AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.78 /5 (sur 80 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : New York , le 5/12/1939
Biographie :

John Berendt est un écrivain américain, connu pour son roman best-seller "Minuit dans le jardin du bien et du mal" ("Midnight in the Garden of Good and Evil") qui sera finaliste au prix Pulitzer dans la catégorie General Nonfiction.

Berendt grandit à Syracuse (New York). Ses parents sont des écrivains. Il réalise ses études à l'Université Harvard. Il obtient son diplôme en 1961 avant de se rendre à New York City pour y débuter une carrière de journalisme.

Berendt devient éditeur associé au magazine Esquire de 1961 à 1969, éditeur du New York Magazine de 1977 à 1979 et rédacteur d'Esquire de 1982 à 1994.

Le succès de Berendt apparaît grâce à son titre Midnight in the Garden of Good and Evil de 1994. Il y décrit des faits reels relative à un meurtre à Savannah (Géorgie). Le roman restera 216 semaines consécutives sur la liste des bestsellers du New York Times.

Le livre sera transposé en 1997 au cinéma par Clint Eastwood sous le même nom. Kevin Spacey y interprète le rôle du meurtrier, Jude Law la victime et John Cusack interprète Berendt.

En 2005, Berendt écrit The City of Falling Angels (La cité des anges déchus).

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

John Berendt interview (en anglais)


Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Meps   01 avril 2017
Minuit dans le jardin du bien et du mal de John Berendt
Williams commençait à être quelqu'un à Savannah, au grand dam de certains sang-bleu. "Quelle impression cela fait-il d'être un nouveau riche ?" lui demanda-t-on un jour. "Ce qui compte c'est d'être riche" rétorqua Williams.
Commenter  J’apprécie          50
vbarentin   28 avril 2012
La cité des anges déchus de John Berendt
- L'aube. C'est l'aube.

Puis il se remis au travail, tournant la canne et modelant le vase.

Trois mots avaient suffi à Archimede Seguso pour me faire comprendre que cette nouvelle pièce représentait La Fenice telle qu'il l'avait vue en se levant à 5 heures du matin, après l'incendie: une fumée blanche se détachant sur un ciel bleu pâle, juste avant le lever du soleil.
Commenter  J’apprécie          40
Woland   27 août 2009
Minuit dans le jardin du bien et du mal de John Berendt
[...] ... "Il y a exactement vingt-et-un squares", m'apprit une vieille dame plus tard dans l'après-midi. Elle s'appelait Mary Harty. (...) Nous devisions dans sa cuisine tandis qu'elle préparait des martinis dans un shaker en argent. Quand elle eut fini, elle rangea le shaker dans un panier en osier. Elle voulait m'emmener faire une excursion, disait-elle. La journée était trop belle et mon séjour à Savannah trop court pour gaspiller notre temps à l'intérieur.



Pour Miss Harty, les squares étaient les joyaux de Savannah. Aucune ville au monde n'en possédait de pareils. Il y en avait cinq sur Bull Street, cinq sur Barnard, quatre sur Abercorn et ainsi de suite. James Oglethorpe, le fondateur de la Géorgie, en était à l'origine, affirmait-elle. Il avait décidé que Savannah serait bâtie autour de squares et que son plan s'inspirerait d'un camp militaire romain, et ce avant même d'avoir quitté l'Angleterre - avant même qu'il sût précisément à quel endroit exact de la carte il allait construire Savannah. Lorsqu'il arriva en Amérique en février 1733, il choisit d'installer la ville au sommet d'un promontoire d'une douzaine de mètres de haut, sur la rive sud du fleuve Savannah, à trente kilomètres de l'Atlantique. Il avait déjà ébauché les plans. Les rues devaient être tracées suivant un quadrillage et se croiser à angles droits, entrecoupées de squares à intervalles réguliers. Et en effet, la ville allait devenir une sorte de parterre géant. Oglethorpe fit lui-même aménager les quatre premiers squares. "J'apprécie surtout ces parcs," commenta Miss Harty, "parce que les voitures ne peuvent y circuler. Elles doivent les contourner, ce qui les oblige à rouler très lentement. Les squares sont nos oasis de tranquillité.



Tandis qu'elle parlait, je reconnaissais l'accent des gens de la côte, décrit dans "Autant en emporte le vent" - "doux et coulé, les voyelles mouillées et les consonnes amorties." ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
vbarentin   15 février 2015
Minuit dans le jardin du bien et du mal de John Berendt
"Quelqu un a écrit un jour que Dieu a touché l épaule des musiciens, dit-elle, et je crois que c est vrai. Avec la musique, on rend les gens heureux, mais on se rend aussi heureux soi-même. Grâce à la musique, je n ai connu la solitude ni la dépression.
Commenter  J’apprécie          40
Woland   27 août 2009
Minuit dans le jardin du bien et du mal de John Berendt
[...] ... Chablis s'appuya sur un coude et scruta la foule du regard, passant en revue la salle d'un bout à l'autre.



- "Tu as devant les yeux la "bonne société noire", dit-elle. "Et maintenant, tu en connais le grand secret : plus tu as la peau claire, plus tu as de chances pour en gravir les échelons.



- Toutes les débutantes n'ont pourtant pas la peau claire," remarquai-je. "La palette me paraît assez étendue.



- Ils peuvent bien choisir des débutantes de toutes les couleurs, cela ne fait aucune différence. Les filles à la peau claire sont celles qu'épousent les Noirs qui réussissent. Ca améliore leur image de marque. Les Noires peuvent être très belles mais au cas où tu ne le saurais pas, le blanc reste la couleur préférable quand il s'agit de faire son chemin. Je n'ai rien contre les Noirs de la haute. Ce n'est pas leur faute s'ils sont de couleur mais ils ont tendance à faire clan. Faut les voir à l'église épiscopale Saint-Matthew, sur West Broad Street. C'est celle où vont les Noirs huppés de Savannah. On dit qu'il y a un peigne au-dessus de la porte et que vous ne pouvez pas entrer si vous n'arrivez pas à passer vos cheveux dans le peigne sans le casser. A l'intérieur, ceux qui ont la peau la plus claire s'installent sur les bancs de devant, et les plus noirs sur les bancs de derrière. C'est la vérité, baby. Exactement comme ça se passait dans les autobus. Tu vois, en matière de préjugés, les Noirs ne sont pas en reste sur les Blancs. Crois-moi. Il n'y a pas de quoi en faire un plat, mais quand je vois des Noirs commencer à prendre les manières des Blancs, ça fait sortir la négresse qui est en moi. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
vbarentin   01 mars 2015
Minuit dans le jardin du bien et du mal de John Berendt
"Seigneur! Vous autres Yankees, vous n êtes vraiment pas fabriques comme nous, me disait Joe Odom. Nous faisons ce que nous pouvons pour vous mettre sur la bonne voie, et voyez ce qui arrive. D abord, vous vous liez d amitié avec un gars comme Luther Driggers, qui est connu avant tout parce qu'il est prêt à empoisonner toute la ville. Ensuite vous vous balladez dans une voiture dans laquelle un cochon refuserait de monter, et maintenant vous venez nous raconter que vous vous promenez avec un travelo, nègre de surcroit! Vraiment!
Commenter  J’apprécie          30
vbarentin   21 février 2015
Minuit dans le jardin du bien et du mal de John Berendt
"Très bien, dit il, nous voilà maintenant avec un meurtre commis dans un hôtel particulier! Bon, faisons le point. Nous avons un drôle d oiseau, spécialiste des insectes, qui rôde à travers la ville avec un flacon mortel. Nous avons un travelo nègre, un vieux qui promène un chien imaginaire, et maintenant une tante assassinée. Mon ami, vous vous apprêtez à nous faire jouer, Mandy et moi, dans un film du tonnerre!"
Commenter  J’apprécie          30
vbarentin   08 février 2015
Minuit dans le jardin du bien et du mal de John Berendt
...à défaut de devenir un Savannahien à part entière, d être davantage qu un simple touriste. J interrogerais, j observerais et fureterais là où me conduirait ma curiosité ou dans les endroits où l on m inviterait. Je chasserais toute idée préconçues et prendrais des notes.
Commenter  J’apprécie          30
sld09   06 septembre 2017
Minuit dans le jardin du bien et du mal de John Berendt
J'avais tenté de partager mon temps entre deux villes, mais j'en arrivais à séjourner plus souvent à Savannah qu'à New York. Le climat à lui seul justifiait cette préférence. A la fin d'avril, New York luttait encore pour se libérer de l'étreinte de l'hiver, tandis qu'à Savannah un printemps chaud et clément déroulait déjà ses fastes depuis longtemps. Camélias, jonquilles et primeroses avaient fleuri en décembre et janvier, suivis par la glycine et les gainiers rouges. Puis à la mi-mars, les azalées s'étaient épanouies en gigantesques coussins blancs, rouges et vermeils. Le parfum du chèvrefeuille, du jasmin et des premiers magnolias commençait déjà à embaumer. Pourquoi retourner dans les frimas new-yorkais ?

Commenter  J’apprécie          20
vbarentin   21 septembre 2014
La cité des anges déchus de John Berendt
- Vous savez ce que l'on a trouvé sous le Teatro Malibran? la Maison de Marco Polo! Construite au XIIIe siècle. Bien sûr, nous le savions avant de commencer les travaux, et quand nous avons creusé nous l'avons trouvée exactement à l'endroit indiqué par nos documents. Nous avons exhumé le rez-de-chaussée, à deux mètres sous le niveau actuel du sol. C'était très excitant, mais ce n'était que le début: nous avons continué à creuser, pour découvrir un niveau du XIe siècle, et, en dessous, un niveau du VIIIe siècle, et encore plus bas un niveau du VIe siècle! Il date de l'invasion des Lombards et représente les fondations originelles de Venise.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Au ciné avec Elmore Leonard

A quelle heure part le train pour Yuma dans le film réalisé par Delmer Daves en 1957 d'après une nouvelle d'Elmore Leonard?

3 h 10 pour Yuma
10 h 30 pour Yuma
5 H15 pour Yuma

9 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , romans policiers et polars , littérature américaine , adapté au cinéma , cinema , cinéma americain , westernCréer un quiz sur cet auteur