AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.38 /5 (sur 54 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Saint-Pétersbourg , le 25 nov. 1910
Mort(e) à : Orsay
Biographie :

Léon Poliakov, né le 25 novembre 1910 à Saint-Pétersbourg et décédé à Orsay le 8 décembre 1997, était un historien français dont les travaux ont largement porté sur la Shoah et l'antisémitisme.
Léon Poliakov nait dans une famille de la bourgeoisie juive russe. En 1920, alors âgé de dix ans, il arrive en France avec sa famille qui a décidé d'émigrer pour fuir la révolution bolchévique ; il vit ensuite quelques années en Allemagne où il assiste adolescent à la montée du nazisme, puis s'installe définitivement à Paris où il fait des études de droit et de lettres. Il s'engage dans l'armée française au début de la Seconde Guerre mondiale, vit la débâcle, est fait prisonnier par les Allemands à Saint-Valéry-en-Caux le 13 juin 1940 avec son bataillon, s'évade trois mois plus tard du Frontstalag de Doullens et entre dans la résistance[1]. En 1943, il devient secrétaire du Rabbin Schneour Zalman Schneersohn et fonde avec le cousin de ce dernier, Isaac Schneersohn, le Centre de documentation juive contemporaine[2], qui se voue à recueillir les preuves documentaires de la Shoah, ce qui lui vaut, après la victoire alliée, d'assister Edgar Faure, chef de la délégation française au Procès de Nuremberg.

Naturalisé français en 1947, Léon Poliakov publie, quatre ans plus tard, le Bréviaire de la haine, livre qui sera la première grande étude consacrée à la politique d'extermination des juifs menée par les nazis. Sa plongée dans les archives allemandes, les innombrables témoignages qu'il recueille et cinq années d'efforts lui permettent de mettre à jour les rouages implacables de l'idéologie et de la technique qui ont rendu possible la Shoah. Le Bréviaire de la haine sera préfacé par François Mauriac, et régulièrement remis à jour par son auteur au fil des rééditions, jusqu'en 1993. Léon Poliakov est également le premier historien à mettre en cause l'attitude du pape Pie XII et du Vatican durant l'Holocauste.

Mû par la volonté de trouver une réponse à la question « Pourquoi a-t-on voulu me tuer? » et décidé à remonter jusqu'aux racines, Léon Poliakov se consacre ensuite à sa vaste Histoire de l'antisémitisme en cinq volumes, allant de l'Antiquité au XXe siècle[3]. Docteur ès lettres et directeur de recherche du CNRS, il mène des recherches sur les minorités persécutées et sur le racisme, ses origines et toutes les formes qu'il peut revêtir. En 1981, il publie ses mémoires qu'il intitule « L'Auberge des Musiciens » et dont une large partie est consacrée à son passé de
+ Voir plus
Source : wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Léon Poliakov   (26)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jeanne Favret-Saada et Arnaud Esquerre :La haine envers les Juifs : faut-il un mot, ou deux ? Conférence tenue le 9 août 2021, dans le cadre du banquet du livre d'été « toute lecture est un parcours » qui s'est déroulé du 6 au 13 août 2021 à Lagrasse. Après l'extermination de plusieurs millions de Juifs d'Europe par le régime nazi, des auteurs aussi insoupçonnables que, par exemple, Léon Poliakov et Hannah Arendt, avaient posé l'existence d'une différence de nature entre l'« antisémitisme » hitlérien et « l'antijudaïsme » des Églises chrétiennes, ce dernier étant religieux et non pas politique ; et médiéval et non pas moderne. Dans LeChristianisme et juifs, 1800-2000 (Le Seuil),Jeanne Favret-Saada et Josée Contreras ont montré, à propos du Mystère de la Passion d'Oberammergau, en Bavière, que cette distinction conduisait à passer sous silence l'action politique des Églises chrétiennes avant et après l'émancipation des Juifs, qui avait mis fin à la définition de l'État comme étant « chrétien ».La très récente publication, en juin 2021, de l'ouvrage monumental dirigé par Florent Brayard et Andreas WirschingHistoriciser le mal. Une édition critiquede« Mein Kampf »(Fayard) expose avec une précision inégalée la pensée de Hitler et son programme en 1925-1926, ainsi que leurs sources. Notamment concernant « le Juif », « les juifs ». La manière dont les Églises – en Allemagne et à Rome – ont accueilli ensuite son accession au pouvoir et commenté sa politique antijuive en fonction de ce qu'elles-mêmes souhaitaient que soit fait aux Juifs prend alors un relief nouveau.
+ Lire la suite

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
lehibook   18 septembre 2020
Histoire de l'antisémitisme, tome 2, l'âge de la science de Léon Poliakov
Projets impeccablement établis,truffés de statistiques ,prévoyant les moindres détails;à leur lecture ,ce nest même pas tant leur démesure qui frappe l'imagination ,mais le souvenir que leurs auteurs - ils l'ont prouvé- étaient doués de la faculté de tenir leurs plus folles promesses,d'insufler la vie à leurs rêves les plus délirants.
Commenter  J’apprécie          10
lehibook   18 septembre 2020
Histoire de l'antisémitisme, tome 1, l'âge de la foi de Léon Poliakov
Qu'un tel peuple ,séparé par le réseau des observances alimentaires et autres de tous les autres peuples ,et délibérément condamné de cette façon à demeurer un groupe minoritaire ,soulevât des méfiances et des haines particulières peut être logiquement postulé.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

écolotest (pas sérieux)

La lecture vous l'aimez mais que faites-vous des livres?

oui, je garde tous mes livres (papier)
non, je donne, échange,emprunte et garde ceux que je relirais

12 questions
54 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , tests , nature , naufrageCréer un quiz sur cet auteur