AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.88 /5 (sur 232 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Londres , le 22/01/1788
Mort(e) à : Missolonghi, Grèce , le 19/04/1824
Biographie :

George Gordon Byron, généralement appelé Lord Byron, est un poète britannique.

Bien que classique par le goût, il représente l'une des grandes figures du romantisme britannique. Ses œuvres les plus connues sont les brefs poèmes She walks in beauty, When we two parted et So, we'll go no more a roving ainsi que ses poèmes narratifs "Le Pèlerinage du chevalier Harold" et "Don Juan".

Il a eu une vie mouvementée, a beaucoup voyagé en Europe en pleines guerres napoléoniennes, s'est marié pour se ranger, a eu une fille de sa femme et une autre de sa demi-soeur. Il a soutenu moralement et financièrement la lutte de la Grèce pour son indépendance et il est mort dans ce pays de la fièvre des marais. Sa vie est rythmée entre l'écriture, les voyages et les femmes.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Lord Byron   (86)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Lord Byron : Byron, ce héros ? (France Culture / La compagnie des poètes). Diffusion sur France Culture le 30 août 2019. Lord Byron en tenue albanaise • Crédits : Thomas Phillips, National Portrait Gallery, Londres. Production : Manou Farine. Réalisation : François Caunac. Avec la collaboration de Thierry Beauchamp. « Il se savait gredin, Mais pensait que ses juges valaient moins encore; Il méprisait en eux l'hypocrisie qui cache Ce que de plus audacieux font ouvertement. » Lord Byron, “Le corsaire”, 1814. Une rentrée sous le signe de l'excès avec le très beau, très anglais, très furieux et très boiteux Lord Byron (1788-1824). Mélancolique, sarcastique, révolté... A-t-on raison de le confondre avec ses héros ? À l'occasion de la parution du “Corsaire et autres poèmes orientaux” (Poésie/Gallimard), retour sur le héros byronien, avec : Jean Pavans, romancier et traducteur, pour “Le Corsaire et autres poèmes orientaux” de George Gordon Byron (Poésie/Gallimard) qui réunit quatre œuvres d'inspiration orientale, dans une traduction qui ne se contraint pas à la fidélité à la métrique aux dépens du rythme et du sens, afin de préserver l'élan du récit d'action et d'aventures. Marc Porée, professeur de littérature anglaise à l’École normale supérieure (ENS), dont les recherches portent entre autres sur le romantisme et la poésie anglaise (XIXe-XXIe), traducteur et préfacier du “Don Juan” de Lord Byron (Folio Classique, 2006). Source : France Culture

+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (125) Voir plus Ajouter une citation
Lord Byron
Nastasia-B   15 mai 2013
Lord Byron
Nous pouvons éprouver ou imaginer le regret avec lequel on contemple les ruines de cités, jadis capitales d'empires : les réflexions suggérées par de tels objets sont trop banales pour être répétées ici. Mais jamais la petitesse de l'homme et la vanité de ses meilleures vertus [...] n'apparaissent plus frappantes qu'au souvenir de ce que fut Athènes et qu'au constat de ce qu'elle est. [...] Il était réservé à un minable antiquaire, et à ses vils agents, de rendre cette ville aussi méprisable qu'eux-mêmes et leurs carrières.



Notes de Childe Harold's Pilgrimage.
Commenter  J’apprécie          700
Lord Byron
Kittiwake   28 août 2015
Lord Byron
Il y a de la musique dans le soupir du roseau ; Il y a de la musique dans le bouillonnement du ruisseau ; Il y a de la musique en toutes choses, si les hommes pouvaient l'entendre.
Commenter  J’apprécie          700
Lord Byron
dancingbrave   09 février 2019
Lord Byron
Borné dans sa nature, infini dans ses vœux,

L’homme est un dieu tombé qui se souvient des cieux.
Commenter  J’apprécie          596
Lord Byron
milamirage   09 octobre 2013
Lord Byron
Oh ! qui pourrait peindre nos émotions... excepté celui dont le cœur les a éprouvées ?

Commenter  J’apprécie          530
araucaria   09 avril 2014
Le prisonnier de Chillon et autres poèmes de Lord Byron
Nous n'irons plus vagabonder tous deux,

Nous attardant dans la nuit tutélaire,

Bien que le coeur soit toujours amoureux

Et que la lune reste claire.



Car l'épée vit plus longtemps que sa gaine

Et l'âme vit plus longtemps que les os.

Il faut bien que le coeur reprenne haleine,

Que l'amour se mette en repos.



Bien que la nuit soit douce aux amoureux

Et que le jour trop tôt nous importune,

Nous n'irons plus vagabonder tous deux

A la lumière de la lune.
Commenter  J’apprécie          490
Lord Byron
Amakir   22 mars 2021
Lord Byron
Il y a de la musique dans le soupir du roseau et dans le bouillonnement du ruisseau ; Il y a de la musique en toutes choses, si les hommes pouvaient l'entendre.
Commenter  J’apprécie          497
Lord Byron
palamede   01 novembre 2016
Lord Byron
Le Premier Baiser de l’amour



Arrière les fictions de vos romans imbéciles, ces trames de mensonges tissues par la Folie ! Donnez-moi le doux rayon d’un regard qui vient du cœur, ou le transport que l’on éprouve au premier baiser de l’amour.



Rimeurs, qui ne brûlez que du feu de l’imagination, dont les passions pastorales sont faites pour le bocage, de quelle heureuse source d’inspiration couleraient vos sonnets, si vous aviez savouré le premier baiser de l’amour !



Si Apollon vous refuse son aide, si les neuf sœurs paraissent vouloir s’éloigner de vous, ne les invoquez plus, dites adieu à la muse, et essayez de l’effet que produira le premier baiser de l’amour.



Je vous hais, froides compositions de l’art. Dussent les prudes me condamner et les bigots me désapprouver, je recherche les inspirations d’un cœur qui bat de volupté au premier baiser de l’amour.



Vos bergers, vos moutons, tous ces sujets fantastiques peuvent amuser parfois, mais ne pourront jamais émouvoir. L’Arcadie n’est, après tout, qu’un pays de fictions ; que sont ces visions-là, comparées au premier baiser de l’amour ?



Oh ! ne dites pas que l’homme, depuis sa naissance, depuis Adam jusqu’à nos jours, a été soumis à la loi du malheur ; il y a encore sur la terre quelque chose du paradis, et l’Eden revit dans le premier baiser de l’amour.



Quand l’âge aura glacé notre sang, quand nos plaisirs auront disparu, — car les années pour s’enfuir ont les ailes de la colombe — le souvenir le plus cher et qui survivra à tous les autres, celui que notre mémoire aimera le plus à se rappeler, c’est le premier baiser de l’amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Bobby_The_Rasta_Lama   12 octobre 2020
Don Juan de Lord Byron
But words are things, and a small drop of ink,

Falling like dew, upon a thought, produces

That which makes thousands, perhaps millions, think;

'T is strange, the shortest letter which man uses

Instead of speech, may form a lasting link

Of ages; to what straits old Time reduces

Frail man, when paper — even a rag like this,

Survives himself, his tomb, and all that 's his.



(Chant III)



Mais les mots sont des choses, et une légère goutte d’encre, tombant comme la rosée sur une idée, produit ce qui fera penser des milliers et des millions d’hommes. Chose singulière, que la plus petite lettre par laquelle l’homme déposera une pensée au lieu de l’exprimer de vive voix, puisse établir une chaîne durable entre les siècles ! À quelle exiguïté le temps ne réduit-il pas la fragile nature humaine, tandis que le papier, — un chiffon comme celui-ci, lui survit à lui-même, à sa tombe, à tout ce qui lui était propre.

(traduction Paulin Paris)
Commenter  J’apprécie          358
Bobby_The_Rasta_Lama   13 octobre 2020
Don Juan de Lord Byron
But 'why then publish ?' There are no rewards

Of fame or profit when the world grows weary.

I ask in turn why do you play at cards ?

Why drink ? Why read ? To make some hour less dreary.

It occupies me to turn back regards

On what I've seen or pondered, sad or cheery,

And what I write I cast upon the stream

To swim or sink. I have had at least my dream.

(chant XIV)

................................................................................................................................



Mais pourquoi alors publier ? Il n'y a pas de récompenses

De renommée ou de profit quand le monde se lasse.

Je demande à mon tour pourquoi jouez-vous aux cartes ?

Pourquoi boire? Pourquoi lire? Rendre une heure moins morne.

Cela m'occupe de me retourner

sur ce que j'ai vu ou médité, triste ou joyeux,

Et ce que j'écris je jette dans le courant

Pour nager ou couler. J'ai eu au moins mon rêve.
Commenter  J’apprécie          340
Lali   06 février 2013
Poèmes de Lord Byron
Pour toi, douce sœur mienne, dans ton cœur,

Je me sais sûr, comme toi dans le mien;

Nous fûmes, sommes — je suis comme tu es —

Des êtres ne pouvant s’abandonner;

Et c’est ainsi, ensemble ou séparés,

De l’aube de la vie au lent déclin

Enlacés. — Vienne la mort lente ou prompte,

Toujours le lien premier sera le lien ultime!
Commenter  J’apprécie          350

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Céleste ma planète

Céleste est une ...

... planète
... fille
... sorcière
... princesse

9 questions
105 lecteurs ont répondu
Thème : Céleste, ma planète de Timothée de FombelleCréer un quiz sur cet auteur

.. ..