AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.53/5 (sur 99 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Syrie , le 1948 (1951)
Biographie :

Mohed Altrad, né en mars 1948 ou 1951, est un homme d'affaires d'origine syrienne et dirigeant du Groupe Altrad.

Né dans une tribu nomade, il devient très tôt orphelin. Élevé par sa grand-mère, qui refusait qu'il aille à l'école, il s'est battu pour qu'on le laisse écouter l'instituteur et apprend à lire seul. Il parvient à faire ses études à Raqqa, la ville la plus proche, et obtient son bac à 17 ans.

Boursier, il étudie en France et obtient plusieurs diplômes jusqu’au doctorat en informatique. Occupant successivement des postes d'ingénieur chez Alcatel puis Thomson, il travaille ensuite pendant 4 ans pour l’ADNOC, Abu Dhabi National Oil Company.

De retour en France, il fonde avec un associé une entreprise informatique qu’ils revendront à Matra. Grâce à cet argent, il rachète dans l’Hérault en 1985 une PME spécialisée dans les échafaudages.

C’est le point de départ du Groupe Altrad, qui se développera, tant par croissance interne qu’externe, dans le matériel pour le BTP.

En 25 ans, Mohed Altrad procède à plus de soixante acquisitions, fusions et créations d’entreprises en Europe et dans le monde.

Le 21 mai 2011, Mohed Altrad est devenu l'actionnaire principal de Montpellier Hérault rugby en investissant 2,4 millions d'euros.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Mohed Altrad   (6)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

MPAGE-20120611-1815_0.mp4 Payot - Marque Page - Mohed Altrad - La Promesse d'Annah


Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
" Tu es un Badawi. Comme ton père, et le père de ton père, et tout ceux qui, avant lui, ont traversé le désert. Si tu n'écoutes pas ton histoire, tu seras aussi léger qu'un nuage dans le ciel, tu ne pourras jamais te poser, aussi léger qu'une plume que le vent emporte au loin. "
Commenter  J’apprécie          180
Tandis qu'elle continuait de rappeler le passé, tout en faisant des projets d'avenir, il éprouva un malaise grandissant : l'impression confuse d'être un étranger chez lui.
Commenter  J’apprécie          180
Il découvrit alors, à sa grande surprise, que ce n'était pas Fadia, à proprement parler, qui s'était éloignée de son coeur, mais bien tout son passé et, avec lui, le pays qu'il avait sous les yeux, le désert dont il apercevait la lisière, au loin.
Commenter  J’apprécie          140
Sans regarder l'enfant, sans même s'en préoccuper, sans douces paroles, il avait délivré son message. Par sept fois il lui avait dit qu'il ne voulait plus d'elle pour épouse. Par sept fois il avait lancé une pierre sur la terre battue devant les témoins qu'il avait convoqué. il avait respecté les règles. Sa mère était répudiée, pour toujours. Comme cela, sans raison.
Commenter  J’apprécie          70
Il n’était plus à Raqqah, il n’était plus le petit Badawi dont on pouvait se moquer .C’est juste, la puissance le fascinait .Mais déjà, lorsqu’il était enfant, elle l’avait fasciné, et intimidé aussi, surtout parce qu’elle lui paraissait inaccessible
Commenter  J’apprécie          50
En France, il avait acquis, en quelque sorte, les manières d'être et de penser des Occidentaux, et de retour sur sa terre, c'est elles qui lui parlaient à l'oreille, lui murmuraient qu'il y était étranger. Il pensait à tous les immigrés qu'il avait rencontrés en France, aux illusions qu'ils avaient pu entretenir, à leurs rêves aussi.Il n'en connaissait pourtant pas beaucoup qui avaient envie de revenir dans leur pays d'origine.
Commenter  J’apprécie          40
A ses moments de doute, Qaher se demandait s'il trouverait jamais cette place qui lui échappait : Badawi à Raqqah, Syrien en France, travailleur étranger dans les Emirats, sans cesse, il était un étranger parmi les siens ! p.171
Commenter  J’apprécie          40
Il n'avait pas oublié mais il avait changé. Ou plutôt, il préférait dire qu'il avait grandit. Il savait, à présent, tout ce que vivre impliquait d'âpreté et d'efforts et que les rêves de jeunesse n'y avaient pas leur place.
Commenter  J’apprécie          40
Il était loin de la djellaba déchirée. Et pourtant, malgré les attributs qu'il arborait fièrement, le sentiment de revenir différent dans ce pays qui l'avait si souvent humilié et malmené, il gardait l'impression d'être écartelé entre sa culture d'origine et sa culture d'adoption. Il aurait voulu les garder ensemble, mais il ne réussissait pas à faire la jonction, il avait l'impression d'être spectateur de ses gestes comme s'il arrivait de nulle part, sans référence qui tienne, il était redevenu Maïouf, l'abandonné...
Commenter  J’apprécie          30
Maïouf, même s'il t'ignore, tu es un Badawi comme ton père. Si tu n'écoutes pas ton histoire, tu ne pourras jamais te poser quelque part. Jamais tu ne pourras être aussi léger qu'une plume que le vent emporte au loin.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Mohed Altrad (172)Voir plus

Quiz Voir plus

Reporters de guerre

Il est présenté comme l'un des premiers correspondants de guerre pour son récit de la campagne en -401 des Dix-Mille, corps expéditionnaire de 10 000 mercenaires grecs essentiellement Spartiates contre Artaxerxès II, roi de Perse. Qui est l'auteur de l'Anabase?

Hérodote
Xénophon d'Athènes
Strabon

8 questions
14 lecteurs ont répondu
Thèmes : journaliste , journalisme , Reporters , reporter de guerre , reporters sans frontières , littérature , cinema , adaptation , adapté au cinéma , hollywoodCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..