AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.34 /5 (sur 30 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Médan , le 4/10/1898
Mort(e) à : Crans-Montana , le 21/3/1932
Biographie :

Mireille Havet est une écrivaine française.

Amie de Colette, Jean Cocteau, Guillaume Apollinaire qui l'appelait "la petite poyétesse", et des premiers surréalistes, Mireille Havet est "redécouverte" grâce à l'édition de son journal intime qu'elle tint de 1913 à 1929, dont le manuscrit n'a été retrouvé qu'en 1995.

Elle a écrit un roman, Carnaval, publié en 1923.

Elle était ouvertement homosexuelle, tant dans son journal qu'à la ville. Elle a connu l'opium et la morphine.

Elle meurt de la tuberculose à l'âge de 34 ans, léguant ses cahiers et manuscrits à son amie Ludmila Savitzky.

Le 29 janvier 2009, une place portant son nom a été inaugurée à Paris 11e.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Vidéo de Mireille Havet
Podcasts (10) Voir tous

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
LydiaB   14 mai 2013
La Maison dans l'oeil du chat de Mireille Havet
Au-dessus de la terre, habitée par la pensée des hommes : un ciel clair, semé d'étoiles. La terre est très lumineuse. A l'endroit où la famille a laissé la maison, il n'y a rien. Des Âmes, peut-être ? et des souvenirs... Mais si, pourtant, le Vide s'écarte, le ciel apparaît admirable, d'une pureté divine. Puis la maison haute ! haute ! comme une cathédrale. Puis le jardin, avec une pelouse, comme un champ, et les allées, comme des routes de campagne.

Qui y a-t-il ? Il n'y a rien. Mais si, par terre, un peu au-dessus du sol, deux étoiles sont suspendues : Les yeux du chat qui regardent la maison. Le chat est là et pour lui, tout revit. Le chat se promène : c'est calme. Il va doucement, près d'un soupirail : il entre, les étoiles illuminent la cave, qui est toute blanche comme le couloir d'une abbaye. Le chat ronronne en marchant. Il est tranquille, rien n'est changé chez lui. Il ressaute sur la route de campagne et va se promener dans le champ. Le chat passe en revue : toute la Nuit. Aux fenêtres des maisons, des vitraux scintillent. Le chat se couche sur une marche de la maison. Devant lui le Vide revient. Ses yeux deviennent très grands, il voit dans le Néant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
l-ourse-bibliophile   13 mars 2013
Journal 1919-1924 : Aller droità l'enfer, par le chemin même qui le fait oublier de Mireille Havet
Nos maîtres sont morts et nous sommes seuls. Il faut compter que l'incohérence de notre époque vient de ce vide accidentel des talents, des intelligences supprimées par la mort. Notre génération n'est plus une génération, mais ce qui reste, le rebut et le coupon d'une génération qui promettait, hélas, plus qu'aucune autre. Tout au monde est désaxé, tout. Rien n'échappe à cette loi de folie, à ce malaise qui précède une aube que nous ne verrons même point. [...] Et nous, enfants gâtés nés pour le plaisir du soir, la douceur des lampes, le crépuscule qui fond les contours, nous voici en pleine apocalypse. Nous n'aimons pas fonder, construire, résoudre. Nous aimons tout ce qui finit et tout ce qui meurt. Voilà pourquoi, sans doute, tous nos amis sont morts. Notre faute est d'y survivre.
Commenter  J’apprécie          350
Daruma   26 septembre 2013
Journal 1918-1919 de Mireille Havet
Personne hélas ne pense à m'aimer, et je suis si malade, si hantée de tendresse, que j'arrive à redouter le moindre geste amical, de crainte de m'y perdre et d'y laisser tomber mon âme et ma fierté.
Commenter  J’apprécie          120
l-ourse-bibliophile   10 août 2013
Journal 1918-1919 de Mireille Havet
Nous sommes impénétrables les uns aux autres par le fait même que nous ne nous intéressons profondément qu'à nous seuls et que nous ne cherchons dans l'amour que l'intérêt, l'étonnement, l'admiration d'un autre, un spectateur intime dans les yeux duquel nous nous imaginons reconnaître nos défauts et nos goûts.
Commenter  J’apprécie          110
ster   22 mai 2011
Journal 1918-1919 de Mireille Havet
Dimanche 26 janvier 1919

[...]

Depuis vendredi où j'ai souffert de la voir avec ce Maigret insupportable, je ne pense qu' à elle, m'obstinant au charme têtu et délicat de son visage, à ses yeux couleur de crépuscule, à ses longs cils soyeux qui caressent une joue enfantine, à son petit nez aux narines palpitantes, et à la bouche enfin, ravissante, entrouverte sur un sourire couleur de perle qu'elle offre à tous, la tête renversée, avec un battement de cil voluptueux, une irrévérence de petite fille coquette qui fend le coeur, car elle est si menue, si petite, avec des chevilles si fragiles que l'on a tout le temps peur qu'elle n'ait de la peine ou du mal. On voudrait la protéger, l'aimer, la défendre. Cependant, dès qu'elle abandonne son exquise politesse et sa puérilité, dès qu'elle parle de choses qu'elle croit plus sérieuses, c'est elle qui domine au contraire et qui combat. Sa voix très agréable et douce se durcit d'autorité, d'indifférence. On sent qu'elle pense : "je peux commander, dire ce que je veux, je suis riche et n'ai besoin de personne, car mon notaire me défend."

La façon également dont elle donne sa main à baiser prouve toute son assurance, son égoïsme, sa vanité. Il y a de la dureté en elle, toute une armure sous de la soie, une armure camouflée d'enfantillage, car elle redevient si petite par instants, si petite qu'on a envie simplement de l'embrasser et de l'appeler ma petite fille chérie.

Ne pas oublier cependant qu'elle a un intérieur de démon, rouge, or et noir, de tout petits divans durs à sa taille où elle s'étend comme une petite reine, trop douce pour ne pas être infernale et s'abandonner à toutes les voluptés, et qu'il faut se méfier d'elle, de sa grâce trop mièvre, de son changeant sourire, de son autorité suppliante et de sa douceur tyrannique.[...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
l-ourse-bibliophile   24 août 2013
Carnaval de Mireille Havet
Autres notes de Daniel



La vie, non point la vie, le carnaval. L’enfance vous apprend mal à vivre découvert, mais bientôt la terrible humiliation des gifles a réveillé en nous le sens du mensonge. Mourir n’est rien si près de la naissance. Il faut vivre, mais sous une armure.
Commenter  J’apprécie          70
Tandarica   04 mai 2015
Journal 1927-1928 : Héroïne, cocaïne ! La nuit s'avance... de Mireille Havet
La traductrice et critique Ludmila Savitzky, à qui Mireille Havet confia tous ses manuscrits : "vous êtes la seule personne qui ne plaisantera jamais avec ces papiers, ne les fichera pas brusquement en l’air, n’en perdra pas, ne les laissera pas s’envoler, ni brûler, ni s'égarer... et ne les oublierait pas en cas de déménagement. Et vous n’imaginez pas comme cela est rare..."(Lettre à L. Savitzky, du 9 avril 1931).

(légende de la photo de cette dernière, page 31)
Commenter  J’apprécie          40
l-ourse-bibliophile   10 août 2013
Journal 1919-1924 : Aller droità l'enfer, par le chemin même qui le fait oublier de Mireille Havet
La vie est ce qu'elle est, courte et d'un trajet unique. Ceci exclut cela. Vivre est un sacrifice perpétuel. [...] La vie est un mensonge, la vie est une mascarade. Je voudrais pouvoir appeler tous mes livres "Carnaval". Ce nom seul convient aux récits de la vie.
Commenter  J’apprécie          30
l-ourse-bibliophile   24 août 2013
Carnaval de Mireille Havet
Ses amis sont naturellement ravis de le revoir, cependant Daniel a beaucoup changé. Ce n’est plus le jeune homme fiévreux et romantique que retrouvent en lui les habitués du bar, mais un garçon dur, qui ne croit plus en l’amour ni à la sincérité. Il a trop souffert et la trahison avilit. Ce jeune homme, dans son cocon magique, s’est lentement transformé, lentement sous le cilice de la peine quotidienne son cœur s’est dévoyé. Germaine maintenant serait fière de lui, car il a compris son jeu et le trouve beaucoup moins impardonnable qu’autrefois.

Puisque la vie est telle, à quoi bon être en dessous.
Commenter  J’apprécie          20
Daruma   26 septembre 2013
Carnaval de Mireille Havet
Puisque la vie est telle, à quoi bon être en dessous.

La naïveté est sotte, le coeur inutile, l'intelligence et l'adresse tiennent lieu de tout. C'est une affaire d'habitude.
Commenter  J’apprécie          30
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Triangles amoureux: on recherche le troisième point.

Carmen, Don José, ...

Almaviva
Catherine
Christian
Escamillo
Forcheville
Lancelot
Mathilde de La Mole
Santos Iturria

16 questions
62 lecteurs ont répondu
Thèmes : triangle amoureux , littérature , théâtre , opéra , cinemaCréer un quiz sur cet auteur
.. ..