AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Bibliographie de Neil Gallen   (24)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
—Je pensais pas que... enfin... qu'on pourrait se...
—S'embrasser ?
Valentin hocha lentement la tête.
—C'est pour ça que tu pleures ?
Valentin pinça les lèvres, contrit.
—Te fous pas de moi, marmonna-t-il entre ses dents.
Benjamin retint un petit rire de justesse, et il inclina légèrement la tête.
—J'me fous pas de toi. C'est mignon. Tu veux que je t'embrasse encore ?
—D... demande pas ça comme ça ! C'est encore plus gênant quand tu sais ce que tu fais !
—Et donc ? Tu veux que je t'embrasse, ou non ?
Commenter  J’apprécie          101
Dissiper les doutes de Guillaume sur ses facultés intellectuelles post-nuits endiablées avec un inconnu était toujours un défi qu’il prenait plaisir à relever haut la main. Il avait du bagout et il le savait pertinemment. Une grande gueule, comme on le lui disait couramment, que beaucoup aimaient voir se refermer sur plus intéressant qu’un hamburger.
Commenter  J’apprécie          50
Il y a toujours des moments, dans une vie, durant lesquels vous vous demandez franchement ce que vous foutez. Ou, plutôt, ce que foutent les gens autour de vous, qu’ils vous soient proches ou non. Et, parfois, c’est même l’ensemble de ces gens qui pose un problème : les proches et les moins proches, alliés pour le meilleur et surtout le pire. Ils sont persuadés de faire ce qui est le mieux pour vous, pour votre bien-être. Car ce sont toujours les autres, si on observe attentivement, qui doivent décider ce qui est bon pour vous et ce qui ne l’est pas.

Votre bien-être doit impérativement passer par autrui et, de préférence, par eux.

Eux, ce sont vos amis et votre famille.
Commenter  J’apprécie          40
Le karma rattrapait toujours les gens, c’était ce que lui disait sa grand-mère lorsqu’il vivait avec elle. À une époque, ça lui renvoyait une balayette dans la tête pour le calmer quelque temps, mais à présent il avait le sentiment d’enfin respirer. Contrairement à ce qu’il avait redouté, la fidélité ne s’était pas avérée être un problème. Glissant un regard vers Thomas qui s’affairait un peu plus loin, il retint un sourire : il avait comblé tous les vides et recollé tellement de ses morceaux que Kyle avait l’impression qu’il n’avait jamais été si plein. Dans tellement de sens du terme que c’en était grisant et trop salace pour une telle heure de la journée. 
Commenter  J’apprécie          40
Quand Bastien ne parlait pas, il était beau.
Quand Bastien pleurait, noyé dans son désespoir, avide de contact et d'affection, il était magnifique.
Quand Bastien jouissait sous ses doigts, il...
Commenter  J’apprécie          52
Le silence.
Je suis seul.
J'ai pourtant l'habitude.
Je suis toujours seul.
Il n'y a pas un son dans tout mon appartement.
Je n'ai pas d'horloge à aiguilles.
Je n'ai pas d'appareil qui vrombit.
Je n'ai pas d'animal de compagnie.
Je suis seul.
Commenter  J’apprécie          40
— Un point pour toi. Qu’a fait Théo quand il a découvert son anniversaire-surprise ?

Kyle s’étouffa au souvenir. Impossible d’oublier ça. L’homme qu’ils avaient célébré la veille détestait être au centre de l’attention.

— Il a menacé son mec de retourner chez ses parents et de faire des gosses avec une nana.

La tête du compagnon de leur ami, le danseur vedette de l’établissement transformiste où travaillait Guillaume, avait été impayable. En revanche, attendre une heure que le duo revienne s’était avéré moins amusant. Leurs mains étaient liées si fort qu’elles en changeaient de couleur, leurs joues rougies ne laissant aucun doute à la façon dont ils s’étaient réconciliés. Un couple plutôt mignon, si on omettait qu’ils étaient gigantesques et dérogeaient, malgré eux, à une foule de clichés tout en cochant tous les autres.
Commenter  J’apprécie          20
Maintenant qu’il est sous mes mains, je me sens… étonnamment fébrile. Comme si j’allais faire une connerie. Ou un truc beaucoup trop important. C’est quoi la différence entre les deux, au juste ?
Commenter  J’apprécie          30
Il n’aurait jamais pensé que Kyle, un jour dans leur vie, serait porteur de conseils. Et pourtant, il avait raison. Si Éric avait commencé à défaire les nœuds, trop serrés, qui le maintenaient attaché, Kyle avait amené son canif pour aller plus vite en besogne. Il avait tenté de faire dans la délicatesse, les premières minutes, et avait finalement abandonné, atterré par la tournure qu’avait pris la situation et les marques que portaient encore Théo à l’idée de s’engager dans quelque chose.
Commenter  J’apprécie          20
-Je vais faire ma B.A. de l’année, dit-il. Théodore, prends tes affaires.

-Euh ?

Le regard qu’il récolta était aussi vif qu’endormi et Éric roula des yeux.

-J’ai un matelas gonflable.

Fermant le comptoir, Sofian se tourna vers lui en haussant un sourcil. Théo arbora, en comprenant la proposition, une expression gênée.

-Non, je ne voudrais pas…

Éric enfonça les mains dans les poches.

-J’ai un matelas gonflable dégonflé, ajouta-t-il. Pas de pompe.

Sofian ricana malgré lui.

Thomas leva les yeux au plafond.

Et Théo sut, au-delà du fait qu’il pouvait difficilement refuser, que sa nuit serait beaucoup plus courte que ce qu’il avait envisagé. Mais pas dans le sens qu’il avait pensé.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Neil Gallen (52)Voir plus

Quiz Voir plus

Noms de lieux dans les expressions

Partir loin, au bout du monde, c'est "aller à ---?---".

Tombouctou
Tataouine
Tamanrasset

15 questions
435 lecteurs ont répondu
Thèmes : expressions , géographie , histoireCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..