AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.75/5 (sur 179 notes)

Nationalité : Japon
Né(e) à : Tsuchiura , 1941
Biographie :

Junichi Saga est un médecin et écrivain japonais.

Après avoir obtenu son diplôme de médecin de l'université de Keio, Junichi Saga fait son internat à Honolulu, Hawaï où il se rend compte de l'absence de littérature sur la vie quotidienne au Japon.

A son retour, il s'installe en tant que médecin dans sa région natale à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Tokyo, sur le lac Kasumigaura, le deuxième plus grand lac du Japon.

Il a commencé très jeune à enregistrer les témoignages de ses patients, dépositaires de la mémoire d'un Japon en voie de disparition.

En 1992, Saga publie 'Mémoires de paille et de soie', cinquante témoignages de gens de plus de quatre-vingts ans, tous décédés entre-temps, illustrant un monde rural disparu aujourd' hui, la région étant devenue une banlieue dortoir du Tokyo moderne.

Parmi les patients de Saga se trouve alors un ancien boss de la mafia, Eiji Ijichi, atteint d'un cancer en phase terminale et qui souhaite raconter ce qu'à été sa vie de yakuza.

Junichi l'écoute et enregistre son témoignage. 'Mémoires d'un Yakuza' paraît en France en 2007.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Junichi Saga   (4)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
La plupart des gens s'imaginent que les yakuzas sont des brutes, mais pour arriver en haut, il faut bien plus que du muscle et de la force. Autrement n'importe quel idiot pourrait y parvenir. Ce qui compte, c'est d'avoir les qualités qui font que les gars sous vos ordres sont loyaux, prêts à mourir pour vous si nécessaire.
C'est facile d'en parler comme ça, mais ce n'est pas si simple dans la pratique.
Commenter  J’apprécie          120
Ce qui suit est une partie de ce qu'il m'a dit, tel qu'il me l'a dit. Mais maintenant que je me mets à la plume pour mettre tout cela par écrit, je regrette soudain de ne pas l'avoir questionné plus précisément sur toutes sortes de choses: mais il n'est plus là, et il est trop tard.
Commenter  J’apprécie          40
Asano nous dit : « Ce ne serait pas une mauvaise idée si vous pouviez voir par vous-mêmes comme c’est difficile d’obtenir du charbon. », et toujours avec nos kimonos, nous suivîmes la lampe d’un mineur jusqu’au fond de la mine. Les hommes nous fixaient du regard; leurs visages étaient tout noirs à part leurs yeux qui nous regardaient fixement à travers la pénombre. Ils étaient choqués de voir des geishas en kimono, au fond de la mine, au milieu d’eux.
Commenter  J’apprécie          30
- Tu sais je pouvais reconnaître tout de suite quel genre de nourriture les gens mangeaient , me dit-il. Dans une maison où on mangeait bien, la merde était différente - c'était plus riche, ça avait plus de corps. La couleur était différente, aussi. Ça se voyait tout de suite.
- Alors les riches et les pauvres chient pas pareil, hein ?
Commenter  J’apprécie          30
Vous avez dû penser que comme j’étais assez connu dans le monde yakuza, j’aurai des histoires passionnantes à vous raconter. Mais vous savez, les yakuzas vivent dans l’ombre ; on n’est pas aussi tapageur que les gens l’imaginent.
Commenter  J’apprécie          30
Un jour, une quinzaine de jours après la mort de maman, j’étais en train de jouer avec mes amis dans la montagne. Tout à coup, l’un d’eux me dit : « Regarde, les mains du bébé sont toutes gonflées. » Je touchais le bébé qui était accroché sur mon dos, et je hurlai - il était froid comme la pierre. Mes amis se mirent à paniquer et à sauter de tous côtés en hurlant : « Il est mort, il est mort ! ».

C’était horrible d’avoir quelque chose de mort attaché dans le dos, alors j’arrachai ma veste, je laissai tomber le bébé et je rattrapai les autres qui dévalaient la montagne à toutes jambes avec des cris perçants.
Commenter  J’apprécie          10
- Ecoutez, monsieur, avec tout le respect que je vous dois, fermez votre gueule.
Commenter  J’apprécie          30
« Il y avait des règles précises pour pratiquement tout - de la façon dont on salue quelqu'un au-dessous ou au-dessus de soi, la façon de parler aux gens, la façon d'indiquer que vous les écoutez, tout. C'est un monde féodal, très différent de la vie ordinaire extérieure. Et ça va même jusqu'à influencer les relations que vous avez avec les femmes. »
Commenter  J’apprécie          10
« Il y avait des règles précises pour pratiquement tout - de la façon dont on salue quelqu'un au-dessous ou au-dessus de soi, la façon de parler aux gens, la façon d'indiquer que vous les écoutez, tout. C'est un monde féodal, très différent de la vie ordinaire extérieure. Et ça va même jusqu'à influencer les relations que vous avez avec les femmes. »
Commenter  J’apprécie          10
Les yakuzas n’accomplissent pas de vrai travail dans la vie ordinaire, alors ce n’est pas étonnant qu’ils ne sachent rien faire quand ils sont en prison.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Junichi Saga (323)Voir plus

Quiz Voir plus

André Gide

Gide nous a mis en garde contre les faux ...

amis
monnayeurs
semblants

12 questions
95 lecteurs ont répondu
Thème : André GideCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}