AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Florence Guilhot (Traducteur)Jean-Louis Paul (Traducteur)
ISBN : 2911188489
Éditeur : Allia (19/05/1998)

Note moyenne : 4/5 (sur 71 notes)
Résumé :
Remonterais-je le fleuve
de mes années,
Vers la source de nos rires
et de nos pleurs,
Je ne suivrais encore le torrent
des heures
Entre ses rives effondrées de fleurs
fanées,
Mais voudrais qu'il aille
ainsi qu'à présent - glisser
Au nombre des flots innommés.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Aela
  20 février 2013
J'ai peu l'occasion de lire la poésie et je dois dire que j'ai été impressionnée par la qualité de la traduction (édition bilingue) et les choix de poésies de Byron qui ont été faits par Florence Guilhot.
Ces poèmes ont été choisis parmi des pièces isolées rangées par les éditions anglaises sous les titres "Domestic pieces" et "Occasional pieces".
On trouve dans cette sélection les grands poèmes de 1816 (Ténèbres, Prométhée, Un fragment, Stances à Augusta..) que Byron a écrit en Suisse, lors du séjour à la villa Diodati où Byron a fréquenté l'écrivain Shelley et où il s'est exilé après des déboires sentimentaux.
En effet, ses relations avec sa demi-soeur Augusta Leigh ont fini par briser son mariage et ont provoqué aussi son exclusion de la bonne société anglaise.
Des poèmes magnifiques et une vision de la mort étonnante dans ces poèmes..
Lord Byron était un grand visionnaire, en plus d'un immense poète.
Commenter  J’apprécie          280
Tiephaine
  06 mars 2013
Mon objectivité sera à coups sûr fluctuante, car avec Percy Shelley, Lord Byron est mon poète préféré.
Archétype du poète romantique, Lord Byron insuffle à sa poésie une sensibilité et une intensité rare, magnifique, dont les traductions françaises peinent à atteindre la cheville.
Lorsque Byron aime, lorsque Byron souffre, c'est accompagné de l'absolu, sans retour, comme un plongeon dans l'inconnu. Sa poésie résonne avec force, brille comme un soleil d'inspiration prométhéenne. Amour et Liberté sont les deux compagnes d'un poète qui subira l'exil pour avoir aimé sa demi-soeur au delà de la raison, et qui donnera sa vie pour la liberté d'une Grèce qui voit aujourd'hui encore en lui une figure majeure de son histoire.
La poésie de Lord Byron démontre avec une puissance rarement égalée qu'un homme peut être à la fois rêveur et guerrier, nostalgique et artisan du futur. Pour quiconque s'intéresse un tant soit peu au romantisme et à la poésie, Lord Byron est un incontournable, qu'il est préférable de lire dans sa langue maternelle plutôt que traduit en français pour ne pas perdre de son essence et de sa puissance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
Jackiedream
  08 août 2015
Place à Lord Byron et ses Poèmes. Un romantique ce Byron, sans nul doute, et Dieu sait que j'aime ça. Toutefois j'ai parfois eu du mal à saisir le sens des vers notamment à cause de ces négations, ces "ne" qui se glissent un peu partout. Une lecture inégale donc, puisque si certains poèmes m'ont échappé ce ne fut pas le cas de tous. En effet il y a eu des poèmes, des strophes voire des vers de véritable fulgurance où l'auteur a su me toucher en plein coeur, le texte faisant réellement écho en moi. Je me replongerai avec plaisir dans ces poèmes aux thèmes caractéristiques du romantisme : amour, nature, mélancolie, mort, inspiration poétique... Avec l'espoir de comprendre encore mieux ces vers que je devine encore plus sublimes que ce que j'ai pu en saisir. Bon point à mon édition où le texte en anglais fait face à celui en français. Que j'aimerais un jour pouvoir lire ces poèmes dans leur langue d'origine hélas mon niveau d'anglais fait que je dois me contenter du français !
Lien : http://lantredemesreves.blog..
Commenter  J’apprécie          210
frandj
  26 mars 2020
Lord Byron (1788-1824) est considéré comme l'un des plus grands poètes de langue anglaise. Extravagant et génial, il est devenu inoubliable par sa mort en Grèce aux côtés des insurgés contre les troupes ottomanes. J'ai entre les mains une édition bilingue, qui rassemble des textes divers mais généralement de haute valeur. Cette lecture parallèle de l'original et de la traduction met en évidence l'extrême difficulté à rester fidèle et en même temps lisible, dans le domaine de la poésie: la concordance me semble très acceptable, malgré quelques licences.
Je ne peux pas dire que j'ai tout apprécié dans ce recueil, mais certaines pièces me paraissent authentiques et empreintes d'émotion. J'en ai mis deux dans les citations.
Commenter  J’apprécie          60
artemisia02
  05 février 2017
Je n'ai pas lu de poésie depuis le lycée (et que de la poésie française), alors quitte à en lire, j'ai choisi un poète anglais, Lord Byron.
Quel talent... mon seul regret est mon niveau d'anglais, hélas proche du néant. Aussi, je pense de ne pas les avoir appréciés comme il se doit, même si la version française est très belle. Pourtant ce livre met d'un côté de la page le poème en anglais et de l'autre côté le poème en français, permettant ainsi à ceux qui ont un niveau d'anglais correct (les veinards) de les apprécier à leur juste valeur.
Des poèmes magnifiques sur l'amour, la perte et l'éloignement de cet amour , sur le temps qui passe, la mort...
J'ai pris un réél plaisir à la lecture de ces poèmes et je me suis laissée emporter avec ravissement dans les méandres romantiques, nostalgiques et mélancoliques de Lord Byron.
Commenter  J’apprécie          92
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
frandjfrandj   26 mars 2020
.
If thou regrett’st thy youth, why live ?
The land of honourable death
Is here – up tot he field, and give
Away the breath !

Seek out – less often sought than found –
A soldier’s grave, for thee the best;
Then look around, an dhoose thy ground,
And take thy rest.

[Te regrettant jeune, pourquoi vivre ?
La terre de la mort glorieuse
Est ici – va au champ, délivre
Ton dernier souffle !

Quête – l’on quête moins qu’on trouve –
Un tombeau guerrier, le meilleur,
Vois alentour, choisis ta terre,
Prends ton repos]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
frandjfrandj   26 mars 2020
Un fragment
Could I remount the river of my years
To the first fountain of ours miles and tears,
I would not trace again the stream of hours,
Between their outworn banks of wither’d flowers,
But bid it flow as now – until it glides
Into the number of the nameless tides.

[Remonterais-je le fleuve de mes années
Vers la source de nos rires et de nos pleurs,
Je ne suivrais encore le torrent des heures
Entre les rives effondrées de fleurs fanées,
Mais voudrais qu’il aille ainsi qu’à présent – glisser
Au nombre des flots innommés]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AelaAela   20 février 2013
A fragment
The dead are thy inheritors - and we
But bubbles on thy surface; and the key
Of thy profundity is in the grave,
The ebon portal of thy peopled cave,
Where I whould walk in spirit, and behold
Our elements resolved to things untold,
And fathom hidden wonders, and explore
The essence of great bosoms now no more.
Diodati 1816
Les morts te sont des héritiers, et nous
Rien que bulles à ta surface; la clef
De ta profondeur gît dans le sépulcre,
Portrait d'ébène des antres peuplés
Où mon esprit voudrait marcher scruter
Nos êtres défaits en choses sans nom,
Sonder les trésors enfouis, explorer
L'essence des grands coeurs qui ne sont plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
LaliLali   06 février 2013
Pour toi, douce sœur mienne, dans ton cœur,
Je me sais sûr, comme toi dans le mien;
Nous fûmes, sommes — je suis comme tu es —
Des êtres ne pouvant s’abandonner;
Et c’est ainsi, ensemble ou séparés,
De l’aube de la vie au lent déclin
Enlacés. — Vienne la mort lente ou prompte,
Toujours le lien premier sera le lien ultime!
Commenter  J’apprécie          350
krzysvancokrzysvanco   13 juin 2019
Sonnet à Genevra

Tendresse bleue de tes yeux, cheveux au beau choir,
Lustre pâle de tes traits en la rêverie
- Où de la peine, et si sereinement pétrie,
La douceur paraît charmée par son désespoir -

Ont posé sur moi une tristesse si claire,
Que - Mais à ton cœur bienheureux, je sais le don
De parfaites pensées coulant de purs filons -
Je te croirais condamnée aux soins de la terre.

Par ses blondes couleurs, avec une telle apparence,
Lorsque de sa beauté vivante, de l’Art née,
- Hormis que rien ne s’expose à sa repentance -

La Madeleine de Guido vit la journée :
Telle sembles-tu, - mais ô combien plus immense !
Remords ne peut clamer - ni vertu dédaigner.

17 décembre 1813
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Lord Byron (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lord Byron
Le premier codeur au monde est... une codeuse. Ada Lovelace, la seule enfant légitime du poète Lord Byron, a créé le 1er programme informatique, en 1843. Voici son histoire, alors que la Gaîté Lyrique à Paris consacre une exposition à ce que les femmes ont apporté au numérique, "Computer Grrrls".
Génie visionnaire, elle invente le premier algorithme logiciel, soit le premier programme publié destiné à être exécuté par une machine. Son parcours, spectaculaire et inattendu, elle l'a conduite à aller à l'encontre des stéréotypes de la bonne société britannique sexiste, en pleine la révolution industrielle.
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
807 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre