AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.54 /5 (sur 184 notes)

Nationalité : Norvège
Né(e) à : Torsby, Suède , le 30/06/1950
Biographie :

Monica Kristensen Solås est une glaciologue et écrivaine norvégienne.

Née de parents suédo-norvégiens, elle a passé son enfance à Kongsvinger en Norvège.

Diplômée en physique de l'Université de Tromsø, ainsi que d'un master en glaciologie des Universités de Cambridge et Oslo, elle est la première femme à avoir dirigé une expédition en Antarctique.

En 1986-1987, elle est chef d'une expédition sur les traces de Roald Amundsen en direction du pôle Sud, mais est contrainte de rebrousser chemin à 86° au sud. Elle n'atteint ce pôle qu'en 1992, en compagnie de son compatriote Heinrich Eggenfellner. Ils ont dressé une tente à l'emplacement présumé de celle d'Amundsen en 1911.

Monica Kristensen a, par la suite, travaillé dans le nord de la Norvège, ainsi qu'au Svalbard où elle a vécu cinq ans.

Établie à Oslo, elle écrit désormais des romans policiers dont l'action se situe dans le grand nord.

Son premier roman "Le sixième homme" (Kullunge) est paru en 2008. "L'expédition" (Ekspedisjonen, 2014) s’inscrit dans une série de polars se déroulant au Svalbard.

+ Voir plus
Source : http://www.horreurboreale.com/article-monica-kristensen-norvege-92177047.html
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Kristensen alla scoperta del profondo Nord
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
mesrives   16 février 2016
Le sixième homme de Monica Kristensen
Lune d'argent, lune d'acier. Comme un couteau, un cimeterre étincelant dans le ciel nocturne. Le clair de lune polissait le paysage enneigé et sous son éclat, le froid semblait plus intense. Le sol crépitait sous les pas même les plus prudents et le bruit portait dans l'air silencieux, dans les espaces ouverts et le long des routes désertes. Il n'était pas loin de 3 heures du matin. Knut avait lu quelque part que c'était l'heure la plus dangereuse aussi bien pour le chasseur que pour la proie pourchassée. L'heure où le carnassier était à bout de forces après une longue nuit de traque et la proie épuisée à force de rester éveillée, à l'affût du danger.
Commenter  J’apprécie          90
Croquignolle   05 mai 2019
L'expédition de Monica Kristensen
Il n'existe pas de sentiment plus douloureux que le repentir. Que les journées soient lumineuses ou sombres, qu'il fasse chaud ou froid, qu'il pleuve ou que le soleil brille, il est omniprésent, avec la tristesse indéfinissable qui va avec, la culpabilité rampante.
Commenter  J’apprécie          60
Charybde2   06 juin 2019
L'expédition de Monica Kristensen
À leur grande inquiétude, il n’y avait aucune trace de l’expédition à la position que celle-ci avait indiquée vingt-quatre heures plus tôt. Or, dans cette région déserte, essayer de localiser des petites tentes sur la glace était à peu près aussi vain que chercher une aiguille dans une botte de foin. Knut avait espéré que ses membres auraient la présence d’esprit de ne pas bouger après avoir lancé leur appel. Même s’il est vrai que cela n’aurait sans doute pas changé grand-chose, la banquise étant elle aussi en perpétuel mouvement. Dans le pire des cas, le floe sur lequel l’expédition avait monté le camp avait ainsi pu dériver de plusieurs kilomètres au terme de cette dernière journée.

Pendant de longues minutes, la glace défila sous leurs yeux sans qu’ils aperçoivent le moindre signe de vie. Il régnait un silence de mort dans l’hélicoptère, tous les hommes présents partageaient la même inquiétude : il n’y avait du carburant que pour quelques courts survols de reconnaissance. Ils devraient ensuite faire demi-tour. Tentant le tout pour le tout, le commandant de bord décida de changer de cap, en décrivant des cercles de plus en plus grands autour de la position donnée. Les nerfs tendus, tous scrutaient les crêtes de compression et les chenaux, les ombres et les motifs sur la glace. Au tout dernier moment, le mécanicien distingua l’expédition à travers une éclaircie dans la couche nuageuse.

Le campement offrait une vue pitoyable. Même à plusieurs centaines de mètres d’altitude, il était évident que la situation avait mal tourné. Si l’une des deux tentes était encore dressée, l’autre s’était écroulée. La toile en lambeaux battait dans le vent. Où étaient donc les explorateurs ? Ils s’étaient probablement tous réfugiés dans la tente encore debout. Le sommet de celle-ci était à peine visible derrière la haute crête de compression. Knut se pencha vers l’avant et parcourut la glace du regard. L’expédition était partie avec deux traîneaux, or il n’en voyait qu’un seul. Un peu plus loin, les chiens étaient attachés le long d’une chaîne déployée sur la glace. Ils ne bougeaient pas. Ils gisaient comme des tas informes et sombres sur la neige et rien dans leur comportement ne semblait indiquer qu’ils avaient remarqué l’hélicoptère. Le vacarme du rotor aurait pourtant dû les réveiller. À cette heure, ils devraient être en train de courir en aboyant comme des fous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
christinebeausson   04 février 2018
L'expédition de Monica Kristensen
Le repentir sait se montrer patient. Il vous cueille au petit matin quand votre âme est à nu et sans défense. Il entoure vos épaules de son bras froid et vous assure que rien ne sera plus jamais comme avant, que cela ne s'arrangera pas...
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaoui   14 décembre 2016
L'expédition de Monica Kristensen
Le chef de la police n’avait jamais compris ce qui pouvait bien pousser des gens à endurer les pires épreuves pour atteindre le pôle Nord à ski quand on pouvait rester assis bien au chaud dans son salon. Selon lui, la grande époque des expéditions polaires de ce genre avait pris fin avec Roald Amundsen. Après lui, on aurait dû arrêter. Les avions avaient remplacé les attelages de chiens, les motoneiges étaient plus efficaces que les traîneaux tirés par des hommes ou des animaux. Et pourtant chaque année, le nombre d’expéditions touristiques au Svalbard augmentait.
Commenter  J’apprécie          30
christinebeausson   23 août 2014
Opération Fritham de Monica Kristensen
D'ici peu, d'anciens amis deviendraient des ennemis, et les ennemis entre eux ne se considèreraient plus comme des êtres humains. Dans les deux camps, les soldats auraient oublié pourquoi ils se battaient. Personne ne sortirait gagnant de ce conflit qui semblait n'avoir qu'un seul but : se maintenir en vie jusqu'au lendemain.
Commenter  J’apprécie          30
nameless   13 août 2014
Opération Fritham de Monica Kristensen
« Ils étaient vieux maintenant. Mais ça allait plus loin que ça. Ils n'étaient plus les mêmes qu'autrefois, un demi-siècle de progrès social et le quotidien les avaient changés […] Ne serait-il pas temps de laisser le passé derrière eux ? »
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   14 décembre 2016
L'expédition de Monica Kristensen
Une expédition norvégienne est en difficulté, alors qu’elle cherche, sur les traces des grands explorateurs, à rejoindre le pôle Nord. Un projet mal ficelé, que les spécialistes critiquent pour l’itinéraire retenu, et pour le choix du mois de février, trop tôt en saison. Mais le challenge est là, précisément : réussir ce qui ne s’est jamais fait. Lorsque courage et ambition riment avec folie. L’expédition est partie, mal préparée, mal financée. Deux attelages, huit chiens et quatre hommes.

Ce sont les chiens qui tombent en premier.
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2   10 juin 2019
Le sixième homme de Monica Kristensen
Qui pense à celui du fond,

sans vie dans la poussière de charbon ?

Qui érige une pierre en son nom ?

Qui console sa veuve ?

Qui se souvient du gars

luttant vaillamment et sans répit ?

Peu de gens feront mémoire de lui.

L’histoire d’une vie au fond de la mine se termine.

Dans les montagnes, tout au fond,

là où le soleil ne pénètre jamais,

il a laissé une trace

que seuls ses camarades verront.
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2   10 juin 2019
Le sixième homme de Monica Kristensen
La directrice autorisait les enfants à s’amuser sous la maison. Il faisait sombre là-dessous, il y avait plein de gravillons et cela sentait le fer et la terre. L’espace était exigu et bas de plafond, en tout cas pour les adultes. Comme la plupart des enfants accueillis dans la structure de Kullungen avaient des parents qui, d’une façon ou d’une autre, travaillaient pour la compagnie minière Store Norske Spitsbergen Kulkompani, elle avait aménagé des passages entre les rangées de piliers, afin que les petits puissent jouer à être au fond d’une mine de charbon. La SNSK avait offert des lampes pareilles à celles qui se trouvaient dans les galeries et aussi un peu de matériel ; le tout était placé à intervalles réguliers. La directrice estimait avoir obtenu une représentation réaliste grâce à laquelle les petits pourraient en apprendre un peu plus sur l’industrie minière. Les jeux sous la maison n’avaient cependant lieu qu’en été et à l’automne. En hiver, les couloirs étaient bouchés par la neige. Du moins la directrice le croyait-elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


.. ..