AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.55 /5 (sur 198 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

Jed Rubenfeld est fils de psychothérapeute et professeur de droit américain. Il enseigne à la prestigieuse université de Yale.

Diplômé de Princeton (où il mène une thèse de philosophie consacrée à Freud) et d'Harvard, Rubenfeld a suivi des études de théâtre de 1880 à 1882. Il enseigne depuis les années 1990 et est marié à Amy Chua, l'auteur d'un essai sur la mondialisation en 2003 : Le monde en feu (World on Fire), également professeur à Yale.

En septembre 2006, Rubenfeld publie son premier roman : L'Interprétation des meurtres (The Interpretation of Murder) qui paraît chez Henry Holt & Co. Ce livre mêle psychanalyse et intrigue criminelle. Freud y tient le premier rôle, mais on y rencontre aussi Carl Jung et Sandor Ferenczi en personnages de polar.

Le roman, qui se situe dans la même veine que ceux de Franck Tallis se propulse en top des ventes au Royaume-Uni, et s'est vendu à plus d'un million de copies à travers le monde. Rubenfeld vit aujourd'hui à New Haven, dans le Connecticut. C'est un expert des lois constitutionnelles, des lois criminelles, des affaires privées et du Premier amendement.
+ Voir plus
Source : /livres.fluctuat.net
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'ORIGINE DU SILENCE de Jed RUBENFELD Attentats à New York : un livre événement revient sur les racines du complot ! A découvrir sur Evene.fr : http://www.evene.fr/livres/livre/jed-rubenfeld-l-origine-du-silence-45071.php


Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
bilodoh   06 avril 2019
L'interprétation des meurtres de Jed Rubenfeld
Le complexe d’Oedipe existe bel et bien, mais le sujet de tous ses prédicats, c’est le parent et non l’enfant. Et cela ne fait qu’empirer à mesure que l’enfants grandit. Très vite, la fille fait figure de rivale face à sa mère, qui ne peut qu’être jalouse de sa jeunesse et de sa beauté. Un garçon finira par dépasser son père, qui sent par conséquent le fossé des générations se creuser sous ses pieds à mesure que le fils grandit.



(Panama, p. 419)
Commenter  J’apprécie          110
Guylaine   04 mai 2010
L'interprétation des meurtres de Jed Rubenfeld
"Il n'y a point de mystère au bonheur.

Les malheureux se ressemblent tous. Une blessure d'autrefois, un désir jamais assouvi, un orgueil outragé, un amour naissant brisé par le mépris, ou pire, l'indifférence, autant de sentiments dont ils ne peuvent ou ne veulent se défaire, vivant ainsi chaque jour dans l'ombre du passé. L'homme heureux, lui, ne regarde pas en arrière. Il ne scrute pas l'avenir. Il vit dans le présent.

C'est là l'écueil. Il est une chose que le présent ne peut apporter : le sens. Bonheur et sens ne peuvent cohabiter. Pour être heureux, il faut vivre dans l'instant présent ; pour l'instant présent. Si, en revanche, on est en quête de sens - sens de ses rêves, de ses secrets, de sa vie -,il faut réinvestir son passé, braver les ténèbres, et vivre pour l'avenir, fût-il incertain. Ainsi la nature exhibe-t-elle sous nos yeux le bonheur et le sens, nous obligeant à choisir."

Commenter  J’apprécie          102
bilodoh   04 avril 2019
L'interprétation des meurtres de Jed Rubenfeld
Il semblait se prendre pour quelqu’un de très important, et promenait son imposant embonpoint comme si l’obésité était une forme de virilité.



(Panama,p. 251)
Commenter  J’apprécie          110
Penelope   20 août 2008
L'interprétation des meurtres de Jed Rubenfeld
Il n'y a point de mystère au bonheur.

Les malheureux se ressemblent tous. Une blessure d'autre-fois, un désir jamais assouvi, un orgueil outragé, un amour naissant brisé par le mépris, ou pire, l'indifférence, autant de sentiments dont ils ne peuvent ou ne veulent se défaire, vivant ainsi chaque jour dans l'ombre du passé. L'homme heureux, lui, ne regarde pas en arrière. Il ne scrute pas l'avenir. Il vit dans le présent.

C'est là l'écueil. Il est une chose que le présent ne peut apporter: le sens.Bonheur et sens ne peuvent cohabiter. Pour être heureux, li faut vivre dans l'instant présent; pour l'instant présent.
Commenter  J’apprécie          70
joedi   01 novembre 2011
L'interprétation des meurtres de Jed Rubenfeld
Je vais être honnête avec vous, mon garçon, dit-il, toujours rencogné sous son parapluie car la pluie tombait dru. Votre pays : je m'en méfie. Soyez prudent. Il fair ressortir ce qu'il y a de pire chez les gens : la grossièreté, l'ambition, la barbarie. Il y a trop d'argent. J'ai vu la célèbre pruderie de votre pays, mais elle est fragile. Elle sera emportée par le tourbillon de satisfaction qu'elle suscitera. L'Amérique, je le crains, n'est qu'une erreur. Gigantesque, certes, mais ce n'en est pas moins une erreur.
Commenter  J’apprécie          50
renelle   07 septembre 2012
L'interprétation des meurtres de Jed Rubenfeld
les serveurs dit Ferenczi ce sont tous des noirs.Est ce habituel en Amerique?

.Seulement dans les meilleurs etablissements répondit Brill.

N'oubliez pas que les New-Yorkais étaient opposés à leur émancipation jusqu'à ce qu'ils comprennent ce que cela voulait dire:ils pourraient conserver leur personnel noir, et cela leur couterait moins cher .

New york ne s'est pas opposée à l'émancipation , répliquai-je .

Une émeute n'est-elle pas une marque d'opposition? renchérit Brill.
Commenter  J’apprécie          50
Rob7   21 juin 2019
L'interprétation des meurtres de Jed Rubenfeld
Chaque névrose est une religion pour celui qu'elle afflige, et la religion est la névrose universelle du genre humain. Cela ne fait aucun doute: les traits que nous attribuons à Dieu reflètent les craintes et les désirs que nous éprouvions en tant que bébé, puis petit enfant. Celui qui n'est pas capable d'aller jusque-là ne peut rien comprendre à la psychologie humaine. Si c'est la religion que vous cherchez, alors il ne faut pas me suivre.
Commenter  J’apprécie          50
mandarine43   26 octobre 2011
L'Origine du Silence de Jed Rubenfeld
La mort n'est que le commencement ; le plus dur vient après.

Il existe trois manières de vivre en sachant qu'on va mourir un jour - sans céder à la panique. La première consiste à l'oublier : ne pas y penser, faire comme si ça n'existait pas. Voilà ce que font la plupart d'entre nous. La deuxième est son exact opposé : mémento mon. Souviens-toi que tu vas mourir. Garde sans cesse la mort à l'esprit, car la vie prend vraiment son sens dès* lors qu'on sait qu'aujourd'hui est notre dernier jour. La troisième voie est celle de l'acceptation. Celui qui accepte la mort - qui l'accepte pour de bon - ne craint rien, aussi fait-il preuve d'une parfaite équanimité face aux pertes de toute nature. Ces trois stratégies ont une chose en commun : ce sont des mensonges. La panique, au moins, serait une attitude honnête.

Toutefois, il existe une quatrième voie. C'est l'option impossible, celle dont nul ne peut discuter, même pas avec soi-même, dans le calme de ses méditations intérieures. Cette route-là ne nécessite ni oubli, ni mensonge, ni prosternation devant l'autel de la fatalité. Il s'agit juste d'une pulsion.

À midi pile, en ce 16 septembre 1920, les cloches de l'église Trinity se mirent à retentir. Comme si elles étaient montées sur le même ressort, toutes les portes donnant sur Wall Street s'ouvrirent d'un seul coup, déversant un flot d'employés, de messagers, de secrétaires et de dactylos qui partaient profiter de leur précieuse pause déjeuner. Ils s'engouffrèrent dans l'artère, déferlèrent au milieu des voitures pour aller faire la queue devant leur vendeur ambulant préféré, peuplant en un instant le carrefour de Wall Street, Nassau Street et Broad Street que, dans le monde de la finance, on appelait tout simplement «the Corner». Là, s'élevait le bâtiment du Trésor des États-Unis, avec sa façade inspirée des temples grecs, gardé par une statue de bronze à l'effigie de George Washington. À côté, se trouvaient la Bourse de New York, avec ses colonnes blanches, et enfin, la forteresse au dôme de la banque J. P. Morgan.

C'est devant cet établissement que piaffait une vieille jument baie, attachée à une charrette surchargée, recouverte d'une toile grossière, sans cocher, et qui bloquait le passage. Derrière, cornaient des chauffeurs en colère. Un taxi râblé sortit de son automobile en levant les bras pour exprimer un juste courroux, prêt à s'en prendre au conducteur de la charrette, qu'il ne trouva pas. Il fut en revanche intrigué par un étrange bruit assourdi, qui semblait émaner du chargement. Il tendit l'oreille et identifia avec certitude le tic-tac d'une horloge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
athena1   27 janvier 2011
L'interprétation des meurtres de Jed Rubenfeld
-(...) Vous n'avez pas relevé les empreintes, monsieur ?

- Les empreintes digitales ? Bien sûr que non. Jamais les tribunaux ne les accepteront en tant que preuves.
Commenter  J’apprécie          50
joedi   27 octobre 2011
L'interprétation des meurtres de Jed Rubenfeld
Des bâtiments qui montent au ciel, des trains qui roulent sous terre, fit-il avec irritation. Nous sommes en plein Virgile, avec vous, les Américians : si vous ne pouvez mettre à bas les cieux, vous êtes prêts à ébranler les Enfers.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Lire avec Marlène Jobert

Marlène Jobert tient un petit rôle dans Le Voleur de Louis Malle sorti en 1967, aux côtés de Jean-Paul Belmondo. Qui est l'auteur du roman éponyme dont est tiré le film?

Maurice Leblanc
Georges Darien
Georges Simenon

8 questions
9 lecteurs ont répondu
Thèmes : Actrices , cinema , adapté au cinéma , adaptation , littérature , romans policiers et polars , marlèneCréer un quiz sur cet auteur

.. ..