AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.79 /5 (sur 38 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Charlotte (Caroline du Nord) , 1944
Biographie :

Leigh Sauerwein est née en Caroline du Nord. Elle a eu une enfance européenne car son père était diplomate. Elle a surtout vécu en Allemagne, en Autriche et en France. Pendant son adolescence, elle a vécu en Asie, à Formose, et a commencé des études supérieures à l'université amricaine de Paris pour les terminer à l'université de Boston.
Elle est ensuite revenue en France, où elle vit avec son mari et ses trois enfants. Passionnée par les indiens, elle a également publié plusieurs livres sur ce sujet. Son premier livre en anglais, The Way Home (Farrar, Straus & Giroux, 1994), publié aux Etats-Unis, a eu un succès considérable.

Source : Ricochet-jeunes
Ajouter des informations
Bibliographie de Leigh Sauerwein   (36)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   24 avril 2013
Les claviers : Faustine et les ogres de Leigh Sauerwein
Quand les ogres avaient faim, ils dévalaient la montagne sur leurs terribles chevaux. Alors, les gens du village s'enfuyaient en criant. Car si les ogres rencontraient quelqu'un sur leur passage, ils l'emportaient et on n'entendait plus jamais parler de lui.

Un soir, la fille du maire du village, la petite Faustine, rentrait chez elle toute seule avec un panier de mûres sauvages. Tout à coup, elle entendit un bruit de tonnerre.

- Quelle chance ! rugit l'Écornifleur.

- Au secours ! cria Faustine.

Mais il n'y avait personne pour l'entendre.
Commenter  J’apprécie          110
MelleFifi   12 juillet 2015
Les voix : Fifi & Albert et les voix de Leigh Sauerwein
La maison est complètement vide. Mais...

Attendez ! Est-ce qu'elle est vraiment vide ?

Ecoutez ce que les arbres sont en train de chuchoter...
Commenter  J’apprécie          60
Stephanie39   06 août 2019
L'Indien qui ne savait pas courir de Leigh Sauerwein
Le soir, sous le tipi, son père, Tabloka l'attirait souvent près de lui. Ne rêve pas d'une vie impossible pour toi, mon fils, disait il alors. Ton coeur deviendra froid comme une pierre à force de penser constamment à ton pied. Le monde est grand, Huchte, ouvre tes yeux. Observe la vie autour de toi. Elle te montrera ton chemin.
Commenter  J’apprécie          40
Violaine-Malika   23 octobre 2014
Huchte l'indien de Leigh Sauerwein
Le cheval trembla et s’arrêta pour écouter. Car Huchté lui parlait toujours avec une voix douce et calme.

Ce n’était plus la voix aigüe d’un enfant malheureux, mais une voix qui montait du fond de lui-même comme une chanson, la voix du vrai Huchté. Huchté qui avait le pouvoir de calmer un cheval sauvage, Huchté qui serait un jour le plus grand dompteur de chevaux de toute la tribu.

Il revit soudain l’homme de son rêve, l’homme aux yeux calmes, sans armes et sans peintures. Et il comprit que l’homme de son rêve, c’était lui-même.
Commenter  J’apprécie          30
Violaine-Malika   23 octobre 2014
Huchte l'indien de Leigh Sauerwein
Huchté rêva. Dans son rêve il vit une très haute montagne. Et en haut de la montagne, il y avait la silhouette d’un homme.

Huchté se mit à grimper avec l’agilité d’un cerf. Il ne boitait plus. Il faisait de grands bonds et son coeur était joyeux.

En s’approchant du sommet, il s’aperçut que l’homme lui tournait le dos. Il crut reconnaître son père. Il l’appela par son nom :

Tabloka !

L’homme se retourna. Mais ce n’était pas son père. Il n’avait pas de peintures sur le visage, ni d’armes à la main. Huchté regarda le visage de l’homme : ses yeux étaient calmes comme un ciel d’été. Il ne l’avait jamais vu et pourtant il avait l’impression de le connaître. Huchté regarda le corps de l’homme et il vit qu’il avait un pied déformé. A nouveau, Huchté regarda le visage. Il tendit la main vers l’homme aux yeux calmes. Et l’homme dit :

- Je suis là.
Commenter  J’apprécie          10
Violaine-Malika   23 octobre 2014
Huchte l'indien de Leigh Sauerwein
Autrefois, sur la grande Prairie américaine, vivaient des hommes à la peau rouge. Ils ne restaient jamais très longtemps au même endroit car ils suivaient les troupeaux de bisons.

Ils s’habillaient avec la peau du bison et ils mangeaient sa viande.

Leurs maisons, les tipis, se démontaient en quelques minutes. Ils les plantaient en formant un grand cercle ouvert à l’est, là où le soleil se lève.

Ils s’appelaient les Dakotas, ce qui veut dire les alliés. Mais on les connaît mieux sous le nom de Sioux. C’est dans une de leurs tribus que vivait Huchté, un enfant qui ne ressemblait pas aux autres.
Commenter  J’apprécie          10
Radwan74   12 mars 2021
J'ai vécu la guerre du Vietnam : 1961-1975 de Leigh Sauerwein
En temps de guerre, pour arriver à agir avec efficacité, il faut pouvoir dire « l’ennemi », comme ça, de façon abstraite, ça permet d’éviter de penser qu’il s’agit d’une personne, avec une famille, un passé. « L’ennemi », c’est un objectif, une cible. C’est l’avantage du langage. Mais quand on se retrouve devant un mort, ce n’est plus l’ennemi, c’est un corps, c’est une personne. Au cœur d’une opération militaire, il ne faut pas penser à l’ennemi comme à un être humain, sinon, on est fichu.
Commenter  J’apprécie          10
MelleFifi   08 juillet 2015
Les cordes : Momo et les instruments de musique de Leigh Sauerwein
Momo adorait courir entre les caravanes, et sauter de l'une à l'autre. mais quand il faisait cela, son grand-père passait la tête à la fenêtre et criait :

"Arrête ça tout de suite, Momo ! Tu vas te casser le cou !"
Commenter  J’apprécie          10
Violaine-Malika   23 octobre 2014
Huchte l'indien de Leigh Sauerwein
Avec un cri aigu, Huchté s’arracha du cercle de lumière. Il courut avec sa drôle de démarche vers l’ombre, à l’extérieur du village. Il courut plus loin encore, boitillant, boitillant, jusqu’à ce que sa douleur éclate. Il se jeta sur le sol boueux de la rivière. Et là, il sanglota tout haut :

- Jamais je ne serai un grand guerrier ! Jamais je ne danserai dans la lumière du feu avec les hommes. Je suis Huchté-le-Boiteux que personne ne remarque, Huchté-le-Boiteux, faible et inutile.
Commenter  J’apprécie          00
MelleFifi   08 juillet 2015
Les percussions : Petit Singe de Leigh Sauerwein
Au plus profond de la jungle, tout en haut des plus grands arbres, les singes dormaient dans leur nid de feuilles.

Soudain, derrière le feuillage, apparut un gros soleil rouge.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Etre élève à Poudlard

Q'enseigne-t-on à Poudlard ?

les arts plastiques
la cuisine
la magie
la théologie

20 questions
1955 lecteurs ont répondu
Thèmes : école , harry potter 1 , sorcellerieCréer un quiz sur cet auteur

.. ..