également publié « Monsieur Barre » (1986), première biographie de l'ancien Premier ministre de Valéry Giscard-d'Estaing, « De Gaulle raconté aux enfants » (1990) et « Pour en finir avec Vichy - tome I : Les Oublis de la mémoire 1940 » (1997).
Henri Amouroux était titulaire de la Croix de guerre 39-45
+ Voir plus
Source : http://www4.fnac.com/
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo

La vie intellectuelle sous l'occupation
Bernard PIVOT propose un débat autour du théâtre, du cinéma, et de la littérature sous l'Occupation, en compagnie d'Hervé LE BOTERF, journaliste, romancier, Henri AMOUROUX, journaliste, ex-directeur de France Soir, Pierre SEGHERS, poète, éditeur, Maurice TOESCA, romancier, et Marcel CARNE, cinéaste.- Hervé LE BOTERF présente son livre "La vie parisienne sous l'Occupation", panorama de...
+ Lire la suite

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
genou   21 avril 2020
Pour en finir avec Vichy, tome 1 : Les oublis de la mémoire de Henri Amouroux
Il m'arrive assez souvent de parler devant les adolescents. Pour faire comprendre à mon auditoire la distance qui sépare leur monde du monde de 1940 - un autre monde - , je dis : "Les transistor n'existait pas*."

La télévision, l'avion à réaction, le TGV, les satellites, Internet, qui permet de transmettre, à l'autre bout du monde, en temps réel, textes, sons, images, n'existaient pas d'avantage, mais il me semble que le transistor, compagnon de tout les instants, de tous les lieux, de tous les milieux, véhicule bon marché de l'information immédiate, constitue le plus parfait des symboles.

Volumineux, encombrants et lourds, 5 200 000 postes de TSF diffusaient, avant la guerre, les émissions de Jean Nohain, les chansons de Tino R4osi et les réclames célébrant les vertus de robustesse d'un meuble "signé Lévitan", mais ils étaient tributaires d'une prise de courant**. Ils ne fuiront pas au nombre de ces trésors que le Français, fuyant l'avancé allemande, entasseront dans leurs voitures ou sur leurs charrettes. Sur ces 5 200 000 postes, combien resteront, muets, dans les maisons abandonnées ? On l'ignore. Mais, sur les routes de la défaite, les fuyards, lorsqu'ils voudrons entendre les communiqués militaires français, s'agglutineront devant une fenêtre laissée volontairement ouverte, se regrouperont en silence dans un café, autour du poste d'où tombent les mots qui désespèrent. Pagnol se souviendra de ces images. Dans "La fille du puisatier", elles lui on inspiré l'une des scènes les plus poignantes : ces paysans rassemblés, le 17 juin, pour écouter, dans un silence coupé de sanglots, le Maréchal Pétain annoncer qu'il a demandé l'armistice***.



*La découverte est en 1947; le mot de 1952.

**A l'exception de quelques postes à galènes, le plus souvent fabriqués par des bricoleurs.

*** L'allocution, le 17 juin, du maréchal Pétain, après la Libération, être remplacée, dans la même scène, par l'appel du 18 juin général de Gaulle, ce qui rendait le film incompréhensible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
july57   22 avril 2016
La vie des Français sous l'Occupation, tome 1 de Henri Amouroux
Mais les enfants? Comment coudre sans trembler, sur leur petite robe ou sur leur veste, un insigne qui risque d'attirer les plaisanteries cruelles et les brimades de toute l'école. Certains d'entre eux refusent d'aller en classe. Il faut les accompagner, presque les traîner de force. Mais, alors, parfois, le miracle se produit. Des camarades se ruent vers eux, éloignent les pères, entraînent les petits juifs qui ont bien vite oublié l'objet de leur terreur.
Commenter  J’apprécie          80
Groucho   02 janvier 2015
La Grande Histoire des Français sous l'Occupation, tome 01 : Le Peuple du désastre de Henri Amouroux
C'est pour annoncer à Paul Reynaud, que les ministres anglais viennent d'accepter le principe d'une union intime franco-britannique qui ferait de chaque Français un citoyen britannique, de chaque Anglais un citoyen français.

Les deux nations mettraient en commun leurs armées, leurs parlements, leurs ressources, leurs territoires.

A la surprise allemande des blindés et des avions, les alliés, à la veille du désastre, répondraient par la naissance d'une nation tentaculaire, installée sur tous les continents et dont Hitler ne pourrait jamais venir à bout puisque ses armées, sous commandement unique, seraient partout dans le monde et qu'une défaite ne pourrait être que locale et provisoire.

L'idée n'est pas de de Gaulle mais de Jean Monnet...

.../...

Ce document, dont la seule chance réside dans l'ampleur du drame, a ssez vite convaincu Churchill et les ministres britanniques malgré (ou à cause de) tout ce qu'il comporte de flou, de naturellement imprécis.

Va-t-il séduire Paul Reynaud ? Et les ministres français ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Groucho   03 janvier 2015
La Grande Histoire des Français sous l'Occupation, tome 02 : Quarante millions de pétainistes de Henri Amouroux
Défavorisé en Angleterre où Churchill attendait soit l'amiral Darlan qui, amenant avec lui la flotte, eût été accueilli avec enthousiasme, soit des hommes politiques connus dont les Anglais pouvaient espérer qu'ils fassent contrepoids au prestige du Maréchal.

De Gaulle arrive seul à Londres le 17 juin. Il va rester seul, ou presque, pendant de nombreux mois. Ce jeune sous-secrétaire d’État qui n'a que onze jours "d'expérience" politique, ce général de brigade à titre temporaire affirme et affirme très haut, représenter la France, ÊTRE la France mais, autour de lui, il ne groupe que très peu de Français, alors que presque tous se retrouvent derrière Pétain.
Commenter  J’apprécie          70
Groucho   03 janvier 2015
La Grande Histoire des Français sous l'Occupation, tome 02 : Quarante millions de pétainistes de Henri Amouroux
D'ailleurs, malgré les sévérités de leur législation antisémite, Pétain et Vichy gardent, dans toute cette affaire, et au moins pendant plusieurs mois, bonne conscience.

La persécution contre les juifs est, par essence liée à la poursuite des responsables de la défaite française : francs-maçons, parlementaires, juifs donc, et surtout juifs étrangers.

Le sentiment de trahison, commun en juillet et août 1940, impliquait naturellement l'existence des traîtres aisément identifiables.
Commenter  J’apprécie          70
Groucho   02 janvier 2015
La Grande Histoire des Français sous l'Occupation, tome 01 : Le Peuple du désastre de Henri Amouroux
Seul de Gaulle et avec lui, ayant ou non, entendu son appel, répondant à sa logique ou répondant à la fureur qui les saisit, quelques anonymes, aviateurs, marins, fantassins évadés de tant de colonnes résignées, rompent le charme malsain d'une défaite totale, si totale que tout un peuple acceptera bientôt, sans sourire, d'y voir la vengeance du ciel.
Commenter  J’apprécie          70
Groucho   03 janvier 2015
La Grande Histoire des Français sous l'Occupation, tome 08 : Joies et douleurs du peuple libéré de Henri Amouroux
Pourquoi Ouradour-sur-Glane ?

Les Allemands ont-ils confondu Ouradour-sur-Vayres et Ouradour-sur-Glane ? La confusion paraît d'autant plus difficile à admettre que les deux villages, l'un au sud-ouest, l'autre au nord-ouest de Limoges, sont distants de 40 kilomètres et que les officiers allemands savaient lire une carte.
Commenter  J’apprécie          70
Groucho   03 janvier 2015
La Grande Histoire des Français sous l'Occupation, tome 02 : Quarante millions de pétainistes de Henri Amouroux
Un des intimes de Pétain, René Gillouin, lui envoie à plusieurs reprises des notes sur la question juive, dans lesquelles il insiste sur le fait que la législation antisémite française est plus rigoureuse et plus arbitraire que la législation allemande.
Commenter  J’apprécie          60
Groucho   03 janvier 2015
La Grande Histoire des Français sous l'Occupation, tome 08 : Joies et douleurs du peuple libéré de Henri Amouroux
Dans Combat du 2 septembre 1944, Jean-Paul Sartre allait décrire le spectacle d'une femme tondue, marchant lentement boulevard Saint-Michel, suivie de sa cour dérisoire de mégères hilares. "Elle secouait la tête de droite à gauche en répétant très bas : "Non, non, non ! "

"Eût-elle été criminelle, ce sadisme moyenâgeux, ajoute Sartre, n'en aurait pas moins mérité le dégoût."
Commenter  J’apprécie          50
Groucho   03 janvier 2015
La Grande Histoire des Français sous l'Occupation, tome 08 : Joies et douleurs du peuple libéré de Henri Amouroux
La prétention de Rol est naturellement appuyée par Kriegel-Valrimont. Elle l'est également par Chaban. Bien qu'il se soit efforcé de contenir l'insurrection, Chaban n'en trouve pas moins injuste, "sur le plan de l'histoire," que la signature de Rol, représentant du peuple de Paris en armes, ne figure pas sur le document consacrant la capitulation de von Choltitz.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Historiettes historiques ...

"Souviens-toi du vase de Soissons !" aurait dit Clovis, à l’un de ses soldats qui n’avait pas voulu rendre un vase précieux. En représailles, Clovis aurait ...

fendu le crâne du soldat avec une hache
fait enfermer le soldat dans un vase à sa taille
condamné le soldat à faire de la poterie

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , historique , anecdotesCréer un quiz sur cet auteur