AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.84 /5 (sur 77 notes)

Nationalité : Danemark
Né(e) à : Nuuk , 1990
Biographie :

Niviaq Korneliussen est une écrivaine groenlandaise.

Elle a grandi à Nanortalik, une ville dans le sud du Groenland qui compte 1400 habitants.

Elle a fait ses études en sciences sociales à l'Université du Groenland à Nuuk et en psychologie à l'Université d'Aarhus.

En 2012, Niviaq s’est fait remarquer dans son pays lorsqu’elle a soumis à un concours une nouvelle qui idéalisait San Francisco.

Deux ans plus tard paraissait "Homo Sapienne" (2014). Elle a écrit son premier roman d’abord en kalaallisut (langue officielle du Groenland) puis en danois.

Acclamé par la critique à Copenhague et à New York, les éditions La Peuplade (Québec) l’ont fait traduire en français.

Ajouter des informations
étiquettes
Podcast (1)

Citations et extraits (10) Ajouter une citation
ASAI   16 mai 2020
Homo sapienne de Niviaq Korneliussen
Mais j'en ai assez des saucisses. Je crois avoir essayé toutes sortes de saucisses. Saucisses à hot-dog, saucisses pur porc, saucisses de Francfort, saucisses cocktail, rouges, brunes, jaunâtres, grandes, petites. You name it. J'en ai assez.
Commenter  J’apprécie          40
ASAI   17 mai 2020
Homo sapienne de Niviaq Korneliussen
Des mains sales ne doivent pas toucher. Une âme souillée ne doit pas souiller. Un coeur sombre ne doit pas aimer.
Commenter  J’apprécie          20
ASAI   17 mai 2020
Homo sapienne de Niviaq Korneliussen
Mes amis ont commencé à se poser des questions sur moi. Ils se demandaient où me situer. Quand mes amis ont commencé à se poser des questions sur moi, j'ai moi aussi commencé à me poser des questions. Je me posais des questions sur la raison pour laquelle ils se posaient des questions. Ma famille a commencé à avoir des doutes sur moi. Ils avaient des doutes sur qui j'étais. Quand ma famille s'est mise à avoir des doutes sur moi, cela m'a fait douter. Je me suis mise à avoir des doutes sur la raison pour laquelle ils avaient des doutes sur moi.
Commenter  J’apprécie          00
SZRAMOWO   14 mars 2018
Homo sapienne de Niviaq Korneliussen
Toutes les questions auxquelles je ne trouve pas de réponse reprennent vie et envahissent tous les recoins comme de petits vers. Je m’assieds et me branche sur Facebook avec mon iPad. Quatre notifications. Félicitations parce que je suis devenue tante. Quelques likes pour mes photos. Suggestion de jeu. Tag de ma sœur. J’appuie. Elle a posté une unique photo. Ma sœur tient le bébé propre dans ses mains propres. Son poids et sa taille. Le moment de sa naissance. (…) Je regarde le cher enfant, avant d’appuyer sur Evénements et de voir s’il y a du nouveau. Comme il n’y a rien, il est temps de retrouver les routines. Recherche, clic, Ivinnguaq, clic. Rien de nouveau. Est-elle en vie ? Je l’espère. Message, clic. Actif il y a 45 minutes. Yes. Elle est en vie.
Commenter  J’apprécie          20
l-ourse-bibliophile   10 mai 2019
Homo sapienne de Niviaq Korneliussen
12.50 What a day to give up

Mais je n’arrive vraiment pas à être indifférente. Je n’arrive tout simplement pas à ignorer. Je n’arrive pas à faire comme si j’étais contente alors que je vais mal. Je n’arrive pas à sourire alors que je suis de mauvaise humeur. Je ne peux pas faire semblant d’être heureuse alors que je suis franchement triste. Tout mon appartement est propre, mais mes mains sont toujours sales. Ma tentative de jour de joie est un échec. Évidemment, la naissance de l’enfant est absolument inoubliable, mais je ne peux m’empêcher d’avoir pitié d’elle à cause de tous les défis de la vie qu’elle va devoir affronter.
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2   13 avril 2020
Homo sapienne de Niviaq Korneliussen
Si Dieu est une femme, elle est plus belle que Dieu. Sara. Je pique une gorgée de la vodka d’Arnaq. Pourquoi ne la vois-je que maintenant ? Qui est-elle ? J’ai envie de parler avec elle, de lui demander toutes sortes de choses. J’ai envie de lui demander d’où elle surgit soudain. Mais je ne le lui demanderai pas, puisque je viens seulement de la rencontrer !

– D’où surgis-tu comme ça, soudain ?

Je n’arrive pas à me contrôler.

– J’habite à Nuussuaq. Mon amie m’a invitée à la fête.

– Pourquoi est-ce qu’on se rencontre seulement maintenant ? je lui demande assez directement.

– Je crois bien t’avoir vue une fois dans le bus, sourit-elle d’un air étrange.

– Oui ? Quand ?

Elle se souvient de moi !

– Je sais pas. Je ne me rappelle pas. Mais si c’était toi, je crois que tu étais avec ton copain.

– Mon copain ? Piitaq ? Nous nous sommes quittés. Il y a longtemps, parce que je l’aimais pas.

Elle hoche la tête en souriant, car que pourrait-elle bien répondre ? Je viens seulement de la rencontrer, je suis obligée de me conduire plus normalement, sinon elle va croire que je suis un peu cinglée. Pourquoi est-ce que je ne peux pas mentir ? Pourquoi est-ce que je ne peux pas tenir ma langue ? Pourquoi est-ce que je ne peux pas me la fermer ? Est-ce que, sans le savoir, j’aurais fumé quelque chose ? Ça ne se peut pas. Je crois qu’on doit se sentir comme ça quand on a pris de la drogue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Marylou30   27 juin 2019
Homo sapienne de Niviaq Korneliussen
Trouve toi un foyer, si tu as la nostalgie d’un chez-toi.

N’abandonne pas , si tu ne trouves pas de chemin.

Regarde-toi dans le miroir, si tu es sur le point d’abandonner.

Trouve-toi toi même, quand tu te regardes dans le miroir.

Tu trouveras ton foyer quand tu te trouveras toi-même ; et alors, rentre chez toi.
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2   13 avril 2020
Homo sapienne de Niviaq Korneliussen
Piitaq. Un homme. Trois ans. Des milliers de projets. Des millions d’invitations à dîner. Séances d’aspirateur et de ménage qui tendent incessamment vers l’infini. Souvenirs faux qui s’enlaidissent. Baisers secs qui se figent comme du poisson séché. Il faut éviter le mauvais sexe. Mes orgasmes simulés sont de moins en moins crédibles. Mais nous continuons à faire des projets.

Les journées s’assombrissent. Le vide en moi s’agrandit. Mon amour n’a plus aucun goût. Ma jeunesse vieillit. Ce qui me maintient en vie se dirige uniquement vers la mort. Ma vie s’est usée, flétrie. Quelle vie ? Mon cœur ? C’est une machine.
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2   13 avril 2020
Homo sapienne de Niviaq Korneliussen
And then something like, qu’est-ce qui se passe, tu vas bien, tu pars, que vas-tu faire, tu me quittes, osovider osovider osovider, and I’m like, il faut que tu m’écoutes, asseyons-nous pour parler, je t’aime, je ne suis pas heureuse, tu n’es pas heureux, je trouve que ma vie manque de quelque chose, même si on ne manque de rien, j’ai besoin d’être moi-même parce que nous ne sommes pas heureux, etc., and the drama begins, n’es-tu pas en sécurité, pourquoi ne veux-tu pas rester avec moi, qu’est-ce que j’ai fait, est-ce que je t’ai fait quelque chose de mal, ai-je été maladroit, and the golden words like, non, j’en ai assez de la sécurité, tu n’as rien fait de mal, je veux me débrouiller toute seule, je veux me trouver, moi moi moi and never you, it never is and so on, and then the most predictable, as-tu rencontré quelqu’un d’autre, est-ce que tu ne m’aimes plus, est-ce que tu ne m’aimes pas, est-ce que tu ne tiens pas à moi, est-ce que je te suis indifférent, and then trying not to lose control, je t’aime pourtant beaucoup, je tiens pourtant beaucoup à toi, mais c’est fini, il n’y a rien d’autre à faire, il faut que tu comprennes, tu dois l’accepter, c’est ma décision définitive, this is final, fin fini point final, me quittes-tu vraiment, ne reviendras-tu vraiment pas, est-ce qu’on doit vraiment se séparer, pars-tu vraiment, me quittes-tu vraiment, and it goes on, oui oui oui, me quittes-tu, je te quitte, reviendras-tu, je ne reviendrai pas, me quittes-tu, oui, je te quitte and you know the fucking rest, but I’ll tell you anyway.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
gboss1976   14 avril 2018
Homo sapienne de Niviaq Korneliussen
La lumière n'éclaire pas quand on est dans l'obscurité.
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Bibliographie de Niviaq Korneliussen(1)Voir plus
Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Astérix chez les Pictes

Quel est le "cri d'amour du coq de bruyère", tel qu'il est chanté par les Pictes ?

twickle dooo dooo!
kroka kroka!
kirikiki!
cocorico!

11 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Astérix, tome 35 : Astérix chez les Pictes de Jean-Yves FerriCréer un quiz sur cet auteur