AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.88 /5 (sur 328 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tarascon-sur-Ariège , le 01/08/1937
Mort(e) le : 14/12/2003
Biographie :

Christian Bernadac est un journaliste et écrivain français.

Il est le fils de Robert Bernadac, commissaire de police et résistant, et de Marcelle Rousse. Il épouse le 2 décembre 1961 Thérèse Mahaut. Ils ont un fils : Édouard Bernadac (1964), romancier et scénariste.

Diplômé de l'École supérieure de journalisme de Paris, il est journaliste militaire, journaliste à Europe n° 1, puis créateur d’Inter 3, premier journal télévisé national d'information de la troisième chaîne française le 31 décembre 1972.

Le lundi 6 janvier 1975, Christian Bernadac prend ses fonctions de rédacteur en chef de TF1, l'ORTF ayant cessé d'exister la veille à minuit. Christian Bernadac devint responsable du département Documentaires de la première chaîne de télévision, à partir de 1981.

Il est auteur de douze livres sur la Déportation, réunis ensuite par l'éditeur sous le titre "Déportation" (I, II, III, IV). Le succès de la série est tel qu'il est est de loin le plus gros vendeur des éditions France-Empire dans les années 1960-1970.

Il a reçu les prix suivants : Prix Littré 1969 pour "Les Médecins de l'impossible", Prix Henri-Malherbe 1971 pour "Le Train de la mort".

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (97) Voir plus Ajouter une citation
belette2911   01 mai 2013
Les 186 marches. Mauthausen de Christian Bernadac
Entre le porche du camp et les premières marches de la carrière, une pente assez raide.



Ce trajet, en hiver, était épouvantable car le sol gelé ressemblait à une patinoire de compétition et les semelles de bois des socques, sur la glace, à des lames de patins.



Les glissades nombreuses étaient dramatiques car, dans la confusion générale, certains perdaient l'équilibre et plongeaient vers la gauche, c'est-à-dire vers le précipice et le gouffre de la carrière les avalait après une chute verticale de cinquante à soixante mètres ; quant à ceux qui "partaient" en dérapage vers la droite, ils franchissaient la "zone interdite" et les miradors ouvraient le feu sur ces "fuyards".



Pendant deux mois et six jours, j'ai réalisé des acrobaties pour ne pas tomber dans ces deux traquenards. J'ai eu de la chance parce que j'étais jeune.



Ensuite, il y avait l'escalier. Le fameux escalier de Mauthausen. A l'époque, il n'avait que 180 marches.



C'est en mars 1942 que l'équipe des maçons de la carrière rectifia légèrement son profil et le porta à 186 marches; "notre" escalier, bancal, aux échelons disproportionnés (cinq ou six marches avaient plus de cinquante centimètres de haut) avait des paliers de terre battue.



Nous appelions les jours de grands massacres : "offensive". Bien sûr, nous avons connu des jours plus calmes, surtout lorsqu'il n'y avait plus de Juifs ou de condamnés à exécuter, mais avec de nouvelles arrivées, les "séances" recommençaient :



- Je me souviens de la fin janvier 1942. Nous venions de connaître trois ou quatre jours relativement paisibles : seulement quelques morts ; juste ce qu'il fallait pour satisfaire les S.S. Pas trop d'énervement non plus. Des contrôles coulants : une pierre moyenne ou "molle" ne déclenchait aucune "grosse colère".



Un matin le calme fut rompu. Depuis deux jours des convois de Juifs étaient incorporés. Mauthaüsen débordait. S.S. et Kapos allaient pouvoir s'en donner à cœur joie.



Ce matin Ià, tout commença sur la place d'Appel, à la formation des kommandos : en quelques minutes, trente morts... au hasard.



Et l'interminable colonne se mit en marche.



La "chair à canon" était composée d'une majorité d'Espagnols, avec quelques Tchèques, Yougoslaves et Polonais.



Derrière, les « centaine s» de Juifs. Les Kapos nous disaient à l'oreille : "Aujourd'hui, grosse offensive. Beaucoup de Juifs. Ne pas vous mélanger avec. Juden alle kaputt ! "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          174
belette2911   01 mai 2013
Les médecins maudits de Christian Bernadac
Pourquoi?



Les coquelicots ont refleuri dans les champs retrouvés de Dachau, de Buchenwald ou d'Auschwitz.



Pour des millions de jeunes hommes d'aujourd'hui, nés après 1935, la longue aventure criminelle du national-socialisme est oubliée.



Mieux, elle ne les concerne pas. Les souvenirs poussiéreux de la génération des parents sont versés depuis longtemps dans le dossier des « histoires de régiment ».



Le temps efface le passé avec une telle rigueur que beaucoup se demandent même si ces crimes horribles, minutieusement décrits depuis plus de vingt ans, on été réellement commis. . .



L'Histoire, souvent, dépasse le roman en « imaginations ».



L'aventure des « Médecins Maudits » reste le chapitre le moins connu de cette histoire criminelle du Reich nazi : un voile pudique a bien souvent masqué les comptes rendus des procès et les écrivains, qui ont étudié les expériences médicales humaines dans les camps de concentration, étaient tous des médecins et s'adressaient, avant tout, à des médecins.



Au début de l'année 1967, j'ai rencontré plus de cinquante étudiants de la Faculté de Médecine de Paris et j'ai été surpris de constater qu'ils ne connaissaient pas les expériences des camps et que près de la moitié d'entre eux admettaient « dans certaines conditions » les expérimentations humaines.



D'autres considéraient même « l'expérience obligatoire » lorsqu'elle pouvait apporter la guérison de milliers de personnes.



Cette thèse-argument était, après la guerre, la seule grande défense des « Médecins Maudits ».



Elle revient à la mode dans certains milieux médicaux. L'exemple le plus frappant nous est fourni par la lecture d'un journal suisse: « Médecine et Hygiène » qui, dans son numéro 6391, affirme :



"L'animal expérimental idéal est l'homme. Chaque fois qu'il est possible, il faut prendre l'homme comme animal d'expérience.



Le chercheur clinique doit avoir à l'esprit que, pour connaître les maladies humaines, il faut étudier l'homme. Il n'est de recherches plus satisfaisantes, plus intéressantes et plus lucratives que celles effectuées sur l'homme.



Il nous faut donc aller plus loin dans la recherche sur le plus développé des animaux : l'homme".



(Préface)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          145
belette2911   01 mai 2013
Les médecins maudits de Christian Bernadac
La conclusion de cet ouvrage n'est guère optimiste :



Qu'il se trouve, de par le monde, un tyran comparable, petit ou grand, et qu'il réussisse à fanatiser la jeunesse par une idéologie aussi « idéaliste », fausse et inhumaine, que cette idéologie extirpe de la pensée de ses tenants toute notion religieuse (et morale), alors le pire renaîtra.



Des médecins violeront encore la conscience humaine sous des prétextes scientifiques et utilitaires.



De monstrueuses recherches s'édifieront, qui n'ont pu aboutir en Allemagne, mais qui seront tentées ailleurs ; l’État tout-puissant prendra sur lui la responsabilité, et tout recommencera.



J'ai traité volontairement de « la morale expérimentale » dans cette préface pour conserver dans l'ouvrage les seuls faits bruts, sans « amélioration dite littéraire », sans « exclamations indignées ». L'horreur ne se souligne pas.



Christian Bernadac « Les Médecins maudits » (1967)

Commenter  J’apprécie          120
akhesa   05 octobre 2013
Les médecins de l'impossible de Christian Bernadac
Il n'est pas possible de mourir plus abandonne,d'etre plus souille d'ordures,de souffrir autant dans tout son corps,par tous les points de contact,par les escarres,les absces,continuellement tenaille par de douloureuses coliques,hante par la faim,ou plutôt de savour que chaque jour sans manger est une etape vers la mort.Ne plus avoir la force de se lever,de remuer un membre,de repousser le pied qui s'enfonce et pese si lourd sur la poitrine;a chaque etape lente,vers lamort,trouver de nouvelles souffrances.Le plus horrible,c'est que la mort était lente a venir,des jours,parfois des semaines.Il est peut-être des martyrs plus spectaculaires,il n'en est pas de plus atroce
Commenter  J’apprécie          120
Jcequejelis   02 avril 2012
Le camp des femmes : Ravensbrück de Christian Bernadac
Vivre en soi n'est rien

Il faut vivre en autrui

A qui puis-je être utile, agréable, aujourd'hui ?

Voilà chaque matin ce qu'il faut se dire

Et le soir quand des cieux la clarté se relève

Heureux à qui son coeur, tout bas a répondu

Grâce à mes soins j'ai vu sur une face humaine

La trace d'un plaisir ou l'oubli d'une peine

Ce jour-là je ne l'ai pas perdu.



Brice Martinez



363 - [Le Livre de poche n° 4230, p. 129]
Commenter  J’apprécie          120
akhesa   09 décembre 2013
Les mannequins nus. Tome 1 : Auschwitz de Christian Bernadac
Aujourd'hui,chacun imagine Auschwitz en sachant qu'Auschwitz fait partie de la mauvaise conscience de l'homme,parce que le crime le plus grand peut-être de notre histoire,a été commis par l'homme.Et l'homme ne peut pardonner Auschwitz a l'homme.Et l'homme sait que l'homme,dans certaines circonstances,est capable de reinventer d'autre Auschwitz
Commenter  J’apprécie          120
belette2911   15 avril 2012
Le neuvième cercle de Christian Bernadac
Je ne connais pas d'exemple de déporté qui, à Gusen, ne se lia pas d'amitié avec un moins un autre déporté, d'amitié comme on n'en voit pas dans la vie civilisée...Beaucoup de ceux qui sont revenus ne seraient pas revenus si cette solidarité matérielle et morale n'avait existé...
Commenter  J’apprécie          120
belette2911   01 mai 2013
Le neuvième cercle de Christian Bernadac
Au milieu du terrain vague, près du concasseur rouillé, deux jeunes garçons se disputent la commande d'un cerf-volant à entoilage vert et rouge. Une petite fille, contemplative, est assise sur un monticule de gravats. Plus loin, deux bicyclettes montent et redescendent une dune de terre battue.



Louis Deblé s'est arrêté. Lèvres serrées. Poings fermés, qu'il cache vite au profond de ses poches. Peut-être pour se donner du courage et surmonter son émotion il se courbe légèrement. Ses yeux embrassent le décor. Longuement.



J'ai l'impression qu'il n'aperçoit pas les enfants. Sur la gauche, un lotissement : maisons neuves, légères, bâclées. Tristes « villas » déjà vieilles après leur premier hiver. Seules les bordures des trottoirs sont en place. Tout le reste n'est que boue, flaques. Deux, trois jardins utilitaires.



Un homme maigre, en pantalon de treillis bleu, devant une baraque de bois, lave à seaux d'eau une Volkswagen noire. Derrière, en fond, la colline. Quelques haies, un platane, une petite route et là, enchâssée dans un bâtiment lourd, aux douze fenêtres de façade, la double porte. Double haute porte de bois.



Les fenêtres du rez-de-chaussée ont conservé leurs barreaux.



Louis Deblé s'est avancé :

- Il y a des jolis rideaux aux fenêtres !

Encore deux pas.

- C'est une chambre à coucher. Toutes ces pièces étaient des cellules. Combien d'hommes ont été torturés. assassinés dans ce bunker. Aujourd'hui, une famille s'est installée. . . Elle ne sait probablement pas.



Depuis une dizaine de minutes, son visage, sa voix, sa silhouette se sont transformés. Grave, pâle, défait, muscles noués, front plissé.



Il essuie une larme. Se reprend.

- Cette colline de Gusen, cette porte d'entrée, ce terrain vague où il y avait autrefois les blocks, enfin tout cela, c'est le paysage qui est resté définitivement gravé en moi. C'est ce que je dis souvent à ma femme et à mes enfants. Je n'ai pas besoin de fermer les yeux pour revoir Gusen. C'est le paysage qui m'est le plus familier.



Gusen. 350 mètres de long sur 150 de large. Trente-sept mille morts d'avoir trop souffert, trente-sept mille morts de faim, trente-sept mille morts d'avoir été trop battus.



Nous nous arrêtons devant le mémorial coincé entre trois murs du lotissement.



- Trente-sept mille morts. Et presque personne ne le sait. Qui connaît Gusen ? Il est vrai que nous ne sommes qu'une poignée de survivants. Vous voyez ce mémorial ? Tout allait être détruit, rasé. . . le lotissement. Alors nous avons acheté le terrain sur lequel se trouvait le crématoire. Nous nous sommes cotisés, d'anciens déportés français, belges, italiens, pour acheter notre crématoire et nous avons construit, sur souscription, le mémorial. Et là, à la place du camp, les gens vivent.



Je vous avoue que j'en suis bouleversé. C'est la troisième fois que je reviens ici. la première, en 1948, il y avait encore quelques baraquements, le crématoire dénudé. Il n'y avait pas encore de maisons. mais un champ de pommes de terre. J'étais avec un de mes amis, rescapé de Gusen.



Il nous a pris une espèce de rage folle, nous avons posé la veste et nous nous sommes mis à arracher les pommes de terre. Je ne sais pourquoi. Une sorte de réaction... tellement ça nous paraissait monstrueux qu'à 10 mètres du crématoire, là où des milliers de gens sont morts, dans des souffrances atroces...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
akhesa   03 octobre 2014
Le mystere otto rahn / le graal et montsegur / du catharisme au nazisme de Christian Bernadac
Les sociologues de la fin de notre siecle tireront de savantes conclusions sur les pertes de mémoire collectives et les jeunes générations,frappees par les images idylliques de certains documentaires,se demandent pourquoi leurs parents ont depeint cet homme,Hitler,sous les traits d'un moloch alors qu'il n'était que le père bienveillant d'une nation soucieuse de retrouver sa personnalite pietinee a Versailles,et son unite
Commenter  J’apprécie          110
belette2911   01 mai 2013
Le neuvième cercle de Christian Bernadac
- Gusen n'est comparable à aucun autre camp. . . même au Mauthausen des premières années. Gusen va au-delà de la folie, de l'horreur.



D'ailleurs beaucoup de kommandos oubliés, inconnus ont dépassé les camps célèbres - Auschwitz, Dachau, Buchenwald, Ravensbrück - en bestialité, en crimes de toutes sortes.



Curieusement, la majorité de ces kommandos dépendait de Mauthausen. Voyez-vous, je crois que dans l'Enfer de Dante il y avait neuf cercles à franchir... Gusen fait partie du Dernier Cercle. Oui ! Le Dernier Cercle !

Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-49813

est un dessert composé de sorbet citron arrosé de vodka?

Brigadier
Capitaine
Caporal
Colonel
Lieutenant
Major
Soldat

7 questions
20 lecteurs ont répondu
Thèmes : armée française , grades , associations d'idéesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..