AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.26 /5 (sur 53 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) le : 27 févr. 1934
Biographie :

Navarre Scott Momaday, né le 27 février 1934 est un romancier, poète et universitaire américain d'origine amérindienne.

En 1968, son roman La maison de l'aube (House Made of Dawn en titre original) marque la naissance d'une littérature amérindienne, ouvrant la voie à d'autres auteurs comme Louis Owens ou James Welch.

En 1969, l'année où il commence ses cours comme professeur associé d'anglais et de littérature comparée à l'Université de Californie à Berkeley, il gagne le prix Pulitzer de la meilleure fiction pour son roman House Made of Dawn, publie des écrits autobiographiques The Way to Rainy Mountain et est initié dans la Kiowa Gourd Dance Society. The Way to Rainy Mountain rencontre avec le temps le même succès que House Made of Dawn dans les milieux littéraires à travers le monde. En France, c'est Yves Berger, directeur chez Grasset qui le fera connaître ainsi que d'autres auteurs américains d'origine indienne. Scott Momaday écrira également quelques biographies de chefs indiens, transmises jusque là par tradition orale et écrira avec Vine Deloria, d'origine Sioux, un pamphlet sur les politiques américaines, Custer est mort pour vos péchés.

Nomaday lui même sera toujours partagé entre ces deux mondes, prenant autant de plaisir à participer aux danses Kiowa qu'à être membre de l'American Academy of Arts and Sciences.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (9) Ajouter une citation
ClaireG   09 juillet 2017
Le chemin de la montagne de pluie de N. Scott Momaday
En un sens, le Chemin de la Montagne de Pluie est avant tout l'histoire d'une idée, celle que l'homme se fait de lui-même, idée qui retrouve dans le langage son existence primitive et essentielle. La tradition orale qui l'a préservée a subi les assauts du temps. Il n'en subsiste que des bribes : mythologies, légendes, traditions et ouï-dire - mais l'idée elle-même demeure aussi primitive et entière que jamais. C'est là le miracle.



p. 14
Commenter  J’apprécie          330
Sly   31 décembre 2014
Le chemin de la montagne de pluie de N. Scott Momaday
Un mot tient son pouvoir en lui-même et de lui-même. A partir de rien, il acquiert un son et un sens. Il donne naissance à toutes choses. C'est au moyen des mots qu'un homme peut traiter avec le monde d'égal à égal. Le mot est sacré. Le nom d'un homme est sa propriété exclusive. Il peut le garder ou l'abandonner à sa guise. Jusqu'à une époque récente, les Kiowas s'abstenaient de prononcer le nom d'un défunt. Déroger à cette règle eût été irrespectueux et déloyal. Les morts emportent leur nom avec eux.
Commenter  J’apprécie          110
Myriam3   03 janvier 2020
Le chemin de la montagne de pluie de N. Scott Momaday
Ma grand-mère avait dix ans lorsque les Kiowas se retrouvèrent encore une fois, vivante communauté unie pour la danse du Soleil. Ils ne purent trouver de bison et durent suspendre une vieille peau à l'arbre sacré. Mais avant même le début de la danse, une compagnie de soldats arriva à cheval de Fort Hill pour disperser la tribu. Privés injustement du rite essentiel de leur foi, ayant vu les troupeaux sauvages massacrés, les bisons abandonnés à la pourriture, Les Kiowas s'éloignèrent pour toujours de l'arbre-médecine. C'était le 20 juillet 1890, près de la grande courbe de Washita. Ma grand-mère était là. Sans amertume, mais aussi longtemps qu'elle vécut, elle garda de ce jour la vision d'un déicide.
Commenter  J’apprécie          90
Sly   31 décembre 2014
Le chemin de la montagne de pluie de N. Scott Momaday
Les maisons sont comme des sentinelles sur la plaine, veilleurs annonçant le beau ou le mauvais temps. Très vite, tout y prend un aspect séculaire. Les couleurs se fanent sous les assauts du vent et de la pluie, puis le bois vire au gris, son grain apparaît et les clous se colorent de rouille. Les vitres sont noires et opaques. On imagine l'intérieur vide et il est peuplé d'esprits, dont les os sont abandonnées à la terre. Ils se tiennent debout ça et là contre ciel et l'on s'approche d'eux pour plus longtemps qu'on ne le pense. La distance est leur domaine.
Commenter  J’apprécie          60
Myriam3   03 janvier 2020
Le chemin de la montagne de pluie de N. Scott Momaday
Une fois dans sa vie, un homme devrait concentrer son esprit sur le souvenir de la terre. Il devrait se livrer à un paysage, l'observer de tous les angles possibles, y arrêter sa pensée, s'en imprégner. Il devrait imaginer qu'il le touche de ses mains à chaque saison et écouter les sons qui l'animent. Il devrait songer aux créatures qui le peuplent et saisir les moindres mouvements du vent, se souvenir aussi de la lumière éclatante de midi et de toutes les couleurs de l'aube et du crépuscule...
Commenter  J’apprécie          60
BVIALLET   29 juillet 2013
La maison de l'aube de N. Scott Momaday
Il avait tué l'homme blanc. Ce n'était pas compliqué, après tout. C'était même très simple. C'était la chose la plus naturelle du monde. Ils allaient sûrement s'en apercevoir, ces hommes qui prétendaient disposer de lui au moyen de mots. Ils devaient bien se douter que, si c'était à refaire, il tuerait encore l'homme blanc sans la moindre hésitation. Car il saurait qui est l'homme blanc et, dans la mesure du possible, il le tuerait à nouveau. Un homme tue un tel ennemi s'il le peut.
Commenter  J’apprécie          30
askarticle   28 novembre 2017
La maison de l'aube de N. Scott Momaday
Huit enfants étaient là en train de jouer, sept sœurs et leur frère. Soudain, le garçon fut frappé de stupeur ; il trembla et se mit à courir à quatre pattes. Ses doigts se changèrent en griffes, son corps se couvrit de fourrure, et, à la place du garçon, il y eut un ours. Les sœurs furent terrifiées ; elles s'enfuirent, poursuivies par l'ours. Elle coururent jusqu'à la souche d'un grand arbre, et l'arbre leur parla. Il les incita à grimper sur lui, ce qu'elles firent, et l'arbre commença à s'élever dans les airs. L'ours accourut afin de les tuer, mais elles étaient déjà hors d'atteinte. L'ours entoura le tronc de l'arbre et l'écorça avec ses griffes. Les sept sœurs furent transportées au ciel où elles devinrent les étoiles qui forment la Grande Ours.
Commenter  J’apprécie          20
N. Scott Momaday
Partemps   20 août 2020
N. Scott Momaday
Chant des délices de Tasi-Talee



Je suis une plume dans la clarté du ciel

Je suis le cheval bleu qui court dans la plaine

Je suis le poisson qui tourne et brille dans l’eau

Je suis l’ombre que projette un enfant

Je suis la lumière du soir, l’éclat des prairies

Je suis un aigle qui joue avec le vent

Je suis un nœud de grains luisants

Je suis l’étoile la plus éloignée

Je suis le froid de l’aurore

Je suis le rugissement de la pluie

Je suis le scintillement de la croûte de neige

Je suis la longue trace de la lune sur le lac

Je suis une flamme de quatre couleurs

Je suis un champ de sumac et la pomme blanche dans le ciel d’hiver

Je suis la faim du loup

Je suis le rêve entier de ces choses

Vois-tu, je suis vivant, je suis vivant

J’ai bonne entente avec la terre

J’ai bonne entente avec les dieux

J’ai bonne entente avec tout ce qui est beau

J’ai bonne entente avec la fille de Tsen-tainte

Vois-tu je suis vivant, je suis vivant



The Delight Song of Tsoai-talee



I am a feather on the bright sky

I am the blue horse that runs in the plain

I am the fish that rolls, shining, in the water

I am the shadow that follows a child

I am the evening light, the lustre of meadows

I am an eagle playing with the wind

I am a cluster of bright beads

I am the farthest star

I am the cold of dawn

I am the roaring of the rain

I am the glitter on the crust of the snow

I am the long track of the moon in a lake

I am a flame of four colors

I am a deer standing away in the dusk

I am a field of sumac and the pomme blanche

I am an angle of geese in the winter sky

I am the hunger of a young wolf

I am the whole dream of these things

You see, I am alive, I am alive

I stand in good relation to the earth

I stand in good relation to the gods

I stand in good relation to all that is beautiful

I stand in good relation to the daughter of Tsen-tainte

You see, I am alive, I am alive
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Des cinéastes français inspirés par des auteurs anglophones ...

"L'heure zéro" d'Agatha Christie a été adaptée sous le même titre par ...

Guillaume Canet
Claude Chabrol
Pascal Thomas
François Truffaut

16 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinéma français , romans policiers et polars , américainCréer un quiz sur cet auteur