AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.69/5 (sur 685 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Londres , le 01/09/1958
Biographie :

Frank Tallis est un psychologue clinicien, spécialiste des troubles obsessionnels, essayiste et auteur britannique de roman policier historique.

Il fait des études universitaires et obtient un doctorat en psychologie. Il enseigne la psychologie clinique et les neurosciences au King's College de Londres.

À partir de 1989, il publie plusieurs essais sur le comportement humain et sur l'histoire de la psychothérapie grand public, puis des romans ("Killing Time", 1999 et "Sensing Others", 2000) pour lesquels il a reçu en 1999 le Writer’s Award de l’Accadémie des arts de Grande-Bretagne et, un an plus tard, le New London Writer’s Award.

En 2005, il se lance dans le roman policier historique avec sa série viennoise "Les Carnets de Max Liebermann" (Liebermann Papers). Elle débute avec "La justice de l’inconscient" (Mortal Mischief/A Death in Vienna), remarquablement bien accueilli par le public et la critique dès sa publication.

Cette série policière a pour héros l'inspecteur Oskar Rheinhardt, de la police viennoise, et son ami et acolyte, le psychiatre Max Liebermann, dont les enquêtes se déroulent dans la Vienne impériale au tournant du siècle.

Il a également publié un cycle fantastique "Les portes de l'interdit" (The Forbidden, 2012), et "La chambre des âmes" (The Sleep Room, 2013), sous la signature de F. R. Tallis.

Frank Tallis vit aujourd’hui à Londres.

son site : http://www.franktallis.com/
+ Voir plus
Source : /www.bibliosurf.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Frank Tallis   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le débat critique de France Culture se penche sur deux réalisatrices qui ont fait parler d'elles (et de leur film) cet été : Greta Gerwig, qui se réapproprie les mythiques poupées Barbie et Ken, et Justine Triet, Palme d'Or au dernier festival de Cannes, qui nous plonge dans les secrets d'un couple pour qui ça finit mal... Alors, faut-il aller les voir ? On en parle avec Charlotte Garson, rédactrice en chef adjointe des Cahiers du cinéma, et Adrien Dénouette, critique de cinéma et enseignant. #cinema #barbie #films Vignette : AFP - Justin Tallis, AAMIR QURESHI / AFP LES FILMS PELLEAS - LES FILMS DE / COLLECTION CHRISTOPHEL VIA AFP __________ Livres, films, jeux vidéo, spectacles : nos critiques passent au crible les dernières sorties culturelles par ici https://youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrosjQHaDUfeIvpobt1n0rGe&si=ReFxnhThn6_inAcG une émission à podcaster aussi par ici https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-midis-de-culture Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture

+ Lire la suite

Citations et extraits (109) Voir plus Ajouter une citation
-La psychanalyse est un processus de reconquête. Une fois que nous comprenons ce qui s'est passé, nous pouvons récupérer la vie que nous avons perdue. Ce qui était jusque-là jalousement gardé par l'inconscient devient conscient, l'irrationnel est supplanté par le rationnel. Si, un jour, vous deviez décider d'entrer dans la chambre conjugale, rappelez-vous que vous le ferez en tant qu'homme, et non en tant qu'enfant effrayé, déconcerté. (page 356)
Commenter  J’apprécie          140
Les gens qui ont quelque chose à cacher présentent souvent au monde extérieur une surface curieusement lisse, opaque.
Commenter  J’apprécie          130
Les êtres humains se trahissent toujours par de petits détails ...
Commenter  J’apprécie          110
- Allons-y, dit-il.
Il attrapa une énorme paire de ciseaux et se mit à tailler dans la robe, du milieu du décolleté jusqu'à la taille. Puis il tira doucement sur le tissu. Du sang coagulé le collait à la peau. Peu à peu, il le libéra et découvrit les seins nus et le torse de Charlotte Löwenstein.
- Pas de corset, remarqua Mathias.
Il disposa les draps de telle sorte que seuls le cratère et sa croûte de sang, au niveau du coeur restent visibles. Lorsqu'un mamelon menaça de réapparaître, Mathias arrangea les draps par respect pour la pudeur. - Je vous demande pardon, souffla-t-il.
Rheinhardt trouvait cette sollicitude envers les morts à la fois lassante et macabre. Du bout des doigts, le vieil homme tâta doucement le pourtour de la blessure. Pendant qu'il travaillait, il se mit à fredonner un lied. Rheinardt écouta le premier vers et se demanda si on testait de nouveau ses connaissances. Il lui fut toutefois impossible de ne pas mordre à l'hameçon tant la réponse était facile.
- Schubert.
Commenter  J’apprécie          80
- L’intérêt principal des savants était de traiter l’esprit plutôt que le corps, répondit Miss Lydgate.
- Voila qui est fort intéressant.
Miss Lydgate hesita, ne sachant si elle devait poursuivre.
- Continuez, je vous en prie, dit Lieberman en fermant le journal.
- Ils croyaient qu’ils y avaient une relation entre le sang et le caractère - cette idée, bien sûr, remonte à l’Antiquité. C’est pourquoi ils espéraient qu’un changement de sang pourrait soigner la folie.
Commenter  J’apprécie          80
Au dessus de la tête du commissaire Mendel Brügel était accroché l’immense portrait de l’empereur François-Joseph qu’on trouvait dans la plupart des foyers et dans presque tous les bâtiments publics. Semblant éternel, le patriarche impérial était omniprésent, on ne pouvait échapper à sa vigilance. Comme beaucoup de fonctionnaires gradés, Brügel avait décider d’affirmer son soutien aux Habsbourg en se laissant pousser les énormes favoris qu’arborait le monarque.
Commenter  J’apprécie          80
- Réfléchissons encore un peu, hein ?
Haussmann inclina la tête et arbora une expression que son chef, espérait-il, prendrait pour de la concentration.
Commenter  J’apprécie          91
J’ai trouvé une excellente blague dans ce contexte d’immersion yiddish, je vous la donne: un prêtre et un rabbin sont dans un train. Le prêtre se tourne vers le rabbin et lui demande :”Est-ce que votre foi vous interdit toujours de manger du porc?” Le rabbin répond que c’est exact. Alors le prêtre lui demande :” Vous n’avez jamais mangé de porc?” Le rabbin dit :” Il m’est arrivé une fois de succomber à la tentation, je l’avoue, et de manger du porc.” Le prêtre se plonge dans son livre. Un instant plus tard, le rabbin reprend la parole : “Mon père, est-ce que votre foi exige toujours le célibat?” Le prêtre répond :”Oui, tout à fait.” Alors le rabbin lui demande :” Mon père, avez -vous jamais succombé à la tentation?” et le prêtre répond :” Oui, rabbi, il m’est arrivé d’être faible et de succomber à la tentation.” Le rabbin hoche la tête, réflechit un instant et dit :” C’est bien meilleur que le porc, pas vrai?”.
Commenter  J’apprécie          71
J'ai toujours pensé que les Anglais étaient des Allemands courtois.
Commenter  J’apprécie          90
Afin de ne pas empêcher le sommeil, l'esprit doit procéder à certaines transformations dans le contenu des rêves, surtout s'ils sont susceptibles de générer de l'anxiété. Sinon, cette anxiété nous réveillerait constamment.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Frank Tallis (550)Voir plus

Quiz Voir plus

Profession des parents ( avec indices)

Le père de François Cavanna. Indice : brique

Peintre en bâtiment
Cheminot
Maçon
Garagiste

12 questions
21 lecteurs ont répondu
Thèmes : parents , père , mère , écrivain , littérature , professionCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..