AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.73 /5 (sur 272 notes)

Nationalité : Japon
Né(e) à : Matsudo (Chiba, Japon) , le 25 Mai 1971
Biographie :

Isaka Kôtarô est un auteur japonais.

Après avoir été diplômé de la faculté de droit de l'Université du Tohoku , il a travaillé en tant qu'ingénieur système. Durant son temps libre, il rédige des nouvelles qu'il soumet à des concours littéraires.

Il fait son apparition sur la scène littéraire japonaise en 2000 avec La Prière d'Audubon, qui obtient le prix Shincho Mystery Club.

Depuis, il a multiplié les œuvres inclassables où se déploie un univers très original, au carrefour du thriller, du fantastique et du roman d'initiation, dans la filiation de Murakami Haruki.

En 2004, il remporte le Prix Eiji Yoshihara en tant que meilleur auteur de nouvelles pour son recueil « Ahiru Kamo ».

Son succès auprès de la jeunesse japonaise ne se dément pas et cinq de ses romans ont déjà été adaptés au cinéma. La Prière d'Audubon est son premier roman traduit en français.

Bien que considéré comme un auteur de polars, il refuse totalement cette étiquette.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Kotaro Isaka   (20)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Payot - Marque Page - Kotaro Isaka - La mort avec précision


Citations et extraits (94) Voir plus Ajouter une citation
Cath_perrin   05 juillet 2022
Bullet Train de Kotaro Isaka
Le Prince a vraiment ces gamins sous sa coupe. Ils sont complètement impuissants. Quand un groupe est dirigé par la peur, les soldats perdent progressivement confiance les uns en les autres. La colère et le ressentiment à l’égard du despote se retournent contre ceux qui devraient être leurs alliés, ce qui réduit d’autant la probabilité d’une rébellion. Chacun ne cherche plus qu’à se protéger, et le seul objectif commun devient d’éviter d’être puni. 
Commenter  J’apprécie          50
Zazaboum   01 juillet 2022
Bullet Train de Kotaro Isaka
Citron s’agite, inspecte la zone près de la fenêtre et du corps, tripote les plateaux fixés aux sièges, feuillette les magazines rangés dans les poches des dossiers.

— Tu fais quoi, là ?

— Je cherche des indices, mais il n’y a rien. Satané gosse de riche.

— Quel genre d’indice ?

— Par exemple le nom du tueur écrit avec son sang, un truc comme ça. Ça s’est déjà vu, non ?

— Dans les romans policiers, à la rigueur, mais dans la vraie vie, ça m’étonnerait…

— Tu dois avoir raison.

Découragé, Citron repose les magazines, mais continue de fureter autour du cadavre.

— Je doute qu’il ait eu le temps de laisser le moindre indice avant de mourir. Il n’a même pas saigné, alors comment aurait-il pu écrire quoique ce soit avec son sang ?

Citron est irrité par la logique sans faille de Mandarine.

— Claquer comme ça, ça n’aide pas les gens à résoudre l’affaire. Souviens-toi : si quelqu’un tente de te tuer, fais en sorte de laisser derrière toi des indices utiles, genre le nom de l’assassin. Et puis au moins, indique clairement s’il s’agit d’un meurtre, d’un suicide ou d’un accident, sinon, c’est vraiment relou.

— Moi, quand je tirerai ma révérence, ce ne sera pas un suicide. Autant j’admire Virginia Woolf et Mishima, autant le suicide, ce n’est pas mon truc.

— Virginia qui ?

— Tu sais, puisque tu arrives à tout savoir sur les trains, je pense que tu n’aurais pas de mal à lire des livres. Pourquoi tu n’essaierais pas ? Je t’en ai conseillé plein.

— Je n’ai jamais aimé les livres, même quand j’étais enfant. Je mets des plombes à arriver à la dernière page. Et toi, pourquoi tu n’essaies même pas de te rappeler les noms des personnages de Thomas et ses amis, alors que je ne cesse de te les répéter ? Je suis certain que tu ne saurais toujours pas reconnaître Percy.

— C’est lequel, déjà ?

— Perceval est un petit engin vert. Il est plutôt effronté, et aime jouer des tours, bien qu’il prenne son travail très au sérieux.

— Mais comment tu peux mémoriser tout ça ?

— C’est écrit sur sa carte à collectionner. Plutôt cool, hein ? Une explication simple, mais substantielle. Percy fait souvent des farces à ses amis, mais il est aussi un peu naïf, tu vois ? C’est très touchant. Parfois j’en ai les larmes aux yeux. Je parie que tes livres n’ont pas la même profondeur.

— Ouvre un bouquin et tu verras bien. Commence par, je ne sais pas, La Promenade au phare.

— Qu’est-ce que ça m’enseignera ?

— À quel point les êtres humains sont insignifiants, et dans quelle mesure notre existence n’est qu’un grain de poussière parmi des milliards d’autres vies. Ce roman te permettra de comprendre que tu es minuscule, perdu dans l’étendue sans limites de l’océan du temps avalé par les vagues. C’est vraiment puissant. « Nous pérîmes, chacun tout seul. »

— Qu’est-ce que ça veut dire ?

— C’est une phrase que prononce l’un des personnages. Elle signifie que tout le monde meurt, et qu’à ce moment-là on est seul.

— Je ne mourrai pas, ricane Citron.

— Si, et tu mourras seul.

— Si je meurs, je reviendrai.

— Ça ne m’étonne pas, tu es tellement têtu. Mais moi, je mourrai un jour. Tout seul.

— Donc je te le répète : quand tu crèveras, n’oublie pas de me laisser un indice.

— D’accord. Si je devine qu’on va m’assassiner, je ferai de mon mieux pour te passer le message.

— Et quand tu écriras le nom du tueur avec ton sang, fais-le lisiblement, OK ? Pas d’initiales ou d’abréviations compliquées.

— Je n’ai pas l’intention d’écrire quoi que ce soit avec mon sang.

Mandarine s’interrompt pour réfléchir.



pages 48
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Ambages   10 avril 2017
La mort avec précision de Kotaro Isaka
La majeure partie de la vie humaine, ce n'est pas de la vie, juste du temps qui passe.
Commenter  J’apprécie          181
Ambages   18 avril 2017
La mort avec précision de Kotaro Isaka
Quand la vieille femme m'a dit : ''Vous n'êtes pas vraiment humain, j'imagine ?'', j'ai poussé un petit ''oh !'' admiratif.

Naturellement, ce n'est pas la première fois qu'un humain se rend compte que je n'appartient pas à son espèce. Aucun n'a encore deviné juste au point de préciser : ''Vous êtes sûrement le dieu de la Mort », mais certains ont déjà penché la tête d'un air soupçonneux en prétendant qu'ils ressentaient un frisson glacé à ma vue et que j'étais vraiment une créature étrange.
Commenter  J’apprécie          150
Ambages   10 avril 2017
La mort avec précision de Kotaro Isaka
J'ai ouvert la porte de l'hôtel et je suis sorti. Il n'y avait plus trace de la tempête qui avait fait rage, partout régnait le silence. Le ciel était toujours couvert mais la neige tombait moins fort. Le paysage qui s'étendait sous mes yeux ressemblait à un linceul blanc. La terre couverte de neige avait une douceur de porcelaine. Y avait-il encore des sautes de vent ? Des paquets de neige tombaient des branches des bouleaux à intervalles réguliers et venaient fondre sur le sol, comme un sablier marquant doucement le passage du temps. Je suis resté un moment perdu dans la contemplation de ce paysage immaculé, tendant l'oreille à ses bruissements et ses mouvements.

- C'est beau ! ai-je laissé échapper involontairement. Il n'y avait pas assez de musique à mon goût à la montagne, mais je pouvais quand même m'estimer heureux d'avoir vu ça.
Commenter  J’apprécie          140
Ambages   09 avril 2017
La mort avec précision de Kotaro Isaka
Je voudrais vraiment mourir. Il ne m'arrive jamais rien de bien.
Commenter  J’apprécie          142
Ambages   12 mars 2019
Pierrot-la-gravité de Kotaro Isaka
Quand on vit dans la joie, la gravité terrestre s'efface.
Commenter  J’apprécie          130
Ambages   13 mars 2019
Pierrot-la-gravité de Kotaro Isaka
L'art ne s'appuie pas sur les résultats des travaux précédents, comme la science. Non, en art, il faut courir de toutes ses forces à chaque fois.
Commenter  J’apprécie          110
Cath36   30 juin 2011
La Prière d'Audubon de Kotaro Isaka
"Les humains ne prennent pas conscience de l'importance des choses, tant qu'ils ne les ont pas perdues.

-Oui, sans doute" ai-je répondu en pensant de nouveau à ma grand-mère. Elle m'avait dit un jour : "Si je n'avais pas eu le cancer, je n'aurai jamais fait le bilan de ma vie."

"Ce qu'on perd ne revient jamais."
Commenter  J’apprécie          100
CottonCandy   23 juin 2022
Bullet Train de Kotaro Isaka
- Je ne crois pas que les gens naissent intrinsèquement bons ou mauvais.

- Ils le deviennent, c’est ça ?

- Non, je pense que le bien et le mal sont une question de point de vue.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Mettez vous en plein le ventre avec Zola

Balthazar, le cheval de Mme François, une bête trop grasse, tenait la tête de la file. Il marchait, dormant à demi, dodelinant des oreilles, lorsque, à la hauteur de la rue de ...?..., un sursaut de peur le planta net sur ses quatre pieds. Indice : Culture

Auteuil
Longchamp

12 questions
109 lecteurs ont répondu
Thème : Émile ZolaCréer un quiz sur cet auteur