AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Brévignon (Traducteur)
EAN : 9782841879687
390 pages
Éditeur : L'Archipel (28/09/2007)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Lorsque John Berendt arrive à Venise le 1er février 1996, flotte dans l'air une forte odeur de bois calciné. Trois jours auparavant, la Fenice, le célèbre opéra de la Cité des Doges, a été ravagée par un incendie...

Acte criminel ? Qui pouvait souhaiter le saccage de ce joyau de l'art vénitien ? L'enquête que l'auteur entreprend va le mener à la rencontre des habitants de la Sérénissime : son maire, la fille d'Ezra Pound, un marchand de légumes, le di... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Fantine
  12 avril 2010
Ce n'est pas un roman, mais, plutôt un récit qui se lit comme un roman policier.
Pendant toute la durée de son séjour, (un séjour de neuf ans), l'auteur part à la rencontre de vénitiens et de la communauté américaine installée à Venise. Il mène auprès d'eux, une véritable enquête policière, en essayant de démêler les sous entendus, les non dits, les jalousies, etc.
Au fils de ses pérégrinations, l'auteur essaye d'appréhender, de cerner au mieux, les différents personnages (qu'ils soient vénitiens ou américains, célèbres ou inconnus) vouant une passion sans borne à Venise.
Il en ressort quelques anecdotes – connues et/ ou inconnues, désagréables ou non - sur des personnalités locales (tel que Archimède Seguso, important maître verrier ; Mario Stefani, poète de son état) et/ou des célébrités américaines ( comme par exemple Peggy Guggenhein ou le poète et écrivain Ezra Pound).
L'auteur met tout le monde sur un pied d'égalité (que l'on soit américain ou vénitien) en décrivant les jalousies, magouilles et autres actes méprisables que peuvent susciter les convoitises, les ambitions de certains.
C'est écrit dans un style simple, agréable à lire, voire même captivant. En effet, le lecteur a envie de connaître le fin mot des « différentes petites enquêtes » menées par l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mangeclous
  05 février 2008
Après la ville de Savannah, Géorgie (USA), l'auteur du célèbre Minuit dans le jardin du bien et du mal remet le couvert. Cette fois, il nous fait découvrir Venise d'une manière originale. de Casanova en passant par Henry James ou Paul Morand, nombre d'auteurs ont évoqué la sérénissime et ses mystères. John Berendt procède autrement en appliquant la méthode de son premier livre : découvrir la cité lacustre par ses illustres habitants, mondialement célèbres ou célèbres localement. le fil rouge : John Berendt débarque à Venise trois jours après l'incendie qui ravagea la Fenice... Ce désastreux flamboiement brûle tout au long du livre en quête d'une explication... Malgré le désastre, on sourit souvent face à la truculence des vénitiens, la face cachée de certaines célébrités ou le snobisme compétitif des riches américains qui financent la reconstruction des monuments menacés d'anéantissement... Une belle galerie de portraits...
Commenter  J’apprécie          10
Hectorette
  30 mai 2008
Je pensais lire un roman, en fait c'est un document, dans lequel John Berdnt dépeint avec grand talent Venise et ses habitants, après l'incendie de la Fenice en janvier 1999.
Pour qui aime l'ïtalie, l'Art, Venise et sa période faste, ce livre est absolument passionnant. Il se lit tantôt comme un ouvrage d'art, tantôt comme une enquête policière.
Des personnages hauts en couleur et originaux, qu'ils soient Vénitiens pure souche ou d'adoption, des monuments et oeuvres d'art à la pelle, je me suis imaginée à Venise.
Commenter  J’apprécie          20
JoyeuxDrille
  20 avril 2015
Si vous avez eu la chance d'aller à Venise, ce livre vous comblera en vous emmenant hors des sentiers battus touristiques, à la rencontre des Vénitiens véritables. Et si vous n'y êtes jamais allés, alors, c'est une formidable invitation au voyage au coeur de la Sérénissime.
Commenter  J’apprécie          40
Lirio
  08 octobre 2011
Un soir d'hiver 1996, un fabuleux incendie dévasta la Fenice, le plus célèbre opéra de Venise. John Berendt raconte dans cet ouvrage les répercussions durables de ce tragique événement sur l'état d'esprit des vénitiens. Sur le modèle narratif de son précédent ouvrage « Minuit dans le jardin du bien et du mal » Berendt fait ici la chronique savoureuse de la vie intime de la Sérénissime, de ses rues et canaux secrets épargnés par le tourisme de masse, de ses habitants parfois farfelus mais si attachants, et du charme profond de cette ville si célèbre et pourtant insaisissable…
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
vbarentinvbarentin   21 septembre 2014
- Vous savez ce que l'on a trouvé sous le Teatro Malibran? la Maison de Marco Polo! Construite au XIIIe siècle. Bien sûr, nous le savions avant de commencer les travaux, et quand nous avons creusé nous l'avons trouvée exactement à l'endroit indiqué par nos documents. Nous avons exhumé le rez-de-chaussée, à deux mètres sous le niveau actuel du sol. C'était très excitant, mais ce n'était que le début: nous avons continué à creuser, pour découvrir un niveau du XIe siècle, et, en dessous, un niveau du VIIIe siècle, et encore plus bas un niveau du VIe siècle! Il date de l'invasion des Lombards et représente les fondations originelles de Venise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
vbarentinvbarentin   28 avril 2012
- L'aube. C'est l'aube.
Puis il se remis au travail, tournant la canne et modelant le vase.
Trois mots avaient suffi à Archimede Seguso pour me faire comprendre que cette nouvelle pièce représentait La Fenice telle qu'il l'avait vue en se levant à 5 heures du matin, après l'incendie: une fumée blanche se détachant sur un ciel bleu pâle, juste avant le lever du soleil.
Commenter  J’apprécie          40
sld09sld09   16 juillet 2017
- À Venise, tout le monde joue un rôle, m'explique le comte Girolamo Marcello. Et ce rôle change sans cesse. La clé pour comprendre les Vénitiens, c'est le rythme. Le rythme de la lagune, le rythme de l'eau, des marées, des vagues...Je marchais le long de la Calle délia Mandola quand je suis tombé sur le comte Marcello. Membre d'une véné­rable famille vénitienne, il est considéré comme un spé­cialiste de l'histoire, des structures sociales et des subtilités de Venise. Comme nous allons tous les deux dans la même direction, nous repartons ensemble.
- Le rythme de Venise est comme la respiration. Marée haute, haute pression : tension. Marée basse, basse pression : détente. Les Vénitiens ne sont pas du tout réceptifs au rythme de la roue. Ce rythme est réservé à d'autres endroits, des endroits où il y a des automobiles. Notre rythme à nous, c'est celui de l'Adriatique. Celui de la mer. À Venise, le rythme bat en même temps que la marée, et la marée change toutes les six heures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de John Berendt (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Berendt
John Berendt interview (en anglais)
autres livres classés : veniseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1381 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre