AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.5 /5 (sur 4 notes)

Nationalité : Italie
Biographie :

Maurizio Lazzarato est un sociologue et philosophe italien indépendant, résidant à Paris.

Ses recherches portent sur le travail immatériel, l'éclatement du salariat, l'ontologie du travail et le capitalisme cognitif. Il s'est également intéressé aux concepts de biopolitique et de bioéconomie.

Chercheur au Matisse/CNRS (Université Paris I), il est membre du Collège international de philosophie de Paris.

Il a fait partie du comité de rédaction de la revue Multitudes dont il est un des membres fondateurs.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Maurizio_Lazzarato
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
nameless   01 avril 2015
Gouverner par la dette de Maurizio Lazzarato
« Que devient l’homme endetté pendant la crise ? Quelle est sa principale activité ? La réponse est très simple : il paye. »



Commenter  J’apprécie          114
hupomnemata   11 septembre 2011
La fabrique de l'homme endetté : Essai sur la condition néolibérale de Maurizio Lazzarato
Le crédit ou dette et sa relation créancier-débiteur constituent un rapport de pouvoir spécifique qui implique des modalités spécifiques de production et de contrôle de la subjectivité (une forme particulière d'homo oeconomicus, "l'homme endetté"). La relation créancier-débiteur se superpose aux relations capital-travail, État-providence-usager, entreprise-consommateur et les traverse en instituant les usagers, les travailleurs et les consommateurs en "débiteurs".

La dette sécrète une "morale" propre, à la fois différente et complémentaire de celle du "travail". Le couple "effort-récompense" de l'idéologie du travail est doublé par la morale de la promesse (d'honorer sa dette) et de la faute (de l'avoir contracté). Comme nous le rappelle Nietzsche, le concept de "Schuld" (faute), concept fondamental de la morale, remonte au concept très matériel de "Schulden" (dettes). La "morale" de la dette induit une moralisation à la fois du chômeur, de l'"assisté", de l'usager de l'État-providence, mais aussi de peuples entiers. La campagne de la presse allemande contre les parasites et fainéants grecs témoigne de la violence de la culpabilité que sécrète l'économie de la dette. Les médias, les hommes politiques, les économistes, au moment de parler de la dette, n'ont qu'un message à transmettre: "vous êtes fautifs", "vous êtes coupables". Les Grecs se dorent la pilule au soleil tandis que les protestants allemands triment pour le bien de l'Europe et de l'humanité sous un ciel maussade.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
hupomnemata   17 septembre 2011
La fabrique de l'homme endetté : Essai sur la condition néolibérale de Maurizio Lazzarato
L'antiproduction se charge de "produire le manque là où il y a trop"°1, c'est-à-dire que la croissance (le "trop") est une promesse de bonheur jamais réalisée, ni réalisable, puisque l'antiproduction se charge de produire la manque dans n'importe quel niveau atteint par la richesse d'une nation.





°1-F.Guattari et G.Deleuze, L'Anti-OEdipi, op. cit. , p.280.
Commenter  J’apprécie          30
hupomnemata   17 septembre 2011
La fabrique de l'homme endetté : Essai sur la condition néolibérale de Maurizio Lazzarato
Il ne s'agit donc pas seulement d'annuler les dettes ou de revendiquer la faillite, quand bien même cela serait très utile, mais de sortir de la morale de la dette et du discours dans lequel elle nous enferme.

Nous avons perdu beaucoup de temps et perdu tout court en essayant de nous justifier par rapport à la dette. Toute justification vous rend déjà coupable! Il faut conquérir cette seconde innocence, se délivrer de toute culpabilité, de tout devoir, de toute mauvaise conscience et ne rembourser pas même un centime, il faut se battre pour l'annulation de la dette, laquelle n'est pas un problème économique rappelons-le, mais un dispositif du pouvoir qui non seulement nous appauvrit, mais nous mène à la catastrophe.
Commenter  J’apprécie          20
hupomnemata   11 septembre 2011
La fabrique de l'homme endetté : Essai sur la condition néolibérale de Maurizio Lazzarato
La fabrication des dettes, c'est-à-dire la construction et le développement du rapport de pouvoir entre créanciers et débiteurs, a été pensée et programmée comme le coeur stratégique des politiques neolibérales. Si la dette est bien si centrale pour comprendre, et donc combattre, le neoliberalisme, c'est que ce dernier est, dès sa naissance, articulé autour de la logique de la dette. Ainsi un des tournants du néolibéralisme est constitué par ce que quelques économistes définissent comme le "coup de 1979", qui, en rendant possible la constitution d'énormes déficits publics, ouvre la porte à l'économie de la dette et constitue le point de départ d'un renversement des rapports de force entre créanciers et débiteurs.
Commenter  J’apprécie          10
hupomnemata   12 septembre 2011
La fabrique de l'homme endetté : Essai sur la condition néolibérale de Maurizio Lazzarato
Le concept de dette a, en outre, des conséquences sur les paradigmes sociopolitiques d'appréhension et de généalogie des rapports sociaux et des institutions. L'asymétrie de pouvoir qui la constitue mous débarrasse de "la rêverie" qui fait commencer l'État et la société par le contrat (ou, dans la version contemporaine, par la convention): "Qu'importent les contrats à celui qui peut commander."
Commenter  J’apprécie          10
hupomnemata   17 septembre 2011
La fabrique de l'homme endetté : Essai sur la condition néolibérale de Maurizio Lazzarato
"L'athéisme délivre l'humanité de tous ces sentiments d'avoir des dettes envers son origine, envers sa causa prima. L'athéisme est inséparable d'une sorte de seconde innocence."1°



1°. F.Nietzsch, op. cit, p.102. Pour la dette dans l'oeuvre de Kafka, voir mon ouvrage expérimentations politiques, Paris, éditions amsterdam, 2009.
Commenter  J’apprécie          10
hupomnemata   11 septembre 2011
La fabrique de l'homme endetté : Essai sur la condition néolibérale de Maurizio Lazzarato
Une étudiante qui réussi son master en droit déclare à un quotidien italien: "Je pense que je n'arriverai pas à rembourser les dettes que j'ai contractées pour payer mes études, certains jours je pense que lorsque je mourrai, j'aurai encore les mensualités de la dette pour l'université à payer.
Commenter  J’apprécie          10
hupomnemata   11 septembre 2011
La fabrique de l'homme endetté : Essai sur la condition néolibérale de Maurizio Lazzarato
Il a été calculé que la somme actualisée de tous les intérêts de la dette payés depuis 1974 (date à laquelle a été introduite en France l'obligation, pour l'État, de se financer sur les marchés) représente près de 1200 milliards d'euros, sur les 1641 milliards de l'ensemble de la dette publique.
Commenter  J’apprécie          10
hupomnemata   11 septembre 2011
La fabrique de l'homme endetté : Essai sur la condition néolibérale de Maurizio Lazzarato
Les économistes nous disent que chaque nouveau bébé français naît déjà avec 22000 euros de dette.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox