AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.65/5 (sur 62 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : La Rochelle , le 30/08/1949
Biographie :

Olivier Roy est un politologue français, spécialiste de l'islam.

Né dans une famille de protestants vendéens, il est Directeur de recherche au CNRS et directeur d'études associé à l'EHESS (à compter de 1996).

Après des études en classes préparatoires littéraires au lycée Louis-le-Grand, puis à l'Inalco (promotion 1972) où il apprend le persan, il est agrégé de philosophie en 1972 et devient professeur dans l'enseignement secondaire en 1973. Il est engagé politiquement à partir de 1968 au sein du mouvement maoïste la Gauche prolétarienne.

Il est recruté au CNRS comme chercheur en 1985, puis devient docteur de l'Institut d'études politiques de Paris en sciences politiques en 1996, directeur de recherche au CNRS et directeur d'études à l'EHESS dans l'équipe "domaine turc". Il est également chercheur associé au Centre de recherches internationales (CERI).

Olivier Roy a enseigné la philosophie au lycée de Dreux de 1973 à 1981, tout en voyageant tous les ans dans le Moyen-Orient. En 1981, il se met en disponibilité pour se consacrer à l'étude de la guerre d'Afghanistan (18 mois de séjour avec les Moudjahidines en 8 voyages de 1980 à 1988): de cette expérience sortira "Afghanistan, Islam et modernité politique" (Le Seuil 1985).

Il s’est consacré après son entrée au CNRS à l'étude des mouvements politiques islamistes, en effectuant des études de terrain d'abord en Afghanistan, en Iran, puis en Asie centrale ex-soviétique. Il a été en particulier représentant spécial puis chef de la mission OSCE au Tadjikistan d’août 1993 à novembre 1994.

Depuis la rentrée 2009 il est professeur à l'Institut Universitaire Européen de Florence (Italie), où il dirige le Programme Méditerranée.

+ Voir plus
Source : cetobac.ehess.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Olivier Roy   (31)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Olivier Roy: «Le fondamentalisme ne suffit pas à produire de la violence» .
Olivier Roy explicite, dans son dernier livre, sa lecture du djihadisme en termes « d?islamisation de la radicalité », pour saisir à la fois les effets boomerang de la « déculturation du religieux » et l?impact d?une terreur très moderne qui prospère sur la peur de l?islam.
Podcasts (1)


Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
...le multiculturalisme est en fait une illusion, car il vise des communautés où la déconnexion des marqueurs religieux et culturels s'est déjà effectuée : il est une manière artificielle de redéfinir comme culturel ce qui ne relève plus de la culture.
Commenter  J’apprécie          80
Mais dire qu'il y a un héritage commun, c'est autoriser tout un chacun à se l'approprier, y compris dans la dérision, ou malheureusement pour des raisons commerciales. La protestation contre la mercantilisation va bien sûr au-delà des groupes activistes catholiques. Mais si la publicité s'est emparée de la Cène, c'est que la Cène nous parle. Ce détournement n'est qu'un hommage à la familiarité des références religieuses. Interdire l'usage ironique, voire blasphématoire, d'un paradigme religieux revient à l'exclure du champ de la culture pour le situer dans le seul champ du sacré. Il est alors le bien de la seule communauté des croyants, qui demande à être reconnue comme telle. Ce n'est plus la culture qui fonde l'identité, c'est la seule foi. La "pure " religion est celle qui se détache de toute référence culturelle. En se réservant le contrôle de la gestion des symboles religieux, l'Eglise affirme le contraire de ce qu'elle a voulu dire en insistant sur l'importance de la culture chrétienne en Europe : elle défend non plus une universalité ( même si bien sûr elle pense que son particularisme a valeur universelle ), mais une communauté fermée sur elle-même, minoritaire et qui demande à la loi de protéger la sensibilité de ses membres. (...) Son action est cohérente avec ce que l'on observe dans le champ religieux, à commencer par celui de l'islam : les revivalismes religieux prospèrent en découplant la religion de la culture, en isolant les marqueurs religieux de tout contexte social et en établissant une e coupure définitive entre croyants et incroyants.
Commenter  J’apprécie          50
Interdire l’usage ironique, voire blasphématoire, d’un paradigme religieux, revient à l’exclure du champs de la culture pour le situer dans le seul champs du sacré. Il est alors le bien de la seule communauté des croyants, qui demande à être reconnue comme telle. Ce n’est plus la culture qui fonde l’identité, c’est la seule foi.
Commenter  J’apprécie          60
L'intégrisme religieux n'est pas une protestation identitaire et encore moins l'expression d'une culture traditionnelle, c'est au contraire une conséquence de la crise de la culture, c'est une quête du "pur" religieux.
(...)
Nous n'avons pas affaire à un communautarisme identitaire mais à des communautés de foi qui se sentent rejetées par la culture laïque dominante, comme on le voit dans le front religieux qui s'oppose au mariage pour tous.
Le Front national essaie de réinventer le communautarisme culturel autour du folklore et de l'apéro saucisson-vin rouge. Cette identité "laïque" ne se reconstruit pas sur la culture profonde mais sur des marqueurs folkloriques. L'identité, c'est quand on a perdu la culture.
Commenter  J’apprécie          50
Les religions qui marchent ont toutes une formule pour l'exportation. Elles sont fondées sur la déconnexion complète du marqueur religieux et du marqueur culturel et sur le formatage qui leur permet d'apparaître justement comme une religion universelle adaptée aux nouvelles formes de religiosité, comme par exemple le thème de la réalisation de soi. Ce qui ne veut pas dire qu'elles rejettent le marqueur culturel : elles peuvent au contraire en exhiber certains comme produits d'appel, mais détachés de toute société réelle (...)
…le shalwar kamiz ( longue chemise blanche et pantalon bouffant ) des salafistes fonctionnent comme des référents imaginaires. La déculturation ne signifie pas le renoncement aux marqueurs culturels, mais leur maniement en dehors de toute réalité sociale. L’affirmation de l’autonomie de la communauté de foi ne va pas sans un certain exhibitionnisme, comme le voile. Cela ne veut pas dire que tout signe religieux est signe d’exhibitionnisme, mais qu’il est interprété comme tel. La visibilité est caractéristique du religieux contemporain.
Commenter  J’apprécie          40
Porté à son extrême, ce refus de la culture profane se transforme aussi en méfiance envers le savoir religieux lui-même, avec l'idée que, premièrement, il n'est pas besoin de savoir pour être sauvé, et deuxièmement que le savoir peut détourner de la vraie foi. La parole de Dieu peut passer directement, sans médiation du savoir : c'est exactement la fonction du Saint-Esprit chez les protestants. Ce n'est pas l'érudition qui permet de trouver sous le texte biblique la vérité, c'est parce que ce texte est la parole vivante de Dieu qu'il dit le vrai. Il faut se laisser habiter par la parole. Portée à son paroxysme, cette vision est incarnée par le fameux "parler en langues" ( glossolalie ) des pentecôtistes ( ...). Il n'y a ici ni savoir théologique, ni savoir linguistique, ni savoir culturel, il s'agit au contraire d'une présence non médiée par les savoirs. C'est le cas le plus typique de l'annulation de la lettre au service d'une parole qui pénètre directement, sans médiation de la langue. Or, par définition, la langue est à la fois porteuse de culture, objet de savoir et outil de savoir. L'annulation de la langue au profit de la parole est sans doute l'exemple le plus achevé de la sainte ignorance.
Commenter  J’apprécie          30
Contrairement à des représentations répandues, l'Afghanistan est aussi un pays où on rit souvent, où le tragique et le comique, le sublime et le sordide, l'hospitalité et la cruauté, se mêlent constamment.
Commenter  J’apprécie          41
Olivier Roy
Nos dirigeants pensent "à droite" et pas seulement en économie.
Commenter  J’apprécie          50
Olivier Roy
le Coran dit ce que les musulmans disent qu’il dit
Commenter  J’apprécie          50
Olivier Roy
En fait pour beaucoup de gens, de gauche en particulier, la critique de l’islam comme religion permet de reprendre un discours anti-immigration en le « déracialisant ». Au lieu de critiquer les immigrés ou les Arabes, on se réfère aux « musulmans », mais il s’agit bien sûr de la même population. (mai 2005)
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Olivier Roy (128)Voir plus

Quiz Voir plus

La nuit où les étoiles se sont éteintes

Pourquoi Finn déménage-t-il chez son oncle ?

Il déménage chez sa tante et pas son oncle
Son père veut sa garde
Il est orphelin
Sa famille d'accueil ne voulait plus de lui

10 questions
65 lecteurs ont répondu
Thème : La nuit où les étoiles se sont éteintes de Nine GormanCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}