AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.07 /5 (sur 42 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Ixelles , 1946
Biographie :

Michel Collon est un journaliste, écrivain et historien belge.

Il a commencé sa carrière à l'hebdomadaire belge "Solidaire". Il a poursuivi son travail de manière indépendante à travers livres, films et un site Internet avec une newsletter hebdomadaire diffusée à 100 000 abonnés. Proche du Parti du travail de Belgique, il a organisé des déploiements d'observateurs civils en Yougoslavie et en Irak. Il a participé à la conférence "anti-impérialiste" Axis for Peace, organisée en 2005 par le Réseau Voltaire.

Il est co-auteur du film documentaire "Les Damnés du Kosovo" (2002) sur la guerre menée par l’Otan en Yougoslavie. Il a produit le documentaire de Vanessa Stojilkovic, "Bruxelles – Caracas" (2007) sur l’expérience du Venezuela. Il est membre du Conseil Consultatif de la télévision latino-américaine TeleSur.

Son livre "Bush le cyclone" (2006), prenant pour point de départ la catastrophe de La Nouvelle-Orléans et la guerre en Irak, étudie les liens entre l’économie et la guerre, ainsi que le rôle des médias.
Son livre "Les 7 péchés d’Hugo Chavez", publié en 2009, analyse les raisons de la pauvreté de l’Amérique latine, la politique générale et l’histoire des multinationales pétrolières. Il décrit l’entreprise menée par Hugo Chavez pour libérer son pays de la pauvreté et de la dépendance envers les USA.

"Israël, parlons-en !" (2010) comporte vingt entretiens avec des spécialistes juifs et arabes, européens et nord-américains : Noam Chomsky, Sand, Alain Gresh, Tariq Ramadan, Mohamed Hassan.

Spécialisé dans l'analyse de la "désinformation médiatique", il développe dans plusieurs de ses livres le concept de "médiamensonge" ou mensonge relayé par les médias transformés, d'après lui, en organes de propagande pour faire basculer l'opinion et "justifier l'entrée en guerre d'un pays contre un autre".
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Michel parle de la Palestine occupée suite à la publication d'"Israël parlons-en !"


Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
Luniver   17 novembre 2011
Israël, parlons-en ! de Michel Collon
De toute façon, l'idée de créer un Etat juif a échoué : l'idée était de créer un havre de paix pour les juifs ; or, Israël est sans doute l'endroit où les juifs sont le moins en sécurité.

Et elle a échoué, parce qu'en réalité, personne n'est capable de définir ce qu'est un Etat juif. Le fait qu'il n'y ait pas de constitution, l'impossibilité de définir ce qui est juif et ce qui ne l'est pas... Pour ceux qui ont pensé qu'on pouvait créer un Etat juif, je pense que c'est un échec total. Ce qu'on a créé, c'est un Etat occidental colonial.
Commenter  J’apprécie          140
rkhettaoui   16 janvier 2016
Libye, OTAN et médiamensonges : Manuel de contre-propagande de Michel Collon
Une guerre ne se décide pas à la dernière minute, mais après une analyse approfondie et de longs préparatifs stratégiques. Ensuite, si cette guerre avait vraiment été déclenchée par compassion humanitaire ou solidarité démocratique, il aurait fallu attaquer depuis longtemps le Bahreïn, le Yémen et toute une série de dictateurs arabes et africains ultra répressifs. Que non seulement les grandes puissances n’attaquent pas, mais protègent, arment, financent. Car ce sont de bons partenaires, dociles pour les multinationales.
Commenter  J’apprécie          60
Gentilpalotin   23 mars 2013
Les 7 péchés d'Hugo Chavez de Michel Collon
L'hypocrisie des Etats-Unis est particulièrement remarquable. Quand ils avaient libéré Cuba de la domination espagnole, en 1906, ils avaient aussitôt annulé la dette de l'île envers la Couronne espagnole. Au motif qu'elle avait été imposée à la population. Ils ont même fait reconnaître ce principe en droit international sous l'appellation de "dette odieuse". Mais, à présent, les Etats-Unis sont devenus les plus grands artisans de la dette odieuse.

Chapitre 7 : Les 7 fléaux de l'Amérique latine.
Commenter  J’apprécie          60
Gentilpalotin   31 juillet 2013
Israël, parlons-en ! de Michel Collon
Lorsque des non-juifs veulent s'exprimer, ils s'abritent souvent, si on peut dire, derrière une organisation ou des personnalités juives progressistes, pour qu'on ne puisse les accuser d'antisémitisme. Mais tenter de répondre à une accusation avant même qu'elle ne soit lancée signifie qu'on a, en quelque sorte, intériorisé cette accusation. En 1968, on appelait à se libérer du "flic dans la tête" ; aujourd'hui , il faudrait peut-être se libérer du "sioniste dans la tête".

Jean Bricmont
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaoui   16 janvier 2016
Libye, OTAN et médiamensonges : Manuel de contre-propagande de Michel Collon
La démocratie est dangereuse quand on ne représente en réalité que les intérêts d’une toute petite minorité sociale.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaoui   16 janvier 2016
Libye, OTAN et médiamensonges : Manuel de contre-propagande de Michel Collon
Chaque guerre apporte son lot de « nouveautés » et la science de la désinformation ne cesse de « s’améliorer ». Même des progressistes avertis nous ont avoué s’y être laissés prendre dans un premier temps.
Commenter  J’apprécie          60
enkidu_   28 janvier 2017
Libye, OTAN et médiamensonges : Manuel de contre-propagande de Michel Collon
C’est Kadhafi qui a sorti les Libyens de la misère. Le pays avait été colonisé et pillé. D’abord l’Italie qui bombarda férocement en 1911 et fit inscrire à l’entrée de certains quartiers de Tripoli : « Interdit aux chiens et aux Libyens ». Puis par la Grande-Bretagne qui s’appuyait sur un roi-marionnette, Idriss, et sur les tribus de l’Est, autour de Benghazi (les mêmes qui se soulèvent aujourd’hui). Dans ce régime, British Petroleum s’enrichissait copieusement alors que le peuple libyen était un des plus pauvres du monde. Mais, en 1969, un groupe de neuf officiers très jeunes, inspirés et soutenus par Nasser (qui venait de libérer l’Égypte du colonialisme), renverse le roi Idriss, ferme les bases militaires US et britanniques, nationalise le pétrole et entreprend d’utiliser l’argent du pétrole pour donner une vie décente à tous les Libyens.



Aujourd’hui, pratiquement tous les Libyens, même immigrés, possèdent un logement, une voiture… Le niveau de vie est le plus élevé de toute l’Afrique. Éducation et soins de santé (y compris à l’étranger) sont gratuits, l’électricité aussi, l’essence et le pain ne coûtent quasiment rien. Chaque Libyen reçoit une allocation de 500 dinars (300€) par mois alors qu’on peut vivre décemment avec 300. Le gouvernement a lancé de grands projets pour industrialiser le pays et développer les emplois. 500.000 logement étaient en construction avant la guerre.



En 2007, la romancière camerounaise Calixthe Beyala confie au Figaro : « Je n’ai point rencontré d’homme affamé, mourant sur les trottoirs. Tout au contraire, j’ai été dans des hôpitaux gratuits, ultramodernes, où chaque citoyen avait accès aux soins ; j’ai rencontré des hommes heureux de me dire qu’à vingt-cinq ans, chacun d’entre eux avait automatiquement droit à un appartement climatisé avec eau et électricité. » On était donc à l’exact opposé de Ben Ali et Moubarak qui livraient les ressources de leurs pays aux compagnies étrangères et condamnaient leurs peuples à la pauvreté. (pp. 135-136)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
rkhettaoui   16 janvier 2016
Libye, OTAN et médiamensonges : Manuel de contre-propagande de Michel Collon
Pour être compréhensible, tout grand conflit de notre époque doit être replacé dans le cadre global de la guerre économique mondiale. La crise économique du système capitaliste se caractérise par une baisse importante du taux de profit moyen et une concurrence féroce entre les grands groupes. S’ils veulent survivre, ceux-ci sont forcés d’éliminer ou d’avaler leurs concurrents. Dans cette guerre à mort, tous les coups sont permis pour s’emparer des matières premières stratégiques et des marchés. Et surtout pour en priver les rivaux.
Commenter  J’apprécie          40
enkidu_   01 avril 2017
Je suis ou je ne suis pas Charlie ? de Michel Collon
En 1970, après avoir « brillamment » servi dans la répression des mouvements anticoloniaux au Kenya, en Malaisie, à Chypre, le général britannique Kitson est nommé en Irlande, avec pour mission d’y coordonner la répression. Cette expérience, il va la relater dans un livre exceptionnel, et très cynique, intitulé « Opérations de basse intensité - Subversion, insurrection et maintien de la paix ». Livre publié en 1971 et très vite retiré de la circulation. Kitson y expose toute sa doctrine de la « guerre spéciale ».



Tout général qu’il soit, Kitson considère que la répression militaire et policière classique n’a aucune chance de réussir sans une « campagne pour gagner les cœurs et les esprits » qu’il appelle « guerre psychologique stratégique ». Que recouvre ce terme mystérieux ? Cela se clarifie quand on examine l’ensemble des méthodes prônées, et utilisées, par Kitson :



- Former tous les cadres importants des ministères (Armée, Affaires étrangères…) aux techniques de « psy ops » (manipulations psychologiques de l’opinion).



- Monter de « pseudo-gangs » qui recueilleront un maximum d’informations. Mais qui, surtout, en menant des « coups » attribués à l’ennemi, permettront de le discréditer.



- Employer les « forces spéciales » (SAS) pour réaliser des attentats qui seront attribués à l’ennemi afin d’augmenter la tension et justifier la répression.



- Créer des diversions, par exemple en provoquant une « guerre de religions ». - Fabriquer de faux documents (« black propaganda ») qui seront attribués à l’ennemi afin de le discréditer.



- Infiltrer des agents ou recruter des traîtres (par chantage ou corruption) au sein des organisations de l’adversaire, toujours afin de le discréditer voire de provoquer des scissions.



- Militariser l’info de la BBC et y censurer totalement le point de vue adverse.



- Filtrer l’information à destination de la presse internationale et s’y assurer des complicités.



- Fournir des documents photographiques pour influencer l’opinion.



- Utiliser des journalistes comme espions sur le terrain.



- Utiliser la musique pour attirer des jeunes avec un message apparemment « dépolitisé ».



- Mettre en place et populariser de faux mouvements « spontanés » présentés comme neutres et indépendants, en réalité financés et téléguidés afin de diviser et affaiblir le soutien au camp adverse.



Nous avons décrit cette expérience du major Kitson dans notre texte « Portrait de la pieuvre ». Elle est très éclairante pour comprendre certaines guerres et certains événements de la période contemporaine. Je considère Kitson comme le père spirituel de toutes les opérations de la guerre psychologique pratiquée depuis par la CIA et d’autres services. Il est frappant de voir que les médias n’en parlent jamais. (pp. 242-244)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   16 janvier 2016
Libye, OTAN et médiamensonges : Manuel de contre-propagande de Michel Collon
La révolution arabe ne fait que commencer. Après les premières victoires populaires, la classe dominante, toujours au pouvoir, tente d’apaiser le peuple avec quelques petites concessions. Obama souhaitait que la rue se calme au plus vite et que tout reste comme avant. Cela peut marcher un temps, mais la révolution arabe est en route. Elle peut prendre des années mais sera difficile à arrêter.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-49891

France - Dans quel arrondissement de Paris se trouve cet ancien hôtel particulier qu'est le Palais de l'Elysée, résidence officielle du président de la République depuis la IIe République?

6e
8e
10e

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thèmes : Chefs d'État , maisons , politiqueCréer un quiz sur cet auteur

.. ..