AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques de Nicolas Truong (27)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées


Une histoire du corps au Moyen Age
  10 février 2019
Une histoire du corps au Moyen Age de Nicolas Truong
"La terreur que l'esprit ressent devant le corps a rendu fous d'innombrables immortels."

(D. H. Lawrence)



Le Moyen Âge est fascinant. Le Moyen Âge est divin, et nul n'est mieux placé que Jaques le Goff (avec, peut-être, feu Georges Duby, in memoriam) pour vous en persuader.

Je me suis jetée sur le "Corps", le l'ai dévoré, et je m'en suis délectée.



Ce livre a un grand avantage - il se lit bien et très facilement. Cela reste pour autant une lecture intéressante et très bien documentée. Le Goff ne vous fait pas bâiller aux corneilles, ni ne vous noie pas dans d'innombrables références - il raconte, et il explique...

Autre avantage est l'originalité du sujet. Le Moyen Âge, ce n'est pas seulement la correspondance de l'abbé Suger et Bernard de Clairvaux, tournois, croisades, hydromel et chanson de geste. Même le corps, ce tas de viande et d'os, a son histoire ! D'un côté, on le condamne et on s'en méfie, et de l'autre on glorifie le corps de Christ.

Sur les contrastes similaires et les tensions entre eux est bâtie la culture médiévale.



Ca parle de la santé et des maladies, des privations du Carême et les bombances du carnaval, de l'attitude de la société envers l'enfance et la vieillesse. Du sport et de la mode. Sans oublier la chambre conjugale et extraconjugale.

Vous regarderez dans les officines des apothicaires et dans les cuisines.

Vous lirez un chapitre sur le rire, les larmes, le sang, sur le péché de la gourmandise, et pour finir, vous rajouterez la partie sur les métaphores médiévales du corps comme une image du monde.



Dites-moi, auriez-vous jamais pensé que le rire dans les monastères n'était pas toléré, parce que dans la Bible, on voit Jésus pleurer trois fois, mais jamais il ne rit ? Oui, parce que vous vous souvenez encore du "Nom de la rose". Mais savez-vous ce qu'a désiré et pour quoi a prié St. Louis, cet idéal de souverain médiéval, mort au milieu d'une croisade ratée quelque part en Tunisie ? Pour quelque chose que l'on a tous, et parfois on le gaspille assez inutilement...



Vous hésitez ? Alors, vite à la bibliothèque, pour chercher le "Corps" !



Comment ne pas donner cinq étoiles au livre qui définit les trois ordres par rapport à leur attitude au corps ? Quel merveilleux sujet à aborder dans les cercles littéraires de nos chaumières !

Vive le Moyen Âge, et gloire éternelle au corps !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6218
Éloge de l'amour
  03 octobre 2013
Éloge de l'amour de Nicolas Truong
Petit essai , moins de 100 pages , sur ce sujet universel , intemporel , qui intéresse tout le monde ' Éloge de l'amour '

L'amour que l'on cherche toute sa vie et qui fait peur lorsqu'on le trouve .

Est ce une illusion , une façon de repousser les limites de notre finitude ? , à chacun sa réponse .

Dans cet essai à la portée de tous , quelques idées super intéressantes .

Dès les premières pages l'auteur m'a séduite avec sa comparaison osée entre l'amour zéro risque et la guerre zéro mort .

Il fustige donc le fameux site Meetic , récemment côté en bourse d'ailleurs ,Meetic avec ses slogans ' Ayez l'amour sans le hasard ' ou ' On peut être amoureux sans tomber amoureux ' '

Pour le premier slogan je ne suis pas d'accord , rien ne vaut le hasard d'une rencontre mais par contre être amoureux sans tomber amoureux , donc sans chute ça me tenterait bien , oki je plaisante .

Maintenant nous pouvons choisir ' sans risques ' notre partenaire mais est ce alors vraiment encore de l'amour s'interroge l'auteur .

J'ai également apprécié la position de Lacan sur l'amour , notion assez intéressante , assez difficile à expliquer , en résumé Lacan dit ' qu'il n'y a pas de rapport sexuel ' , l'amour vient suppléer au manque de rapport sexuel , on va au -delà de soi- même , au- delà du narcissisme , on écoute l'autre .

L'autre vous sert pour découvrir le réel de la jouissance '

Aimer c'est donc aller au- delà du rapport sexuel , les amants sont liés par autre chose que le rapport sexuel ' . Attention il ne parle pas d'amour platonique mais essayer d'expliquer ce que dit Lacan est au- delà de mes compétences .

Phrases donc à lire et à relire , oui comme dans une autre critique , un livre de chevet .

Une dernière phrase à méditer en parlant de la déclaration d'amour ' Les mots les plus simples se chargent alors d'une intensité presque insoutenable .'

Un petit recueil pleins de pépites donc , impossibles de les citer toutes , qui donne envie de lire ou relire Platon , Socrate , Kierkegaard et la merveilleuse déclaration du philosophe André Gorz écrite à sa femme après 58 ans ! de vie commune , je ne peux résister à citer la dernière phrase ' je porte de nouveau au creux de ma poitrine un vide dévorant que seule comble la chaleur de ton corps contre le mien ' .

Magnifique non ?

Le dernier chapitre du livre est consacré à l'Amour et l'Art , avec un beau parallèle entre l'amour et le mouvement surréaliste .

Lecture très enrichissante , à recommander .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
Éloge de l'amour
  15 août 2014
Éloge de l'amour de Nicolas Truong
Très belles pensées et réflexions sur l'amour.

Une oeuvre de philo à la portée de tous et toutes pour peu que l'on ai envie de se poser et de réfléchir au sens des choses.

Une critique très juste des sites de rencontres où les gens cherchent un amour garanti sans risque....

De très très beaux passages que bien d'autre que moi ont déjà cités, donc je ne répète pas.

Je l'ai dévoré et il alimente ma réflexion chaque jour.
Commenter  J’apprécie          250
Éloge de l'amour
  08 juillet 2014
Éloge de l'amour de Nicolas Truong
Quand Nicolas Truong, journaliste au monde rencontre le philosophe Alain Badiou, de quoi parlent-ils ? D’amour… Etonnant non ?



Oui, le sujet peut étonner quand on se remémore le trajet d’Alain Badiou : membre du PSU (Parti Socialiste Unifié, créé par Michel Rocard), un des créateurs du groupe maoïste l’Union des Communistes de France marxiste-léniniste (UCF (ml), dont il est un des principaux dirigeants jusqu'au début des années 1980… J’en passe…



En fait, voilà un (des) petit(s) essai(s) retranscrit(s) d’une soirée au Festival d’Avignon (le 14 juillet 2008) dans le cadre du « Festival des idées » ou l’auteur était invité par Nicolas Truong à s’entretenir avec lui en public sur le thème millénaire de l’amour…



Il résulte de cette transcription un petit ouvrage ou l’on disserte autour de thèmes comme « L’amour menacé », « Les philosophes et l’amour », « La construction amoureuse », La vérité de l’amour », mais également, et c’est bien naturel quand on connait Badiou, autour de « Amour et Politique » et enfin d’« Amour et art».

Un petit ouvrage qui, même s’il jargonne quelque peu, parfois, présente une approche originale de l’amour avec un grand « A »…



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Les chants mêlés de la Terre et de l'Humanité
  03 décembre 2015
Les chants mêlés de la Terre et de l'Humanité de Nicolas Truong
Un entretien entre le concepteur et animateur de l'émission Sur les épaules de Darwin de France Inter, et le journaliste, dont le propos est une mise en garde contre la réduction des enjeux écologiques aux seules questions climatiques. L'ouvrage est publié dans le contexte de l'organisation de la COP21 qui doit se tenir à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015
Commenter  J’apprécie          160
Éloge de l'amour
  11 avril 2011
Éloge de l'amour de Nicolas Truong
C'est quoi l'amour ?

C'est une bonne question...



Des extraits valent mieux qu'un long discours :



« Un amour véritable est celui qui triomphe durablement, parfois durement, des obstacles que l’espace, le monde et le temps lui propose »



« Dans l’amour, la fidélité désigne cette longue victoire : le hasard de la rencontre vaincu jour après jour dans l’invention d’une durée, dans la naissance d’un monde. »



« La conviction est aujourd'hui largement répandue que chacun ne suit que son intérêt. Alors l'amour est une contre-épreuve. L'amour est cette confiance faite au hasard. »



« Il faut réinventer le risque et l'aventure, contre la sécurité et le confort. »



A l'opposé de « l'amour-assurance-vie » recherché sur Meetic (l'amour « risque-zéro »), ou de « l'amour-coup-de-foudre » qui ne dure que le temps d'une étincelle (l'amour romantique), Badiou nous propose plutôt une construction amoureuse, construction désintéressée, véritable libération, loin des intérêts immédiats, construction qui doit surpasser les obstacles pour triompher. Un idéal amoureux loin des propositions marchandes d'aujourd'hui, loin des versions libérales et artificielles de l'amour que l'on nous vend et vente à longueur de journée dans certaines presses écrites ou images télévisées. Loin d'un discours amoureux conventionnel et rassurant.

« Personnellement, je me suis toujours intéressé aux questions de la durée et de processus, et non pas seulement aux questions de commencement. »

Un livre de sage... un peu trop sage ?

Des réflexions pour éclairer votre lanterne de l'amour ?

Pour préserver votre flamme amoureuse ?

Eviter qu'elle vacille au gré des vents mauvais ?



C'est un petit essai plaisant à lire, discutable, à discuter, à déguster, (il s'agit d'entretiens entre le philosophe et Nicolas Truong, journaliste au Monde), à lire et à relire... un livre de chevet ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Éloge de l'amour
  22 août 2020
Éloge de l'amour de Nicolas Truong
Ou quand l'intelligence discrète, sensée et philosophique rend droit de cité au plus beau des sentiments...
Commenter  J’apprécie          80
Éloge de l'amour
  02 mars 2020
Éloge de l'amour de Nicolas Truong
Un court essai sur un sujet universel : l'amour. Il est riche de nombreuses idées et réflexions, mais il reste accessible pour tous. Il a un discours non culpabilisant. Il met bien en avant que son"Deux"reste bien une rencontre, une construction de deux individus qui gardent leur individualité et qu'ils ne deviennent pas "UN". C'est aussi une formidable force créatrice.

Ce petit essai peut nourrir nos réflexions et partages sur le sujet.

Merci à l'auteur.
Commenter  J’apprécie          60
Éloge du théâtre
  14 juin 2016
Éloge du théâtre de Nicolas Truong


Le Théâtre !



Mallarmé proclame : il est l'art supérieur !





L' éloge d'Alain Badiou met en évidence la force, l'importance



du Théâtre.





Art supérieur....oui, car il est indissociable de la bonne



intelligence du monde et de la bonne santé des hommes !



Alors….Au Théâtre !et A la vie !



Peux t on vivre sans théâtre ? Peut être individuellement... avec un



manque étrange et effroyable en nous.



Ce manque qui ne serait que le manque de nous même, justement.



Car que serait un monde sans théâtre ?



Confusion, opacité, errance, fausse route….?



Un monde sans texte, sans voix, sans visage. Immobile, figé,



béat…. Idiot, statufié?



« Le théâtre est plus un art des possibilités que des réalisations. »



C'est un « tremblement de la pensée devant l'inexplicable » .





Le Théâtre cet « embarquement vers un horizon collectif », cette



boussole.



Ce porteur de devenir, cet annonciateur de nos avenirs ...



Le théâtre n'est pas un divertissement ( divertere : action de se



détourner de quelque chose...).





Non le Théâtre c'est la tragédie, c'est le drame, mais c'est….. et



oui : la comédie !





« La vrai comédie ne nous divertit pas, elle nous met dans



l’inquiétante joie d'avoir à rire de l' obscénité du réel. »



Alain Badiou a raison. Au Théâtre, et également au cinéma.



Cette vraie comédie, n'est pas un rire de complicité avec la pensée



dominante. Il est le rire révélateur. Notre miroir. Essentiel !



Le Theâtre est en cela monstration, il montre, il conte, raconte,



chante, danse ...nos passions.



Toutes les passions.



Le théâtre ne démontre rien, il n'a pas de vocation philosophique.



Sa voix c'est la vie ! La vie avec toutes ses formes.



De l'absurde, de la poésie.



En cela peut être réside cette éternelle opposition entre



.philosophie et théâtre ;



la philosophie de Platon à Jean Jacques Rousseau , se méfie du



théâtre..Cet art redoutable,



Le Théâtre est une expérimentation, une tentative, une proposition



à voir, à être, à penser.



C'est un essai.



Cela fait 2500 ans l'on oppose le théâtre à la philosophie ;



et parce qu'au théâtre on peut tout ,tout peut se réinventer, se



refondre, tout peut se reproduire. Même les erreurs. Il est



émouvant et mouvant. Le théâtre ne vise pas l'excellence, la



perfection. Il est émotion.





« Le théatre est la plus grande machine jamais inventée pour



absorber les contradictions. »



Monstrueusement beau, adorablement cruel, le théâtre est



magnifique !



Un vortex. Le filtre universel. Le philtre de toutes les passions.



Même si on se doit Raison garder il n'en demeure pas moins qu'il



est essentiel de vivre avec passion.



Amour et pouvoir, devoir et politique, corps et esprit, tout est



théâtre, lâcheté,mensonge courage,abnégation, violence, sexe,



mythes et poésie.



Tout se retrouve au théâtre. Tout commence et recommence.



Danse musique danse image image texte , chorégraphie



universelle !



« la danse ce champs d'expérimentation des puissances non



seulement expresssive mais aussi ontologiques du corps. »



« La danse immanence du corps, le cinéma transcendance du



l'image ».



corps.texte.image . / expression - Théâtre - impression ...



Voici le théâtre ! cet axe d'articulation du monde.



Nous voyons nous entendons nous comprenons.



Nous nous comprenons. Nous nous regardons. Nous nous



percevons. A mots touchants.A corps portant.



Le théâtre qui permet d'éprouver, de nous éprouver les uns les



autres, qui permet à l’épreuve de vivre, de prendre corps. Faire en



sorte du vivre l'épreuve. Faire preuve en faisant apparaître la trace



de l'idée.



Alors oui danse et cinéma ont leur place au théâtre.



Le rythme, le souffle, la cadence, le texte, le chant, la danse



l'image.



Apparition, voilé, dévoilé, lumière, tombée, portée, silence.



Oui et on peut penser le théâtre sans texte. Il peut exister. C'est un



possible du Théâtre.



A partir du moment où cela relève de la nécessité et non de



l 'intérêt.



Il ne peut y avoir d’intérêt en art. Une urgence, une nécessite. Pas



d’intérêt.





En cela Alain Badiou a totalement raison. Lorsque l’intérêt entre



en jeu le jeu est faussé. La pièce est mauvaise. Très mauvaise. On



passe de l'art au divertissement. On brouille les cartes. On fait



régner sciemment la confusion. L’intérêt politique et l'interet



général se mélangent. Illisibilité. Le peuple se divertit. Ou plus



exactement on le divertit...



On le divertit puisque le peuple le réclame, le demande…. Le



peuple au besoin de jeu.



Et de Théâtre ? ..Théâtre, celui dont Alain Badiou fait l'éloge ? Ce



théâtre là ? Attention danger !



et là se situe exactement la nécessite du théâtre.



Faire apparaître cette confusion, cette grande confusion générale,



qui mélange intérêt et nécessité, qui mélange désir et demande.



Cette confusion qui établit la dictature de l'idée générale au non



d'un soit disant intérêt général.



Et ce que réussit le théâtre, et cela collectivement, c'est justement



de dévoiler l’obscénité de la pensée unique. Nous sommes



plusieurs. Le théâtre est multiple. Personne n'a tord, personne n'a



raison, tout le monde souffre , pleure aime, et meurt. Même sang,



même peau, même rire, même larmes.



Et cela depuis des siècles. Des siècles et des siècles que nous



sommes vivants.



Au théâtre, A la vie !



Astrid Shriqui Garain


Lien : https://dutremblementdesarch..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          64
Éloge de l'amour
  12 août 2011
Éloge de l'amour de Nicolas Truong
Très intéressant. Cet "essai" se déroule sous forme d'une interview d'Alain Badiou menée par Nicolas Truong. Le livre se structure en 6 grandes parties, mais les idées principales passent de l'une à l'autre et créent une certaine cohérence. L'auteur y expose sa philosophie de l'amour et explique pourquoi selon lui, comme le disait Rimbaud, "L'amour est à réinventer, on le sait". Il parle des conceptions actuelles de l'amour qu'il rejette, puis, progressivement, présente la sienne. Il le fait de manière accessible, sans avoir l'air de donner un cours de philosophie vulgarisé.

Un bon livre que je conseille vraiment à ceux qui s'intéressent aux conceptions de l'amour et aux discours sur celui-ci.
Commenter  J’apprécie          60
Philosophie de la marche
  13 septembre 2019
Philosophie de la marche de Nicolas Truong
Mes pieds me pansent.

Après une brève introduction de Nicolas Truong, aussi succincte que bateau, Sylvain Tesson embouque dans le goulot des idées reçues et parvient à délivrer une pensée réjouissante à travers un entretien axé sur la marche comme « critique en mouvement ». Consécutives à la parution de « Sur les chemins noirs », journal de marche salutaire, les réponses de Sylvain Tesson éclairent le propos en peu de mots aiguisés et directs. L’intervention suivante de Martine Segalen comparant marche et course à pied est dispensable. Fort heureusement, le philosophe Frédéric Gros remet les bonnes idées dans la balance et justifie le titre du recueil. Pourtant, les questions posées partent bien bas à partir des slogans politiques de Macron et consorts sur la « République en marche ». Gros ne se défile pas mais ramène vite le débat vers des horizons plus enthousiasmants en s’ancrant à la formule rimbaldienne : « En avant, route ! ». Il évoque le dépouillement de l’homme marchant : « Qui va « à pied » témoigne d’abord de sa misère ». En persévérant dans son effort, le marcheur demeure humble et digne, toutes choses banales en soi mais qu’il est utile de formuler et d’entendre ici. Dans le chapitre suivant, Frédéric Gros fournit des réponses sensées, pertinentes, incisives, aux questions de Monsieur Tout-le-monde : le temps alenti et dilaté de la marche, l’intensité des émotions ressenties, l’appréhension organique du paysage, l’écoute de soi, la disponibilité à sa propre pensée, l’exercice spirituel de la marche. « L’expérience de la marche permet aussi d’illustrer un certain nombre de paradoxes philosophiques comme : l’éternité d’un instant, l’union de l’âme et du corps dans la patience, l’effort et le courage, une solitude peuplée de présences, le vide créateur, etc. ». L’historien et critique Antoine de Baecque prend ensuite le relais avec brio quand il évoque la Musa pedestris de Victor Hugo ou le « sauvage » d’Henry David Thoreau quand la nature approchée dans une marche vitale lui transmet ses « énergies élémentaires ». La marche n’est plus seulement inspirante, elle devient la « condition même de l’écriture » : « Jamais je n’ai tant pensé, tant existé, tant été moi, si j’ose ainsi dire, que dans les voyages que j’ai fait seul et à pied » note Jean-Jacques Rousseau dans ses Confessions. Sont évoqués à bon escient les écrivains Friedrich Nietzsche, Julien Gracq, Jacques Lacarrière, Nicolas Bouvier ainsi que le poète helvète, marcheur fervent, Pierre-Laurent Ellenberger. Les contributions du sociologue David Le Breton sont malheureusement redondantes et n’arrivent pas à la hauteur de son Eloge de la marche. S’insère l’étonnante participation de l’aventurière suisse au long cours, solitaire et déterminé, marcheuse des extrêmes, Sarah Marquis avec un programme quelque peu désolant qui parle de capacités humaines illimitées, de la souffrance exacerbée par la peur, du courage à endosser la douleur, de l’amour de la solitude, de la faim dévorante.

Si le petit recueil d’une centaine de pages se lit vite et facilement et bien qu’il comporte des contributions assez faibles, il n’en dispense pas moins quelques brillantes remarques et réflexions nourrissantes qui s’amplifient dans les ouvrages plus fouillés des auteurs déjà cités : Gros, Tesson, Lacarrière, Bouvier. Ces auteurs contemporains ont su penser avec leurs pieds et faire danser leur plume sur le tempo de la vie lancée en avant, dans la cadence de la marche qui dévoile la beauté du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Éloge de l'amour
  01 juin 2017
Éloge de l'amour de Nicolas Truong
L'Amour, tout le monde y aspire, il fait passer les hommes par les sommets mais aussi parfois par l'abîme. Meetic promet alors l'amour sans hasard (puisque les prétendants sont sélectionnés sur critères précis) et sans hasard, ce qui est le contraire même de l'amour. Cette conception de l'amour, sécuritaire n'est pas si éloignée des mariages arrangés basés sur des contrats d'antan.

Il existe une conception romantique de l'amour, celle de la fusion, prisée par les artistes mais bien souvent un mythe, une conception juridique (le contrat) et une conception sceptique. Selon cette dernière vision, l'amour ne serait qu'illusion, un oripeau du désir, un ornement du désir sexuel. Alain Badiou ne se satisfait d'aucune de ces trois visions. Il est plus proche de la conception platonicienne, expérience personnelle et de portée universelle (élan vers l'Idée du Beau). Il analyse surtout l'Amour comme l'expérience de la différence, du deux, de la reconstruction du monde à partir de la différence. En ce sens, il est début de construction sociale et certains points le rapprochent de la Politique (passage moins convaincant de la démonstration).

L'amitié a souvent été favorisée par les philosophes car il s'agit d'un sentiment plus intellectuel qui n'a pas besoin de preuve corporelle alors que l'amour se rapporte à la totalité de l'Etre. Cependant, si le sexe fait partie intégrante de l'amour, il sépare (en ce sens qu'il renvoie à ses propres sensations, à son propre plaisir) alors que l'amour en général d'adresse à l'Etre.

L'auteur analyse la place, immense, de l'Amour dans l'Art, la littérature, le théâtre. Cependant, l'Art exalte l'Amour dans la rencontre incertaine et mystérieuse ou dans le triomphe de l'amour face aux mariages arrangés par des parents. Or il y a un travail de l'amour ( et de l'amitié aussi du reste) et pas seulement un miracle. Pour l'inscrire dans la durée, il ne faut pas abandonner au premier obstacle. "L'amour est une aventure obstinée"; L'Amour doit être déclaré et redéclaré car dire c'est fixer le hasard. L'Amour dans la durée, ce n'est pas s'aimer toujours mais réinventer l'Amour.

L'Amour est une reconstruction, une nouvelle expérience du monde à partir de la différence et pas seulement une rencontre, un désir sexuel
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
Éloge de l'amour
  19 janvier 2016
Éloge de l'amour de Nicolas Truong
Cet ouvrage fait le compte-rendu d'un entretien public entre Alain Badiou et Nicolas Truong lors du festival d'Avignon de 2008. Badiou lui expose sa vision très personnelle de l'amour.



Pour Alain Badiou, la rencontre amoureuse est un hasard, et l'histoire d'un couple est l'histoire de la transformation de ce hasard en nécessité. L'amour est une rencontre de la différence. Il le confronte à de grands concepts : la philosophie, la vérité, la politique, l'art... le propos de l'auteur est simple, concis et honnête : on sent que les idées qu'il développe sont le résultat de ses propres expériences de vie, qui l'ont amenée à une profonde réflexion. Il est facile pour le lecteur d'observer sa propre expérience à la lumière de cette réflexion, et de se rendre compte ainsi à quel point elle est pertinente et encourageante. Ce livre est accessible et recommandable au plus grand nombre, car il ouvre les portes, les fenêtres et les cœurs !
Lien : http://le-cornepage.ek.la/el..
Commenter  J’apprécie          50
Éloge de l'amour
  06 septembre 2014
Éloge de l'amour de Nicolas Truong
Ce petit opuscule donne des éclairages ou porposuitions sur plusieurs thémes, dont:

- amour comme preuve de l'amitié,

- amour et durée

- lien amour :enfant/ famille;



En revanche, j'ai été moins convaincu par les 2 derniéres parties dédiées à la recherche de parallélismes peu concluants en tre amour, politique et art.
Commenter  J’apprécie          50
Éloge de l'amour
  12 février 2016
Éloge de l'amour de Nicolas Truong
Un beau thème que celui de l’amour. Eloge de l’amour est un beau livre qui est présenté sous forme de compte rendu d’entretiens publics, agréable à lire et à la portée de tous.

Pour ma part, je regrette simplement que la partie sur l’amour er la politique soit tout juste survolée, Alain Badiou nous entraîne, ici, sur des pistes de réflexion intéressantes qui mériteraient d’être approfondies.
Commenter  J’apprécie          40
Le sens de la République: essai
  31 août 2015
Le sens de la République: essai de Nicolas Truong
Une réflexion étayée et un récit vivant du passé, du présent et de l'avenir de la République en France.
Lien : http://www.nonfiction.fr/art..
Commenter  J’apprécie          30
Éloge de l'amour
  20 août 2011
Éloge de l'amour de Nicolas Truong
insistance, en partant des philosophes (surtout Platon), en faisant parallèle avec la politique, avec l'art, sur ce qui fait de l'amour quelque chose d'unique, la rencontre, le risque, l'expérience de la différence, mais aussi la durée, le pari que l'on maintient dans le temps, difficile ou non - pas forcément l'enfant mais qui inclut l'arrivée de ce un dans le deux, sans que cela soit indispensable - surtout la durée
Commenter  J’apprécie          30
Éloge de l'amour
  16 décembre 2020
Éloge de l'amour de Nicolas Truong
A l'inverse de ces sites de rencontre où l'on sélectionne la personne qui semble convenir à nos goûts, Badiou décrit l'amour comme une confiance donnée au hasard de la rencontre. On a ici une conception qui fera penser à un Jacques Brel. La rencontre crée quelque chose de nouveau, dérange les deux rencontrants, là où le site de rencontre fait en sorte que la rencontre ne bouleverse finalement pas les deux identités.

Sur un autre plan, l'amour doit être une réponse à l'individualisme ambiant. L'amour porte vers l'autre, vers la différence.

Badiou établit ainsi un parallèle politique entre l'amour et le communisme. Vivre l'amour, de la manière la plus vraie, c'est expérimenter le communisme dans son expression la plus atomique : deux êtres qui ont à vivre ensemble, à se réinventer continuellement pour s'accepter, combiner ou même conjuguer leurs désirs, leurs forces. C'est autre chose que vivre côte à côte.
Lien : https://leluronum.art.blog/2..
Commenter  J’apprécie          20
Les gilets jaunes à la lumière de l'histoire
  07 novembre 2019
Les gilets jaunes à la lumière de l'histoire de Nicolas Truong
Une lecture décapante écrite en décembre 2018 de ce mouvement social dont Gérard Noiriel décrypte les tenants et aboutissants de belle manière. Il restitue les motifs de son irruption sur les ronds-points dans un premier temps et sur les Champs-Elysées (même s'il ne parle pas assez de cette occupation de lieux symboles de pouvoir et de richesses) ensuite, il rappelle les différentes formes de révoltes ouvrières et populaires, la volonté de prendre, de reprendre la parole, l'incapacité des forces syndicales ou politiques de donner un sens à cette irruption

Bref un livre qui fait du bien



http://editionsdelaube.fr/catalogue_de_livres/les-gilets-jaunes-a-la-lumiere-de-lhistoire/
Commenter  J’apprécie          22
Les gilets jaunes à la lumière de l'histoire
  25 septembre 2019
Les gilets jaunes à la lumière de l'histoire de Nicolas Truong
Un point de vue éclairant sur l'émergence des mouvements de citoyens et ce qu'ils disent du monde qui vient. On voudrait une suite
Commenter  J’apprécie          23




Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Le pouvoir rend fou !

Donald Trump n'est pas seul à être un dirigeant cinglé ! Qui, par exemple, a nommé son cheval aux plus hautes responsabilités ?

G.W. Bush a nommé son cheval gardien de la Constitution
Staline a nommé son cheval commissaire politique
Caligula a nommé son cheval sénateur
Joachim Murat a nommé son cheval général de brigade
Georges III d'Angleterre a épousé un poney Shetland

8 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , politique , folieCréer un quiz sur cet auteur