AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.48 /5 (sur 80 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) : 1968
Biographie :

Martine Delvaux est née en 1968. Depuis une quinzaine d'années elle vit à Montréal.

Martine Delvaux est l’auteure du récit Échographies (Vent d’Ouest, 2007) et du roman C’est quand le bonheur? (Héliotrope, 2007).

Elle a également publié, avec Catherine Mavrikakis, une correspondance sous le titre Ventriloquies (Leméac, 2003).

Essayiste, elle est notamment l’auteure de Femmes psychiatrisées, femmes rebelles. De l’étude de cas à la narration autobiographique (Les Empêcheurs de penser en rond, 1998) et Histoires de fantômes. Spectralité et témoignage dans les récits de femmes contemporains (Presses de l’Université de Montréal, 2005), qui a été mis en nomination au Prix Victor-Barbeau de l’Académie des lettres du Québec en 2006.

Professeure au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal, elle est membre du Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire (Figura).

Elle enseigne la littérature à l’Université du Québec à Montréal.
+ Voir plus
Source : Héliotrope
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

En direct de leurs salons, Martine Delvaux et Elkahna Talbi se rencontrent et parlent de politique et de littérature (au temps du coronavirus) En collaboration avec les Éditions du remue-ménage. *LES AUTRICES* Elkahna Talbi a étudié à l'Université Concordia. On la connaît surtout sous le nom de Queen Ka, artiste de littérature orale. Elle vit à Montréal. Moi, figuier sous la neige est son premier recueil de poésie. Écrivaine et militante féministe, Martine Delvaux est professeure de littérature des femmes à l'Université du Québec à Montréal. *LES LIVRES* Moi, figuier sous la neige, Elkahna Talbi Plus d'informations http://memoiredencrier.com/elkahna-talbi/ Pour acheter le livre (numérique, dès le 1er avril) https://www.leslibraires.ca/livres/moi-figuier-sous-la-neige-elkahna-talbi-9782897125134.html le boys club, Martine Delvaux Plus d'informations http://www.editions-rm.ca/livres/le-boys-club/#tab-auteure https://www.leslibraires.ca/livres/le-boys-club-martine-delvaux-9782890916845.html

+ Lire la suite

Citations et extraits (79) Voir plus Ajouter une citation
NathalC   06 février 2018
C'est quand le bonheur ? de Martine Delvaux
Il n'a pas senti, autour de lui, les bras qui consolent, qui calment, qui sèchent les larmes.

Il mériterait de recommencer sa vie dans un autre ventre que celui où il a été conçu.
Commenter  J’apprécie          350
NathalC   10 février 2018
C'est quand le bonheur ? de Martine Delvaux
Parfois, je prends la mesure de notre amitié par la place qu'y tient le silence.

Ne rien dire, ne rien faire, seulement être ensemble.
Commenter  J’apprécie          341
NathalC   11 février 2018
C'est quand le bonheur ? de Martine Delvaux
C'était l'histoire d'un couple de jeunes mariés qui vivaient dans la pauvreté, en Russie, au tournant du siècle dernier.

Pour offrir une chaîne en or qui allait remplacer la lanière en cuir usée à laquelle était attachée la montre de son mari, la jeune épouse avait coupé et vendu ce à quoi elle tenait le plus : la magnifique chevelure rousse qui tombait en une lourde masse le long de son dos. Pour offrir à son épouse les peignes d'écaille qu'elle convoitait pour orner sa chevelure, son mari avait vendu ce à quoi il tenait le plus : la montre de poche de son grand-père, dont il avait hérité. En échangeant leurs étrennes, les jeunes gens s'étaient rendu compte du ratage et de l'ampleur de leur amour : le don était pur.
Commenter  J’apprécie          301
NathalC   08 février 2018
C'est quand le bonheur ? de Martine Delvaux
Il a le profil d'un Abénaquis, héritage de la lignée maternelle. C'est un grand chef à qui un roc, un pic, un cap, donne au visage son panache.
Commenter  J’apprécie          170
NathalC   09 février 2018
C'est quand le bonheur ? de Martine Delvaux
Il déteste s'astreindre aux appels inutiles durant lesquels la fonction phatique se limite à un discours sur le temps. Il fait beau, il fait mauvais, il fait soleil, il y a du vent, comme dans les manuels d'apprentissage qu'on utilise pour enseigner le français.

Il préfère le silence à la vacuité de tels échanges.
Commenter  J’apprécie          110
Lucie16   05 mars 2012
C'est quand le bonheur ? de Martine Delvaux
Je ne sais pas combien de questions je peux me poser sur lui. Je ne sais pas combien de réponses je peux donner. Je sais seulement qu'il fait partie de ma mythologie.
Commenter  J’apprécie          40
Lucie16   05 mars 2012
C'est quand le bonheur ? de Martine Delvaux
Ce n'était pas Platon, le fantasme de la moitié manquante.

C'était soi-même retrouvé dans un autre dont on n'aurait jamais soupçonné l'existence.
Commenter  J’apprécie          40
Pixie_dust   08 janvier 2018
Les filles en série : Des Barbies aux Pussy Riot de Martine Delvaux
En 1972, Berger (John Berger) en passait par un rapport à l'image pour nommer la différence sexuelle, proposant cette lecture féministe de notre société où les femmes, parce qu'elles sont toujours l'objet du regard des hommes, que c'est en quelque sorte leur fonction, la place qu'elles occupent principalement, en viennent à se dédoubler. Les femmes, selon Berger, seraient tellement vues que l'image finirait par vivre à leur place, de telle sorte qu'on ne saurait plus distinguer la femme de l'image. On pourrait même dire que parfois l'image occuperait si bien la place qui incombe à la femme que la femme réelle mourrait pour la lui céder, dès lors remplacée par l'image-artifice, l'image-vêtement, l'image-peau qui rend la chair obsolète.

(...)

Nelly Arcand demande si les femmes peuvent arriver à se libérer de l'image, et si elles le pouvaient, qu'est-ce qu'il resterait d'elles? Est-ce qu'il y aurait quelque chose sous l'image? Peut-on vivre en tant que femme hors image?
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   01 février 2018
Le monde est à toi de Martine Delvaux
Les amours des garçons, qu’il s’agisse de musique, de cinéma, de sport ou de jeux vidéo, reçoivent l’aval social malgré l’agressivité qui leur est associée (une agressivité qu’on regrette autant qu’on l’entretient). Les amours des filles, elles, sont le plus souvent dévaluées. Ou bien ce qu’elles aiment ne mérite pas d’être aimé, ou bien c’est leur amour qui est invalidé: elles aiment trop, ou mal, ou elles n’aiment pas vraiment, pas sérieusement. On se moque d’elles, on les accuse de fausseté, on dit qu’elles manquent de personnalité. On hait ce qu’elles aiment, et on leur indique ainsi qu’est sans intérêt non seulement ce qui retient leur attention, mais qui elles sont. Alors, comment sont-elles censées devenir des écrivaines, des penseures, des artistes, des avocates, des médecins, des professeures…
Commenter  J’apprécie          20
Lali   24 mai 2012
Les cascadeurs de l'amour n'ont pas droit au doublage de Martine Delvaux
Tu as porté mon amour comme un vêtement préféré, élimé à force d’être lavé, comme un chemisier tout neuf qui émerveille par sa coupe, son motif, sa matière, et qui bientôt pâlit, s’effiloche, jusqu’à ce qu’il ne puisse plus être récupéré et qu’on regrette le fait de l’avoir préservé.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
165 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..