AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.23/5 (sur 739 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Kensington, Londres , le 14/12/1946
Biographie :

Antony Beevor est un historien britannique.

Il a fait ses études au Winchester College et à l'Académie royale militaire de Sandhurst. Il suivit les cours d'un des plus célèbres historiens de la Seconde Guerre mondiale, John Keegan.

Il est professeur invité des chaires d'histoire, de sciences de l'Antiquité et d'archéologie à l'Université Birkbeck de Londres.

Beevor est l'auteur de nombreux ouvrages controversés pour certains, novateurs pour d'autres, en particulier sur les batailles de la Seconde Guerre mondiale, mais aussi de la guerre d'Espagne qui fait référence, y compris en Espagne.

En tant qu'ancien officier du 11e hussards au sein de l'armée britannique (1967-1970), il a eu accès, pour Stalingrad comme pour Berlin, aux archives soviétiques, qui étaient inaccessibles jusqu'en 1991. Il a ainsi pu donner à l'histoire militaire et politique de la Seconde Guerre mondiale de nouvelles mises en perspectives.

En 1982, il publie son premier ouvrage, "La Guerre d'Espagne" (The Spanish Civil War). Ses travaux les plus connus, les bestsellers "Stalingrad" (1998) et "Berlin - La chute 1945" (Berlin: The Downfall 1945, 2002), font le récit des batailles de la Seconde Guerre mondiale opposant l'URSS et l'Allemagne.

Il publie en 2012 un ouvrage de plus de 850 pages consacré à la Seconde Guerre mondiale, "La Seconde Guerre mondiale" (The Second World War).

site officiel : http://www.antonybeevor.com/

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Antony Beevor   (14)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Extrait de "D-Day et la bataille de Normandie" de Antony Beevor. Parution numérique le 25 novembre 2020. https://www.audiolib.fr/livre-audio/d-day-et-la-bataille-de-normandie


Citations et extraits (148) Voir plus Ajouter une citation
Ne comptez pas les jours. Ne comptez pas les kilomètres. Comptez seulement les Allemands que vous avez tués. Tuez les Allemands – c'est le cri de votre terre russe. Ne flanchez pas, ne cédez pas. Tuez.
Commenter  J’apprécie          510
Noël n'aura pas lieu cette année pour les raisons suivantes : Joseph a été mobilisé, Marie s'est engagée dans la Croix-Rouge, L'Enfant Jésus a été évacué à la campagne avec son école, les Rois Mages n'ont pu obtenir de visas faute d'un certificat d'aryanité, l'étoile a été interdite par la Défense passive les bergers sont de garde et les anges sont devenus standardistes. Il ne reste que l'âne, et qui donc voudrait passer Noël avec un âne ?
Commenter  J’apprécie          410
Le risque constant de se faire tuer les incitait à ne plus tant craindre les commissaires politiques et les indicateurs du service spécial. Quelle différence y avait-il entre une balle allemande et l'ultime ration fournie par l’État soviétique : les « neuf grammes de plomb » du NKVD ?
Commenter  J’apprécie          400
Les tankistes allemands furent horrifiés lorsqu'ils s'aperçurent qu'ils avaient tiré sur des femmes. Les Russes, eux persistent à juger ces scrupules étrangement illogiques, alors que, le même jour, les bombardiers de Richthofen avaient massacré des milliers de femmes et d'enfants.
Commenter  J’apprécie          380
Un flot constant de nouvelles recrues avait redonné à la plupart des divisions leur effectif normal. Pour un « bleu », se joindre à une unité de combattants éprouvés avait une meilleure chance de survie en profitant de l'expérience de ces vétérans qu'en se retrouvant parmi des soldats n'ayant pas encore connu le baptême du feu. Et lorsque la nouvelle recrue avait accepté l'idée que la survie était une notion relative plutôt qu'absolue et avait appris à vivre pour l'instant présent, la tension nerveuse initiale se dissipait.
Commenter  J’apprécie          360
Écrite l’hiver précédent par Alexei Sourkov, elle avait été initialement condamnée pour “pessimisme excessif”, mais s’était révélée si populaire parmi les combattants que les commissaires politiques avaient dû fermer les yeux - ou plutôt les oreilles.

Le feu crépite dans le petit poêle
La résine coule comme une larme
Et la musique dans la casemate
Me parle de ton sourire et de tes yeux.

Les buissons m’ont parlé de toi
Dans un champ de neige près de Moscou
Je veux que tu saches par dessus-tout
La tristesse qui étreint ma voix

Tu es très loin de moi, toi et ton sourire
D’infinis champs de neige nous séparent
Ça m’est si difficile d’aller te rejoindre
Alors qu’ici il n’y a que quatre pas à faire pour mourir.

Chantez, camarades, pour défier la tempête de neige
Appelez le bonheur qui s’est enfui
J’ai chaud dans la casemate glaciale
Grâce à ton amour qui sera éternel.
Commenter  J’apprécie          330
Les combats prirent des proportions monstrueuses, incommensurables, écrivit l’un des officiers de l’état-major de Tchoukov. Les hommes , dans les tranchées de liaison, trébuchaient et tombaient, comme sur le pont d’un navire pris dans la tempête. Les commissaires politiques eux-memes se prenaient à être lyriques. “Ceux qui ont vu le ciel sombre de Stalingrad à ce moment, écrivait Dobronine à Chtcherbakov à Moscou, ne l’oublieront jamais. Il est sévère et menaçant, d’un noir que viennent lécher des flammes pourpres.”
Commenter  J’apprécie          250
« Nous sommes sortis d’une forêt, racontait le lieutenant Klochkov, de la 3e Armée de choc, et nous avons vu une pancarte clouée sur un poteau : « Ici, la maudite Allemagne. » Les soldats ont commencé à regarder autour d’eux avec curiosité. Les villages allemands sont différents à bien des égards des villages polonais. La plupart des maisons sont en briques ou en pierre. Il y a des arbres fruitiers bien taillés dans les jardins. Les routes sont bonnes. » Klochkov disait, comme beaucoup de ses compatriotes, ne pas comprendre pourquoi les Allemands, « qui ne sont pas stupides », avaient risqué leurs existences prospères et confortables pour aller envahir l’Union soviétique.
Commenter  J’apprécie          240
Des voleurs dépouillaient à la fois les cadavres et les patients les plus faibles, leur arrachant dans l’obscurité montres, bijoux et même alliances. Mais la nature se vengeait en exerçant une sorte de justice immanente. La vermine infestant leur butin transmettait rapidement le typhus aux voleurs. Ainsi, l’on trouva sur le cadavre d’un interprète connu comme détrousseur de cadavres et de malades un sac plein de bagues et d’alliances en or.
Commenter  J’apprécie          230
Toutes les occasions étaient bonnes pour rappeler l'étendue des atrocités allemandes en URSS. Selon un informateur français, le commandement de l'Armée rouge avait fait exhumer les corps de quelque 65 000 juifs massacrés près de Nicolaïev et d'Odessa et les avait fait placer le long de la route la plus empruntée par les troupes. Tous les deux cents mètres, un écriteau déclarait : "Regardez comment les Allemands traitent les citoyens soviétiques".
On avait également recours aux travailleurs forcés libérés. Des femmes, ukrainiennes ou biélorusses pour la plupart, avaient été invitées à raconter aux soldats les mauvais traitements qu'elles avaient subis. "Cela mettait en rage nos soldats", devait raconter ultérieurement un officier politique, qui ajoutait : "Pour être honnête, certains Allemands traitaient très bien les gens travaillant pour eux, mais ils représentaient une minorité, et, dans l'état esprit de l'époque, les exemples les pires étaient ceux dont nous nous souvenions."
Nous nous efforçions constamment, rapportait le service politique du 1er Front ukrainien, d'exacerber la haine à l'encontre des Allemands et d'attiser la passion de la vengeance."
Commenter  J’apprécie          220

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Antony Beevor (953)Voir plus

Quiz Voir plus

Un titre = un auteur

Si je vous dis "Histoires extraordinaires"

Edgar Allan Poe
Honoré de Balzac
Agatha Christie

7 questions
11051 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..